Et si la chasuble FFR avec des zones de couleurs vous apprenait à mieux plaquer ?
La chasuble pour les plaquages, bientôt testée.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
La FFR, en partenariat avec la GMF, lance des tests pour réduire les blessures autour de la phase de plaquage.

"On s'est rendu compte que même si les blessures étaient relativement peu nombreuses, 60 % de ses blessures survenaient suite à un plaquage". Le constat est bien là. Depuis plusieurs années, le rugby souffre d'une image de sport dangereux avec des blessures de plus en plus nombreuses. Mais les chiffres ne sont pas si alarmants, comme le déclare Didier Retière : "On est sur l'ordre de 23 blessures pour 1000 heures de jeu, ce qui correspond à une blessure tous les 33 matchs. Ce sont des blessures avec des gravités très différentes, on a considéré comme blessure le fait que le joueur soit obligé de quitter le terrain. A titre d'informations, le football professionnel est aux alentours de 22 blessures pour 1000 heures de jeu. On est sur une incidence dans le rugby amateur qui reste relativement faible"

Partant de ce principe, la FFR a décidé d'agir en modifiant les règles. Les blessures subies sur plaquage sont à peu près équivalentes pour le plaqueur et le plaqué. La première initiative a été un changement des règles qui demandent un abaissement de la taille du plaquage ou encore le carton bleu. Les joueurs ont été de plus en plus pris en charge après des commotions notamment. Mais comment arriver à faire changer les habitudes et les positions lors des plaquagesIl est vrai que vous pouvez interdire de plaquer haut, mais pas de plaquer de la mauvaise épaule à hauteur légale. C'est en ce sens que la FFR et la GMF ont décidé de tester un outil afin de réduire le nombre de blessures dans le rugby amateur, et il va vous étonner : une chasuble. 

À l'image d'un pianiste qui fait ses gammes, nos joueurs de rugby ont un besoin essentiel d'entretenir leurs techniques de jeu au contact. Je crois que c'est ça qu'il faut faire comprendre et malheureusement, on a des entraîneurs qui pensent que ce sont des exercices d'école de rugby ou d'équipes de jeunes. On voit bien que les clubs professionnels reviennent à ces exercices. C'est l'état d'esprit qu'on veut faire passer à nos clubs : si on veut jouer en sécurité, il faut entraîner régulièrement la technique en particulier sur les situations de contacts.- Didier Retière

Pourquoi une chasuble ?

Dans la lignée du programme "Bien joué" lancé par la FFR et la GMF, la chasuble de plaquage entre en test. Sous les conseils de l'I.S.P.E.D, un institut spécialisé dans l'étude épidémiologique, notamment la santé : "Ils ont mis en place une étude sur 142 clubs tout au long de la saison dernière et celle-ci". Le but est bien évidemment de progresser dans les attitudes de plaquage. Mais comment une simple chasuble peut permettre ceci ? La chasuble testée sera dotée de zones de couleurs différentes sur les épaules, les hanches et le ventre. L'objectif est de permettre une cible plus visuelle lors des entraînements. Si le porteur de balle arrive du côté vert, le plaqueur engagera son épaule aux couleurs vertes. Une zone neutre sera également sur la chasuble afin de créer un "espace négatif et permettre d'orienter le regard vers une zone plus contrastée". Le principe du "nudge" en marketing, développée par Richard Thaler, prix Nobel d'économie en 2017 : influencer un comportement par notre propre intérêt. L'intérêt étant les zones de couleurs. 

Pour Didier Retière, les principales difficultés ont été de "trouver le meilleur compromis entre un outil innovant et utile, qui doit rentrer dans le quotidien du club""Le problème de taille, est-ce suffisamment solide, les couleurs, etc. Est-ce que la cible est suffisamment visible ou la taille des marquages. Oui, on s'est posé beaucoup de questions, ça a pris du temps et on a pas mal confronté avec les techniciens et également l'équipe de la GMF. C'est important d'avoir un œil neutre". 

L'objectif est d'étendre la saison prochaine ce dispositif à tous les clubs, s'il nous va et si les résultats sont intéressants - Didier Retière

Le test

Une phase de test va être lancée sur 49 clubs volontaires. Un autre groupe de clubs témoins sans chasubles sera évidemment analysé. Le but est de voir si une corrélation peut se faire entre cette chasuble et la réduction du nombre de blessures en match. Si la pandémie mondiale ralentit la pratique du rugby amateur, le test est tout de même maintenu en fin d'année. La durée de 8 semaines à raison d'une séance par semaine du test doit amener une amélioration dans la technique de plaquage. 

Mais comment corréler des situations d'entraînements à des phases de plaquages en match, qui sont bien souvent plus intenses et uniques ? La progression dans le programme est pensé en ce sens, comme l'affirme Didier Retière : "On a des situations de 1c1 avec pas d'incertitude où le joueur court sans changement de direction. Puis on intègre de l'incertitude avec des changements d'appuis et de direction. Et ça termine par des situations de 5c5 qu'on a repris sur les règles du "jeu au contact" des écoles de rugby. Il n'y a pas de ruck, le joueur plaqué ne lutte pas au sol pour le ballon. Cette situation pousse à enchaîner les temps de jeu avec des courses et des passes, beaucoup d'incertitude. C'est toujours le problème de l'entraînement. Comment on fait pour que la situation vécue à l'entraînement soit la plus proche du match ? On pense en effet que cette progression et que ce travail technique est le bon". 

Le projet est un test sur 49 équipes et le coût premier est un coup humain et temporel. Didier Retière déclare que quelques milliers d'euros sont investis, mais notamment dans le partenariat avec l'I.S.P.E.D. Rajoutez à cela le coût des 5000 chasubles (50 chasubles par club) pour les clubs témoins et test. Ce seront donc des chasubles d'entraînements et il est possible d'imaginer des maillots de matchs similaires dans les prochaines années, Retière ne ferme pas la porte : "Pourquoi pas ne pas avoir un design particulier des maillots de rugby qui puisse reprendre l'idée générale de la chasuble". Si cette chasuble vient à changer considérablement le nombre de blessures sur plaquage, la FFR pourrait faire fureur avec un brevet déjà déposé sur ce concept. Et si on imaginait le même produit pour les zones de rucks, toujours aussi dangereuses ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Tout ce qui concoure à la sécurité qui plus est à un coût dérisoire est bon à prendre.

  • gjc
    7246 points
  • il y a 1 semaine

intéressant
Je présume que c'est pour constamment rappeler aux joueurs l'importance de la technique de plaquage et du choix de l'épaule, plutôt que pour les aider à distinguer droite et gauche...

Pas idiot, pas cher, mais accessoire par rapport à ce que dit Retière, que les joueurs travaillent régulièrement leur technique de plaquage même en pro.

En revanche si les 49 clubs parmi les 142 sont volontaires il faut être bien sûr qu'ils avaient la même incidence que les autres avant les chasubles, sinon l'expérience mesurera autre chose!

Bon courage pour voir les zones sur des chasubles de cette couleur en hiver

  • W1823
    2383 points
  • il y a 1 semaine

Donc le chasuble, c'est l'outil diplomatique envoye aux entraineurs pour leur fair comprendre de revoir leurs methodes de coaching...
Parce qu'au final, c'est juste de ca dont on parle: bosser les techniques de base en continu...

Et si on apprenait à se relire... Ou à conjuguer les verbes...

Perso, je trouve cette initiative très intéressante. Hate d'en voir les résultats

Lutter contre les blessures c'est bien !
Mais je viens de me faire fracturer la rétine ...
"Et si la chasuble FFR avec des zones de couleurs vous apprenez à mieux plaquer ?"

vraiment ?
apprenait ou il faut tourner la phrase autrement

@ChatNoir

je ne sais pas si on a le droit de tourner une phrase

@Dormeur 15

Je pense que ce n'est pas interdit, mais je ne vois pas trop l'intérêt car on perd beaucoup en compréhension.

Regarde : .noisnehérpmoc ne puocuaeb drep no rac têrétni'l port sap siov en ej siam ,tidretni sap tse'n ec euq esnep eJ

@ChatNoir

C'est dans le cadre du programme "Bien conjuguez".

@Team Viscères

Je sais pas pour toi mais perso j'ai vomi dans ma bouche en lisant le titre

@Les courses en houle

J’ai quand même appris que chasuble est un nom féminin.
Toutes ces années à dire un chasuble... probablement étais je influencé par l’odeur.

  • math1907
    14533 points
  • il y a 1 semaine

C'est très bien de vouloir lutter contre les blessures et de vouloir que les joueurs plaquent à nouveau, car là on invente rien, comme il faut!!!!
Pour autant les joueurs d'aujourd'hui sont ils à ce point demeurés pour avoir besoin d'une chasuble tel les enfants qui avaient à mon époque ( pas si lointaine je suis dans la quarantaine) des chaussures avec une étiquette verte ou rouge pour reconnaître son pied droit de son pied gauche!!!!???
Et pourtant j'ai pas l'impression d'avoir fait équipe avec des lumières, ce que je ne suis pas non plus, par contre j'ai tjrs assez bien compris qu'il fallait plaquer à la taille et on a tous très vite compris qu'il y avait un côté moins pratique et qui piquait plus quand on mettait pas la tête du bon côté !!!!!!

Bientôt vont apparaître des maillots de matchs avec une couleur sur les épaules des piliers pour ne pas se tromper en entrant en mêlée et sur le flanc pour que le pilier adverse ai une bonne liaison, des chaussures rouges pour les secondes lignes pour pas introduire directement dans leur pieds, L'arbitre aura une bombe de mousse pour tracer les alignements en touche pour éviter la triche comme avec les footballeurs sur les coups francs, une ligne rouge pour les 22 m pour permettre aux joueurs de savoir si ils peuvent ou non dégager directement en touche,.....

Pour moi c'est tout de même surprenant !!
Si il faut passer par là et que ça marche, pourquoi pas.

  • ARI
    7993 points
  • il y a 1 semaine

Un maillot d'athlétisme russe des années 80 ?

Pour un jeu vidéo, pourquoi pas?

Mais enfin pourquoi ne pas y avoir pensé plus tôt. 🙉
Ben oui depuis le temps que les éducateurs et entraîneurs, n'apprennent pas ce geste.
Le problème c est, ce que renvoie le rugby pro.
Bon on a pu quand même apprécier, de voir le nom du grand sponsor de la FFR, qui ponctionne en passant un pourcentage de plus en plus important sur les licences.

Bonne initiative pour les joueurs non latéralisés, on pourra juste dire "vert" ou "rouge" au lieu d'essayer de leur apprendre la différence entre gauche et droite.
Par contre on aurait peut-être dû prendre d'autres couleurs, c'est peut-être problématique pour les daltoniens.

Rouge, je m’arrête
Vert, je passe
Rouge, je m’arrête
Vert, je passe

Rouge, je passe
Vert, je m’arrête

Pas facile pour trouver une cravate assortie.

@lelinzhou

Beuuuheuu, c est interdit d abord !

@Passovale

Seulement les cravates faites à la main.

  • Nokian
    4311 points
  • il y a 1 semaine

S'il pouvait bipper quand tu touches une mauvaise zone ca serait encore mieux 😃
Sur le principe ca à l'air pas mal en tout cas au moins pour débuter. Après la réalité du jeu et la vitesse des prises de décisions ca sera autre chose.

@Nokian

Une décharge électrique dans la chasuble quand tu plaques avec la mauvaise épaule, soit le mec comprend rapidement soit le conditionnement fera le boulot à sa place.

  • math1907
    14533 points
  • il y a 1 semaine
@Team Viscères

Ça à la limite, ça aurait du sens car ça nimpacterait que les benets incapable de comprendre comment il faut plaquer !!!!

@Team Viscères

Ça risque de créer des matchs sous tension !

Derniers articles

Réseaux Sociaux
News
News
Vidéos
News
News
Transferts
News
News
News
News