CHAMPIONS CUP. Haletantes et à suspense, les demi-finales franco-françaises sont toujours passionnantes
Les demi finales 100 % françaises en Coupe d'Europe : toujours des matchs particuliers.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Les chocs franco-français en demi-finales de Coupe d'Europe ont toujours proposé des rencontres indécises et serrées pour la qualification.

La dernière demi-finale franco-française remonte à l'an dernier. Le Stade Toulousain avait pris le dessus à Ernest Wallon d'une équipe de l'UBB fragilisée par la Covid et qui n'avait pu s'entrainer normalement les jours précédents. Victoire 21-9 de Toulouse qui derrière est allée chercher son cinquième sacre européen face à La Rochelle à Twickenham. Les précédentes demi-finales franco-françaises de Coupe d'Europe, ont toujours été âprement disputées. Retour sur ses rencontres fratricides encore dans les mémoires des supporters de l'époque.

Champions Cup. Racing-La Rochelle à Lens : vers un inévitable fiasco ?Champions Cup. Racing-La Rochelle à Lens : vers un inévitable fiasco ?

Toulouse - Brive, 1997

Troisième compétition européenne des clubs de l'histoire. Et quelle affiche ! Les champions 1996 (Toulouse) et Brive (1997) se retrouvent pour ce qui était annoncé comme une finale avant l'heure. Les hommes de Guy Novès voulaient prendre leur revanche après leur défaite à ce même stade de la compétition face à la même équipe. Un Stadium de Toulouse plein pour l'occasion, où les Penaud, Casadéi, Travers et un certain Régis Sonnes, étaient attendus de pied ferme. Une rencontre disputée fin décembre, où Toulousains et Brivistes n'arriveront pas à se départager à l'issue des 80 minutes, et même au-delà. MAIS. Brive ayant marqué deux essais contre un seul pour le Stade Toulousain, ce sont les Corréziens qui atteindront la finale à Bordeaux face aux Anglais de Bath. Score final : 22 partout.

Colomiers - Perpignan, 1999

L'épopée de la bande à Galthié. Toujours au Stadium de Toulouse, Columérins et Catalans se disputaient le droit d'affronter l'Ulster en finale à Lansdowne Road. Le finaliste du championnat de France 1998 Perpignan, n'arrivait pas à prendre le dessus sur Colomiers, presque à domicile. Une rencontre serrée jusqu'au bout. 10-6 pour l'USC au coup de sifflet final. C'était tendu. C'était disputé. Un vrai match hivernal. Et c'est Colomiers qui est passé. 

Toulouse - Biarritz, 2004

Pour l'occasion, Toulouse et Biarritz avaient convenu de délocaliser la rencontre à Bordeaux au stade Chaban-Delmas pour que la rencontre se joue sur terrain neutre et que la fête soit belle. Sous un grand soleil printanier, les Rouges et Noirs dominaient la rencontre. Dans le sillage d'un très grand Yannick Jauzion, Toulouse était en tête à la mi-temps grâce à la botte de Frédéric Michalak (9-3). Mais c'est Biarritz qui revenait plus fort en deuxième mi-temps. Une pénalité de Dimitri Yachvili et un essai de Philippe Binabé permettaient au BO de passer devant 9 à 11. Toulouse réagissait de la plus belle des manières en produisant du jeu. Biarritz céda sur une charge d'Isitolo Maka qui finissait dans l'en-but. Les Basques n'arrivaient pas à revenir, et Toulouse, bien que maladroit dans le dernier geste, scella le score par un drop de Yann Delaigue à la dernière seconde. 19 à 11. Toulouse retrouvait la finale de Coupe d'Europe pour la troisième fois de son histoire. 

Paris - Biarritz, 2005

La rivalité entre Paris et Biarritz était à son paroxysme. Dans un Parc des Princes plein à craquer, le Stade Français a réalisé un retour fracassant au score en fin de rencontre. En tête à la pause (3-9), menant même 17 à 6 à dix minutes de la fin grâce à la botte de Dimitri Yachvili et un essai de Damien Traille, les coéquipiers d'Imanol Harinordoquy ont cédé dans le dernier quart d'heure. Une explosion en vol terrible. D'abord un essai de Jérôme Fillol transformé par lui-même à 6 minutes du terme. Puis un essai de Christophe Dominici au ras d'un regroupement pour aller planter l'essai de la qualification. 

Sans doute la demi-finale la plus folle entre deux clubs français que l'on ait vue jusqu'ici. Franciliens et Rochelais nous livreront-ils pareil scénario ce dimanche à Lens ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

On pourrait même dire des luttes consanguines ?

@Amis à Laporte

voire sanguines!

Derniers articles

News
News
News
News
Vidéos
Réseaux Sociaux
News
News
Vidéos
News
Vidéos