Bernard Lapasset veut révolutionner les conditions d'éligibilité en équipe nationale : la fin des étrangers ?
Bernard Lapasset ne veut plus d'étrangers en équipe nationale.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Le président de World Rugby souhaite révolutionner le système permettant aux équipes nationales de sélectionner des étrangers. Qu'en pensez-vous ?
Internationaux français depuis cet automne et un match face aux Fidji, Scott Spedding, Uini Atonio et Rory Kockott seront-ils les derniers étrangers à porter le maillot de l'équipe de France de rugby ? C'est le souhait de Bernard Lapasset, le président de World Rugby (ex-IRB) pour l'après-Coupe du monde. Pour ceux qui l'ignorent, rappelons qu'un joueur est éligible en équipe nationale après avoir vécu trois ans dans le pays correspondant, selon la règle de la résidence. C'est le cas du Sud-Africain Rory Kockott, débarqué à Castres en 2011, qui pouvait donc prétendre aux Bleus en 2014. Problème, le XV de France n'est pas la seule nation à profiter de cette règle, loin de là. De l'Angleterre au Japon, en passant par l'Italie ou la Nouvelle-Zélande, nombreuses sont les équipes à profiter du système. Or, selon le Midi Olympique, Bernard Lapasset souhaite révolutionner ce dernier « en aménageant la règle d’éligibilité des joueurs. »

Concrètement, que va-t-il se passer ? Un groupe de travail va être formé pour définir la réflexion de Lapasset, qui quittera ses fonctions fin 2015 pour se concentrer sur la candidature française aux JO de 2024. La proposition de loi sera ensuite présentée au comité exécutif de World Rugby, puis soumise à un vote des vingt-huit membres du conseil. Or, ces derniers ne sont pas forcément convaincus par cette proposition. Pour le Midol, Lapasset explique sa position :

Où va-t-on s'arrêter ? Que devient l'identité d'une équipe nationale ou celle d'un maillot ? […] Jadis, on quittait un pays parce qu'on n'y avait pas d'avenir. C'était vital. La partie financière n'était pas le facteur primordial de l'exil. Il fallait survivre. On choisit aujourd'hui son pays d'adoption en fonction de l'argent qu'il procure. Il faut donc fixer une règle. [...] Je ne condamne pas. Mais tout cela conduit inexorablement à l'uniformisation du jeu.

Pour l'instant, cet aménagement de la règle reste vague. Le cas de Scott Spedding, qui a son passeport français, est différent de celui de Kockott ou de celui d'un Sean Maitland, sélectionné avec l’Écosse grâce au sang de ses grands-parents.

Une perte pour le XV de France, vraiment ?

Six, c'est le nombre de joueurs étrangers utilisés chez les Bleus sous l'ère PSA. Le Fidjien Noa Nakaitaci pourrait être le septième dès samedi prochain face au Pays de Galles. Pour quelle réussite ? À la base, la sélection de ces joueurs devait apporter un véritable plus au XV de France, un étranger n'étant sélectionné qu'en cas de plus-value. Or, si Scott Spedding nous a tous ému avec ses larmes lorsqu'il a appris sa sélection, il n'a pas fait oublier Brice Dulin, loin de là. Rien ne dit que sans sa blessure, Rory Kockott n'aurait pas été éjecté du groupe France après deux prestations ternes dans le Tournoi, alors que la France compte Parra, Tillous-Borde ou Machenaud en réserve. Qui se souvient encore de Daniel Kotze ? Antonie Claassen a lui aussi disparu des radars... pour un autre Sud-Africain, Bernard Le Roux. Lequel est sûrement le seul de ces néo-tricolores à avoir démontré régulièrement des choses sur le pré si on met de côté les entrées en jeu d'Uini Atonio.

Lorsqu'il avait été question de sélectionner des étrangers, Saint-André rappelait à tous les cas de Benazzi, De Villiers ou Marsh, que personne ne saurait contester aujourd'hui. L'arrivée de Spedding et compagnie devait également apporter plus de puissance dans le jeu des Bleus pour rivaliser avec les meilleures nations mondiales. Or, à six mois de la Coupe du monde, la France n'impressionne personne. Et les étrangers « nouvelle génération » n'ont pour l'instant ni la réussite, ni l'aura de leurs aînés.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Harry
  • il y a 5 ans

Il ne faut précisément plus lier en aucune façon l'égibilité à la nté …c'est la porte ouverte à toutes les dérives en tous genres pour acquérir une nté…les pays ont en en outre des lois fondamentales différentes! La NZ a réformé son droit du sol depuis 2006 quand elle a pris conscience du nombre d'iliennes qui venaient accoucher en NZ pour que leurs enfants aient la double nté et ce qui va avec,elle l'a considérablement restreint…J'ai deux enfants qui sont nés à l'étranger et y ont vécu pendant plus de 18 ans ,ils n'ont jamais eu que la nté française car leurs pays de naissance ne pratiquaient pas et ne pratiquent toujours pas , comme la plupart des pays du monde, le droit du sol

Les Samoas ne bénéficent pas de la règle des aïeux? 17 joueurs de l'équipe actuelle des Samoas sont nés en Nouvelle Zelande (et ça ne prend que ceux donc j'ai trouvé l'info sur Wikipedia).
Je pense que les 17 joueurs, on aussi pris leur première licence en Nouvelle-Zélande. Du coup ça va pas laisser grand monde.
La règle actuelle laisse le choix aux joueurs. Soient ils choisissent leur pays d'origines, soient leur pays de résidence. La règle actuelle n'empêchait pas Atonio de jouer pour les Samoas. Il a choisit de jouer pour la France. C'est la même chose avec Kockott.
Ensuite je ne vois pas très bien, Harry, où tu me vois édicter une nouvelle règle. Dusautoir, Guitoune, Nyanga ont des passeports français. Ils peuvent donc jouer pour la France. Ils auraient surement pu aussi choisir une autre nationalité (ça dépend des pays et des lois, je ne suis pas sure) et jouer pour ce pays là. C'est par exemple le cas des frères Lund dont un est Norvégien et l'autre Anglais. C'est bizarre mais c'est possible.
Je vais repreciser ma pensée. Pour moi la règle des 3 ans de résidences (qui est celle qui fait tant plaisir à la France en ce moment), elle a été créé pour les petits pays (comme le Japon et l'Espagne). Et je trouverais dommage qu'elles soient supprimées parce que la France en abuse. Au final ça pénaliserait plus les petits pays que la France.

  • Harry
  • il y a 5 ans

La référence aux soit-disant aïeux est une escroquerie dont usent et abusent Galles ,Ecosse et les pays du Commonwealth ,elle ne bénéficie nullement aux Fidji,Tongas,Samoas (Atonio ne joue pas avec le maillot samoan que je sache..)
Pour la France:
Avec la règle actuelle Nakaitaçi bientôt Tuisova et d'autres ne pourront pas jouer pour leurs pays…
En suivant ton exemple du georgien,Dussautoir devrait pouvoir jouer pour la Cote d'ivoire,Nyanga pour la RDC,Guitoune pour l'Algérie etc…il ne faut plus une règle qui puisse permettre au joueur de choisir de représenter une fédération par défaut sinon ce sera le même problème qu'au foot,il faut que ce soit imposé et intangible dès 16 ans...

Non mais Harry je crois qu'on est presque d'accord en fait. Ta règle éviterait effectivement les abus des grosses nations. Mais j'y vois beaucoup de défauts aussi.
Je le répète mais au départ cette règle des 3 ans de résidences, elle existe pour les petits pays qui en rugby sont bien plus nombreux que les grands. Par exemple, le Japon bénéficie de cette règle et ils sont 11eme au ranking. Il me semble que l'Espagne, Hong Kong, la Pologne, la Suisse (en tous les cas en féminine) en profitent aussi. Ils sont tous au-dessus du rang 50. Et dans la plupart des cas, la première raison d'expatriation n'est pas le rugby (les joueurs ne sont pas pros).
C'est la même chose avec la règle des grands parents. Les equipes qui en bénéficient sont l'Ecosse, le Pays de Galles, les Samoa, les Fiji et les Tongas. Est-ce-qu'il faut pénaliser ces équipes?
Si on continue comme ça on va se retrouver avec très peu de pays compétitifs et une Coupe du Monde encore plus chiante que maintenant.
Dans ton exemple du Géorgien qui signerait sa première licence en France avant ses 16ans. C'est la petite nation que tu pénalises. Imagine (et je pense que ça arrive), qu'il soit né en Géorgie et est déménagé en France à un jeune âge à cause de ses parents (pour des raisons qui n'ont rien à voir avec le rugby). Il a 12 ans, il découvre le rugby et il devient fort. Comme il a été formé en France, il ne peut plus jouer pour la Géorgie alors que c'est son pays et qu'il veut le représenter? Au lieu de ça il doit jouer pour la France obligatoirement?
Et encore une fois aujourd'hui, aucune "😜etite nation" a été pillé par la France. Speeding et Kockott ils sont sudafs, on peut pas vraiment parler de pillage. A la limite Benazzi et Debaty peuvent être considérer comme du pillage. Mais bon pour Debaty comme pour Benazzi je pense qu'ils n'auraient jamais joué pour leur pays d'origine. Par exemple le norvégien Erik Lund n'a jamais mis les pieds en équipe nationale parce que le calendrier international des équipes de secondes zones n'est pas du tout en ligne avec celui d'un professionnel. Alors pillage ou pas?
Le rugby est un des derniers sports-co a encore avoir des divisions de niveau dans les équipes nationales. Ca évite les grosses raclées, mais ça limite aussi la progression de ce sport dans les pays qui n'ont pas de "traditions".
Les règles de sélection (et le hand est dans le même cas) est un problème de croissance. Les petits pays ont besoin de règles plus faciles pour pouvoir progresser mais les gros (ou riches) pays ne devraient pas en profiter non plus.
Dans le cas de la France, le réservoir potentiel de joueurs est normalement assez gros pour ne pas avoir besoin de Kockott en demi de mêlée. Et c'est triste qu'on en arrive là.
Mais encore une fois, changer la règle pour limiter les abus c'est prendre le gros risque de pénaliser toutes les petites nations. Et je suis pas sure que le rugby soit assez universel pour pouvoir se le permettre.

Lapasset me fait penser à ces joueurs de foot qui ne forcent pas trop et qui à 6 mois de leur fin de contrat se mettent à courir dans tous les sens pour se faire recruter ailleurs.

  • Harry
  • il y a 5 ans

Et aussi par son lieu de naissance et son lieu de résidence entre sa naissance et sa seizième année …s'il est d'une petite nation du rugby ,il évoluera ensuite dans un grand club étranger qui le recrutera après 16 ans et finira de le former mais il ne pourra jamais jouer pour une autre fédération au niveau international…les mesures dont on parle ne portent pas sur les carrières professionnelles des joueurs mais uniquement sur leurs matchs en équipe nationale :ce n'est pas et ne sera jamais l'essentiel (excepté pour les AB) de la carrière d'un joueur …j'ai l'impression que pas mal ne voit pas la nuance,cela n'empêcherait pas les meilleurs d'être recruté s'ils le souhaitent ,par les meilleurs clubs et ainsi encaisser les dividendes de leur travailxmh

  • Nauor
    5953 points
  • il y a 5 ans

@Harry
Ce qui me gène vraiment dans ta règle, c'est le fait d'imposé au joueur sa sélection par son lieux de formation. Mais certain vont justement dans les pays dit de rugby pour avoir accès a un centre de formation car leur pays n'a pas forcément les moyens. Avec cette règle tu risque plus de tuer les petites nations que de gêner les grosse nations. Même a mon avis cela les inciterai encore plus à allez chercher des pépites dans d'autre pays pour les formé et les rendre éligible a leur pays.

  • Harry
  • il y a 6 ans

@Frenchrugby:mais on parle bien du haut niveau puisqu'on parle d'équipe nationale on ne parle pas du pratiquant lambda pour lequel ça ne change rien…actuellement la règle permet de piller les petites nations de leurs joueurs à plus haut potentiel, les autres ne sont pas concernés et ne seront même jamais sollicités….
On peut très bien imaginer des dérogations notamment comme dans ton exemple
pour les vrais expatriés (hors spécifiquement rugby ) en faveur de nations qui sont au delà du 50 ème au ranking mondial par exemple en les limitant en nombre .
Et bien non le géorgien en question ne pourrait pas jouer pour la Georgie par défaut …Et dis toi bien qu'avec la règle actuelle s'il a vraiment un gros potentiel on ira le chercher même à 18 ans pour en faire un international du pays d'accueil 3 ans plus tard ! C'est à cela qu'il faut mettre fin pour protéger les petites nations,sinon elles se feront piller de plus en plus…cf les formations délocalisées d'iliens pour en faire des JIFF

Harry, donc dans ton cas. Un géorgien qui commence le rugby en France à 16ans ne peut pas jouer pour la Géorgie? Même si le mec joue en Fédérale 2 et a aucune chance de jouer pour la France?
Et encore une fois, on fait quoi des expatriés qui jouent dans des pays très très loin dans la hiérarchie mondiale. Par exemple, je suis française, mais j'habite dans un pays étranger (peu réputé pour son rugby). J'aime bien mon nouveau pays, mais pas au point de prendre la nationalité. Je joue au rugby mais très mal (en tous les cas en France) depuis mon enfance. Je commence à jouer dans mon nouveau pays et au bout de 3 ans on me dit que je peux faire partie de la sélection nationale si je veux. Et surtout on me dit: ça serait bien comme ça on pourrait refaire une équipe de 15 féminine dans ce pays. Eh ben ma réponse sera surement oui.
Je n'aurais jamais aucune chance de jouer pour la France, et j'aime bien mon nouveau pays d'adoption que je n'ai pas choisi à cause du rugby. Alors pourquoi pas?
Il y a pleins pleins pleins de pays très bas dans la hiérarchie mondiale qui sont dans ce cas. Et franchement ça permet de développer le sport quand il est quasiment absent.
Je le redis, mais le rugbynistère et son ministère des affaires étrangères est pleins d'exemples de ce type là. Il suffit d'aller cliquer sur le lien pour lire les histoires sur le comptable en Slovaquie, ou sur les 2 frères qui jouent pour le Laos.
Là on parle pas du rugby des pros où on dépasse de l'argent pour les former ou pas d'ailleurs. Non on parle d'amateurs qui par les hasards de la vie se retrouve à pouvoir représenter un autre pays que la France.
Cette règle existe (et c'est la même chose en hand) pour permettre à des pays sans tradition de pouvoir lancer et maintenir une équipe nationale. Et pour un sport comme le rugby qui veut devenir universel (et qui est olympique), ça me semble absurde de la supprimer parce que 4 nations de haut rangs ne respectent pas l'esprit de la règle.


Je crois qu'effectivement on peut se poser des questions, pas en terme de nationalités des uns et des autres. Mais surtout en terme de formation et d'uniformisation du rugby mondial dans les années à venir.
Nous ne battrons jamais la NZ ou l'AfS, régulièrement en leur prenant des joueurs dont ils ne veulent pas. La vraie question c'est la formation, formons des joueurs (de quelques nationalités qu'ils soient) à un système de jeu qui nous soit propre et advienne que pourra.
A vouloir imiter, on fait toujours moins bien que l'original, non seulement nous n'arrivons pas à faire aussi bien qu'eux mais en plus on perd ce qui faisait notre spécificité.

  • Harry
  • il y a 6 ans

@Frenchviking:c'est précisément pour ça que géorgiens,roumains ,slovaques iliens et cie ne devraient pouvoir jouer que pour la fédération chez laquelle ils ont pris leur première licence avant leur seizième année….si l'on pense que 16 ans est trop jeune , on pourra spécifier que toute première licence de rugby délivrée à un joueur né dans un autre pays que le sien ne constitue pas un critère d'éligibilité internationale à la fédération du pays d'accueil
Il n' y'a en effet rien de choquant,à ce que le géorgien ou le roumain qui n'a jamais touché un ballon de rugby quand il était dans son pays de naissance ne puisse pas jouer pour le pays qu'il a quitté et au contraire il puisse jouer pour celui qui l'a accueilli et formé
c'est un peu le même problème chez les footeux qui sont formés à grands frais en France et profite ensuite de leur bi-nationalité en jouant pour le compte d'autres nations parfois adversaires de l'edf de foot ….c'est le monde à l'envers ou le bâton pour se faire battre ,comme on veut!

Le problème de cette réforme c'est que finalement ça va pénaliser toutes les petites équipes. Toutes celles qui sont en secondes voire troisième division mondiale.
Il y a pleins de nations qui ont une équipe nationale et qui peuvent jouer en international grâce à cette règle des 3 ans de résidences. Et ils me semblent que le Rugbynistère et son Ministère des affaires étrangères est pleins d'exemples.
Alors c'est facile de dire que pour la France, l'Angleterre, la Nouvelle-Zélande c'est pas bien. Oui en France si on ne prend pas Kockott, il reste des 9 potables. Mais il arrive quoi à l'Espagne si on enlève les français qui y jouent? Et la Géorgie? la Roumanie ? la Slovaquie? la Slovenie ? la Hongrie? le Laos? la Norvège? Et tant d'autres...
Si on veut continuer à développer le rugby dans ces petites pays, cette règle est surement vitale.
Alors oui pour l'élite de ce sport, et dans les rares nations où il est sport national, cette règle est ridicule quand elle est appliquée. Oui mais voilà, le rugby ne se limite pas à 4 pays (ou en tous les cas il devrait essayer de se développer), alors changer une règle pour eux c'est un peu absurde.

Et je rejoins tout ceux qui rappellent que les Samoas, les Fijis et les Tongas font aussi partie de ses pays qui bénéficient de la règle. Et pour moi c'est une bonne chose.

  • pepe31
    6949 points
  • il y a 6 ans

Insupportable de voir un mec comme Kockott (qui par ailleur est un bon joueur) porter le maillot bleu (ou rouge!) alors que nous avons tout un reservoir de 9 de qualité.

Je n'ai pas vos connaissances, mais juste une question : serait-ce grave pour le rugby français ?

  • Harry
  • il y a 6 ans

@Glas:ça je le sais très bien ,mais rien n'empêche Word Rugby de rendre statutairement inéligible (comme elle a bien su rendre éligibles les joueurs étrangers qui ont 3 ans de résidence !!!) à une sélection internationale à VII ou à XV un joueur qui a déjà représenté une nation dans un autre sport sans bien sur en désigner un et préciser lequel

  • ToToNe
    4001 points
  • il y a 6 ans

Ouais enfin, je suis peut être jeune et naïf mais pour moi, si le gus veut prétendre jouer pour un pays, c'est soit il joue avec le pays qui est sur son passeport, soit il a fait parti pendant au moins 5 ans d'un centre de formation dans le pays.
Alors oui c'est restrictif mais au moins les centre de formation serviront pour le réservoir national...
Car excusez moi mais si je gérai un centre de formation tel que la Rochelle qui nous sort des pépites ou Toulouse par exemple et qu'on voit le nombre de gaulois sur la feuille de match il y a de quoi écœurer les 35 ans de boulot pour avoir des subventions, terrains, profs, écoles...
Car créer un école de rugby en France il y a 30-40 ans c'était la croix et la bannière et tout ces efforts pour quoi ? parce qu'un mec qui n'est pas nationalisé prenne le maillot du pays ??? non mais allo quoi 🙂 (oh purée je l'ai placé).
enfin quand je vois les gamins de 15 ans en école de rugby avec du potentiel*, raccrocher les crampons avec comme arguments, bein de toute manière ça sert à rien on sera jamais recruté de toutes manières alors ça sert à rien de continuer a venir...
Et ils on pas tort sur le fond, on va leur préférer des importés pour jouer en première en senior... et ils ne peuvent même pas espérer être surclassé pour un ou deux matchs.. on ira prendre des mecs ailleurs... et c'est gerbant car ça ce passe tout les week-end...

  • ToToNe
    4001 points
  • il y a 6 ans

Ouais enfin, je suis peut être jeune et naïf mais pour moi, si le gus veut prétendre jouer pour un pays, c'est soit il joue avec le pays qui est sur son passeport, soit il a fait parti pendant au moins 5 ans d'un centre de formation dans le pays.
Alors oui c'est restrictif mais au moins les centre de formation serviront pour le réservoir national...
Car excusez moi mais si je gérai un centre de formation tel que la Rochelle qui nous sort des pépites ou Toulouse par exemple et qu'on voit le nombre de gaulois sur la feuille de match il y a de quoi écœurer les 35 ans de boulot pour avoir des subventions, terrains, profs, écoles...
Car créer un école de rugby en France il y a 30-40 ans c'était la croix et la bannière et tout ces efforts pour quoi ? parce qu'un mec qui n'est pas nationalisé prenne le maillot du pays ??? non mais allo quoi 🙂 (oh purée je l'ai placé).
enfin quand je vois les gamins de 15 ans en école de rugby avec du potentiel*, raccrocher les crampons avec comme arguments, bein de toute manière ça sert à rien on sera jamais recruté de toutes manières alors ça sert à rien de continuer a venir...
Et ils on pas tort sur le fond, on va leur préférer des importés pour jouer en première en senior... et ils ne peuvent même pas espérer être surclassé pour un ou deux matchs.. on ira prendre des mecs ailleurs... et c'est gerbant car ça ce passe tout les week-end...

@Harry:

L'histoire des fédérations XIII / XV en l'occurrence est impossible, ce sont 2 fédérations différentes, et qui refusent obstinément de dialoguer (sans même parler de se coordonner).

Exemple: les joueurs Français formés à XIII ne sont pas considérés comme JIFF à XV, et ce, même s'ils sont sélectionnés en EdF à XV (c'est le cas par exemple de Fabrice Estebanez), ça te donne une idée du ridicule de la loi JIFF au passage (mais ça on le savait déjà).

  • Harry
  • il y a 6 ans

@Nauor:ils arrivent rarement en Europe avant 16 ans ! On peut dire aussi pour le pays de la première licence prise…actuellement les iliens qui jouent pour leurs fédérations d'origine ou d'autres fédérations sont ceux que NZ et AUS n'ont pas repéré ou retenu en sélection ça ne serait pas pire et au moins ça circonscrirait l'exode

  • Nauor
    5953 points
  • il y a 6 ans

@Harry
"Q'un tongien qui a eu sa première licence (il ne s'agit pas de sport scolaire) avant 16 ans dans un club de rugby en NZ ne puisse pas jouer ailleurs qu'en NZ,ça dérangerait qui?" Les tongiens et dans le même cas Les Fidji et les Samoa qui la plus part de leur joueurs formés en Europe (surtout en France) ou chez les NZ, Australiens

@Harry
Il est difficile de trouver un juste milieu, il y a énormément de cas particuliers, de situations différentes selon les pays. Mais dire à un type : «  tiens, tu as vécu un an en Italie lorsque tu avais 17 ans donc tu ne pourras pas jouer pour ton pays » ne résoudra pas les incongruités qui gênent tout le monde.

Je pense qu'arrêter avec l’histoire des aïeuls serait déjà une mesure simple : qu’un type qui n’a jamais foutu les pieds dans un pays puisse en intégrer l’équipe nationale est pour moi incompréhensible.

  • HH
  • il y a 6 ans

@ Bibix974

Voir Lapasset à l'aile avec Nakaitaci et Dulin pour compléter le triangle contre les Gallois...
Putain je voudrais voir ça !!!
MDR

  • Harry
  • il y a 6 ans

@Grand Sachem: tes exemples sont excellents …que les frères Armitage ne puissent jouer que pour la France ,ça changerait quoi à la face du rugby? Q'un tongien qui a eu sa première licence (il ne s'agit pas de sport scolaire) avant 16 ans dans un club de rugby en NZ ne puisse pas jouer ailleurs qu'en NZ,ça dérangerait qui? c'est l'inverse,à savoir que que les NZ et autres aillent chercher des tongiens dans leurs iles ,qui est dérangeant.

Ah oui, me tromper d'article pour commenter, là je fais fort.

S'il reprend confiance en ses cannes il va recommencer à faire mal... Le voir à l'aile avec Nakaitaci et Dulin pour compléter le triangle contre les Gallois ça me déplairait pas !

Pas si simple : les frères Armitage ne pourraient pas jouer pour l’Angleterre parce qu’ils ont été ado en France ? Un Tongien qui fait du rugby en M18 dans un club de NZ ne pourra plus jamais jouer pour son pays ?

  • Harry
  • il y a 6 ans

Lapasset termine son mandat dans l'année…que n'a -t-il pas réfléchi à cette question pendant 8 ans ?
La mesure à prendre est simple 😛as question de nté ,c'est bidon et très facilement contournable ;
tout joueur licencié dans une quelconque fédération à l'âge de 16 ans et au-delà ne pourra représenter que cette dernière dans les compétitions internationales durant toute sa carrière quelque soit ses cousins ,ses grand parents,son lieu de résidence etc etc…C'est on ne peut plus simple à faire appliquer.Et aussi interdire aux joueurs qui ont représenté une fédération à 13 puisse en représenter une à 15

  • HH
  • il y a 6 ans

"À la base, la sélection de ces joueurs devait apporter un véritable plus au XV de France, un étranger n'étant sélectionné qu'en cas de plus-value."
J'espère que les français, eux aussi, sont sélectionnés qu'en cas de plus-value. Je dis ça parce que quand on voit les prestations de certains on en viendrait à en douter.

"L'arrivée de Spedding et compagnie devait également apporter plus de puissance dans le jeu des Bleus pour rivaliser avec les meilleures nations mondiales."
Certes, un surplus de puissance ne suffira pas au XV de France pour rivaliser avec les meilleurs. Mais en attendant quand Debaty (naturalisé, comme Spedding....donc français) et Atonio sont entrés contre l'Irlande, ça s'est senti et les rouquins n'en menaient pas large.

Tout ça pour dire qu'il ne faudrait pas non plus coller sur le dos de 3/4 joueurs les errements du XV de France sous prétexte qu'ils sont étrangers.

  • indy
    23083 points
  • il y a 6 ans

@No Comment : c'est Dupond "D" pas Dupont "T" ... tu confonds ! 🙂 🙂 🙂

  • Higelm
    15583 points
  • il y a 6 ans

Lapasset dépassé...

Ce qu'il raconte, c'est du pipo, ça n'a aucun crédit, du moins, pour la France.

Comme certains le soulignent, l'identité d'une équipe nationale ne se mesure pas à l'origine de ses joueurs mais aux larmes coulées quand on apprend qu'on est sélectionné, aux décibels libérées quand on chante une Marseillaise, aux gémissements du public quand on fait une charge ou qu'on plaque lourdement un adversaire, en bref, au degrés d'implication qu'on a à défendre les couleurs qu'on porte.

Aujourd'hui, quasiment tous les joueurs sous le maillot de l'équipe de France me porte satisfaction: quasiment... mais pas tous, même si je soulignerais plus la méforme globale de ces joueurs-là que le manque d'implication.

Le réel problème aujourd'hui, c'est l'harmonie qu'il y a entre joueurs français et joueurs étrangers dans les divisions supérieures, une harmonie qui n'est plus balancée. Le problème est à la base, au niveau de la formation des joueurs et de leurs parcours espoir puis professionnel, c'est à dire une fois dans les clubs. Ces jeunes mettent de plus en plus de temps à éclore, et une fois éclos, font face à une rude concurrence, et ça ne va pas aller en s'améliorant.

Alors forcément, à la place du manager, que feriez-vous entre sélectionner un joueur français moyen, et un bon joueur "étranger", en France depuis plusieurs années et ayant prouvé son attachement à ce pays?

Il y a débat aujourd'hui sur ce sujet, mais appliquer de nouvelles réglementations ne changera rien à notre vrai problème : le niveau des joueurs issus de la formation française. Investissons là dessus, régulons là dessus, et alors je suis sur que le peu de joueurs "étrangers" sélectionnés en équipe de France vaudra le coup.

  • dom666
    44014 points
  • il y a 6 ans

@ Michel-Michel-Michel
Tout juste. En résumé, la NZ augmente le niveau des Samoa, Tonga et Fidji. Ces trois équipes seraient plus performante s'l n'y avait pas de diaspora car combien de Fidjiens jouent en Top14,Aviva Premiership (qui à aussi son fidjien en équipe d'Angleterre) ou en Guiness Pro12?
Une des règles majeure en super rugby est que seul deux joueurs non sélectionnables peuvent se trouver sur la feuille de match.
La preuve une franchise c'est 32 joueurs + 5 WTC (groupe élargi).
Si on regarde les crusaders : 2 Fidjiens + 1 Samoan + 1 Japonais et 33 NZ.

Pour info chez les Boks, il y a un Zimbabwéen et non des moindre : Tendai "The Beast" Mtawarira

  • BoBoB
    8121 points
  • il y a 6 ans

Lapasset et révolution dans la même phrase, que c'est drôle.

Ses nouvelles conditions de sélections :
Chaque "étranger" aura un stage d'intégration gastronomique (culturel hein!) avec un 3 membres du comité directeur de la FFR.
Ce comité d'intégration sera dirigé par Michel Palmier.
J'en vois peu capable de passer le cut
😊

D'accord à 200%! A l'heure qu'il est c'est plus une sélection Barbarians que l'Equipe de France. Ca devient n'importe quoi, on perd tous sens d'identité.Dans 10 ans à ce rythme on se dira "T'es pour qui à ce match? -Ah pour Monde, quelle équipe"
Quand je lis des absudités du style "ouais mais les autres le font alors il faut le faire", je me rend compte de la mentalité dépourvu de valeur des bonhommes.
On a de bons joueurs Français, on a aucunement besoin de faire ça.

@Michel-Michel Michel
C'est vrai que cette stigmatisation des Néo-Z est un peu injuste, mais on se dit quand même qu'avec les joueurs locaux qu'ils ont il pourraient se passer de ces quelques joueurs illiens. Après, le problème c'est qu'ils ne prennent à l'étranger vraiment que les tout meilleurs: Sivivatu, Masoe, Laulala et maintenant Fekitoa (une bombe ce joueur, un Fofana en puissance!).
Ce qui est assez malhonnête c'est le peu que l'on dit de la situtation de l'Australie, simple exemple: tout leur alignement type 9-10-12-13 est né à l'étranger: Genia et Cooper ont déménagé en Australie étant adolescents, Lealiifano dans son enfance (le seul qui n'est peut pas vraiment titulaire d'ailleurs) et leur homme en forme du moment Kuridrani est arrivé des Fidji à 17 ans!
Que les rejets d'une grande nation s'"engagent" pour un pays moindre (NZ vers Samoa, AFS vers ... la France), tant pis pour les joueurs locaux du pays hôte, mais quand les meilleurs éléments de nations moindres sont recrutés par de nations majeures (Îles vers AUS et NZ), là c'est encore pire.
Dans les deux cas, la formation est dévalorisée dans le pays hôte, donc autant mettre terme à tout cela. Le rugby ne se fait pas honneur avec une régulation si permissive, si cela reste si laxe, le Qatar va s'y mettre à coup sur et nous monter la meilleure équipe de mercenaires au monde en 3 ans!!

@ indy
je confirme que martin est moins bon
et que dupont est encore jeune il est seulement en U-20

Qu'on interdise de nouvelles "naturalisations" OK.
Mais les mecs qui ont déjà joué pour une nation doivent continuer a pouvoir y jouer.
Parce que des mec de talent comme Atonio ou même kockott, ca serait inadmissible qu'ils ne puissent plus jouer pour une nation.
Par contre scot spedding il a la nationalité française il me semble...
Donc pas de problèmes...

  • Michel-Michel Michel
  • il y a 6 ans

@Prout
Le cas des néo-zélandais qui voleraient des pépites aux iliens est une légende,
sur les 1133 all blacks dans l'histoire, 6 iliens ont commencé le rugby hors NZ Sitiveni Sivivatu (Fiji), Malakai Fekitoa (Tonga), Chris Masoe, Casey Laulala, Alama Ieremia et Sosene Anesi (Samoa) et de ces 6 joueurs seul Iremia est arrivé en NZ après sa majorité.
Les Muliana, Kaino, Collins, So'ialo et d'autres sont arrivés en NZ à seulement 2 ou 4 ans (6 ans pour So'ialo).
Considérer les Miliaina, Kaino and co comme étrangers, c'est aussi ridicule que considérer Dusautoir (né en Côte d'Ivoire), Nyanga (né au Congo), Ouedraogo (né au Burkina Faso) ou Guitoune (né en Algérie) comme étrangers au sein du XV de France.

Les plus pénalisés, si cette règle venait à être appliquée seraient les Samoa (15 de leurs 30 joueurs à la dernière CDM étaient nés et formés pour la plupart en Nouvelle-Zélande), l'Italie, et des petites nations comme Hong Kong ou les Emirats Arabes Unis qui sont composées quasiment que d'expats.
A l'inverse, l'Argentine, la Géorgie, et je pense l'Afrique du Sud (à confirmer), n'ont que des joueurs né au pays, ayant la nationalité du pays et formés au pays (même si certains arrivent en espoirs, ils sont majeurs à leur arrivée à l'étranger et ont déjà joués un paquet d'années dans leur pays d'origine)

Les Samoa, les Fidji, et les Tonga aiment ça 👍

Il me semble mal parti le père Lapasset, quand tu vois comment la règle est utilisée par tous les pays et pas des moindre il risque de voir pas mal de personne contre lui.

Après personnellement je serai pour : Tu joues avec la nationalité marquée sur ton passeport. Un point c'est tout.

Après pour ce qui est d'avoir assez de joueur compétitifs il suffit de voir le nombre de joueurs sélectionnables dans les divers squad des équipes du super XV, on doit frôler les 95% alors qu'en France dans le top XIV on doit être juste à 60% et pas sûr d'y arriver. Ne cherchons pas plus loin les raisons de la pauvreté de notre rugby, après la formation est aussi très très importante.

étonnant d'employer le mot "éligibilité";éclairez ma lanterne, Mr Lapasset a été élu,si oui par qui?il faudra un jour donner aussi la parole aux joueurs concernés,;on veut toujours établir des régles pour les sportifs,mais par contre les décideurs sont là depuis des lustres, et continuent à faire la pluie et le beau temps!

  • indy
    23083 points
  • il y a 6 ans

Le débat ne doit pas porter sur untel ou untel, on s'en fout que Kockott ou Speeding soient meilleurs ou moins bon que Dupond ou Martin c'est le principe qui est a revoir si l'on ne veut pas voir le Qatar se monter un XV de toutes pièces comme ils en ont eu la possibilité pour le mondial de hand.
D'autre part, XV de France ou pas tous les étrangers auraient signé leur contrat pour jouer en France, je ne pense pas que de changer la règle sur l'éligibilité en équipe nationale amène une modification à cela.
Il suffit (et cela ne se fera probablement pas) de passer la durée de séjour de 3 a 5 ou 6 ans et le problème ne se posera plus dans les mêmes termes.

  • dom666
    44014 points
  • il y a 6 ans

Ce débat est mauvais. Par exemple les NZ, les samoans, tongiens voire fijiens viennent très souvent jeunes en NZ (ou en Australie). D'abord pour des raisons économiques car ces trois sont parmi les plus pauvres voire les moins démocratiques du monde. Ils apprennent le rugby jeune et parfois percent. Mais il y à beaucoup d'Iliens nés en NZ qui vont défendre les couleurs de leur pays d'origine. EX. (pas le meilleur): Taumalolo le tongien est né en NZ pas aux tongas De plus les maoris, samoans et tongiens font partie de la même ethnie tandis que les fijiens se rapprochent plus des Aborigènes d'Australie. Ont peut tenir le même raisonnement avec les namibiens et zimbabwéens vis à vis de l'Afrique du Sud.
En Europe on recrute des étrangers déjà formés donc le projet Lapasset serait logique. Mais il sera impossible à appliquer. La seule possibilité avoir un passeport du pays d’accueil, il faut en général plus de 3 ans pour pouvoir acquérir la nationalité, ce serait plus juste mais cela n’empêchera pas au club de recruter à l'extérieur...

  • prout
  • il y a 6 ans

Désolé pour la triplette!

  • prout
  • il y a 6 ans

Je pense que la réflexion de Lapasset va dans le bon sens. Il me semble qu'à part dans le cas d'une formation en France, ou d'une naturalisation et admettons 8 ou 10 ans de présence, on ne devrait pas pouvoir être sélectionné.

D'ailleurs, en sortant du débat franco-français, il me semble que la nation qui serait la plus pénalisée, ce serait la Nouvelle-Zelande. Ca permettrait de (re)mettre son formidable réservoir en avant - et d'éviter ainsi l'exil de bon nombre de joueurs néo-z vers l'Europe prématurément, ce qui en dernier lieu pourrait profiter aux jeunes français-, de rééquilibrer un peu les chances au niveau mondial et de renforcer les sélections îliennes (Samoa, Fidji, Tonga).

Il faut réserver le XV de France aux Ariégois et Biterrois.

Il faut voir également la réelle motivation de ces étrangers. Un joueur comme Spedding à pris la nationalité française et à clairement l'amour du maillot, Atonio et Claassen ont aussi régulièrement exprimés leur amour pour la France. Le roux a aussi fourni des efforts sur son français notamment et montre une belle volonté en bleu. Nakaitaci a exprimé son opinion, sa femme et sa fille sont françaises donc par conséquent il se sent plus français et le maillot bleu représente dorénavant plus à ses yeux que celui des Fidji (cf : différentes interviews)

A l'inverse, Kockott (je n'ai rien contre le bonhomme) a toujours exprimé son immense amour pour... l'Afrique du sud. Et l'envie de jouer pour les bleus uniquement en cas de non sélection avec les boks. Quand à Kotze, la encore rien contre le personnage mais je n'ai jamais compris sa sélection... C'est plutot prendre ces deux joueurs qui me dérange, surtout Kockott.

Pour ma part, le débat dépend finalement plus du cas par cas que d'une solution en générale, mais sélectionner uniquement des joueurs ayant la nationalité française ne me choquerai pas.

Mouais... Le coup de "avant on émigrait parce que sa vie était en danger ou qu'on avait pas le choix pour survivre" c'est du flan... Tous les émigrants ou presque sont partis pour trouver une vie meilleure et surtout une vie économique améliorée...

Par contre, on peut légitimement se demander si les règles pour faire jouer les étrangers ne pervertissent pas les rapports entre nations majeures et mineures... Si tous les Fidjiens jouaient pour leur pays et pas pour leurs pays d'adoption, ne seraient-ils pas ultra compétitifs ?

De la même manière, est ce que la règle des JIFF ne pervertit pas le système en poussant les clubs à recruter de plus en plus jeunes des étrangers pour qu'ils soient JIFF et ne partent pas en sélection ?

Et en fait, n'est ce pas les clubs eux-mêmes qui faussent les rapports en préférant des étrangers plutôt que des JIFF ? Mais en même temps, pour se maintenir en Top 14 lorsque l'on vient de Pro D2 ou en Pro D2 qu'en on vient de fédérale, les clubs savent que cela ne peut passer que par l'apport massif de joueurs étrangers...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News