[ANALYSE] Comment Antoine Dupont est-il toujours dans les bons coups ?
Antoine Dupont, le ministre de l'Intérieur.
Antoine Dupont est en très grande forme. Mais ce qui frappe en ce moment, c'est sa capacité à être en permanence au soutien de ses partenaires et ainsi profiter des bons coups. Analyse.

La qualité de son rugby ne cesse d'embraser le public à chacune de ses sorties, les plus illustres de ce jeu sont tous unanimes à son sujet et il est le chouchou d'Ernest-Wallon. Vous nous dîtes ? Kolbe ? Allez, il joue à la mêlée, vient de remporter le titre de meilleur joueur du Tounoi des 6 Nations et possède probablement le raffut droit le plus dévastateur de la planète. Dupont ? Voilà qui est mieux. Depuis la reprise du rugby en septembre dernier, le Toulousain impressionne tout son monde peut-être encore plus qu'avant. Pour beaucoup, il est même l'un aujourd'hui l'un des tous meilleurs numéro 9 de la planète, au moins l'égal d'Aaron Smith et de Faf De Klerk, dans un style différent. 

Mais ce qui est remarquable pour la plupart des observateurs, c'est la capacité du Stadiste à toujours flairer les bons coups et se retrouver, toujours dans le bon timing, au soutien intérieur de ses partenaires lors des attaques au large notamment. D'aucuns sur les réseaux sociaux n'ont pas hésité à le renommer non sans humour : "Dupont, ministre de l'Intérieur". Et pour cause, si bon nombre de ses courses sans ballon lui ont permis de scorer en tout 15 essais en 38 titularisations depuis ses débuts en championnat seulement, c'est sur la scène internationale que cela se reflète le plus, avec 7 banderilles plantées en 16 petites sélections. Ses trois derniers essais en Bleu en témoignent : entre son doublé contre le Pays de Galles et sa réalisation face à l'Irlande, tous ont été inscrits lors d'une remise intérieure de ses partenaires pour le natif de Lannemezan !

Bien sûr, le fait qu'à Toulouse comme en EDF "Toto" évolue dans des équipes très joueuses n'est pas étranger à sa réussite insolente, mais tout de même. De mémoire de téléspectateur, le seul garçon aussi doué dans son placement offensif était le All Black TJ Perenara lors des années fastes des Hurricanes et lorsqu'il était dans la force de l'âge physiquement. Ainsi entre 2015 et 2016, soit quand les Canes ont fini successivement finalistes puis vainqueurs du Super Rugby avec une attaque démente, l'actuel leader du Haka inscrivit pas moins de 18 essais en 30 matches, dont plus de la moitié presque grâce à ses seules courses de soutien qui le plaçaient dans des situations idéales. Mais comment cela s'effectue et surtout si cela est si efficace, pourquoi sont-ils si peu de joueurs à le pratiquer ? Eléments de réponses ci-dessous et en images.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Cet article est financé par les adhérents, sans qui il n'aurait pas pu être publié. Vos adhésions nous ont permis de mobiliser plusieurs personnes pour cette publication. Vous pouvez y accéder et débloquer toutes les fonctionnalités des adhérents en nous soutenant !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News