Rugby No Limit 2017 - Présentation des équipes : Baby Nyn's
Les Baby Nyn's seront au Rugby No Limit 2017.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
L'équipe des Baby Nyn's sera bien présente au Rugby No Limit 2017 avec une équipe de choc composée de Valentin, Che ou encore Dorian le Canard en chef... Voici la présentation !

Le Rugby No Limit est le tournoi officiel du Rugbynistère qui se déroulera à Launaguet - à côté de Toulouse - le 30 juin (entreprises), le 1er et le 2 juillet 2017.

Nom d’équipe ?

Baby Nyn's


Pourquoi ce nom d’équipe ?

PARCE QUE !!!! signé Orangina Rouge.


De quel endroit de la France venez-vous ?

Nous venons de Perpignan, France, centre du monde.


Quel est votre joueur/joueuse le plus dangereux dans les deux premières mi-temps ?

Julien, notre benjamin à des jambes de feu, parfois... et une passe redoutable de précision, quelquefois...


Lequel est le plus dangereux en 3e mi-temps ?

Valentin sera plus qu'heureux de pousser la chansonnette et de montrer à tous les résultats des nombreuses heures passées à la salle.


Une anecdote croustillante sur un joueur de l’équipe ?

Je voudrais bien, mais son agent de probation m'a fait promettre de ne rien dire


Quelle a été la meilleure excuse de celui qui n’est pas venu ?

C'est les 15 ans de mariage du beau-frère de la tante de la cousine de la voisine de coiffeuse par alliance d'un mec de notre entourage.


Quel joueur de rugby rêverais-tu de rencontrer au Rugby No Limit ?

Jonathan Best, pour qu'il puisse voir enfin du vrai rugby, ça lui fera pas de mal.


On a préparé un Parcours Ninja, qui sera votre représentant Maître Splinter ?

Nous ne nous déplaçons jamais sans notre renard de l'en-but, Jessy, qui grâce à son esprit retors et son physique malingre saura déjouer les embûches du parcours. #fingersinthenose.


Voici quelques joueurs qui composeront l'équipe pour le 1er et 2 juillet 2017 :

  • Valentin Gleizal (24 ans, centre)
Valentin est un jeune joueur plein de fougue, qui aime enflammer le stade par ses crochets inexistants et ses passes aux chevilles (oui mais tendu...mais basse...oui mais tendu), une technique élaborée minutieusement en regardant au ralenti des vidéos de M. Bastareaud.
  • Jeoffrey Quinzanos (29, demi de mêlée)
Ce Normand, sus nommé le renard argenté, est descendu dans le sud afin de voir à quoi ressemblait le soleil, en échange, il nous a apporté sa bonne humeur et sa technique rugbystique pleine de crème et super onctueuse, du beau jeu bien gras comme on l'aime.
  • Léo Pons (22 ans , Ailier)
Léo nous vient du foot U.S, il aime les passes en-avant, les plaquages à la glotte, et les grands travers. Son jeu incertain en début de saison s'est amplifié au fil des matches, Léo est maintenant le joueur le plus improbable de l'équipe et nous gratifie de prestations plus surprenantes les unes que les autres. Il continuera, à n'en pas douter, à faire les beaux jours du club.

  • Julien Davi (23 , demi de mêlée)
Dit le Chinois, ses crochets aériens et sa célèbre toupie donnent le tournis à ses adversaires et aussi à ses coéquipiers qui ont du mal à le suivre, regardez et notez bien son numéro de maillot, vous allez courir souvent après...

  • Dorian Fernandez (25 ans, centre)
Canard en chef de tous les canards du club, Dorian est aussi un spécialiste de l'arbalète médiévale, il aura à cœur de vous montrer sa technique. Malgré son physique ingrat, il arrive quand même à proposer du jeu, hélas ses articulations fragiles l'empêchent souvent de concrétiser, enfin, c'est ce que dit sa copine...

  • Jessy Cayrol (27 ans, 3e ligne)
Jessy est notre roux de secours, membre honorifique du groupe des canards, il essaie de convertir d'autres joueurs. Avide de plaquages il peut s'en prendre parfois aux joueurs de son équipe afin de se rassasier. Râblé, mais puissant, les gros craignent de croiser son regard sournois et vicieux.

  • Eric Chevalier (pilier, vieux, un test au carbone 14 est en cours)
Co-président avec Yan, Che c'est un peu le papa à tous, voir même le papy, et quand je dis à tous je pense à l'ensemble de l'humanité, son sens du verbe n'a d'égal que son sens du toucher (on parle pas de rugby là) adepte du 15 qu'il rêve d'enfiler, il se retrouve bloqué au 1 qui lui va pas si mal finalement ! Robert Paparemborde, qui l'a bien connu en équipe de jeune, disait de lui : « Eric, c'est un maître en mêlé fermé, quand je l'entends gueuler « mais non » je me retrouve complètement dans ce garçon » Son crâne rasé cache un lourd secret de famille...il serait blond frisé, mais chut c'est un secret.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
News
News
Vidéos
Vidéos
Vidéos
News