Montpellier : Le plan social qui agite le club

Ecrit par vous !
Montpellier : Le plan social qui agite le club

Cet article est rédigé par Rémi Lestang, Merci à lui ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :

  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !

Selon le Midi Libre, onze emplois sur trente-six sont menacés au sein du club de Montpellier. Un plan social que les salariés dénoncent vigoureusement.

Montpellier : Le plan social qui agite le club
Montpellier traverse actuellement une grave crise interne : Selon le Midi Libre, la direction met en place un plan social qui menace 11 des 36 emplois administratifs et sportifs du club. Les employés du MHR sont particulièrement inquiets par la situation et certains n’hésitent pas à remettre en cause les méthodes jugées brutales du Président Mohed Altrad.

« En mars, on nous parlait d’une personne. Deux mois plus tard, on est à onze. Sept personnes ont déjà été reçues en entretien individuel. On leur dit : soit vous acceptez une rupture conventionnelle avec préavis de deux mois, soit c’est un licenciement et on trouvera une faute », s’insurge un administratif du club, sous le couvert de l’anonymat.

Parmi les personnes concernées, on retrouve Patrick Ballesta, le préparateur physique de l’équipe professionnelle ou Jean-Pierre Massines, l’un des dirigeants historiques. D’autres, dont deux handicapés, ont dû renoncer à leur temps plein et voir leur temps de travail diminuer de moitié. Le centre de formation serait quant à lui touché à hauteur de trois postes sur les sept existants.

A son arrivée, la direction avait promis un audit pour déterminer les postes superflus. Une annonce qui n’a pas été suivi d’effet, selon un salarié. La vague à venir de licenciements pourrait faire l’objet de litiges devant le Conseil des prud’hommes, ce qui aurait pour effet de plomber un peu plus les finances du club.

En tout cas, les salariés ne reconnaissent plus leur club : « Aujourd’hui, il n’y a plus de projet. C’est tellement anxiogène qu’on ne retrouve plus ces mots d’affectif, de sociabilité associés au rugby ».

La crainte des salariés est désormais que l’administratif soit sacrifié au profit du sportif.