VIDEO. Championnat d'Europe U18. L'impressionnante moisson dans les airs de Florian Verhaeghe
Championnat d’Europe U18. Florian Verhaeghe impressione dans les airs.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Le jeune Florian Verhaeghe a brillé dans les airs lors du match entre l'équipe de France des moins de 18 ans et l'Angleterre dans le Championnat d'Europe.
Ce mardi, l'équipe de France des moins de 18 ans a réussi à se qualifier pour la finale du Championnat d'Europe aux dépens de l'Angleterre (23-19). Une très belle performance que les Tricolores doivent en partie aux deux essais de Couilloud (15e) et Tolofua (55e) mais surtout à leur excellente conquête. Les Bleuets ont en effet été impériaux en mêlée, en subtilisant à plusieurs reprises le ballon sur introduction adverse à la faveur de très grosses poussées, mais également en touche. Cela, ils le doivent à leur très bonne technique mais aussi au talent de l'un des leurs, le jeune Florian Verhaeghe (2m02, 101 kilos). Sur la pelouse très humide du Stade Ernest Argeles à Blagnac, le deuxième ligne du Pôle France de Marcoussis et du Stade Toulousain a fait une véritable moisson dans les airs. Et ce, non seulement sur les lancers français mais aussi adverses en perturbant l'alignement anglais ou bien en leur volant le ballon. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle « monsieur 100 % ».



Originaire du nord de la France avant de débarquer dans le sud-ouest à l'âge de 4 ans, il est très rapidement tombé dans l'ovalie du côté de Montauban. Il ne lui a fallu que cinq années de pratique pour être repéré et intégrer le pôle espoir de Jolimont, avant de rejoindre le Stade Toulousain dès l'année suivante par l'intermédiaire d'un tutorat. « Je me sentais bien là-bas, je ne voulais pas partir tout de suite. Alors on a trouvé une alternative, » indique-t-il via Presse Papiers. Une progression logique pour ce jeune homme désormais âgé de 17 ans qui l'a mené au pôle France de Marcoussis et qui pourrait bien lui ouvrir les portes du XV de France dans un futur proche. Désormais coaché par David Gérard à Toulouse, il pourra peut-être se frotter au joueur qu'il admire, le Néo-Zélandais Brodie Retallick, dans quelques années.

En attendant, il y a une finale face à la Géorgie ce samedi à 17h au Stade Ernest Wallon à remporter (diffusée sur L'Equipe 21). Après une longue compétition, il avoue via le site de la FFR que « l'enchaînement des deux rencontres commence à piquer ». En confiance après leur succès contre l'Angleterre, les Français n'ont plus qu'un adverse à battre, mais « il ne faut pas prendre les Géorgiens à la légère, s'ils sont là, ce n'est pas par hasard. » Les Géorgiens ont en effet écarté l'Irlande et l'Italie en les poussant aux tirs au but. Pour lui qui joue au Stade Toulousain, évoluer pour la première vois à Ernest Wallon représente un grand moment dans sa jeune carrière. « C'est un peu comme un rêve de pouvoir évoluer sur ce terrain surtout avec le maillot de l'équipe de France. » Ne reste plus qu'à gagner pour ne pas gâcher la fête.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Bonsoir,
Je rentre du stade,
de l'envie, des passes, de la vitesse, des plaquages, bref du très beau jeu.
Mon seul commentaire : Félicitaion à tous

@+
Gilles

Derniers articles

News
Transferts
News
News
News
News
News
News
News
News
News