[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
La génération des champions de France cadets de l'an 2000
La génération des champions de France cadets de l'an 2000 a très fortement évolué vers des horizons différents
Pour naviguer simplement sur la page, cliquez sur les noms des joueurs dans la liste ci-dessous, et utilisez les liens « retour en haut » pour remonter en haut de la page.

En bas de gauche à droite : Bernard Sentenac(coach), Ludovic Cebollada (X), Christophe Dupuy, Pierre Gony, Nicolas Sisombath, Jacques Perrot, Vincent Blasco, Robert Labatut (manager), Mathieu Taulet (X), Jean-Baptiste Meurin, Vincent Bouscatel, Mathieu Gaulène (X), Christian Lafon (coach)
Au milieu de gauche à droite : Daniel Boudre (dirigeant), Marc-Antoine Tué (X), Etienne Bossuet (X), Aurélien Rouve, Cyril Loubradou, Jules Sire, Lionel Mazars, Florian Denos, Gaëtan Sanchez, Joffrey Maylin, Karl D'Agro (X), Docteur Lanies, Emile (soigneur)
En haut de gauche à droite : Claudie Perrot, Julien Patey, Andy Gueffier (X), Jonathan Dexpert, Olivier Reynaud-Sue, Pascal Chauvet, Yannick Lucas, Virgile Lacombe, Philippe Spanghero, Colas Casalta, Grégory Diaz, François Rous


*(X) Coordonnées manquantes, merci de nous les transmettre si vous avez ça en stock à maxime (arobase) lerugbynistere (point) fr. Les autres joueurs seront rajoutés après leurs interviews sur les prochaines semaines.


Pierre Gony   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de <a href=France cadets du Stade Toulousain - An 2000" title="[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000">
  • Date de naissance : 08/09/1984
  • Villes actuelles : Toulouse, Maroc et Madagascar
  • Situation : Célibataire
  • Travail : Fondateur, directeur Terres en Mêlées
  • Carrière : Stade Toulousain (jusqu'en espoirs), La Vallée du Girou (Fédérale 3–2-1), US Cheminots (Madagascar)
  • Poste : Ailier



Pourquoi avoir arrêté le rugby ?
J'ai arrêté le rugby en France en 2011 pour créer l'association Terres en Mêlées et m'investir à 300% dans ce projet de FADA ! Mon métier consiste à développer cette association de solidarité internationale qui utilise le rugby comme outil éducatif et vecteur de liens entre les peuples. J'ai la chance de vivre de ma passion et de voyager dans le monde entier avec comme seul passeport le ballon de rugby. En 3 ans, Terres en Mêlées a initié plus de 11000 enfants et formé et diplômé plus de 300 enseignants/prof d'EPS à l'éducation par le rugby dans 5 pays (Sénégal, Maroc, Togo, Cambodge et Madagascar). Cette année, j'ai aussi repris une licence à Madagascar et nous avons joué la finale de la Coupe du Président à Antananarive devant 45 000 spectateurs.

As-tu une anecdote à partager sur un joueur de cette génération, ou sur le jour de la finale en particulier ?
Esprit d'équipe, engagement et don de soi sont les ingrédients qui nous ont permis d'aller chercher ce titre contre cette magnifique formation de Mont de Marsan. Ce que j'aime à retenir du jour de la finale, c'est l'état de concentration et de détermination que les entraîneurs et les leaders du groupe avait réussi a nous transmettre car nous étions tous soudés joueurs, entraîneurs, dirigeants, parents... Ce titre restera un souvenir inoubliable.

Qui étaient selon toi les meilleurs joueurs de ta génération ?
Des garçons pétris de talent comme Nicolas Sisombath, Julien Patey, Virgile Lacombe, Yannick Lucas et Lionel Mazars étaient les fers de lance de cette génération 84.

Côtoies-tu encore certains de tes anciens coéquipiers ?
Ces 3 dernières années, j'ai plus vécu sur le continent africain (Sénégal, Maroc, Madagascar) mais j'ai gardé le contact avec certains coéquipiers de l'époque via les réseaux sociaux et le site internet de l'association.

Quels joueurs professionnels te faisaient rêver quand tu étais jeune ?
Emile N'tamack et Christophe Deylaud.

Justement, quand on est champion de France cadets, on se rêve professionnel où on sait que le chemin va être difficile et on bosse déjà sur la reconversion ?
Je n'ai jamais rêvé d'être pro, je connaissais mes propres limites et dès l'âge de 17 ans j'ai choisi de mener de front le statut de joueur et de devenir éducateur/entraîneur au Stade Toulousain. Pour moi, l'éducation par le rugby c'est une vocation et je dois saluer Samuel Lacombe (entraineur au Stade) qui m'a transmis ce virus...


Florian Denos   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de naissance : 20/05/1985
  • Ville actuelle : Oyonnax
  • Travail : Rugbyman professionnel
  • Carrière : Stade Toulousain (jusqu'en 2005), FC Auch (Pro D2, 2005-2006), Bourgoin-Jallieu (Top 14, 2006-2009), Castres Olympique (Top 14, 2009-2012), Oyonnax (Pro D2-Top 14, depuis 2012)
  • Poste : Arrière



Tu as été, comme Philippe Spanghero, surclassé pour cette finale. Comment ça s'est passé, pas trop dur de s'intégrer dans l'équipe ?
Non ce n'était pas trop dur dans la mesure ou l'on s'entraînait souvent ensemble. Et puis, j'avais intégré ponctuellement le groupe pour le challenge Gaudermen.

Peux-tu nous raconter une anecdote sur un joueur ou sur le jour de la finale qui t'a marqué ?
J'ai deux anecdotes, mais vous les avez sûrement déjà entendu. D'abord, Julien Patey qui va marquer un essai en bord de touche du côté des entraîneurs. Il ne reste que quelques minutes et l'entraîneur de Mont-de-Marsan vient le plaquer pour récupérer le ballon car l'arbitre avait sifflé une faute mais peu de monde l'avait entendu... à part l'entraîneur de Mont-de-Marsan. Ensuite, toute la foule qui s'était amassé autour du bus et les bagarres qui commençaient à droite et à gauche... À quinze ans, ça fait bizarre.

Tu es l'un des seuls joueurs de cette génération à jouer en pro. Qu'est-ce qui a fait la différence par rapport à tes coéquipiers ?
Je ne sais pas, j'ai eu la chance de trouver un entraîneur qui m'a fait confiance même si j'étais jeune. Il faut aussi faire des bons choix de carrière. Pour moi, ça a été Auch, en Pro D2. Je conseille aux jeunes de passer par la case Pro D2 plutôt que de stagner en Espoirs car il y a de moins en moins de places à prendre en Top 14. En Pro D2, tu peux trouver de la confiance, de l'expérience et un niveau que tu n'as pas chez les Espoirs.

Côtoies-tu encore certains de tes anciens coéquipiers ?
Je suis parti tôt et malheureusement, ce n'est pas trop le cas mais dès que l'on se recroise, ce ne sont que des bons souvenirs.

Qu'est-ce qui est le plus fort : être champion de France cadets ou se maintenir en Top 14 avec Oyonnax ?
Avec l'expérience, je dirais que se maintenir est plus fort car il y a beaucoup plus d'enjeu quand tu es professionnel, mais en 2000, je n'aurais pas dit ça... C'est un super souvenir !

Enfin, dernière question... La légende qui veut qu'on ait plus de succès avec les filles en étant champion de France est-elle vraie ?
Oui, à l'époque ça marchait plutôt pas mal mais ça c'était avant... (Rires.)

Philippe Spanghero   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance :10/07/1985
  • Ville actuelle : Toulouse
  • Travail : Gérant de société
  • Carrière : Stade Toulousain jusqu'en Espoirs
  • 2007-2008 : Narbonne
  • 2008-2009 : Carcassonne
  • Fin de carrière : Castelnaudary
  • Poste : Troisième ligne



Pourquoi avoir arrêté le rugby ?
J’ai arrêté après quelques matchs à Castelnaudary en Fédérale 3 il y a quatre ans. J’ai un travail trop prenant, je suis beaucoup sur les stades le weekend et je n’ai plus du tout le temps de m’entraîner et de jouer.

Tu étais surclassé en cadets à l'époque, comment se passait la concurrence?
J’ai été surclassé pour la demi et la finale, du coup je n’ai pas vécu la concurrence. Il y avait une très belle generation 2ème et 3ème années, et le surclassement était plus une récompense de ma saison avec les cadets 1ère année où j’étais capitaine et avec qui nous avions été champions en UFOLEP sans perdre un match de la saison ! Mais la préparation de la finale où nous sommes montés avec Flo Denos restera dans ma mémoire. En effet, nous partagions tous les deux une chambre à l’écart du XV de départ dans une écurie … Enfin je dis avec Flo Denos mais on avait aussi quelques blattes et araignées pour nous accompagner ! Nous étions très timides car c’est dur d’arriver comme un cheveu sur la soupe au milieu de joueurs qui ont vécu une saison ensemble et ont créé des liens forts !

Côtoies-tu encore certains de tes anciens coéquipiers ?
Je vois régulièrement Virgile Lacombe dont je suis proche et croise au détour de quelques soirées et stades Julien Patey, Lionel Mazars, Cyril Loubradou…

Si tu devais faire le bilan de ta carrière rugbystique, quels seraient tes meilleurs moments, tes plus gros regrets?
Mes meilleurs moments sont les titres cadets et ma saison en Espoirs au Stade avec des mecs extraordinaires qui sont devenus de très proches amis : Ju Raynaud, Marc Giraud, Yo Huget. Nous avions cette année-là une équipe énorme mais nous avons perdu en demi-finale... Puis également ma saison à Carcassonne avec Christian Labit et là aussi une belle saison et une belle aventure humaine ! Pour les regrets, ma saison à Narbonne où je n’ai jamais su trouver mes marques et m’imposer pour jouer. Ça me tenait à cœur après l’histoire de ma famille là-bas, mais j’ai tourné la page, et je réussis à m’épanouir hors du rugby pro désormais.

Tu es aujourd'hui à la tête de l'entreprise de marketing sportif Team One, comment se passe ta collaboration avec tes associés Arnaud Costes, Gregory Lamboley et Vincent Clerc ?
Ça se passe bien, j’ai créé cette entreprise dans laquelle m’ont rejoint Greg, Vincent et Arnaud. Nous avons développé notre entreprise. Nous avons 14 salariés, de beaux projets autour du rugby, et nous poursuivons notre amitié hors du rugby.

Qui sont pour toi les joueurs actuels qui maîtrisent le mieux leur communication?
Vincent Clerc est un réel exemple sur ce sujet : très pro et surtout accessible. Il n’y a pas de secret, il faut savoir répondre aux sollicitations, ce qui n’est pas toujours simple au milieu des semaines sportives intenses. Je travaille aussi avec des joueurs comme Thierry Dusautoir ou Rémi Talès qui ont conscience des enjeux de la communication et ont une très bonne vision de leur positionnement et de la stratégie à adopter.

Retour en haut


Christian Lafon, entraineur   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance :13/03/1956
  • Ville actuelle : Toulouse
  • Situation : Marié, deux enfants, deux petits-enfants
  • Travail : Directeur association Rebonds!
  • Carrière de joueur : Stade Toulousain, TUC, Castres Olympique, Lombez/Samatan, Muret, Blagnac
  • Carrière entraîneur : Stade Toulousain( Ecole de rugby-Cadets-Juniors-Equipe 2 -Equipe 3



Pourquoi avoir arrêté d’entraîner ?
Je n'ai pas arrêté, on m'a poussé vers la sortie! Je n'étais plus en phase avec la politique du club. Le président de l'association que nous avions mis en place (faisant parti du comité directeur) nous a tous plus ou moins remerciés les uns après les autres. Le ciment de la formation et de la détection, Robert Labatut, était déjà atteint par la maladie et n'a pu inverser cela. ll aurait eu beaucoup à dire à la vue des compositions d’équipes de cette phase finale.

Ce titre de champion de France constitue un de tes meilleurs souvenirs de rugby ?
Il en fait partie.

Penses-tu que cette génération de cadets soit la meilleure que tu aies connue ?
Difficile à dire, une des meilleures c’est certain, mais surtout celle qui avait le plus de valeurs humaines.

A l'epoque, quels joueurs voyais-tu devenir professionnels ?
Difficile à dire, sans doute Virgile Lacombe, peut-être Julien Patey, Yannick Lucas et Nicolas Sisombath.

Cyril Loubradou nous a dit qu'il ne fallait pas reproduire les conseils de jeu au pied que tu leur avais donnés la veille de la finale, peux-tu nous en dire plus ?
Je ne vois pas l'insinuation ! Pour en avoir parlé avec Bernard Sentenac, on cherche, nous sommes preneurs de l'information. Peut-être mon jeu au pied lors de la mise place la veille de la finale ? Plus sérieusement tous ces mecs avec qui on a été champions, on se voit pas tous souvent mais c'est toujours un plaisir.

Retour en haut


Gaëtan Sanchez   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance :01/03/1984
  • Ville actuelle : Perpignan
  • Travail : Technico-Commercial
  • Carrière : Entente Vendres Lespignan Sauvian jusqu'en minimes. Stade Toulousain de Cadet à Crabos. Narbonne en Reichel
  • Poste Ailier/Centre



Pourquoi avoir arrêté le rugby ?
J’ai arrêté de pratiquer le rugby il y a neuf ans, j'étais victime de blessures à répétition et à l'époque j'ai dû choisir entre un parcours dans le rugby où dans une vie professionnelle qu'on pourrait dire plus normale. J'ai eu des opportunités dans cette deuxième que j'ai souhaité saisir, en prenant en compte que déjà à l’époque, le rugby était devenu physique et je me savais trop fragile pour assumer une carrière à haut niveau.

Pourquoi t'être tourné vers l'arbitrage? Quels sont tes objectifs?
J’ai toujours gardé l’amour de ce sport et je souhaitais rester en contact avec ce milieu, mais je n’avais pas réfléchis par quel moyen. Puis par curiosité et suite à des discussions lors d'un tournoi de rugby à 7 avec un ami qui arbitrait (Alexandre Ruiz) je me suis laissé tenter par l’aventure. Et voilà maintenant 8 ans que les weekends je pars arbitrer, aujourd’hui en Fédéral 2 avec comme objectif de continuer à progresser afin d’offrir aux joueurs la possibilité de s’amuser sur un terrain et de pratiquer notre passion dans les meilleures conditions.

Qui étaient les plus gros chambreurs de cette équipe cadets?
Avec les souvenirs que je garde de cette époque et surtout des anecdotes qui me viennent à l’esprit je dirais, Julien Patey, Yannick Lucas, Jofrey Maylin et Vincent Blasco selon moi…

Ce titre de champions de France est-il le meilleur souvenir de ta carrière sportive ?
Oh oui !

Aimerais-tu jouer un match amical aujourd'hui avec tes anciens coéquipiers de l'équipe cadet ?
Cela rappellerait de bons souvenirs, retrouver une belle bande de potes de l’époque. Donc oui, l'expérience pourrait être marrante. En espérant, en obtenir d'autres dans l'arbitrage...

Quelle est la meilleure chose que t'ait apporté le rugby dans la vie ?
C’est un sport qui m’a vraiment appris les valeurs qu’il porte comme le respect, l'altruisme, le courage et la solidarité. Mais aussi le plaisir d'arriver à un objectif commun avec les différences de chacun (les rapides, les gros, les grands, les futés...).

Retour en haut


Yannick Lucas   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance :30/01/1984
  • Ville actuelle : Pommier de Beaurepaire
  • Travail : éducateur sportif Rugby et relations partenaires pour le club de l’USB.
  • Carrière : Saint Gaudens 1990-1999 XIII, foot, XV ;Stade Toulousain 1999-2004 ;FCGrenoble 2004-2006 ; Beaurepaire 2006-2007 ; Nîmes 2007-2008 ; Chalon sur Saône 2008-2010 ; Marmande 2010-2012 ; Beaurepaire 2012-2014
  • Poste : Centre



Quels sont tes objectifs dans le rugby aujourd’hui ?
Je joue au rugby à Beaurepaire (38) en fédérale 2. J’y jouais en 2007 et j’ai passé une saison formidable où nous nous sommes qualifiés pour le Jean Prat. Je ne voyais pas d’autre club pour finir ma carrière. C’est un club familial et humble. L’USB souhaite faire partie du haut de tableau de Fédérale 2 sur le long terme.

Ce titre de champions de France constitue ton meilleur souvenir de rugby?
C’est un de mes meilleurs souvenirs, cette saison fut formidable. Le groupe était soudé, une bonne bande de copains qui a réussi à toucher le planchot.

Tu étais selon tes coéquipiers le meilleur joueur de cette équipe cadet, tu as joué en Top 16 à Grenoble, pourquoi ne te voit-on pas sur nos écrans aujourd'hui?
A l’époque je faisais 20kg de moins, j’avançais un peu plus vite, mais avec l’équipe qu’on avait, j’avais juste à finir le bon boulot de mes coéquipiers. Je n’ai pas réussi à franchir le pallier du professionnalisme par manque peut-être de sérieux, de chance, au vu des exigences requises par le niveau. C’est le seul regret de ma carrière rugbystique.

Quels joueurs professionnels te faisaient rêver quand tu étais jeune?
Je n’avais pas spécialement un joueur qui me faisait rêver, mais l’équipe du Stade Toulousain était vraiment exceptionnelle. J’aimais bien Cédric Heymans qui aux entraînements me donnait pas mal de conseils. Assurément un bon mec, et le meilleur ailier de son époque.

Une interview de toi dans La Dépêche datant de 2000 faisait état de ta passion pour les films de Bruce Willis, est-ce encore le cas ?
Il est vrai que ça date mais Bruce Willis est une valeur sûre. Il a sauvé le monde un paquet de fois comme le faisait sur le terrain Cyril Loubradou avec ses plaquages dévastateurs !! Il faut dire qu’aujourd’hui, capillairement parlant on est assez proche !

Tu as joué longtemps au rugby à XIII, tu regrettes de t'être tourné vers le XV ?
Je ne regrette pas d’avoir quitté le XIII. Durant ces 17 ans de RUGBY à XV, j’ai vécu des moments de joie, de tristesse, j’ai fait de belles rencontres, de beaux voyages que ce soit en bus, en avion ou en voiture… et ça, à m’en donné, ça n’a pas de prix !
Ps : bien le bonjour à tous mes ex coéquipiers : Poupougne, La Pate, La Loub, Genoux cagneux (Geoffrey), Sissoune, et tous les autres !!

Retour en haut


Jonathan Dexpert   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 12/01/1984
  • Ville actuelle : Colomiers
  • Travail : Vendeur Concepteur
  • Carrière : 1994-2002 : Stade Toulousain
  • 2002-2003 : Colomiers
  • 2003-2004 : Saint Gaudens
  • 2005-2008 : Villemur sur Tarn
  • 2009-2010 : Toulouse EC
  • Poste :1ere ligne



Pourquoi avoir arrêté le rugby ?
J'ai arrêté en 2010 dans un superbe club, le TEC. Après quelques soucis d'épaule survenus à l'ASV XV, et ne pouvant jouer à un autre poste que pilier (malgré un essai en numéro 8 où aussi bien moi que l’entraîneur avions conclu que ce n’était pas à réitérer), j'ai arrêté le rugby.

Qui étaient tes joueurs préférés de l'équipe première du Stade Touolousain à l'époque ?
Ca date un peu, il y avait beaucoup de figures emblématiques telles que Califano, Ntamack, Tournaire, Dispagne...sans oublier les grandes envolées de Bondouy et Lapoutge ou l'éclosion de Michalak et Poitrenaud qui démarraient leur carrière professionnelle.

Après ce titre de champion, vous étiez un peu les rois à Toulouse ?
Si je me rappelle bien, l'année du titre il n'y avait pas de gros bringeurs, nous avions tout juste 16 ans et étions plutôt sages. Cependant il me semble que tout s'est décanté l'année suivante óu le Saint Pierre, la Bodega, et la Dune n'avaient plus beaucoup de secrets pour certains d'entre nous. Je pense que durant cette période on a pu,à un moment donné, se prendre pour les rois à Toulouse.

Qui était le plus gros bagarreur de l'équipe ?
J'hésite entre deux...Olivier Raynaud-sue ne rechignait pas trop à mettre quelques toises mais la palme revient à Vincent Blasco qui, lorsqu'il s'étalait jusqu'à 600 grammes de vaseline sur le front, partait à la guerre dans tous les regroupements.

Le rugby c'était mieux avant ?
C'etait mieux avant si on aimait bringuer tous les week-ends, maintenant le rugby est spectaculaire et malgré l'argent qui devient de plus en plus important dans notre sport, il arrive à garder des valeurs dans lesquelles on se reconnaît. On verra dans quelques années. En tout cas je ne regrette pas forcement le rugby "d'avant".

Vous le voyiez un peu Guy Novès à l'époque ?
Pas beaucoup.On regardait l'équipe première s’entraîner et ça s'arrêtait là, je n'ai pas le souvenir d’échanges extraordinaires entre Mr Novès et nous.

Retour en haut


Jules Sire   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 12/08/1984
  • Ville actuelle : Toulouse
  • Travail : Directeur association Rebonds!
  • Carrière : 1990-1992 : Ramonville
  • 1993-2005 : Stade Toulousain
  • 2006-2009 : FCTT
  • Poste :Ailier/ arrière



Pourquoi avoir arrêté le rugby ?
J'ai arrêté à 23 ans après 3 ans au FCTT en fédérale 2. Même si j'ai passé de bons moments au FCTT je n'ai jamais retrouvé l'ambiance des catégories de jeunes, ça, plus une épaule en mousse et le début de la vie professionnelle m'ont décidé à stopper. Ce qui me manque le plus ce sont les vestiaires avant le match, toucher des ballons (ça me manquait déjà au FCTT) et le vestiaire après le match. Par contre ce qui ne me manque pas ce sont les réveils musculaires à 9h00 quand tu joues à 15h00, ça je n'ai jamais compris.

Vous étiez un peu les stars du lycée à l'époque ?
Pas moi en tout cas, personne ne me connaissait. La star c'était François Rous, il faisait 1m95 et 110 kilos de muscles. A côté de lui personne ne savait que je jouais au rugby.

Qui était le plus gros dragueur de l'équipe ?
Il y en avait trop, je ne peux pas tous les citer!

Joffrey Maylin nous a dit qu'il t'embêtait tout le temps quand tu mangeais des carottes, tu peux nous raconter cette histoire ?
J'ai joué avec Joffrey depuis les benjamins et à chaque repas d'avant match, généralement crudité et blanc de poulet pâtes, pour peu qu'il y ait des carottes il faisait une allusions à mes cheveux (voir photo...), ça a duré des années. Il ne s'en est jamais lassé.

Si tu veux nous communiquer un petit dossier sur Joffrey, un truc honteux qu'il évite de raconter, vas-y ne te gêne pas!
Joffrey c'est un phénomène. Pour l'anecdote, la dernière fois que je l'ai croisé on s'est retrouvé par hasard à l'aéroport et on allait à Madrid. On ne s'est pas croisé du week-end par contre au retour quand il est monté dans l'avion, il était en béquilles, soi disant une chute dans un escalier (à jeûn sûrement...) et comme il a les genoux solides il s'est fait une entorse. Plus sérieusement tous ces mecs avec qui on a été champions, on ne se voit pas tous souvent mais c'est toujours un plaisir.

Qui étaient selon toi les meilleurs joueurs de ta génération ?
On avait un beau collectif mais il y avait quelques individualités qui pouvaient faire gagner un match : Virgile Lacombe, Nicolas Sisombath, Julien Patey et Yannick Lucas. Côté Mont-De-Marsan Cabannes était vraiment au dessus. Mais l'homme du match sur la finale pour moi c'est Cyril Loubradou, il a été monstrueux en défense.

Retour en haut


Jean-Baptiste Meurin   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 07/01/1984
  • Ville actuelle : Toulouse
  • Travail : Personal Trainer / Organisateur d'évènements sportifs ( société jbmsports )
  • Carrière : Stade Toulousain, Castres Olympique, Racing-métro 92, SC Albi, Blagnac
  • Poste :Arrière/Demi d'ouverture/Ailier



Pourquoi avoir arrêté le rugby ?
Principalement par manque de temps, mon métier ne me permettait plus de jouer. Etre dans les vestiaires avec les copains après une belle victoire ou encore mieux un TITRE de champion , des sensations que je n'oublierai jamais et qui me manquent beaucoup.

Est-ce que tu as senti une amélioration avec les filles après la victoire en championnat de France ?
Non quand même pas , même si à Toulouse quand tu es joueurs du Stade , euuh on va dire que c'est plus simple...

Qui était le plus grand fêtard de l'équipe ?
Oulala, il y en a plein ! On avait une petite bande dans l'équipe qui sortait pas mal (Maylou, Sisoune, Pateylassao,Cox, Dex, Lio Mazars ). Je crois bien que Maylou avait la palme tout de même !

A l'époque, si tu avais eu le choix entre jouer en première au Stade Toulousain ou être sélectionné en équipe de France, qu'aurais-tu choisi ?
L 'équipe de france (la marseillaise ça doit valoir quelque chose…) , même si jouer en première au Stade aurait été une consécration pour tous les joueurs, quand je regardais l'équipe , surtout en phases finales au stadium ça me donnait des frissons…j'avais trop envie d'être sur le terrain .

Peux-tu me donner un dossier sur un joueur, un truc un peu honteux qu'un mec cachait , ou une histoire un peu drôle?
Je ne dévoilerai rien , ça doit rester entre les joueurs , mais je me souviens de vacances au Club Med au Maroc 2 ans plus tard avec le même groupe qui resteront dans les annales du n'importe quoi …. ;) 30 mecs dans un Club Med ça peut faire des gros dégâts, surtout quand c'est des rugbymen !

Qui était le joueur le plus physique de ta génération ?
En cadet, en densité physique on va dire Virgile Lacombe et Yannick Lucas (lui il avait déjà un physique d'un adulte !)

Retour en haut


Colas Casalta   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 12/03/1984
  • Ville actuelle : Cogolin (Var)
  • Carrière : Stade Toulousain, Hyères-Carqueiranne
  • Travail : Directeur d’Hôtel
  • Poste : Troisième-ligne aile



Pourquoi avoir arrêté le rugby ?
J'ai arrêté il y a 3 ans après m'être cassé le talon d’Achille au tournoi de rugby à 7 de Rome avec l’équipe des FROGGIES. Après cette blessure où j’ai vraiment souffert je me suis dit qu’il était temps pour moi d’arrêter et de me concentrer à 100% sur mon travail.

Ce titre de champions de France est-il ton meilleur souvenir sportif ?
Oui vraiment ce titre de Champion de France Cadet restera l’apothéose, mais au delà du titre en lui-même je pense que ma première année au stade Toulousain a été la plus forte en émotion sur mes 6 années passées la bas. A 15 ans et pour la première fois loin de ma famille ce n’était pas évident au début mais la rencontre avec tous ces supers mecs avec qui je jouait, entraineurs, dirigeants sans oublier mon extraordinaire Famille d’accueil « Jacques, Claudy et Sandrine », je n’oublierais jamais ces moments-là.

Beaucoup de groupies vous tournaient autour à l'époque ?
Ahah, oui il y a toujours eu quelques groupies qui tournaient autour de l’équipe mais le problème était qu’Olivier Reynaud-Sue « dit Pompom » et Joffrey Maylin nous les piquaient toutes au premier étage de la Bodéga, trop forts pour nous les types.

Qui était le joueur le plus atypique de cette équipe ?
Sans aucun doute Yannick Lucas, il était capable de tout et à tout moment, sur le terrain comme en dehors d’ailleurs.

Le rugby c'est l'école de la vie ?
Oui bien sûr si j’ai un conseil à donner aux parents c'est de ne pas hésiter à y mettre leurs enfants, ils sortiront sûrement avec quelques bleus et bosses mais ils y vivront de sacrés bon moments.

Es-tu un fervent supporter du Stade Toulousain aujourd'hui ?
Oui évidemment je reste un fervent supporter du stade Toulousain mais je dois dire aussi que proximité oblige, je supporte également beaucoup Toulon.

Retour en haut


Cyril Loubradou   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 29/04/1984
  • Ville actuelle : Toulouse
  • Travail : Ostéopathe
  • Situation : En couple
  • Carrière : 1993 - 1999 : Grenade sur Garonne
  • 1999 – 2003 : Stade Toulousain
  • 2004 - 2008 :Equipe universitaire de l'Institut Toulousain d'Ostéopathie
  • Poste : Centre (pas très rapide...)



Tu ne joues plus au rugby, pourquoi avoir arrêté?
J'ai arrêté le rugby en reichel au Stade, parce qu'il m'était devenu difficile de concilier l'exigence du sport de haut-niveau et les études d'ostéo. L'année qui a suivi, j'ai participé à la création de l'équipe de rugby de l'école. Un excellent moyen de continuer à se faire plaisir avec les potes, et de garder un esprit de compétition face à d'anciens coéquipiers (dentaire, kiné, pharma, médecine). Virgile Lacombe était même l'un de nos entraîneurs !! C'est peut être pour ça que nous gagnions chaque confrontation !

Peux-tu nous raconter l' avant-match le jour de la finale? Qu'est ce qui t'a le plus marqué?
La veille du match, lors de la mise en place des 3/4, nous avons eu droit à une leçon de jeu au pied par l'entraîneur de avants Christian Lafon, des conseils à ne pas reproduire... Sinon le jour J, l'atmosphère autour du match était très électrique, mais sur le terrain nous avons toujours su nous focaliser sur le jeu, aussi bien les Montois que nous. Le match a été d'une grande intensité, mais toujours dans le respect des règles.

Peux-tu nous donner une anecdote, un dossier sur des joueurs de l'époque ?
Quand je suis arrivé au stade, les anciens ( Maylin, Rous, Sisombath, Sire, Blasco...) ont cru que j'étais le centre de Mont-de-Marsan (Morincomme) qu'ils avaient rencontré plus jeune. En fin de saison, nous nous croisions enfin. Sinon il y a bien quelques épisodes mémorables dans ce bus qui nous amenait du lycée Jolimont au stade, avec notre ami le chauffeur polonais qui nous a enfermé une fois dans le bus sur le parking... Colas Casalta avait fait des siennes je crois...

Vous l'avez fêté comment le titre de champions de France cadets?
Nous sommes la seule année de cadets A à ne pas avoir fait la finale au stade de France à Paris... Et la fête qui s'en suit!!! A la place, les dirigeants nous ont arrêté sur le chemin du retour de Fleurance, à Grenade sur Garonne. Un joli clin d'œil pour moi qui suit originaire de cette ville et qui ait découvert le rugby au Grenade Sport! Je crois qu'ils ont eu peur de nous lâcher en ville à Toulouse... Certains avaient déjà leurs habitudes... Notamment à la Bodegue!

Qui était le plus gros dragueur de l'équipe ?
Nous ne l'avons découvert qu’au moment où il nous a rejoints à Toulouse, mais le seconde-ligne de Mont-de-Marsan Simon Faget était, j'ai bien dit était, hors catégorie. Côté toulousain nous étions tous des agneaux comme dirait mon cher acolyte du centre de l'attaque Joffrey Maylin, surtout je ne souhaite pas me mettre certaines des compagnes ou femmes à dos, quelques fêtes nous attendent encore!

Qu'est ce que le rugby t'a apporté de mieux dans la vie?
Le rugby m'a énormément apporté. Déjà il m'a fait découvrir mon futur métier, Benoist Arin (ostéopathe du pôle Jolimont et des sélections) n'y est pas étranger. Ensuite il m a permis de rencontrer et de vivre d'extraordinaires aventures avec ceux qui sont des amis aujourd'hui. Effectivement des titres comme celui ci scellent des relations et révèlent des personnalités.

Retour en haut


Nicolas Sisombath   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 25/02/1984
  • Ville actuelle : Bergerac
  • Travail : Conseil Général
  • Situation : En couple, un enfant
  • Carrière : 1995 - 1997 : Toulouse Athletic Club
  • 1997 – 2004 : Stade Toulousain
  • 2004 - 2006 : Montauban
  • 2006 - 2008 : Tarbes Pyrénées
  • 2008 - 2009 : RC Carqueiranne-Hyères
  • 2009 - 2011 : Limoges
  • 2011 - 2012 : Périgueux
  • Depuis 2012 : Bergerac
  • Poste : Talonneur



Joues-tu toujours au rugby ?
Oui je joue actuellement à l'US Bergerac. Quand je suis arrivé nous étions en Fédérale 3, on a remporté le titre de champions de France, maintenant l'objectif est la montée en Fédérale 1 , on espère pouvoir y arriver.

Tu joues pour l'équipe nationale du Laos, peux-tu nous en dire un peu plus ? (Un reportage sur l'équipe nationale du Laos est à venir dans le Rugbynistère des Affaires Etrangères )
Je suis originaire du Laos, et quand j'y suis retourné en 2012 après ma saison à Périgueux, on m'a proposé de jouer en sélection. J'ai accepté, on était en cinquième division asiatique ,on a remporté le tournoi, c'était une expérience incroyable. J'ai vécu des moments très très forts, certains joueurs sont extrêmement pauvres, mais ils font abstraction de tout ça sur le terrain et donnent tout !

Tu as quitté le Stade Toulousain en 2004 après de nombreuses années, un moment douloureux ?
Oui ce fut un moment assez douloureux, j'ai connu de grandes joies avec le Stade comme cette finale de cadets 2000. Mais c'était pour moi nécessaire de partir, je n'y ai jamais joué en première, et je voulais donner un nouvel élan à ma carrière. Je suis parti à Montauban à la recherche de temps de jeu, et ça a plutôt bien marché au final.

Ce titre de champion de France Cadets est-il ton meilleur souvenir de rugby ?
La finale de cadets est un de mes meilleurs souvenir de rugby, c'est certain. Ce qu'on a vécu ce jour-là était énorme, c'était pour certains le seul titre de leur carrière. Sur le moment on s'en rendait pas vraiment compte, mais c'était un moment très fort. J'en ai vécu d'autres, avec Montauban, avec le Laos, avec Bergerac, tous ont une saveur particulière.

Quel est le moment qui t'a le plus marqué de la finale?
Le moment qui m'a le plus marqué c'était un peu avant la finale. Robert Labatut, qui s'occupait du recrutement des jeunes et qu'on surnommait Tonton, nous faisait écouter sur sa messagerie vocale, des messages des Montois en train de célébrer leur victoire en Gauderman. Il nous collait son téléphone à l'oreille à tour de rôle pour nous remonter comme des pendules, et ça a plutôt bien marché ! Aujourd'hui il nous a quittés, et je voudrais lui rendre hommage.

Julien Patey et Yannick Lucas sont les joueurs qui ont le plus marqué tes coéquipiers, tu partages le même sentiment ? Oui Yannick Lucas avait une vitesse phénoménale, il marquait sans arrêt. Julien Patey avait un marteau-piqueur dans le bras, ses raffuts étaient hallucinants, il faisait avancer l'équipe systématiquement. Il était impressionnant !

Côtoies-tu encore certains joueurs ?
Même si nous sommes aujourd'hui tous dispersés , j'aime toujours avoir des nouvelles quand je peux. Nous essayons de nous réunir le plus possible. Et puis je jette souvent un coup d’œil pour voir ce qu'ils deviennent !

Retour en haut


Lionel Mazars   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 25/02/1984
  • Ville actuelle : Agen
  • Travail : Rugbyman Professionnel
  • Situation : En couple, un enfant
  • Carrière : 1989 - 1999 : SC Rieumes
  • 2000 – 2005 : Stade Toulousain
  • 2005 - 2006 : RC Narbonne
  • 2007 - 2009 : Castres Olympique
  • 2009 - 2013 : Aviron Bayonnais
  • Depuis 2013 : SU Agen
  • Poste : demi d'ouverture, trois-quart centre



Au début de la saison 2000, tu étais remplaçant de Christophe Dupuy, comment vivais-tu cette concurrence?
La concurrence se passait très bien entre nous, Christophe est un bon mec avec un très bon état d'esprit, je ne vois pas comment on aurait pu faire différemment !

Quels joueurs de ton équipe t’impressionnaient le plus à l'époque?
Il y avait beaucoup de bons joueurs, mais des joueurs comme Julien Patey et Yannick Lucas étaient au dessus des autres, à chaque match ils marquaient des essais. Yannick, personne ne le touchait, et Julien mettait le ballon sous le bras, et sortait son raffut qui était très efficace. Ensuite Virgile Lacombe, qui se tenait bien à table, arrivait à nous faire avancer quand il le décidait. Il avait un joli petit ventre qu'il n'a d ailleurs jamais perdu...

Côtoies-tu encore certains joueurs?
Il y a bien sûr des joueurs avec qui je suis resté en contact plus ou moins réguliers comme Julien Patey, Nicolas Sisombath, Cyril Loubradou, Greg Diaz, Olivier Reynaud-Sue, François Rous, Vincent Blasco que je retrouve sur les terrain et le gros Virgile Lacombe.

En cadets, t'imaginais-tu devenir un jour professionnel?
C'était très difficile de s'imaginer devenir professionnel étant donné que beaucoup de très bons joueurs étaient à mes cotés, mais on le souhaitait tous. J'ai eu la grande chance de le devenir quelques années plus tard.

Quel est le meilleur moment rugby de ta carrière ?
Le titre de champion de France reste bien sur gravé dans ma tête, ce sont des moments forts et surtout rares… Ma dernière année Espoir à Toulouse reste une année forte sentimentalement et humainement.

Quels sont tes plans de reconversion pour l'après-rugby?
J'ai débuté mon après rugby il y a maintenant deux ans avec l'ouverture d'un bar à vins à Bayonne "LA KARAFE". Ensuite je suis en pleine réflexion sur différents projets !

Retour en haut


Christophe Dupuy   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance :11 /06/1984
  • Ville actuelle : Toulouse
  • Travail : Pharmacien à Muret
  • Carrière : Mini-Poussin - Crabos : Stade Toulousain
  • 2002 – 2004 : Arrêt du rugby pour se consacrer aux études de pharmacie
  • Depuis 2005 : FCTT (Fédérale 2 puis Fédérale 3)
  • Poste :10 ou 9



Pourquoi avoir choisi le FCTT ?
J'ai suivi des amis de la fac et du lycée qui y avaient joué étant jeunes.

Peux-tu nous raconter l' avant-match le jour de la finale? Certains joueurs étaient superstitieux? Qu'est ce qui t'a le plus marqué?
Je ne me souviens pas trop de joueur superstitieux chez nous à ce moment-là. Il me semble que nous étions partis la vieille pour dormir près de Fleurance. Le bus que l'on avait pris le samedi après-midi a cramé sur le parking avant même que l'on parte! Sympa la veille d'une finale ! Je me souviens aussi qu'à la fin du match, l'arbitre siffle. Tout le monde croit que c'est la fin du match, le terrain est un peu envahi, mais en fait il restait quelques minutes à jouer... C'était un peu le bordel! On ne savait plus trop combien de temps il restait à jouer et l'arbitre non plus a cause de l'histoire avec le père Cabannes. Après, le fait le plus marquant c'est sans doute le coup de sifflet final, les autres coéquipiers qui rentrent sur le terrain, des personnes de la famille, c'était assez fort !

Peux-tu nous donner une anecdote sur un joueur de l'époque ?
Avec ses talents de chambreur, Joffrey Maylin aimait bien me rappeler que j'étais moins solide que lui!

Qui était le joueur le plus drôle de l'équipe, celui qui faisait le plus de conneries ?
C'est difficile à dire, il y a une grosse compétition entre Nicolas Sisombath , Joffrey Maylin, et Julien Patey !

Qui sont pour toi les meilleurs joueurs avec et contre qui tu aies joué?
Les meilleurs adversaires étaient sûrement Mont-de-Marsan, au dessus des autres équipes qu'on avait jouées cette saison-là. Pour les meilleurs joueurs avec qui j'ai joué c'est difficile à dire, il y en avait pas mal cette année-là, mais forcément on peut citer Julien Patey, Yannick Lucas et Virgile Lacombe.

Quels sont les joueurs que tu côtoies encore?
Je vois de temps en temps Vincent Blasco. Il m'arrive aussi d'en recroiser certains à Toulouse comme Julien Patey, Cyril Loubradou récemment, Virgile Lacombe, et d'autres le soir en ville !

Retour en haut


Julien Patey   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 25/04/1984
  • Ville actuelle : Toulouse
  • Travail : Employé de bureaux
  • Carrière : Blagnac - Toulouse - Narbonne - Gaillac - Blagnac - Villefranche de Lauragais
  • Poste : Troisième-ligne à l'époque, ailier aujourd'hui



Tu joues encore au rugby, quels sont tes objectifs ?
Je joue à Villefranche de Lauragais, en fédérale 2. C'est un petit club avec des ambitions respectables qui m'a offert une opportunité professionnelle, voila pourquoi j'ai choisi ce club il y a trois ans. Après niveau objectif, c'était de se qualifier pour les phases finales, l'objectif est donc atteint. On verra pour la suite, si on se donne les moyens, on peut vivre une fin de saison sympa.

Tu y penses toujours à ce titre de champions de France?
Je n'y pense pas souvent non, c’était quand même il y a 14 ans... et pour être honnête je ne me souviens pas trop du match en lui-même. Mais il y a toujours un François Rous ou un Joffrey Maylin dans les parages pour te rappeler quelques bons souvenirs...

D'après tes coéquipiers tu étais parmi les meilleurs joueurs de ta génération, pourquoi n'es-tu pas professionnel aujourd'hui ?
C'est justement le problème, c'est que ce sont mes coéquipiers qui le pensaient... et de là à dire qu'ils avaient raison, il n'y a qu'un pas que je ne franchirai pas. On avait juste une super équipe, avec des super coachs et des super dirigeants, c'était "facile" d'être bon...J'en profite pour rectifier les propos de ce brave Vincent Blasco, je ne jouais pas à l'aile mais troisième-ligne-aile (juste à côté de toi en mêlée Vincent !) Pas de place pour ce genre de pantomime... Avec du travail, j'ai quand même réussi à être professionnel pendant 4 ans. Mais les blessures et les choix (les miens et ceux des autres) ont fait que je me suis orienté différemment...

Peux-tu nous parler un petit peu mieux de ton raffut phénoménal?
Le raffut phénoménal ? Non, c'est juste un geste technique que je maitrisais peut être un peu mieux à l'époque que certains, mais rien de phénoménal là-dedans. Et puis je ne savais pas faire une passe à l'époque... c'est peut être toujours le cas diront certains...

Qui était ton modèle en équipe première au Stade Toulousain à l'époque?
J'avais à l'époque beaucoup d'admiration pour Didier Lacroix, j'essayais d'avoir le même style de jeu que lui. Il est plus tard devenu mon entraïneur en équipe espoir. Je continue de le croiser de temps en temps avec beaucoup de plaisir.

Qui était le joueur de ton équipe qui t’impressionnait le plus?
Nous avions tous des qualités différentes, certains étaient plus coquins que d'autres comme Vincent Bouscatel, d'autres très rapides comme Gaëtan Sanchez et d'autres beaucoup moins comme Cyril Loubradou(lent de chez lent quand même le type). Ceux qui dégageaient le plus de facilité etaient quand même Virgile Lacombe, Nicolas Sisombath (lui il savait déjà conduire, sacrément en avance le mec...) et Yannick Lucas.

Tu as fait une belle carrière avec l'équipe de France à VII, qu'est ce qui explique que tu aies quelque peu disparu des radars?
Les radars du 7 sont dirigés par Jean Claude Skrela, c'est donc à lui qu'il faudrait demander...Il répondra certainement que le rugby à 7 a évolué et que ceux qui étaient corrects avant ne le seraient plus aujourd’hui...J'aurais tendance à lui répondre que le 7 a évolué oui, mais pas en France, et surtout pas depuis qu'il est en charge de son développement. Les résultats parlent d'eux-mêmes... Après l'objectif est soi-disant les JO, encore faut-il se qualifier... J'ai quand même de très, très bon souvenirs avec France 7, la victoire à Paris en 2005, la Coupe du Monde en 2009, battre les anglais à Wellington, battre les Blacks, ce n'est que du 7 alors c'est moins marquant pour le grand public mais pour ceux qui ont fait partie de l'aventure, ça compte beaucoup. Et j'ai une pensée particulière pour Thierry Janeczek, l'un des rares à m'avoir donné un vraie chance.

Retour en haut


Vincent Blasco   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 25/05/1984
  • Ville actuelle : Toulouse
  • Travail : Enseignant-chercheur en chirurgie dentaire
  • Situation : Marié, un enfant
  • Carrière : … - 2003 : Stade Toulousain (jusqu'en Juniors Crabos)
  • 2005 – 2009 : Rugby Universitaire – Fac Dentaire
  • 2005 - … : Arbitre de rugby. Officie désormais en Pro D2)



Pourquoi avoir arrêté ta carrière de rugbyman ?
J'ai entamé des études de médecine en 2003. Il était incompatible de continuer le rugby de très bon niveau et ce parcours scolaire. Je me suis donc consacré à mes études avant de commencer l'arbitrage qui est un excellent moyen de rester sur le terrain sans se blesser les mains, si précieuses dans le métier de dentiste. J'ai ensuite goûté à nouveau au rugby grâce au championnat universitaire et à l'équipe de la fac dentaire.

Quel est le souvenir le plus marquant de cette époque ?
La finale sans aucun doute. Soulever le bouclier, c'est quand même quelque chose. J'ai encore cette vision où on est tous assis dans le vestiaire avec le bouclier au milieu. Je me souviens également de cette chanson de Mike Brant (Qui saura) que nous chantions à chaque victoire. Un concentré de bonheur.

Une anecdote drôle ou particulière sur cette époque.
Le jour de la finale. Nous jouons contre le Stade MontoisRomain Cabannes (aujourd'hui à Castres) était un membre éminent. Julien Patey a débordé son adversaire sur une très belle action. Le juge de touche lève son drapeau pour indiquer qu'il était sorti en touche, mais Julien ne le voit pas. C'est alors que l'entraîneur du Stade Montois, qui n'est autre que le père de Romain Cabannes, s'interpose corporellement face à Julien Patey. S'ensuit une vive altercation entre notre coach (Lafon) et Cabannes. L'arbitre, Jean-Pierre Matheu a collé 2 cartons rouges. On était sur le cul.

Les meilleurs joueurs de ta génération
Virgile Lacombe (pilier gauche)
Lionel Mazars (n°10, d'abord remplaçant de Dupuy puis titulaire en phases finales)
Julien Patey (ailier - erratum Julien jouait évidemment à côté de moi en 3e ligne aile... il n'y a que des avants pour lire du Bernard-Henri Lévy avant les matchs ;)
Lucas(ailier)

Les joueurs que tu as vu récemment
Christophe Dupuy qui a fait des études de Pharmacie (à côté de Dentaire) Virgile Lacombe (Racing) et Lionel Mazars (Agen) que j'ai croisé sur les terrains de Top 14 et Pro D2

Le rugby, c'était mieux avant ?
Le rugby a bien changé. Nous étions très loin des centres de formation, il me semble que c'était plus humain que maintenant. Le rugby est devenu un sport à deux vitesses aujourd'hui.

Retour en haut

François Rous   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 02/12/1984
  • Ville actuelle : Albi
  • Travail : Kinésithérapeute
  • Situation : Marié, bientôt papa
  • Carrière : 1991 - 2003 : Stade Toulousain )
  • 2004 – 2005 : Toulouse Lalande Aucamville
  • 2005 - 2008 : Vallée du Girou
  • 2008 - 2012 : Equipe Corpo Le Gambadou
  • Poste : Seconde ligne



Pourquoi avoir arrêté ta carrière de rugbyman ?
J'ai arrêté le rugby en 2008 suite à ma deuxième rupture des ligaments croisés après avoir arrêté au stade pour jouer dans des clubs correspondant à mon niveau et où j'ai passé de très bon moments, notamment à la vallée. Puis j'ai participé avec de nombreux amis à la création de l'équipe corpo "Le Gambadou" où j ai joué le Challenge Corpo Alcatel jusqu’à l'an dernier et dans lequel nous avons perdu en finale en 2012 face aux internes de médecine.

Quel est ton meilleur souvenir de rugby ?
La finale cadet est naturellement un souvenir à part et restera pour beaucoup, en tout cas pour moi, comme le point culminant de nos carrières. Ce jour-là, on avait montré que l'on était une véritable équipe et on avait courageusement résisté aux talents immenses de l'école montoise animée par les Talès ,Cabannes , Blanchard... J' en parle encore aujourd’hui de ce jour-là, et je me rappelle encore la causerie d'avant-match où Christhian Lafon nous a dit que si l'on gagnait on s'en souviendrait toute notre vie. Aujourd'hui je peux lui dire qu'il avait raison...

Peux-tu nous donner une anecdote, un dossier sur un joueur de l'époque?
Je me souviens de la très belle percussion de Julien Patey sur monsieur Cabannes père alors que julien filait à l'essai... Très bien réalisé!

Qui fut le meilleur joueur de la finale ?
Sans aucun doute pour moi Cyril Loubradou. Il éclaboussa de toute sa classe la partie, et ce du début à la fin, et écœura les Montois par son abnégation.

Quels étaient les meilleurs joueurs de l'équipe cadet championne de France en 2000? Les meilleurs joueurs avec et contre qui tu aies joué ?
Les meilleurs joueurs que nous avions étaient pour moi Lacombe, Blasco ,Sissombath, Patey Lucas.Chez les Montois,Cabannes était trés fort. Après, en juniors, j'ai pu jouer avec Benoit Baby qui était au dessus du lot. Antoine battut et Nicolas Chamouton, avec qui j'ai eu l'honneur de jouer, m'ont également marqué.

Côtoies-tu encore certains joueurs ?
Entre la génération cadet et crabos j'en côtoie une demi-douzaine qui sont de vrais amis (Lacombe, Sire, Loubradou, Chamouton, Diaz...) avec lesquels on partage encore d'excellents moments et c'est sans doute cela qui est le plus important. Avec les autres on se revoit toujours avec grand plaisir et on se retrouve lors de belles fêtes comme lors des 10 ans du titre cadet.

Retour en haut

Olivier Reynaud-Sue   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 22/02/1984
  • Ville actuelle : Béziers
  • Travail : Gérant de salle de fitness
  • Situation : En couple
  • Carrière : 1989 - 1999 : Istres Sport Rugby
  • 1999 – 2003 : Stade Toulousain
  • 2003 - 2007 : AS Béziers Hérault
  • 2007 - 2008 : U.S Thouars (Fédérale 2)
  • 2008 - 2009 : R.C Arles (Fédérale 3)
  • Depuis 2009 : C.A Bédarieux Pays d'Orb (Honneur)
  • Poste : Pilier



Joues-tu toujours au rugby ?
Oui je joue encore au rugby, du moins j'essaye, malgré de grosses blessures. Je joue à Bédarieux, nous sommes actuellement en honneur, dans le championnat régional du Languedoc. Voulant revenir sur le Biterrois après l'avoir quitté en 2007, j'ai choisi ce club car il m'a simplement été conseillé et je ne regrette pas, puisque j'y suis toujours! L’objectif est de prendre du plaisir avec les copains et si possible, bien sûr, de remporter des titres.

Peux-tu nous raconter l' avant-match le jour de la finale ? Qu'est ce qui t'a le plus marqué ?
Je ne me souviens pas avoir préparé ce match différemment des autres, hormis le fait que nous avions dormi la veille du match tous les joueurs ensemble dans un hôtel. Je me souviens juste qu'un gros esprit de revanche nous animait à tous car l’équipe que nous allions rencontrer en finale de Championnat de France, le Stade Montois, nous avait battus en finale du challenge Gauderman quelques jours auparavant(contre le cours du jeu, avec deux essais sur interception).

Peux-tu nous donner une anecdote marrante sur la finale ?
Une anecdote qui sur le coup ne m'avait pas trop fait rire. En arrivant au stade le jour de la finale à Fleurance nous avions croisé nos adversaires, Mont De Marsan, arborant fièrement un t-shirt sur lequel il était écrit "Champion de France 2000". Bizarrement, à la réception d’après-match je n'ai plus vu ce fameux t-shirt...

Y avait-il un joueur que vous vouliez tous éviter pendant les exercices de plaquages ?
Un joueur a éviter pendant les séances de placages ? Julien Patey, pas trop intéressant lors des un-contre-un! A éviter aussi Virgile Lacombe, surtout si on lui avait volé son goûter...

Qui sont pour toi les meilleurs joueurs de cette époque ?
Yannik Lucas fait partie des meilleurs joueurs de cette époque, il était très largement au dessus du lot, il nous marquait trois essais par match. Devant, des joueurs comme Lacombe , Sisombath ou Patey étaient impressionnants. Il n'y avait que des bon joueurs dans cette équipe. Pour les meilleurs joueurs que j'ai rencontrés, la génération dorée des Montois ( Cabannes , Talès , Cabarry , Blanchard). A cette époque l’arrière de Tarbes était un excellent joueur. Petit clin d’œil à "Arnaud Mathé", qui nous a rejoints au Stade d'ailleurs deux années plus tard.

En cadet rêvais-tu de devenir un jour professionnel ?
Nous rêvions tous d’être pros un jour à cette époque. Si on fait les comptes, très peu ont réussi, seulement 5 ou 6 ont réussi à l'être. les autres n'ont pas du réussir peut être pour des raisons professionnelles et d'autres certainement pour autre chose...

Retour en haut

Joffrey Maylin   Retour en haut

[2 NOUVEAUX JOUEURS] Que sont-ils devenus ? Les champions de France cadets du Stade Toulousain - An 2000
  • Date de Naissance : 27/05/1984
  • Ville actuelle : Toulouse
  • Travail : Responsable d'agence dans un bureau d'étude thermique
  • Situation : En couple (alléluia)
  • Carrière : 1990 - 1995 : Colomiers
  • 1995 – 2003 : Stade Toulousain
  • 2003 - 2005 : Blagnac
  • 2005 - 2013 : Villemur, Saint-Sulpice-Sur-Lèze, Muret, L'Isle Jourdain, Tournefeuille.
  • Depuis 2013 : Entraîneur des cadets à Tournefeuille
  • Poste : Centre



Pourquoi avoir arrêté le rugby ?
J'ai donné au rugby un tibia-péroné, deux genoux et un bout de pancréas. J'ai donc trouvé judicieux de m'arrêter là, en 2005, après le titre de Champion de France Reichel B avec Blagnac qui fut ma plus belle année rugbystique et humaine. Après en sénior, j'ai fait des "apparitions éclairs" et de belles rencontres dans des "clubs familles" comme Villemur, Saint-Sulpice-Sur-Lèze, Muret, L'Isle Jourdain et Tournefeuille. Je me consacrais plus à la 3ème mi-temps qu'aux 2 premières. J'ai commencé cette année à entrainer les cadets Teulière B à Tournefeuille. Je me régale vraiment et cette génération 97-98 est prometteuse! Surtout si elle continue à progresser ainsi et à respecter les valeurs que le rugby véhicule... Je suis très fier de mes joueurs.

Pour quelle raison as-tu commencé le rugby ?
Mon grand-père, mon père, mon oncle et mon frère avaient joué ou jouaient encore au rugby, il était donc compliqué pour moi de commencer par du foot... Puis on dit bien que le rugby : c'est l'école de la vie !

Peux-tu nous donner une anecdote, un dossier, un truc croustillant sur un joueur de l'époque ?
Oui... Outre les "jambes de bois" de Christophe Dupuy, cette année-là

Rédaction Le Rugbynistère
Rédaction Le Rugbynistère
Cet article est rédigé par Rédaction Le Rugbynistère, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • titou
  • il y a 4 ans

Bel article!

  • CASTRES OLYMPIQUE
  • il y a 4 ans

super j'aime bien beau travail

  • CASTRES OLYMPIQUE
  • il y a 4 ans

...

  • ced
    96810 points
  • il y a 5 ans

j'ai lu : Travail : Conseil Général
vous êtes impayable au Rugbynistère, comme si on bossait dans les Conseils Généraux

  • Talon
    2067 points
  • il y a 5 ans

SUPER article ! j'ai adoré! bravo à celui qui a fait ce truc..
à renouveler !!

  • Rém's
    2715 points
  • il y a 5 ans

lol François Rous! C'est mon kiné! 😊

  • Grisou
    17632 points
  • il y a 5 ans

Initiative bien sympa ! Merci le Rugbynistere !

Excellent reportage, et tout est dit dans les commentaires qui l'ont suivi: le rugby, ce n'est pas forcément une fin (pour vivre) , c'est d'abord un moyen (pour se construire)

Très beau reportage, bravo !
A montrer, selon l'expression consacrée, dans toutes les écoles de rugby.
Histoire de dégonfler le melon à quelques parents et de leur faire admettre que la réussite de leur champion ne passera pas forcément par le rugby.

Très sympa comme article, à renouveler avec d'autres clubs 🙂

Très sympa comme reportage. Comme quoi il avait bien raison, ce sont des souvenirs pour la vie, et cela n'a rien a voir avec le niveau. Quand tu joues une finale nationale, tu t'en souviens toute ta vie.

  • Issa34
    31 points
  • il y a 5 ans

Olivier Raynaud-Sue est un super mec malheureusement pas épargné par les blessures depuis quelques temps. En avant le CA Bédarieux !!

  • POB
    1698 points
  • il y a 5 ans

Entre la photo de François Rous devant le Monseigneur, et celle d'Olivier Reynaud dans ce qui pourrait être l'intérieur du Monseigneur, ça va pas arranger l'image de la relation rugby/boisson !! 🙂

M'enfin, c'est quand même bien sympa comme article !

Derniers articles

Transferts
Ecrit par vous !
News
Arbitrage
Transferts
Transferts
News
News
Transferts
News
Transferts
Vidéos