La concurrence de Dupont, un moteur plutôt qu'un frein pour Baptiste Serin [VIDEO]
Serin souhaite avant tout que l'équipe de France gagne.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Le demi de mêlée de Toulon Baptiste Serin sera le capitaine des Bleus face à l'Italie. Il succède à Dupont et aura à coeur de performer.

Ce samedi à Saint-Denis, c'est Baptiste Serin qui mènera les Bleus face à l'Italie. Le Toulonnais aura un double rôle dans cette rencontre comptant pour la dernière journée de la phase de poules de la Coupe d'automne des nations. Il a été nommé capitaine du XV de France suite au départ de Charles Ollivon. On attend donc de lui qu'il mène ses hommes à la victoire. Mais il ne se met pas plus de pression que cela et essaie surtout de rester positif. Mais en dépit de son expérience, il pourrait tout de même sentir un certain poids sur ses épaules. Non pas à cause du brassard de capitaine mais du numéro 9 dans son dos. Serin prend la suite d'un Antoine Dupont étincelant durant le Tournoi des 6 Nations puis cette automne. Élu meilleur joueur de la compétition, le Toulousain a reçu des éloges de la part de tous les spécialistes de l'ovale. On lui prédit un grand avenir et il a tout pour réussir.
Difficile de ne pas imaginer l'ancien Bordelais souffrir la comparaison dans certains domaines malgré son talent. Serin et Dupont ont deux profils bien différents. Et si le premier aime aussi porter le ballon, son jeu et moins physique est percutant. Jusqu'à présent il a été relégué au rôle de doublure. Mais ce n'est pas pour autant qu'il le vit mal. Il a bien conscience de l'apport d'Antoine Dupont chez les Bleus. Ses performances sont aussi pour lui un moteur pour travailler encore plus au lieu d'être un frein à sa progression. Coéquipier modèle jusqu'à présent, il souhaite cependant saisir sa chance et aider les Bleus à gagner comme l'a fait le Toulousain comme il le confie à L'Equipe :

Je trouve ça très bien. Antoine a fait de très bons matches. Avec lui, c'est de l'émulation, de la concurrence qui permet d'avancer. Ça fait maintenant six ans que je suis en équipe de France et j'ai toujours eu beaucoup de concurrence, donc ce n'est pas quelque chose qui me dérange, au contraire. Là, j'ai l'opportunité de jouer. À moi de la saisir, d'être le meilleur possible pour mes coéquipiers. Le plus important, c'est que l'équipe gagne. Et forcément, quand elle gagne, il y a des individualités qui ressortent. Antoine en a forcément fait partie. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News