Ecrit par vous !
Stage Inter-poules 2020 en Provence, qui seront les futurs talents de demain ?
Les meilleurs Crabos, Alamercery et Gaudermen étaient récemment réunis.
Suite à la divulgation par la FFR de la liste des joueurs retenus pour cette édition 2020 des inter-poules. Quels clubs sont les plus représentés ?

Comme chaque année au mois de février, les championnats élites jeunes (Crabos, Alamercery et Gaudermen) observent une longue trêve d’un mois. C’est l’occasion pour les techniciens de la fédération de faire un point sur les jeunes joueurs de 16 à 18 ans qui performent au plus haut niveau de leur catégorie. Ainsi, intégrer le fameux « Top 100 » de sa génération en U16, U17 ou U18, au cours des « inter-poules » constitue pour un jeune joueur, une étape majeure de son évolution.

La semaine passée, la Fédération a publié pour les générations 2002, 2003 et 2004, la liste des 100 joueurs retenus pour cette édition 2020 des inter-poules. Plus précisément, c’est une liste de 315 joueurs qui a été dévoilée. Il n’en fallait pas plus pour refaire rejaillir notre côté « Jean Michel Statistiques » et ainsi jeter un œil au club d’où viennent ces jeunes.

Vous trouverez à la fin de cet article, les listes complètes. Ne vous inquiétez pas si votre neveu ou si le fils du frère de votre collègue n’apparaît pas, les inter-poules ne constituent pas une étape obligatoire pour percer plus tard au plus haut niveau, vous gardez une chance de dire « vous voyez celui-là, je vous l’avais dit que c’était un crac ! », à vos amis devant la télé, après avoir annoncé le surnombre sur la droite si ça sortait vite.

Parmi la tonne de chiffre qu’on vous livre, certains nous ont plus interpellés que d’autres.

74%
Comme le pourcentage de joueurs provenant d’Occitanie, de Nouvelle-Aquitaine ou d’Auvergne Rhône-Alpes, les trois plus gros fournisseurs de joueurs de cette édition 2020, dans cet ordre. Ce taux est quasiment le même quelle que soit la catégorie. Suivent après l’Île de France, dont le plus gros représentant est le Racing 92, et non pas Massy, qui est cependant devant le Stade Français, Provence Alpes Côte d'Azur, alimentés principalement par Provence et le RC Toulon. La Bretagne, la Nouvelle-Calédonie, et le Grand Est complètent ensuite la liste.
Comme le nombre de joueurs venant d’un club de Nouvelle-Calédonie. On sait que depuis plusieurs années, l’île devient un fournisseur de joueurs de très grande qualité. Outre Sébastien Vahaamahina qui compte 46 sélections avec le XV de France, on sait que quelques clubs, comme le Stade Toulousain, possèdent des attaches particulières avec les clubs de cette collectivité d’outre-mer. Dernièrement, le champion de France a même aligné une première ligne composée de Rodrigue Neti, Peato Mauvaka (lui aussi international) et de Paulo Tafili, tous issus de la « filière calédonienne ».
4
5
Comme le nombre de comités de métropole qui n’ont aucun représentant. Il s’agit du Centre Val de Loire, de la Corse, des Haut-de-France, de la Normandie et des Pays de la Loire. Si la Bretagne peut se targuer t’avoir réussi à développer le rugby dans sa région, notamment au travers du RC Vannes, dont la filière de formation en lien avec le Racing 92 sort de plus en plus de pépites, le rugby normand peine à suivre le rythme derrière Rouen, premier club de Normandie à atteindre le niveau professionnel du rugby français. Il en est de même pour la Corse, les Haut-de-France, et les Pays de la Loire, même s’il faut saluer le travail de nombreux clubs comme le Stade Nantais ou l’Olympique Marcquois Rugby.

Mention spéciale au MHRC (19), au Stade Rochelais (17), et à Agen (17), qui forment le podium des clubs les plus représentés pour cet événement. Mention spéciale également aux 25 clubs non-professionnels qui sont représentés à ce « stage » (pardon à Massy, Narbonne et Bourgoin, mais on vous considère comme des clubs pros même si vous êtes en F1 les gars, on espère que vous comprendrez pourquoi …).
On s’est appliqué mais si vous trouvez des erreurs, n’hésitez pas à nous les signaler, on corrigera au plus vite !

Lénaïc OVIZE
Lénaïc OVIZE
Cet article est rédigé par Lénaïc OVIZE, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Précision, la trêve n'est pas de un mais de plus de deux mois. Dernière journée Crabos le 8 Février, prochaine le 18 Avril. Le tout pour jouer les 2 ultimes journées de la phase qualificative suivie illico des phases finales. L'élaboration du calendrier ne permet pas un lissage équilibré de la compétition. Plutôt que de réunir une poignée de mecs (qui par ailleurs sont bien connus et identifiés), je trouve qu'il serait autrement plus judicieux de les voir sur le pré de façon régulière. Ca permettrait aussi de voir s'exprimer d'autres garçons pas nécessairement dans les radars Fédéraux où qui ne portent pas les bonnes couleurs.

l'article dit "4 comme les joueurs de nouvelle-Caledonie" et sur le tableau j'en compte 5....

@Bakkies Botox

Et pis un éléphant rose et Mélenchon en tutu... 😊 😊 😊

  • adourAB
    4589 points
  • il y a 1 mois

Surprenant le classement de Béziers entre ses U17 et U16/U18. Que s’est il passé l’année de leur naissance dans le ciel de Beziers?

  • Ahma
    90757 points
  • il y a 1 mois

Ce sont donc les talents d'après-demain ?

Derniers articles

Vidéos
News
News
Blog
News
News
News
News
Vidéos
News
News