RUGBY. Véritable thriller, cette demie voit Toulouse se hisser en finale aux dépens de La Rochelle
Le duel entre Toulouse et La Rochelle en demi-finale du Top 14 a tenu toutes ses promesses. Crédit image : Screenshot Canal +
Le duel entre Toulouse et La Rochelle en demi-finale du Top 14 a tenu toutes ses promesses. Entre les essais, les cartons et le suspense, ce match a captivé les fans.

La première demi-finale du Top 14 opposait Toulouse au Stade Rochelais ce vendredi soir à Bordeaux. Un remake du choc de l'an passé qui avait vu les rouge et noir l'emporter dans les derniers instants. "On va le faire", hurlait Ronan O'Gara dans les vestiaires avant que ses hommes n'entrent sur le pré bordelais. Tous les acteurs étaient concentrés et déterminés à se hisser en finale. Il y avait aussi de la tension, Kerr-Barlow sortant directement un ballon en touche dès les premiers instants. Il n'en fallait pas plus pour que Toulouse ouvre la marque par Ramos face aux perches (2e, 3-0). Les Maritimes se devaient de réaliser un match parfait. Mais ça a mal commencé. En face, les rouge et noir avaient envie d'emballer la partie en jouant plusieurs touches rapidement. Mais aussi d'investir le camp rochelais. Après Dupont, c'est Ramos qui osait le 50/22 et le réussissait. Une initiative qui aurait pu terminer dans l'en-but sans un en-avant de Mauvaka.

La Rochelle ne lâche rien

Dix minutes, c'est ce qu'il a fallu aux Maritimes pour entrer dans ce match. En trouvant une belle touche, ils poussaient Toulouse à la faute et se mettaient en position de marquer. Et c'est Latu qui bonifiait cette occasion sur un excellent ballon porté (12e, 3-7). Une réalisation qui a un peu vexé les champions en titre. Et c'est une fois encore Ramos qui mettait le feu à la défense avant d'être repris par Nowell à quelques mètres de l'en-but. Toulouse manquant d'efficacité contrairement à des Maritimes qui usaient du ballon porté pour mettre leurs adversaires à la faute (3-10, 20e).

Mais ils n'ont pas su valider ses points. Un en-avant permettait aux Haut-Garonnais d'investir les 22 mètres. Tandis que la faute de Nowell, sanctionné d'un jaune pour une faute cynique devant sa ligne, donnait à Toulouse la possibilité de marquer par Kinghorn sur l'aile laissée libre par l'Anglais après une passe de Dupont (23e, 10-10).

A l'orée de la demi-heure de jeu, cette demie tenait toutes ses promesses, avec de l'engagement, mais aussi de l'indécision. Une fois de plus, ce sont des imprécisions des Maritimes (dégagement manqué de Kerr-Barlow et faute de Latu) qui donnaient au Stade Toulousain l'occasion de reprendre les commandes de la partie. Dupont ajustant une passe laser pour Mallia dans le couloir (31e, 15-10). Néanmoins, les Toulousains se mettaient à la faute et donnaient trois nouveaux points à La Rochelle avant que Willis n'écope d'une biscotte pour un enchainement de fautes. Une occasion que les hommes de Ronan O'Gara transformaient immédiatement avec un essai en force d'Alldritt (40e, 15-20). Les Rochelais, en supériorité numérique, tournaient en tête à la pause sous l'impulsion d'avants conquérants. Et ce, malgré une possession et une occupation en faveur des Toulousains.

Deux rouges en demie !

Lesquels se devaient d'être plus efficaces dans le second acte pour espérer l'emporter. Dès l'entame, la rencontre connaissait un tournant avec le carton rouge adressé à Atonio, son premier sous les couleurs de La Rochelle, pour un plaquage dangereux à la tête sur Flament. A ce moment-là, les deux équipes étaient toujours à 14 mais Toulouse ratait une première belle occasion. La passe de Ntamack ne trouvant pas les mains de Kinghorn. La seconde était la bonne.

Du moins c'est que pensaient les supporters des rouge et noir. Mais une fois de plus, un en-avant sauvait les Maritimes. C'est finalement Mallia qui s'offrait un doublé en bord de touche sur une inspiration de Dupont. L'Argentin battant une fois de plus Dulin. A la 49e, la victoire n'avait cependant pas choisi son camp, les champions en titre ne comptant que deux longueurs d'avance, 22 à 20.

L'arrière rochelais passait décidément une sale compliquée. Quelques instants plus tard, il voyait son dégagement contré par Chocobares. Lequel filait derrière les perches pour donner neuf longueurs d'avance à Toulouse (29-20). Compétiteurs, les vainqueurs de la Champions Cup 2022 et 2023 refusaient d'abdiquer. Un jeu au pied d'Hastoy forçait Ramos à dégager le ballon hors des limites du pré. Ce qui offrait une excellente mêlée devant l'en-but. L'effort des avants rochelais n'était pas récompensé. Après une passe au pied trop longue de l'ouvreur, le pack jaune et noir se faisait refouler et pénalisé. Une mêlée qui débouchait sur le carton rouge de Wardi pour un coup de tête après avoir été poussé par Marchand. Lequel était aussi exclu pendant dix minutes. 

Fin de match sous tension

Malgré ces deux rouges, le Stade Rochelais s'accrochait avec une nouvelle pénalité qui les ramenait à six points des Toulousains (29-23). Avec un quart d'heure à jouer, tout était encore possible d'un côté comme de l'autre. Les champions en titre manquaient de justesse. Leurs fautes (15e pénalité à la 65e) laissant les Rochelais y croire. Toulouse n'avait pas réussi à fait le break et à distancer leurs adversaires du soir. A moins de dix minutes de la sirène, Ramos donnait cependant un bol d'air aux siens avec une pénalité (32-23). Si l'arrière a manqué un nouveau coup de pied, l'écart était suffisant pour permettre à Toulouse de se hisser en finale du Top 14. D'autant que Lebel, tout juste entré en jeu, fonçait en Terre promise sur une passe au pied de Ntamack. Une réalisation qui scellait la victoire en faveur des rouge et noir. Score final, 39 à 23.

 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Dommage qu'une inferiorité numérique, même justifiée bouziile l'intérêt, le suspens et le plaisir de suivre une telle affiche ! Des lors, l'issue est malheuseument connue et inéluctable.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos