Né à Wallis-et-Futuna, il se rêvait Wallaby mais a trouvé son équilibre ici en France
Jean-Philippe Pradaud défend fièrement les couleurs de Pamiers désormais.
Découvrez l'histoire singulière de Jean-Philippe Pradaud, pilier franco-australien qui a rêvé de porter le maillot des Wallabies avant de rejoindre la France.

Le rugby est rempli d'histoires. Et tout le monde n'a pas la mémoire et le vécu de feu Pierre Tchernia. C'est au hasard d'une recherche que celle de Jean-Philippe Pradaud est venue à notre connaissance. En 2010, ce pilier franco-australien se destinait à devenir un Wallaby. Vous imaginez bien que si un joueur originaire de Wallis-et-Futuna avait porté le maillot de la sélection australienne, la presse lui aurait consacré de nombreux articles. Figurez-vous qu'il a bien défendu les couleurs de sa patrie d'adoption. C'était en 2011 lors de la Coupe du monde des moins de 20 ans en Italie. Cette année-là, JP, comme les Australiens l'appelaient, a affronté l'équipe de France de Plisson, Galan, Lesgourgues, Barraque, Palis ou encore O'Connor. Avec à la clé, une victoire 30 à 17 des Aussies menés par un certain Michael Hooper. Jean-Philippe, qui avait été titulaire auparavant contre les Fidji, n'a joué que quatre minutes. Mais c'était une rencontre ô combien symbolique pour lui.Crédit image : francetvinfo.fr

À l'âge de 18 mois, Jean-Philippe Puluiuvea, son nom en néo-calédonien, est adopté par son oncle et sa compagne australienne. Il a notamment pour cousin Romain et Sébastien Taofifenua, qui évoluent en Top 14 sous les couleurs du Rugby club toulonnais. Mais ce n'est pas vers la France, où Toulouse et Biarritz lui font de l'oeil selon La Croix, que se tourne son regard mais plutôt vers l'Océanie et surtout l'Australie. Il y déménage à l'âge de 11 ans avec sa mère lorsque ses parents se séparent. Et commence par la même occasion le rugby du côté des Dolphins de Noosa dans le Queensland. "J'adorais l'idée que c'était un domaine dans lequel je pouvais y aller à fond et ne pas me retenir". Malgré son physique impressionnant (1m87, 120 kilos), Jean-Philippe est un joueur mobile qui sait aussi manier le ballon. Pourtant, il a bien failli ne pas jouer au rugby. 

Quand j'avais 15 ans, je suis allé dans une très bonne école grâce à une bourse basée sur mes performances en aviron et mes compétences en rugby. J'ai vraiment apprécié pratiquer les deux sports dans cette école. Mais au fil du temps, mes compétences en rugby ont grandi et j'ai grandi. J'ai donc dû choisir un sport, à savoir le rugby. Quand j'ai quitté l'école, on m'a proposé un contrat d'académie avec les Reds du Queensland. Ensuite, j'ai eu la chance d'obtenir plus de contrats au fil du temps.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Cet article est financé par les adhérents, sans qui il n'aurait pas pu être publié. Vos adhésions nous ont permis de mobiliser plusieurs personnes pour cette publication. Vous pouvez y accéder et débloquer toutes les fonctionnalités des adhérents en nous soutenant !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News