Marjorie Mayans nous donne en Exclu les clés du Grand Chelem : ''les Françaises n'ont rien à envier aux Anglaises''
Marjorie Mayans nous donne en Exclu les clés du Grand Chelem. Crédit image : Screenshot FFR/Women's Six Nations
Samedi à 14h, le XV de France Féminin affrontera le XV de la Rose pour son dernier match du Tournoi des 6 Nations. Un match pour le Grand Chelem.

Samedi à 14h, le XV de France Féminin affrontera le XV de la Rose pour son dernier match du Tournoi des 6 Nations. Ce choc, que l'on qualifie de finale, promet un beau moment rugbystique. Rappelons que les Anglaises sont premières au classement avec 20 points, suivies de très près par nos Françaises, à 19 points.


Dimanche dernier, à Grenoble, la France a signé une nouvelle victoire contre le Pays de Galles, 39 à 14. C'était sans compter les supporters venus en nombre puisqu'un nouveau record d'affluence, lors du Tournoi des 6 Nations Féminin, a été atteint pour le deuxième match consécutif à guichets fermés. Dans un stade des Alpes rempli de 18 604 spectateurs (!), les Bleues ont eu « une piqûre de rappel », souligne Marjorie Mayans, ancienne internationale de rugby à XV et à VII. "Il y a eu un très bon début de match des Françaises, elles l'ont pris par le bon bout. En fin de deuxième mi-temps par contre, elles ont été mises en difficulté. Elles vont retrouver l'agressivité des Galloises de manière sûrement plus hostile contre l'Angleterre. Ça leur fait une piqûre de rappel pour ce qui les attend."

Des Françaises confiantes

Tout comme les Anglaises, les Françaises sont invaincues cette saison. Marjorie Mayans éclaire notre lanterne sur le jeu de celles qui sont désormais ses anciennes coéquipières : « L'année dernière, on manquait de confiance. Cette saison, elles retrouvent ce qu'on avait acquis il y a quelques années. Elles se font confiance et leur jeu est propre. Elles osent prendre des décisions franches et des risques sur le terrain. Je pense que c'est ce qui va payer ». La confiance pourrait donc bien être le nouvel atout des Bleues face à une équipe féroce comme l'Angleterre. Ces dernières, on le sait, sont les favorites de ce tournoi. « Les Anglaises ont un jeu qui nous met très en difficulté. C'est l'une des trois meilleures nations au monde. La finale qu'elles ont livrée à Auckland [contre la Nouvelle-Zélande, en novembre dernier, NDLR] était de très très haut niveau. Leur jeu est très physique avec des qualités individuelles certaines. Des filles athlétiques et un très bon jeu au pied font qu'elles arrivent à casser le rideau défensif facilement. Par contre, les Françaises ont un jeu qui ne leur convient pas du tout non plus. Le fait d'être imprévisible, d'avoir des joueuses de qualité comme on a en France peut vraiment les mettre en difficulté ».

Un vent de fraîcheur

À quelques jours du crunch, on a vu apparaître de nouveaux visages dans le XV féminin, dont deux provenant de... Blagnac ! À l'image de Maëlle Picut (4 sélections) ou encore Marie Dupouy (3 sélections), le club de l'ancienne internationale fournit une grande partie du XV de France : « J'ai la chance d'évoluer à Blagnac, dans un club qui se structure d'année en année. Aujourd'hui, des filles comme Maëlle [Picut, NDLR] viennent d'arriver et se sont révélées à Blagnac. Maëlle, c'est une fille qui a des qualités athlétiques hyper intéressantes et un très bon timing. Marie Dupouy, qui fait une très bonne saison à Blagnac, a de grosses qualités physiques et techniques aussi. Ce sont des joueuses qui à terme feront partie des leaders de l'équipe de France. Je suis hyper contente de voir tout ce vivier qu'on a à Blagnac. Aujourd'hui, elles prennent de l'ampleur sur le terrain. Ce que le staff attend d'elles, j'imagine, c'est qu'elles prennent encore plus d'expérience pour apporter sur le terrain et à la vie de groupe. Que toutes ces joueuses prennent les clés du camion et aident à construire l'avenir du XV féminin ».

À Twickenham, un grand chelem est à la clé !

À domicile et sous la pression de jouer devant leur public, dans un tel stade, les Anglaises devront mettre les bouchées double. « Je suis vraiment très confiante pour ce match. On a vraiment une équipe pour battre les Anglaises. Elles vont être hyper revanchardes après leur défaite en finale de la dernière Coupe du Monde et elles ont à coeur de gagner devant leur public. Mais elles ont aussi pas mal de casse dans l'effectif. Des joueuses qui ont arrêté faisaient partie du socle de l'équipe. Aujourd'hui, les Françaises n'ont rien à envier à leurs homologues anglaises. S'il y a bien un moment pour les battre, c'est celui-ci ».

La « der des der »

Ce sera également le dernier match de Jessy Trémoulière, arrière de l'équipe de France aux plus de 70 capes. Elle quitte les terrains pour reprendre la ferme de son père. Marjorie et elle ont partagé le maillot bleu pendant 11 ans. « Je lui souhaite de profiter du moment parce que ça va être quelque chose d'énorme. Quand on est sportif, on choisit très rarement sa fin de carrière. ''Jess'' a la chance de la choisir de la meilleure des manières. C'est amplement mérité. Elle fait partie de ces joueuses qui ont été sur tous les terrains pendant plus de 10 ans. Elle se l'est gagnée cette fin de carrière avec ce match en apothéose. J'espère qu'elle va profiter et qu'elle va servir l'équipe de ses qualités rugbystiques, de son expérience et sa gestion de match. On a la chance de l'avoir et c'est l'un des meilleurs, si ce n'est le meilleur jeu au pied du monde. Toutes ces choses vont, j'espère, permettre d'aller chercher la victoire et de faire sortir ''Jess'' sur un grand chelem. C'est vraiment la chose que je lui souhaite pour ce match ! ».


Celle qui jouait ses derniers matchs en équipe de France l'année dernière, n'a pas totalement raccroché les crampons. Elle jouera la finale de Coupe de France Elite 1 avec Blagnac, dimanche 30 avril à 14H. Blagnac affrontera les louves de l'AC Bobigny 93 au stade Léo Lagrange, à Bellac. « J'ai quand même repris avec Blagnac en février parce que passer de trois entraînements par jour à plus rien du tout, ça me faisait trop bizarre. J'ai hâte d'aller jouer contre Bobigny. J'espère qu'on fera le match qu'il faut pour aller chercher le titre parce que c'est important pour ce groupe », conclut-elle.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Si, les victoires à répétition ?

Derniers articles

Vidéos
News
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
News
News
News