L'Afrique du Sud impose un quota de sept joueurs « non-blancs » dans sa sélection pour le Mondial 2015
Springboks - Afrique du Sud : des quotas de joueurs de couleurs dans le rugby.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Les Springboks auront désormais un minimum de joueurs non-blancs, a annoncé hier la Fédération dans une conférence de presse.
Le rugby sud-africain est sur le point d'évoluer de façon spectaculaire. Dans le cadre d'un projet de « transformation raciale », la Fédération (SARU) vient d'annoncer que pour la Coupe du monde, sept joueurs sur les vingt-trois Springboks inscrits sur une feuille de match devront être de couleur. De plus, parmi ces sept joueurs, deux devront obligatoirement être noirs. Selon Oregan Hoskins, le président de la SARU, ce plan n'a pas seulement pour but de « mettre des joueurs noirs sur le terrain » et n'est pas qu'une affaire de quota. Il précise, via IOL, que « le rugby sera introduit après de 150 000 enfants d'école primaire quand le nombre de femmes présentes dans les administrations sera augmenté de 40%. Ce plan est essentiel pour que le rugby maintienne sa place parmi les leaders du sport sud-africain. »

Dans une conférence de presse donnée pour expliquer cette décision, Jurie Roux, directeur général de la SARU, s'est également défendu contre le terme de « quota » :

Il ne s'agit pas juste d'un nombre de joueurs, mais d'une transformation globale du rugby sud-africain. La majorité des supporters et des joueurs – à l'école, comme dans les clubs – sont noirs. Parmi les jeunes sud-africains de moins de 18 ans, 84% sont noirs et nous voulons les récupérer.

En Afrique du Sud, la question de la place des personnes de couleurs dans la société est centrale depuis la fin de l'Apartheid, en 1994. Ce plan, le fruit d'un travail de deux ans, avait déjà fuité il y a quelques mois suite à la décision du sélectionneur national, Heyneke Meyer, de rappeler des vétérans (Botha, Matfield, Smith, Burger...) plutôt que donner leurs chances aux jeunes talents de couleurs. « À force de se marginaliser, notre sport était en péril, » précise Roux.

Un casse-tête pour Heyneke Meyer ?

Le but, à terme ? Arriver à 50% de joueurs non-blancs d'ici la Coupe du monde 2019 dans les équipes alignées en Currie Cup, les sélections de jeunes, l'équipe nationale à 7 et à 15. Possible, si, comme le précise Roux, le réservoir des Springboks puise dans ces 84% de jeunes noirs dans le pays. Sauf qu'à l'heure à l'actuelle, la grande majorité des joueurs sélectionnables avec l'équipe nationale sont blancs. Or, le sélectionneur, Heyneke Meyer se retrouve dans l'obligation d'avoir sept joueurs de couleurs dans son équipe. Celle-ci en pâtira-t-elle ? Il est un peu tôt pour le dire, mais si l'on regarde d'un peu plus près la dernière feuille de match de l'Afrique du Sud (face au Pays de Galles), on s'aperçoit que 6 joueurs - 2 métis (Cornal Hendricks, Nizaam Carr) et 4 noirs (Lwazi Mvovo, Tendaï Mtawarira, Oupa Mohoje, Trevor Nyakane) – correspondaient aux nouvelles « normes » de la SARU. Si le match avait eu lieu dans quelques mois, Meyer n'aurait donc pas été dans les règles.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

De mieux en mieux au pays de l'arc en ciel: On vire les blancs de leurs boulots:


"Eskom, première compagnie sud-africaine d’électricité et dixième fournisseur au monde a reçu un ultimatum pour réduire son nombre d’employés blancs de 44,3 % au cours des cinq prochaines années. Cela signifie que 3 389 blancs devront prendre la porte. Cette demande fait partie du programme fédéral « Black Empowerment ».

Pendant des années Eskom a été poussée à n’engager que des non-blancs. La firme déclare d’ailleurs que c’est un souci majeur que de trouver des candidats non blancs assez qualifiés. Actuellement les cadres intermédiaires chez Eskom sont à 30 % blancs et à 21% pour sa main-d’œuvre qualifiée.

Parmi les 3 389 employés qualifiés de race blanche dont va se séparer Eskom, 1 081 sont des ingénieurs et des administratifs, afin d’améliorer sa politique de discrimination positive vers les hauts postes.

Ces détails proviennent du syndicat Solidarity – principale représentation des salariés en Afrique du Sud – qui précise que service public d’électricité reflétera alors la démographie nationale au 31 mars 2020.

“Selon ces objectifs, il y a environ 3 400, soit 44 %, d’employés de race blanche en trop chez Eskom. Les niveaux d’emploi qui seront les plus durement touchés sont ceux de spécialistes expérimentés et de cadres intermédiaires. Les syndicats doivent maintenant être consultés sur les nouveaux plans d’Eskom,” a ajouté Dirk Hermann le directeur général de Solidarity.

“Nous sommes complètement abasourdis par ces nouvelles demandes. Eskom connaît actuellement une crise et nous, ainsi que d’autres syndicats, devons maintenant travailler avec eux sur ces mesures très agressives. On devait plutôt parler avec eux sur des solutions à trouver pour faire face à la crise actuelle. »

Solidarity a déclaré que les postes visés sont d’une importance cruciale pour Eskom qui doit déjà faire face à des plans sociaux en série.

« Sur les 3 400 blancs environ qui doivent partie, 3 200 occupent des postes critiques aux niveaux techniques et managériaux, » précise Hermann.

Eskom étalera son objectif de 2020 sur cinq ans, selon des objectifs annuels par type de d’emploi, ajoute Solidarity.

Citant la documentation d’Eskom, le syndicat a déclaré que la démographie provinciale pourrait également rentrer en compte lors de la détermination des postes.

“Dans le cas d’Eskom cela peut aggraver la perte de compétences techniques. La majorité des centrales électriques du groupe est située dans le Mpumalanga. Dans cette province les Africains noirs constituent 90,8 % de la population totale,” dit-il.

En supposant que 1 000 personnes travaillant dans une centrale électrique, cela signifierait que seuls d’entre eux 92 peuvent être Blancs ou Indiens.

Dans le Limpopo, où se trouvent de nouvelles centrales telles que celle de Medupi, 95,4 % des habitants sont des noirs africains. Dans ce cas seulement 46 employés pourraient être blancs ou Indiens par tranche de 1 000 salariés.

« La priorité absolue d’Eskom est que les lumières s’allument, » a déclaré le parti de la DA (Democratic Alliance – parti anti apartheid) dans un communiqué ce dimanche (9 mars).

« Jouer la carte de la victimisation raciale ne servira à rien pour justifier des dysfonctionnements qui au final, pénaliseront les sud-africains pauvres et pour la plupart noirs. Les plans sociaux sont désormais une réalité quotidienne et touchent durement les plus défavorisés et la DA demande à Eskom d’utiliser les compétences de tous ses ingénieurs pour trouver une solution aux difficultés actuelles au lieu d’aggraver le problème. “

Le parti politique a cependant noté que l’Afrique du sud est confrontée à une grave pénurie d’ingénieurs. Le ministre des Sciences technologiques, Naledi Pandor, a récemment déclaré que malgré le nombre élevé d’étudiants inscrits chaque année en ingénierie, l’Afrique du Sud ne produit environ que 1 500 ingénieurs diplômés par an – dont seulement la moitié va travailler sur le terrain.

Le ministre a ajouté que la pénurie de professionnels en ingénierie signifie que nous n’avons pas assez professionnels disponibles pour les travaux en cours. Et cela ne tient pas compte des dernières instructions de ce gouvernement décidément très populiste"

Les quotas, c'est de la m..... Et la discrimination "😜ositive", quoi qu'on en dise, ça reste de la discrimination. Les meilleurs doivent jouer point barre. On s'en cogne bien de la couleur de peau...

  • Jean-PierreD
  • il y a 5 ans

Sur l'affaire en elle-même:
On comprend pourquoi les journalistes ne veulent pas aller fourrer leur nez en cette ère de politiquement correct.

Le rugby sud africain part sur une base de joueurs pour 90 pour cent non blancs (pour adopter leur terminologie) et peine à former cinq non blancs qui pourraient intégrer l'équipe nationale.
Or l'Apartheid est fini depuis plus de vingt ans et la situation jusqu'à lors fut celle d'un laissez faire, le rugby sud africain ayant le loisir de donner l'orientation qu'il souhaitait à son rugby.

Quand on regarde certaines autres nations de rugby, on s'aperçoit qu'alors même ces nations ne partent pas d'une base à 90 non blanche, loin s'en faut, certaines pourraient s'approcher des critères mis en avant. La Nouvelle Zélande pourrait approcher les cinq non Blancs par exemple.

Aucune, cependant, ne part de cette base: 90 pour cent de non blancs.
Et pourtant...
De là, un questionnement sur la performance de la formation sud-africaine.

Il en découle, en fait, que cette histoire de quotas sert avant tout les intérêts des 10 pour cent restant de la base.

5 places réservées pour 90 pour cent de la base, cela veut dire les 10 autres places potentiellement réservées pour les 10 pour cent restant.

5 non blancs sur le terrain et on est dans l'ordre, à l’extrême minorité, le reste des places.

C'est une concession mineure superficielle pour perpétuer un état de fait dont l'installation par la société civile est démontrée par les vingt années qui ont suivi la fin de l'Apartheid.

D'où la mise en avant de cette mesure.

Par contre, le questionnement sur la formation par le monde du rugby sud africain qui, en partant sur une base de 90 pour cent de non blancs, peinent à réaliser ce que d'autres rugbys, sans avoir l'intention de le faire, et en partant sur une base bien moindre, s'approchent de réaliser, ce questionnement là, il ne faut pas l'attendre de la part des journalistes. Il ne viendra pas.

  • Jean-PierreD
  • il y a 5 ans

Il n'y a jamais eu d'argumentation faite autrement que de marteler un raccourci qui n'a pas lieu d'être.

Tuez les Boers a la même valeur que tuez les Vendéens, tuez les Russes, tuez les Ukrainiens etc

Mis devant cette évidence,l'ineptie qui consiste à affirmer que tuez les Boers revient à dire éliminer la minorité blanche apparaît pour ce qu'elle est: un fantasme sans fondement.

Il y a bien sûr eu des Irlandais qui ont émigrèrent en Afrique du Sud et donc des descendants d'immigrés, il suffit de taper irish diaspora south africa dans un moteur de recherches quelconque pour avoir des liens.

Les Irlandais, qui, eux, ne seraient que des expatriés, dans la mesure où ils sont Blancs, font aussi partie de la minorité blanche en Afrique du Sud.
Il n'y a pas de changement de couleur de peau avec l'acquisition du statut d'expatrié.

Bon, ceci sera ma dernière réponse, j'ai un peu de temps à perdre mais il y a des limites...
Alors, d'abord s'il te plait, ouvre un dictionnaire pour trouver la différence entre un expatrié (personne qui travaille à l'étranger sans intention et s'y installer pour faire souche) et un immigré. Il n' y a pas d'Irlandais dans la communauté blanche d'Afrique du Sud, ne serait ce que parce qu'au moment du peuplement, ils n'auraient pas été bine acceptés ni par les protestants néerlandophones (90% de la population soit l'IMMENSE MAJORITE) ni par les (à ce moment là) maîtres britanniques. Ouvre un livre d'histoire, lis la période de la guerre des Boers et reviens quand tu auras des connaissances un peu plus pointues sur le sujet, merci.

Même si on admettait ton argutie débile qui consiste à dire que les Boers ne sont pas toute la communauté blanche (ce qui je le redis est stupide et inexact), je vois mal comment on pourrait défendre cette chanson qui reste un appel au meurtre sur une base raciale. Ces gens sont des nazis noirs qui veulent tuer des blancs parce qu'ils sont blancs, tu les défends, tu assumes une part de ce crime, je ne vois pas de bonne raison de continuer à débattre avec toi qui justifies l'injustifiable, le tout dans un verbiage tellement incompréhensible qu'on est à la limite de la confusion mentale.

  • Jean-PierreD
  • il y a 5 ans

Pourtant, l'expression hyperbolique "faire mine de feindre" colle bien au style... Un tel niveau de duplicité, il faut une expression spécifique pour le marquer.

"Les Boers sont l'IMMENSE majorité des blancs d'Afrique du Sud. L'Afrikaans n'est pas la langue officielle pour rien. Je suis irlandais, je connais l'Afrique du Sud, il n'y a pas d'irlandais là-bas. Ceux qui y seraient sont des expats, comme les anglais, et tous ceux que tu cites."
Déjà, la reculade, les Boers sont l'immense majorité. On ne peut pas donc réduire la communauté blanche aux seuls Boers. Tuez les Boers ne veut pas dire éliminer la minorité blanche. Le tour de passe-passe est grossier.
L'argument sur l'afrikaan est ridicule: non seulement afrikaan n'est pas synomyme de Boer, mais en plus on pourrait aussi dire l'anglais est langue officielle, ce n'est pas pour rien.
Ce qui détruit encore plus le raccourci ridicule fait entre tuer les boers et éliminer la minorité blanche car en effet, par le même argument ridicule, l'anglais, langue officielle, signale une présence importante d'anglais.

Bien sûr qu'il y a des Irlandais en Afrique du Sud et des descendants d'Irlandais. En plus, on peut apprécier à juste valeur de duplicité l'argument comme quoi s'il y avait des Irlandais, ce seraient des expatriés. Et alors? Quand on s'expatrie, on change de couleur de peau?

Tuez les Boers, ça ne signifie en rien éliminer la minorité blanche.
Dans votre imaginaire totalement fantasmé, c'était quoi les deux guerres anglo-boer? Une tentative des Anglais d'éliminer la race blanche d'Afrique du Sud? Une guerre suicidaire des Anglais contre tous les Blancs, y compris eux-mêmes?

Quant à l'argument sur la politique de quotas, on approche le fond du politiquement correct, le prochain pas, ça sera de dire que saisir les biens d'un voleur, c'est voler...

Evidemment, avec le niveau de duplicité actuel, on peut faire mine de feindre d'ignorer qu'une volonté politique s'oppose par une autre volonté politique, par contre, dans le monde réel, c'est trop court.

Cette politique des quotas, c'est justement pourquoi les journalistes veulent éviter de creuser le sujet.
On ne peut plus blâmer le gouvernement à l'heure actuelle. Aujourd'hui, c'est clairement la société civile qui est en cause.
Plus de vingt ans que l'apartheid fondé sur l'appareil d'état est fini, ça fait quatre ou cinq générations sportives, et toujours infoutu de former des joueurs hors du moule précédent.

Comme on ne peut plus pointer le gouvernement comme responsable, que la société civile reste seule sans son paratonnerre, bah, évidemment, les journalistes sont bien moins chauds pour aller voir ce qui se passe...

[Commentaire modéré]

  • Jean-PierreD
  • il y a 5 ans

Evidemment que la presse évite le sujet de l'Afrique du Sud. La presse sert continuellement la version consensuelle du gouvernement responsable.
Or, si cette approche était possible du temps de l'apartheid, elle ne l'est plus aujourd'hui.
Ca fait plus de vingt ans que l'apartheid est fini et le gouvernement ne peut plus être invoqué pour expliquer ci ou ça.
Plus de vingt ans donnés aux clubs, aux formateurs pour montrer.
Et là, en cache-misère, on est obligé de passer par des mesures légales pour amener une situation que le monde du rugby en Afrique du Sud n'est pas capable d'amener par elle-même.
On fait mine de feindre que les résultats d'une volonté politique peuvent changer sans amener une autre volonté politique.
Plus de vingt ans de laissez faire qui aboutissent à cette mise en place de quotas pour masquer la réalité.

Evidemment que les journalistes évitent le sujet: tout leur mantra sur le gouvernement seul responsable explose.
C'est la société civile qui décide et le gouvernement qui est forcé de maintenir les apparences.

  • Jean-PierreD
  • il y a 5 ans

Depuis quand la minorité blanche se résume aux Boers en Afrique du Sud? Il y a un grand nombre de descendants d'Anglais, d'Irlandais, on trouve des descendants de Portugais, d'Italiens,d'Allemands etc
On trouve aussi des Anglais, des Irlandais etc tout court.

@ Jean-Pierre D
T'es conscient de ce que ton post ne veut rien dire j'espère... Les Boers étant la minorité balanche d'AdS oui "kill the Boers" ça veut dire tuez la minorité blanche... Et venant du parti de Mandela, qui pour arriver au pouvoir a vendu au monde entier, la paix, l'amour, la réconciliation fraternelle... Ça pue un peu non?

  • Jean-PierreD
  • il y a 5 ans

Kill the Boers, ça devient éliminer la minorité blanche? Espérons que personne dans l'histoire n'a crié "tuez les Anglais", "tuez les Allemands", "tuez les Autrichiens"...

Ouiouioui... On ne la voyait pas venir du tout. Je suis un vilain-nazi-qui-hait-les-noirs et tu es un genti-antiraciste-tolérant-et-démocrate...

Ma vision de l'histoire te parait malsaine, la tienne est manifestement simpliste et malhonnête. Toute l'Afrique reconnait que le virage de la fin de l'apartheid a été très mal négocié, et que l'Afrique du Sud est au bord du chaos économique et politique, mais surtout que le gouvernement Zuma et ses soutiens se conduisent comme des nazis. Et que tu sois fan de Johnny Clegg and Savuka (comme moi), que tu aimes les gumboot dances (comme moi), que tu aies milité pour la fin de l'aprtheid (comme moi) ne devrait pas t'empêcher de le reconnaitre...

  • HH
  • il y a 5 ans

@ Wolfhound

HH sur un site de rugby ça peut surtout faire penser aux perches d'un terrain de rugby, pour quelqu'un de cultivé ça pourrait être les initiales du prix nobel de littérature Hermann Hesse (interdit par les nazis). Toi ça te fait penser au 3ème Reich. Bah c'est pas étonnant......

@HH (curieux pseudo, on pourrait soupçonner un nostalgique du 3ème Reich...)

Ce que tu appelles ma "vision malsaine de l'histoire" te démange parcequ'elle ne correspond pas aux mythes qu'on nous inflige, aux caricatures médiatiques, d'odieux blancs profiteurs et racistes, face à de gentils et pacifiques noirs qui vont construire la rainbow nation... (T'as raison Léon)
Le révisionnisme c'est aussi de passer sous silence comme le font les media et comme tu contribues à le maintenir, le massacre SYSTÉMATIQUE de la minorité blanche.
Quand le pouvoir blanc s'est il conduit ainsi en AdS? Y-a-t-il eu, même du temps de la répression une volonté de nettoyage ethnique contre les noirs? Jamais.
Tu le sais.
Tu le couvres.
C'est degueulasse.

  • HH
  • il y a 5 ans

@ Wolfhound

Oui, Jacob Zuma est incompétent, populiste et attise la haine des noirs contre la minorité blanche pour détourner l'attention des vrais problèmes.
Oui il en découle actuellement des exactions, des meurtres commis contre les fermiers blancs en Afrique du Sud.
Je n'ai jamais dit de le contraire.
Mais de là à écrire comme tu le fais "les massacres de fermiers blancs se comptent par centaines de milliers" c'est à dire autant que 4 années de guerre civile en Syrie ! C'est s'enfoncer dans le mensonge le plus outrancier.
Et oui, C'est du révisionnisme quand on exagère certains faits, qu'on en minimise d'autres, qu'on en invente et qu'on tord la réalité pour la faire coller à une vision malsaine de l'histoire. Et c'est clairement ce que tu as fait dans tes nombreux commentaires.

D'où sort alors ce "Kill the Boers" que Zuma chante systématiquement à chacune de ses apparitions en meeting? Ne l'as tu jamais vu parader un pistolet mitrailleur au coté, déguisé en peau de Léopard, mimer des mitraillages? Les vidéos de Winnie Mandela applaudissant les necklacings tu vas les nier? Les images des petites filles blanches de huit ans le crane éclaté contre le carrelage dans la ferme de leurs grands parents? Les vieilles dames violées à la barre de fer? Les fermes incendiées?
C'est moi qui m'enfonce?

  • HH
  • il y a 5 ans

@ Wolhound

L'hymne de l'ANC c'est celui du mouvement panafricain le "Nkosi sikeli africa", chant religieux écrit en 1897 par Enoch Santoga qui parle de deuil et de rédemption. Et il compose maintenant l'hymne sud'africaine en première partie suivie en deuxième de l'ancien hymne de l’Afrique du
Sud blanche du temps de l’apartheid.« Die Stem van suid Africa ».
Tu t'enfonces!

La malhonnêteté et la faiblesse d'esprit sont clairement de ton côté.

@HH

C'est vrai qu'un parti dont l'hymne appelle à tuer ses opposants est évidemment pacifique, c'est évident.
C'est vrai aussi que malgré les nombreuses vidéos sur lesquelles on voit Winnie Mandela un grand sourire sur le visage assister à l'exécution de ses opposants brûlés vifs, il se trouvera toujours des salopards pour nier l'évidence.
C'est vrai encore que le pouvoir noir ne ferme pas du tout les yeux sur un massacre à grande échelle...
C'est vrai enfin que des qu'on sort d'un demi pas de la doxa politiquement correcte, il se trouve des faibles d'esprit, des malhonnêtes, des feignasses de l'argumentation pour vous traiter de révisionniste. Quand on n'a rien d'autre à dire...

  • HH
  • il y a 5 ans

@ Wolfhound

C'est n'importe quoi !

"Le programme de l'ANC c'est la terreur depuis qu'il existe."
C'est totalement faux. Parti politique fondé avant la première guerre mondiale pour défendre les intérêts de la population noire, il était reconnu par le pouvoir blanc pendant plusieurs décennies avant d'être interdit. Et il a très longtemps promu et mené une lutte pacifique basée uniquement sur les manifestations puis ensuite sur la désobéissance civile. La lutte armée n'est venu que bien plus tard après le massacre de Sharpeville(pas le premier!) et le durcissement encore plus poussé des mesures d'apartheid. C'est le gouvernement blanc qui faisait régner la terreur.

"en prison pour avoir posé des bombes dans des galeries marchandes"
Foutaise.
Le Parti National lui-même n'a jamais apporté la moindre preuve d'une quelconque participation de Mandela à des attentats autrement qu'en étant un des responsable/organisateur de la branche armée de l'ANC. Et la ligne était claire, l'objectif était de déstabilisé le pouvoir en place par des actes de sabotage, des attentats contre des bâtiments gouvernementaux et militaires. Evidemment il y a eu des morts, des débordements mais ça n'autorise pas à inventer n'importe quoi.

"le "necklacing" des opposants par les zulus de Madiba... Mandela"
Là encore tout faux. Mandela (comme M'Beki) était de l'ethnie des Xhosas pas des Zulus.

Apparemment il n'y a pas que sur la deuxième guerre mondiale que certains essaient de réécrire l'histoire.







Mandela était de l'ethnie des xhosas pas des Zoulous.

"Le programme de l'ANC c'est la terreur depuis qu'il existe."

  • FDB
    13625 points
  • il y a 5 ans

Comme beaucoup, je trouve que la discrimination positive a un côté absurde.
Mais c'est surtout absurde pour nous, ici en France, avec notre histoire.

L'Afrique du Sud n'a pas la même histoire que nous.

@Kadova J'ai pas mal de copains en Afrique, et notamment en Afrique du Sud qui sont expat et voient le contraste entre les zones touristiques vitrines, et la réalité de la "campagne" et des banlieues. Le drame de l'AdS c'est que les media mondiaux ne se feront jamais l'écho de la réalité telle qu'elle est actuellement (pas assez politiquement correcte, trop peur de passer pour des nostalgiques de l'apartheid, trop peur d'écorner le mythe Mandela). Pourtant notamment sur internet, des témoignages terrifiants apparaissent. Sur Facebook tu peux consulter cette page: Stop Farm Attacks & Murders In South Africa

C'est factuel, et c'est flippant. Quand tu t'intéresse à l'histoire de l'Afrique, de toutes façons tu sais que ca ne pouvait pas finir autrement. Le programme de l'ANC c'est la terreur depuis qu'il existe. La "Rainbow Nation" ne pouvait pas se faire sur le "necklacing" des opposants par les zulus de Madiba... Mandela, qu'on révère comme un saint était quand même en prison pour avoir posé des bombes dans des galeries marchandes, et c'est sa femme qui a pris l'habitude de passer autour du cou de ses opposants politiques des pneus enflammés...

  • ACR
    1293 points
  • il y a 5 ans

Vous pensiez pouvoir encore échapper aux quotas en regardant votre match le dimanche? Et ben non!
Quotas de femmes, quotas de banlieusards, quotas de noirs mais où va t'on s'arrêter? Faudra t'il bientôt que tous les secteurs soient à 50/50? Quid des moches par rapport aux beaux? Des petits par rapport aux grands? Des pauvres par rapport aux riches?
Ah ben non! Les quotas c'est juste pour ce qu'on décide arbitrairement comme étant anormal.
Et si on se contentait de prendre les meilleurs? Si on laissait les gens décider de qui ils veulent avoir/voir?
L'égalité n'est pas l'égalitarisme.

  • Kadova
    31045 points
  • il y a 5 ans

@Ced, les gays sont ni hommes ni femmes ? 🙂

@Wolfhound: ou lis-tu tout ca a propos des fermiers blancs ? Je l'avais lu, mais pas a propos de l'Afrique du Sud.

Je n'aime pas non plus la discrimination positive, parce que ca donne l'impression au joueur de couleur qu'il est selectionne sur sa couleur de peau et non sur son talent. Et si peu qu'un joueur blanc soit ecarte pour un de couleur pas meilleur, ca va jaser.

  • ced
    100447 points
  • il y a 5 ans

un autre quota devrait voir le jour rapidement : la mixité !
50 % d'hommes 50 % de femmes.
ce n'est que la 1e étape, rapidement on intégrera les gays.

Réveillez-vous. Le gouvernement de Jacob Zuma est infiniment plus raciste que tout ce que l'apartheid a pu produire... Depuis qu'il est au pouvoir les massacres de fermiers blancs se comptent par centaines de milliers, la police et la justice, qui ont été nettoyées ethniquement et livrées aux noirs ne poursuivent que très peu les auteurs de meurtres/viols/tortures dont les fermiers blancs sont victimes...
L'état économique du pays est un désastre et ce n'est pas fini. Les projets de transfert forcé des terres agricoles aux noirs sont déjà un échec, la production de vivres de base ne suit plus.
Cette décision prend sa place dans une cohorte d'annonces démagogiques d'un pouvoir aux abois qui pense calmer son électorat noir en le flattant. Ca n'est pas ça qui va lui donner à manger.

Comment s'étonner de ces décisions racistes venant d'un président qui chante, avant tous ses discours,non pas l'hymne national, mais l'hymne de son parti l'ANC, dont le refrain dit "Kill the boers..."

Excusez moi, le post précédent était une réponse à Grand Sachem.

Ne t'inqiètes pas si tu ne sais pas eux ils savent, ils ont utilisés ce vocabulaire pendant 50 ans et cela fait juste 20 ans qu'ils l'utilisent moins.
Certes le rugby est une chose importante pour nous tous ici, mais je crois que ce pays est la nation "arc en ciel" comme la France est "black, blanc,beur" (souvenez vous du mois de janvier).
Laissons leur gérer cette transition à leur manière.
La discrimination positive, c' est la solution qu'ils ont adoptée pour le faire, le rugby est un symbole pour les sud-africains, il n'y a donc pas de raison qu'il fasse exception.

Ca frise la dictature .
Pour l'entraineur national , ca doit être frustrant de se coltiner toutes ses contraintes suplémentaires .
C'est déjà pas toujours simple , mais là bonjour l'engoisse ....
Plus pausément , c'est ridicule .

Pour une fois, nous sommes en avance : Ouin-Ouin, toujours à l'affût de ce qui se fait de mieux dans l'autre hémisphère n'a pas attendu pour imposer un quota de 30% de Sud'Af en équipe de France !

  • HH
  • il y a 5 ans

Rectificatif: j'ai oublié les récents Mvovo, Nyakane et Mohoje (qui avait été écarté un temps à la faveur de Juan Smith).

  • HH
  • il y a 5 ans

Tout le monde rêve de méritocratie mais on est pas dans un monde parfait et c'est particulièrement vrai pour l'Afrique du sud qui n'est sorti de l'apartheid que depuis 1991. Et si la discrimination n'est plus dans les lois ni la constitution, elle est encore bien ancrée dans les têtes et la société. Le racisme en afrique du sud n'est pas une problème entre blancs et noirs, mais entre blancs, non-blancs(principalement les indiens), métis et noirs. C'est très complexe. Les noirs étaient tout en bas de l'échelle. Les métis et non-blancs n'étaient pas aussi discriminés à l'époque de l'apartheid et aujourd'hui ce sont principalement eux qui ont bénéficié d'une amélioration de leurs conditions sociales: avec notamment un accès aux écoles et à la pratique du sport de la classe blanche qui dominait auparavant: le rugby. Seuls trois noirs ont été chez les springboks ces derniers temps: le zimbabwéen Mtawira, Ralepelle et Ndungane(qu'on me reprenne si j'en oublie), les autres sont métis. L'entraîneur Peter De Villiers, lui, a été imposé. Avec une population composée de près de 90% noirs c'est quand même pas lourd. Le rugby sud'af est resté très rétif au changement et les nombreux cas de racisme en son sein en sont autant de preuves flagrantes(un joueur blanc talentueux a même été barré parce que son père était militant anti-apartheid). Et le côté culturel, si il explique un peu les choses il a quand même bon dos. On sait très bien que dans les milieux pauvres le sport (particulièrement les sport de combat) est un moyen d'ascension sociale (voir la boxe en Amérique). On ne constate pas ça encore en Afrique du Sud.
Alors bien sûr des quotas c'est peut-être pas l'idéal et c'est même surement une manière de faire un peu de démagogie de la part du gouvernement sud'af en évitant d'affronter les vrais problèmes.Mais bon, de là à parler de mesure raciste..... faut pas abuser.

  • pepe31
    6933 points
  • il y a 5 ans

c'est là que le dicton "le ridicule ne tue pas" prend toute son ampleur!
le mec s'il est bon , il joue point , qu'il soit noir,blanc ou jaune!

Je veux bien voir des critères objectifs. .. mais il y a toujours des exceptions un peu débiles
Par exemple moi je suis blanc comme un cul. Je suis français et j'ai un passeport français
et bien je n'aurais pas pu être considéré comme jiff parce que j ai commencé le rugby à 18 ans en reichel
C'est juste débile. .
C'était le cas pour thion et quelques autres

@Sapiac76

C’est la question qu’avait posé Boudjellal. La différence c’est que tu peux fixer des critères objectifs pour définir qui est JIFF et qui ne l’est pas. Pour les non-blancs, on fait comment ? On mesure le périmètre cranien, la taille du nez et des lèvres comme au 19e siècle ?

Ce n'est que le réflet des problèmes raciaux encore très présents en Afrique du Sud.

Ils veulent peut-être faire bouger les choses plus vite, mais c'est vrai que ce n'est pas la bonne solution. En tout cas, vu de chez nous.

Problème très complexe de part l'histoire très complexe de ce pays.

Je rejoins tout le monde. . Je crois que personne ne se posê ou s'est posé la question de matawira et habana. Ils sont ou ont été les meilleurs à leur poste

Par contre ...je vais me faire l avocat du diable...avec nos jiff ont fait pas de la discrimination positive nous aussi? ???

  • Nbat64
    8565 points
  • il y a 5 ans

Bon pour la coupe du monde c'est pas un problème ils ont déjà les 7 joueurs (qui sont bon) pour leur quota. Mais c'est sur que la politique de Zuma et l'ANC c'est vraiment n'importe quoi... Peut être qu'avec la nouvelle génération ils tourneront la page de ce parti avec ses quota partout DA dans le futur?

  • thiboo
    26445 points
  • il y a 5 ans

Le vrai problème c'est pas la perf de l'équipe, mais c'est que c'est de la discrimination raciale, avec cette règle un blanc n'a pas autant de chances qu'un noir et ça c'est une honte.
Après si ils veulent qu'il y ait plus de noirs dans l'équipe nationale il faut démocratiser le rugby et à termes ça se fera tout seul. Mais ce qu'ils font là c'est pas une solution, ce n'est rien d'autres que de la discrimination..

  • Loyam
    37059 points
  • il y a 5 ans

Moi, quand je supporte mon équipe, je veux les meilleurs sur le terrain, et non pas des noirs, des blancs, des rouges et autres couleurs. D'ailleurs, avec Toulon, je suis gâté, Armitage, Wilkinson, Botha, Michalak, pour ne citer qu'eux, parmi la pléiade de joueurs.

Quand je suis sur le terrain, je veux avec moi, des gars, qui se sacrifieront autant que moi. Des gars, qui refuseront de fuir au-devant l'adversité. Des gars, qui nous feront gagner. Et non pas des noirs, des blancs, des rouges et autres couleurs.

Regrettable que l'Afrique du Sud pense ça.

Qu'est ce que les joueurs vont bouffer comme carottes pour bronzer plus vite? Ça compte comme dopage?

Les quotas sont juste ignobles, on te prend parceque tu es black, blanc ou autre juste pour avoir une représentation de la société voulue par des politiques.

C'est un peu comme si on imposait à PSA de sélectionner un picard, un breton ou un alsacien qui ne sont pas des régions viviers de rugby et c'est pareil pour les blacks en afrique du sud, il n'y a pas de culture massive d'avants et ils prennent des blancs parceque c'est la seule solution pour être compétitifs, à l'arrière c'est autre chose mais le meilleur doit primer.

Politique de façade par peur de s'attaquer aux vrais problèmes de l'Afrique du Sud : la ségrégation socio-spatiale (qui n'a rien à envier à l'Afrique du Sud de l'apartheid) et la violence endémique. On touche au rugby sud-africain parce qu'il demeure l'un des derniers emblèmes de l'Afrique du Sud de l'apartheid (et c'est par miracle que le Springbok tient toujours sa place sur le maillot vert).

Problème : imposer des quotas risque de nuire aux performances de l'équipe, à l'heure où l'Afrique du Sud est encore davantage reconnue par son rugby que par son football (dont l'équipe sud-africaine est dispensée de tout quota). Je rejoins les précédents commentaires : c'est par un développement par la base du rugby dans les quartiers les plus pauvres que le nombre de joueurs noirs se ressentira chez les Springboks, à l'heure où des universités "blanches" comme Grey College forment depuis leur plus jeune âge des pros en puissance.

Quant à la distinction entre "métis" et "noir", elle ne fait que reprendre la typologie imposée par le gouvernement d'apartheid, et elle est en cela limite réactionnaire, d'autant que les métis sont amenés à être de plus en plus nombreux.

Comment définissent-ils un joueur non-blanc ? Un Chinois, il est blanc ou non-blanc ?

J'ai toujours trouvé absurde la discrimination positive puisqu'elle se fait nécessairement au détriment d'individus méritants.

Je suis d'accord avec Oceanonox : si effectivement la population noire a accès à la pratique du rugby, et qu'elle est devenue majoritaire dans les clubs, alors la représentativité va s'inverser progressivement et naturellement. Je ne vois pas bien quels facteurs pourraient empêcher que ce soit le cas...

  • Fanch
    20587 points
  • il y a 5 ans

Une sélection nationale et la démocratie sociale n'ont pas grand chose en commun. Un joueur représente son pays parce qu'il est le meilleur à son poste et non parce qu'il est représentatif de la complexité de sa société. A terme, ces bonnes intentions peuvent même être dangereuses: zn supposant que l'Afrique du Sud "correcte ethniquement" accumule les contre-performances, les racistes e tous poils ricaneront et sauteront sue l'occasion pour vomir leur propagande sur l'air du " je l'avais bien dit..."
Çà fait des décennies que le rugby sudaf est le bouc émissaire d'une hypocrisie nationale et internationale et ça devient franchement gonflant. On boycottait les méchants Springboks tout en laissant nos entreprises conclure des marchés avec le 1er producteur de diamant, d'uranium et d'or de l'époque. Aujourd'hui, les successeurs de N. Mandela incapables de faire émerger une bourgeoisie et une classe moyenne noire, se disent qu'on va calmer le peuple à coup de quotas, qui n'effaceront pas les townships de Joburgh. La démagogie a encore de beaux jours.

Des quotas raciaux, c'est raciste. C'est seulement le niveau sportif du joueur qui doit être pris en compte. En instaurant des quotas raciaux, la SARU rend le climat nauséabond.

Ce n'est pas stupide :
Comment expliquer que malgré une population comportant 84% de noir, seulement 25% de "non-blanc" soient en équipe nationale. Heureusement, cela a déjà bien évolué depuis l'apartheid, mais c'est tellement lent. En montrant plus de "non-blanc" à l'écran, ils espèrent que cela va provoquer de l'intérêt chez toutes les autres ethnies, et que la culture rugby se partage plus vite.

Si avec 7 joueurs "non-blanc" (soit 30%), ils sont à peu près bon, avec 50% (soit 12) en 2019 il va falloir les trouver.

Même si la technique du quota est complètement conne, fort est de constater que c'est surtout un effet d'annonce politique à deux sous puisque il y a avait déjà 6 joueurs / 7 quotas imposé lors de la dernière feuille de match alors bon...

  • ToToNe
    4001 points
  • il y a 5 ans

C'est malheureusement parce que sans quota que ça ne bouge pas et qu'ils sont obligés de mettre des quotas pour enfin faire changer les mentalités.

J'avoue être mitigé sur le sujet

D'une part, l'aspect de quota me gêne car je trouve que ce n'est pas sur ses critères que se construit une équipe, mais d'autre part, cela peut donner à des jeunes l'envie de s'essayer au ballon ovale, alors qu'ils sont plus habitués au ballon rond ce qui peut à terme, développer de manière considérable le rugby sud africain.

Affaire à suivre

  • Juular
    775 points
  • il y a 5 ans

C'est complètement stupide... Ils ont déjà des stars non blanche, bien intégrées dans l'équipe (Habana, Pietersen, the Beast, ...) donc la l'héritage raciste de l'apartheid est déjà derrière eux...
Le rugby est un sport importé par les blanc et donc culturellement plus pratiqué par les blancs. Rien d'anormal à ce qu'il y ait plus de blanc dans l'équipe des Boks.

Si on suit le raisonnement de leur mesure, toutes leurs équipes de sport devraient compter 50% de blancs. Au foot c'est loin d'être le cas et pourtant ils n'appliquent pas de quota.

Ridicule.

Les quotas ça a toujours été pour moi une immense ânerie , la transformation si elle doit se faire se fera dans le temps , ça ne me gênerais aucunement qu'il n'y ait aucun blanc ou aucun noir dans cette équipe si les mecs présents sont indiscutables sur des critères avant tout liés au rugby ; poussons le raisonnement à l'absurde d'ici peu un quota de femmes , puis de femmes noires ?

  • indy
    23083 points
  • il y a 5 ans

Avec 6 joueurs dans les critères sur les 23 contre les gallois Meyer a largement la place pour être dans les clous qu'on lui impose pour les 30 de la Coupe du Monde. Faux problème donc.

Derniers articles

News
News
News
News
Sponsorisé News
Sponsorisé News
Sponsorisé News
News
News
Vidéos
Réseaux Sociaux