Investissements ratés, avant Béziers, il y a eu le Stade Français, Sedan ou les Dodgers
Investir dans un club n'est pas chose aisée.
L'échec du rachat de l'ASBH fait écho à d'autres histoires où des clubs ont vu débarquer des investisseurs sans pour autant être couronné de succès.

C'EST FINI ! Le feuilleton Émirati à Béziers est définitivement enterréC'EST FINI ! Le feuilleton Émirati à Béziers est définitivement enterréSelon les informations de Midi Olympique, les investisseurs du Golfe pourraient finalement "débarquer" à Béziers. Il serait ici question pour eux de devenir actionnaires. Le projet de rachat a bel et bien capoté après des semaines d'un feuilleton qui a tenu le monde du rugby tricolore en haleine. Cet investissement raté n'est pas le premier du genre dans le monde du rugby et du sport en général. En France, personne n'a oublié le cas du Stade Français et de la Facem. Mais on trouve également dans le football bien sûr ou encore dans le baseball et le basket des cas où l'arrivée d'investisseurs n'a pas été une garantie de succès.

En 2011, la survie du Stade Français est en cause. Il est question d'un déficit de 5 millions dans les caisses. La faute à de mauvais résultats sportifs, à la baisse de la billetterie, aux dépenses auxquelles il faut ajouter courant mars, la faillite de la régie publicitaire du club. Max Guazzini et Laporte doivent trouver de nouveaux investisseurs. Un projet à 22 millions est évoqué devant la DNACG pour sauver les Soldats roses. Cela passe par la création d'une société (Rugby Développements) par le sélectionneur de l'époque dans laquelle il détient 49 % contre 51 % pour la Facem, une société canadienne. Le club est alors maintenu la DNACG, qui peut s'appuyer sur un document garantissant les comptes de la Facem.

Mais ce document s'avérera être un faux. Alors que de nombreuses recrues de renom comme Contepomi et Kelleher ont été annoncées, le Stade Français est à nouveau convoqué et le gendarme financier exige alors 13 millions pour maintenir le club dans l'élite. Une somme qui sera notamment apportée par Thomas Savare, qui deviendra le président parisien jusqu'en 2017 et l'échec de la fusion avec le Racing 92. Plusieurs personnes liées à la Facem seront mis pour "escroquerie en bande organisée" et "faux et usage de faux", raconte L'Express. Loin de son lustre d'antan avant cette histoire rocambolesque, le Stade Français parviendra à relever la tête pour décrocher son 14e titre de champion de France en 2015.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Cet article est financé par les adhérents, sans qui il n'aurait pas pu être publié. Vos adhésions nous ont permis de mobiliser plusieurs personnes pour cette publication. Vous pouvez y accéder et débloquer toutes les fonctionnalités des adhérents en nous soutenant !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Mélanger les "sauveurs du dimanche", les financiers qui vont placer tel ou tel club au sommet du rugby mondial ou les anciens joueurs devenus cubitainer sur pattes, j'suis ok
mais comparé tout cela au placement raté de MJ aux Wizards, c'est injuste
Et attention, comme on ne ne moque pas de Jauzion (à juste titre), on ne se moque pas non plus de Sa Majesté 😡

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
Blog
News
Ecrit par vous !
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News