Frédéric Michalak : ''on ne peut pas fonctionner comme on fonctionne encore aujourd’hui''
Frédéric Michalak aurait aimé que les instances changent les choses.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Frédéric Michalak aurait aimé que les instances profitent de cette période exceptionnelle pour apporter des changements au calendrier et au championnat.

Face à l'injustice du nouveau calendrier international, les clubs contre-attaquentFace à l'injustice du nouveau calendrier international, les clubs contre-attaquentLe match de vendredi soir entre Montpellier et Pau a marqué le début du Top 14 mais aussi celui d'une année qui s'annonce dantesque pour les joueurs et particulièrement pour les internationaux. Championnat, Coupe d'Europe, test-matchs, Tournoi, les rencontres vont s'enchaîner à un rythme fou. Interrogé par Raphaël Poulain, l'ancien Tricolore Frédéric Michalak estime que cette année exceptionnelle en raison de la pandémie est trop chargée. Lui est favorable à l'annulation des matchs pour cause de Covid-19, comme c'est le cas en Premiership et pour les phases finales de Coupe d'Europe, et non au report des rencontres comme la LNR l'a décidé. Cela fait planer un doute sur la bonne tenue de la saison 2020/2021 et la possibilité d'aller au bout.La LNR n'en a pas terminé avec World Rugby, la Cour européenne devra statuerLa LNR n'en a pas terminé avec World Rugby, la Cour européenne devra statuerIl regrette que les différentes parties n'aient pas réussi à trouver un terrain d'entente au niveau mondial quant à la mise en place d'un calendrier raisonnable. "C'était le bon moment de réfléchir ensemble, de trouver de nouveaux modèles économiques, de réfléchir à des nouveaux championnats, des nouvelles façons de fonctionner." En France, il aurait aimé que les instances en profitent aussi pour revoir leur copie. "Notre championnat français, même s’il est top, propose très peu de temps de jeu à haute intensité. C’est long, c’est monotone… Ce sont des matches très difficiles mais ça ne ressemble pas à ce qui se fait en Super Rugby."

Fallait-il tout changer pour autant ? "La formule actuelle du Top 14, il aurait peut-être fallu la changer et opter pour une formule qui permettrait d’avoir des joueurs performants en Top 14 et en équipe de France, avec un calendrier un peu moins chargé. Ça fait 20 ans que l’on entend ce problème de calendrier. On est dans une période de Covid où tout est modifiable." Encore faut-il définir les bonnes priorités. "Forcément, les recettes sont moindres. Alors que veulent les présidents ? Faire plus de matchs pour rattraper ce retard. Mais on ne pourra pas le rattraper ce retard." Michalak estime que les présidents de club n'ont pas la bonne vision des choses.


Le Covid est passé et des entreprises sont en train de perdre énormément de salariés. Oui, on a besoin de venir voir des matchs, d'être heureux, mais vis-à-vis du joueur en lui-même, avec le changement de physique, avec des calendriers de plus en plus difficiles, si on veut une équipe de France au plus haut niveau, on ne peut pas fonctionner comme on fonctionne encore aujourd’hui. Finalement, on repart sur quelque chose qui nous fait défaut depuis des années. C'est là où se trouve la grosse problématique. Aujourd'hui, nos dirigeants réfléchissent court terme et ne regardent pas moyen/long terme. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Une harmonisation internationale, compétitions domestiques de septembre a avril puis phase internationale de mai à juillet impliquant chez nous un top 12 et une coupe d Europe en 7 dates (8 poules de 3). Cela donnerait un total de 31 matchs au lieu de 38.
Ensuite mise en place d un 5 nations (descente du dernier du tournoi A dans le tournoi B) en aller-retour soit 8 dates précédés de 2 matchs de préparation puis un final 4 face aux 2 meilleurs du sud et donc 12 dates internationales. Cette fenêtre internationale permettrait également de mettre les joueurs retenus en bleus sous contrat fédéral pdt 3 mois et soulage les finances des clubs.
Pour compenser la réduction du nombre de match mise en place d une coupe de France élite regroupant top12, pro D2 et 2 équipes de fédérale élite qualifiées en 8 poules de 4 soit 10 matchs en plus pour les clubs durant la fenêtre internationale avec l occasion de lancer des jeunes durant cette compétition et récompense les clubs accédant aux phases finales.

  • Revahn
    16601 points
  • il y a 2 mois
@Fred Villon

Les solutions manquent pas et ont souvent été évoquées. Perso je serais plus pour un top 14, voire un top 16 en deux poules. Pour la coupe d'Europe, je suis complètement pour les 8 poules de 3, avec peut-être même une réduction du nombre d'équipes.
Pour ce qui est de l'harmonisation internationale, je pense que septembre à avril n'arrange pas l'hémisphère sud, qui verrait une saison coupée en deux par l'été.

Sinon, la coupe de France, je trouve ça relativement dangereux de frotter des équipes qui sortent tout juste du semi-amateurisme avec des équipes d'envergure internationale. Et surtout, à ce niveau là, ça dépendra forcément des droits télé, et donc de Canal, qui ne me semble pas prête à vouloir un changement quelconque...

@Revahn

Je suis perso pas trop favorable au retour à 2 poules en championnat, le système de poule unique me parait plus équitable et implique donc une diminution du nombre de club même si c'est cruel.
Pour l'harmonisation internationale dans ce cas on fait une période domestique de septembre à décembre puis phase internationale entre janvier et mars et fin des compétitions domestiques entre avril et juillet l'idée étant que la fenêtre internationale soit unie pour permettre de mettre les internationaux sous contrat fédéral et non plus à la charge des clubs.
Pour la coupe de France l'idée est de compense la réduction des matchs pour les finances des clubs en mettant en place une nouvelle compétition durant la fenêtre internationale ce qui aiderait à faire passer la pilule du passage de 14 à 12 clubs et de moins de journées de coupe d’Europe. Je comprend ton inquiétude mais il s'agirait bien de regroupe Top12, ProD2, et les 2 meilleurs de fédérale élite. Moi je pense que c'est une expérience qui se tente et ca pourrait même devenir une compétition séduisante car les effectifs des gros seraient amputés des internationaux permettant de tester des jeunes, et les clubs de ProD2 et les 2 de fédérale élite qui de toute façon ont pour objectif d'accéder à la ProD2 pourraient se jauger face à ce qui se fait de mieux. Cela permettrait aussi de briser le plafond de verre existant à l'heure actuelle entre les différents niveaux

  • Revahn
    16601 points
  • il y a 2 mois
@Fred Villon

Je suis parfaitement d'accord avec toi sur les idées, je dirais qu'on a surtout des différences de "goûts".
Le principal problème dans ton plan serait d'avoir l'aval de toutes les parties en jeu : Canal+/France TV, FFR/LNR, World Rugby et toutes les ligues/fédérations mondiales, ou même l'aval des équipes (principalement celles du fond de TOP14 qui seront poussées en Pro D2).
Après, ça aurait été pas mal d'organiser ça pendant la période de confinement, mais faut aussi se dire que des contrats avaient déjà été signés, sûrement pour encore quelques années, et qu'ils devaient obliger à un certain nombre de matchs par saison par exemple...

@Revahn

C'était clairement une superbe occasion, l'aval de tous les parties prenantes ca s'appel de la négociation et c'est le rôle des dirigeants... Conclusion ce sport n'a pas les dirigeants qu'il mérite mais ca on le savait déjà malheureusement...

Ah bon ? Un problème de calendrier ?
Avec des mecs nus dessus ?

Michalak il a gagné trois grands chelem alors que le calendrier était le même..... Et Kolbe a même était champion du monde en étant trés performant. Le calendrier est l'excuse pratique pour faire oublier le reste. Je reste persuadé que les mauvais résultats de l'EDF était surtout du à un creux de génération et aux choix des sélectionneurs: Lievremont qui n'avait jamais entraîné à haut niveau, Noves qui n'était plus en phase avec le haut niveau de l'époque, Brunel dépassé et maintenant Galthié dont plus personne ne voulait.

@loloetalex

Bernie, sors de ce corps

@loloetalex

Lors de ses deux premiers GC, le championnat comptait au maximum 22 journées pour les équipes contre 27 aujourd'hui (Top 16 avec 2 poules, avant de passer au Top 16 poule unique avec 32 matchs en 2005).
Sans compter le déséquilibre du championnat qui permettait aux gros de faire tourner sans risque.

Cinq week-ends de plus dans le calendrier n'auraient pas changé la qualité de nos staffs et les errements de la Fédé, mais l'impact sur la condition physique des joueurs est évident.

  • Pianto
    36954 points
  • il y a 2 mois
@loloetalex

Il a gagné a une autre époque. Puis il a vécu l'émergence de la ligue celte et la domination des irlandais et des gallois sur l'Europe. Ils avaient enfin des matchs de clubs de haut-niveau et ils jouaient peu de matchs.
Bien sûr il y a aussi un trou générationnel, un rugby dépassé (pas catégorique sur Lièvremont, ce sont les joueurs qui n'ont pas voulu essayer) mais pas seulement. Non seulement il y a moins de matchs en ligue celte et en premiership mais en plus les internationaux ne les jouent pas tous. Nous, on joue plus que les autres et ça compte aussi.

  • W1823
    2203 points
  • il y a 2 mois

Les clubs pros devraient se pencher sur un modele de diversification, au lieu de continuer a s'acharner sur la "vache a lait" Top14 / ProD2.
Les 2 axes de diversification seraient le XV feminin et le 7 masculin / feminin.
Donc au lieu de simplement supprimer des dates de Top14, les remplacer par des compets des 2 axes nommes... tout le monde serait gagnant, si ce n'est a court terme, clairement sur le long terme.

Quelle touchante naïveté ....

  • Pianto
    36954 points
  • il y a 2 mois

On ne peut pas en vouloir à un dirigeant qui voit les comptes de son club, qui s'inquiète, de vouloir des matchs pour avoir une chance d'équilibrer ses comptes.

En revanche, un système où c'est ce même dirigeant qui a le dernier mot sur l'organisation à long terme, ben ça ne peut pas marcher. Les clubs ne peuvent pas décider de la forme du championnat, sinon on n'évoluera jamais vers un système performant durable.

  • SaintJu
    2367 points
  • il y a 2 mois

Mais, l'intérêt immédiat, le rapport à court terme, n'est-ce-pas la définition et la caractéristique de notre époque ?

@SaintJu

Non, c'est la définition du capitalisme uniquement. Et les dirigeants pourraient / devraient réfléchir autrement, c'est à dire à un horizon > un an. Ils y gagneraient

V'là-t-y pas que l'ami Michoko y s'met à blasphémer. De la remise en question, du changement, du projet intelligent à long terme dans le rugby français... n'importe quoi. Et pourquoi pas des lectures de Nietzsche en 3ème mi-temps ou des dirigeants de LNR/FFR compétents et honnêtes? Faut faire gaffe, si l'on écoute les mecs comme ça un jour on va même finir par nous demander de faire comme si les arbitres étaient des êtres humains à qui on doit le respect.

@Team Viscères

deux commentaires:
1 - l'arbitre n'est pas un etre humain, c'est un [email protected]! des propos tels que ceux-ci sont a proscrire. il ne faudra pas t'étonner si tu vas en enfer. repents toi immédiatement
2 - l'arbitre étant quand meme un etre vivant, il est recommande qu'il aille aux chiottes

  • vevere
    53728 points
  • il y a 2 mois

Belle lucidité 👏👏👏 Malheureusement, les présidents de clubs réagissent à court terme car c'est également leur seul mode de pensée dans les entreprises qu'ils dirigent (ou dirigeaient) : faire de l'argent tout de suite maintenant...et après on verra 🤬🤬🤬

@vevere

ce n'est pas la pensée des presidents de club, c'est la façon dont la grande partie (toute ?) de notre économie marche a l'heure actuelle. le plus de sous possible le plus vite possible

Derniers articles

News
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News
News
News
Réseaux Sociaux