France U20 – Les Yeux dans les Bleuets, épisode 1 : entretien avec Louis Carbonel
Louis Carbonel à l'entraînement avec les Bleuets. Crédit photo : Baptiste Paquot Photographie

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Son début de saison en club, son nouveau rôle chez les Bleuets, le groupe... Louis Carbonel, demi d'ouverture du RCT, s'est confié avant le début du Tournoi des 6 Nations U20.

Il est l'heure pour les Bleuets. L'année passée, la ''Génération Abdoul'' a terrassé la concurrence en remportant le 6 Nations puis la Coupe du Monde. Les héritiers, menés par Sébastien Piqueronies, attaquent leur Tournoi, cru 2019, avec la réception du Pays de Galles, au stade de La Rabine de Vannes. Huit joueurs ayant participé aux derniers championnats du Monde en France postulent pour défier le XV du Poireau : Jean-Baptiste Gros, Kilian Geraci, Thomas Lavault, Sacha Zegueur, Jordan Joseph, Louis Carbonel, Arthur Vincent et Mathis Lebel. Avant la confrontation avec les Gallois, c'est Louis Carbonel, le demi d'ouverture de Toulon, qui s'est confié.

Quel regard portes-tu sur ta saison avec le RCT ?

En début de championnat, je savais que j'allais avoir du temps de jeu comme Antho (Belleau) était en équipe de France et qu'il ne participerait pas aux deux premiers matchs. J'ai plutôt bien commencé, j'étais assez satisfait et puis ça été plus compliqué pendant quelques semaines, ça a coïncidé avec une passe difficile pour l'équipe. Lors du déplacement à Toulouse (NDLR : treizième journée, défaite 39-0 du RCT), je touche deux ballons en 52 minutes. Donc, c'est forcément compliqué de performer. En tout cas je n'ai pas été surpris, je m'attendais à ce niveau après avoir joué en Top 14 l'année dernière. On est en train de remonter la pente avec deux belles victoires (NDLR : à Newcastle et face au Stade français). J'espère qu'une dynamique positive se lance parce qu'en début de saison on s'était flagellé. On doit pouvoir envoyer du jeu, on en est capable, comme le prouvent les sept essais marqués sur les deux derniers matchs.

Comment cela se passe-t-il avec Patrice Collazzo ?

Patrice lance beaucoup de jeunes en ce moment et de manière générale. On se trouve mieux sur le terrain aussi. Il nous parle beaucoup, nous pousse à jouer. Donc on est très contents. Pour la plupart, on ne s'attendait pas à avoir autant l'occasion d'être sur le terrain. Le mieux pour un entraîneur est de voir qu'on est concernés. À nous en retour de prouver et de rendre cette confiance qu'on nous accorde. Si on veut créer un vrai groupe pour les années futures, ça passe par là, donner du temps de jeu à ceux qui ont gagné en Crabos et qui sont actuellement premiers en Espoirs.

Dans quel état d'esprit es-tu avant de débuter le tournoi des 6 Nations ?

Je me sens très bien. Plutôt en confiance après deux bonnes performances. C'est toujours un plaisir de revenir en U20. On doit essayer de gagner en rendant de bonnes copies. Forcément, mon statut a évolué, je ne suis plus un nouveau. L'année passée, j'ai pu accumuler de l'expérience. Je dois assumer, je suis à un poste clé. Désormais, je dois pouvoir encadrer mes coéquipiers, on l'a fait avec moi et je dois pouvoir le faire à mon tour.

Quels sont les objectifs de la compétition ?

Gagner d'abord, bien sûr. Cela viendra si on arrive à se focaliser sur nous, sur notre jeu. On veut mettre beaucoup de vitesse, de mouvement. Cette équipe est plus légère que celle de l'année dernière où on avait quelques profils très puissants. Le nouveau groupe se déplace, est très affûté. L'objectif est de jouer sur nos qualités de vitesse et de déplacement pour mettre à mal les défenses.

Comment vois-tu ce premier match face aux Gallois ?

Ce sont toujours des équipes très difficiles à jouer. L'année dernière, on avait joué le titre là-bas, je me rappelle d'un match très serré où il fallait marquer trois essais (NDLR : victoire des Bleuets 24-3). Ils ont un projet de jeu proche de celui des pros : ils tiennent le ballon, sont en place en défense notamment sur le premier rideau où ils peuvent placer jusqu'à quatorze joueurs.

En sélection, tu as déjà été fréquemment associé avec Quentin Delord, le demi de mêlée du LOU.

Ça fait deux ans qu'on n'a pas joué ensemble mais sinon j'adore être avec lui à la charnière. Il joue sur la vitesse et anime justement. C'est avec lui qu'on se connaît le plus. Les trois demis de mêlée du groupe, Quentin, Kévin (Viallard de Clermont) et Baptiste (Germain de Bordeaux-Bègles) sont, de toute façon, des profils axés sur le jeu, le mouvement du ballon.

Peux-tu présenter les autres Toulonnais du groupe U20 ?

Erwan (Dridi) est un ailier/arrière avec de grosses qualités de relanceur. Après, Florent (Vanverberghe, deuxième ou troisième-ligne) a une activité débordante sur le terrain, il est très disponible dans le jeu et agile. Il y aussi Mathieu (Smaïli, centre) : des crochets, de la vitesse et une très bonne vision du jeu. Enfin, Jean-Baptiste Gros, un joueur avec des qualités hors-normes, il se déplace beaucoup. Il est à l'image du pilier moderne en fait.

Sur quoi a principalement été axé le travail cette semaine ?

Surtout sur la réactivité du collectif, le mouvement. Et la conservation de balle. C'est similaire au projet de l'année dernière. En deux mots : vitesse et déplacement. C'est aussi ce qui a été bossé au stage de Valence d'après les retours qu'on a pu avoir (NDLR : il fait partie des joueurs à avoir été laissés à disposition de leurs clubs lors du stage en Espagne fin décembre).

Crédit photo : Baptiste Paquot.Crédit photo : Baptiste Paquot 

D'ailleurs, quelle est ta vision sur le jeu ? Qu'est-ce que tu affectionnes ?

Tu as vu mon gabarit, je ne vais pas taper dans les mecs (rires). J'adore organiser autour de moi le mouvement des avants et des trois-quarts. Le rugby de demain, c'est vraiment l'évitement et la vitesse. On le voit avec Clermont et Toulouse, c'est ce qui gagne maintenant. Quand tu as un pack qui se déplace plus vite, c'est plus simple d'animer ensuite, de trouver les portes. Ce qui me plait c'est de créer et de réfléchir aux mouvements du collectif.

As-tu un un message à transmettre à Romain Ntamack avant le amtch face au Pays de Galles ?

J'espère qu'il va faire un très bon match et que les anciens vont bien l'entourer. Il a la chance de débuter, il le mérite. Mais il faut surtout qu'il ait l'occasion de s'exprimer car c'est en touchant des ballons qu'il pourra faire la différence. Je lui souhaite de prendre du plaisir.

Que peut-on te souhaiter pour les mois à venir ?

De la réussite en club et en sélection.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Dans un futur plus ou moins proche, je vois bien Carbonel et Jalibert en 10 avec un N'tamack en 12, vu le nombre de talents à la charnière.

En même temps, s'ils restent tous en top14 il y a de fortes chances qu'ils soient souvent blessés et que la possibilité de les avoir tous en même temps est sacrément compromise.

@Marc Lièvre Entremont

Quand tu ajoutes les multiples talents en 9 et Penaud/Fickou en 13, il y a vraiment une superbe ligne en devenir

On veut des Bleuets coq Cliquot pour du rugby Champagne !

Derniers articles

News
News
News
Vidéos
Vidéos
News
News
Transferts
News
News
News