Et si le XV de France avait un plan DEPUIS LE DÉBUT ? Voilà ce qu'il faut retenir de la Poule C !
Et si le XV de France avait un plan DEPUIS LE DÉBUT ? Voilà ce qu'il faut retenir de la Poule C !
Trois équipes du Tier 1 pour deux places C’était la « poule où il fallait finir second pour éviter un tableau avec la Nouvelle-Zélande ».

1) Owen Farrell et le karma

Owen Farrell est surnommé shoulder boy par les Anglos-Saxons pour sa capacité à autant utiliser ses bras dans un plaquage que Philippe Croizon. Il s’est fait punir. Pas par un Français, quel dommage, cela aurait été une Coupe du monde réussie. Mais par un Américain : de leur point de vue c’est presque pareil. Egalement par un Argentin. Mais quand on s’appelle Tomas Lavanini, c’est uniquement par goût de la viande fraîche.

WTF - Et si Owen Farrell avait été Français ?WTF - Et si Owen Farrell avait été Français ?A part ça, RAS pour les Anglais qui déroulent leur plan machiavélique pour gagner de manière dégueulasse, alors qu’ils sont au-dessus depuis quelques années. Ils rencontreront l’Australie en quart de finale. PS : Je vous invite à voir la vidéo de l’Ecossais Graham Love, où l’on voit le demi d’ouverture anglais en mauvaise posture. Ça donne toujours du baume au cœur en ces moments tristes.

2) C’est bien l’asado

Oui c’est bon l’asado, mais ça a meilleur goût quand ça gagne. Les hommes de Mario Ledesma, qui sortent pourtant d’une énorme saison en Super Rugby, sont éliminés de ce Mondial. Par qui ? Les Bleus messieurs dames, la roue tourne. 4e au dernier mondial et véritable sensation de la dernière édition, l’Argentine ne peut faire mieux que 3e de poule. Un résultat décevant, on ne va pas se le cacher. Et on ne va pas bouder non plus notre plaisir de voir Benjamin Urdapilleta chambré à son tour. C’était vraiment une bonne idée de se passer de Facundo Isa et de Joaquin Diaz Bonilla ?

3) Objectif atteint

Battre l’Argentine. Se qualifier de justesse contre les Tonga. Ne pas jouer contre l’Angleterre et finir 2e pour ne pas croiser les Blacks. Le plan se déroule comme prévu, et l’objectif de Serge Simon est atteint. Nous sommes même passés de « les Bleus ne passeront pas les poules » à « ON VA MANGER LES GALLOIS » assez rapidement même. Toujours est-il qu’à la neuvième coupe du monde, le XV de France est encore là. Avec des matchs moyens, mais pas de défaites et là non plus on ne va pas bouder notre plaisir.

Que pense la presse étrangère du quart de finale Pays de Galles/France ?Que pense la presse étrangère du quart de finale Pays de Galles/France ?Comme on ne boudera pas ce verre de bière dès potron-minet avant le coup d’envoi ce dimanche avec du maquillage sur la figure. Mais toujours prêts à jouer les haters sur Twitter.

4) Les Tongiens comme des Tongiens

Il y a des équipes très pénibles à jouer, les Tonga en font partie. Comprenez « ils nous rentrent dans la gueule, jouent n’importe comment mais on est à deux doigts de perdre ». C’est bien ce qui a failli se passer contre l’équipe de France pour le dernier match joué. Comme les poux dans les cheveux d’un enfant de 6 ans, on n’arrive pas à s’en dépêtrer. A tel point qu’il faudrait songer à faire une poule avec des équipes du même acabit. On y retrouverait les Samoa, les Tonga, la Russie et la Géorgie et on appellerait ça du Catch, les collants en moins. Mais à l’heure du bilan, ils n’ont pas à rougir, 3 défaites, 1 victoire, 2 points de bonus et un tampon sur Billy Vunipola. Quel plaisir.

5) Un autre 0 pointé

Les Russes ne sont pas les seuls à afficher 0 point à leurs compteurs : les Etats-Unis arrivent à égalité dans la course pour la cuillère de bois. Alors ça joue les premières puissances mondiales, ça impressionne avec les gros 4x4 et leurs buildings aussi grands qu’Alexandre Flanquart mais quand on met un ballon au milieu de tout ça, ça bégaye ! Malheureusement, les USA ne dépasseront pas les trois victoires en Coupe du Monde, battus par les Tongiens lors de la dernière rencontre.

Ils peuvent tout de même accrocher le scalp de Owen Farrell à leur palmarès et rien que pour ça, on leur dit merci.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

"C’était vraiment une bonne idée de se passer de Facundo Isa et de Joaquin Diaz Bonilla ?"
Trop facile de faire de l’uchronie, surtout que ce n'est pas les joueurs qui les ont remplacés qui ont fait perdre les Argentins mais le collectif en lui-même.

La classe l'allusion à Philippe Croizon ....

  • FRLab
    42157 points
  • il y a 1 mois

aaaah je retrouve mon rugbynistère, en espérant que les bleus retrouvent leur rugby dans la foulée...
bien vu sur toute la ligne, et l'hommage à Farrell est beautiful 😉
Bravo Thibaud !!
Et allez les bleus!!!

  • Snark
    5655 points
  • il y a 1 mois

"potron-minet" ? Sauf que, à neuf heures, il fera grand jour, sauf, peut-être en Bretagne qui est très à l'ouest (je ne sais plus quel est le décalage horaire avec Brest).

Pour Farell c est à cause de Serge Simon il lui a amputé les deux bras et il a raté la greffe de Philippe Croizon.

"Owen Farrell est surnommé shoulder boy par les Anglos-Saxons pour sa capacité à autant utiliser ses bras dans un plaquage que Philippe Croizon."

ça j'applaudis ! Enfin... bref... Bravo !

Mais alors celui là :

"Comme on ne boudera pas ce verre de bière dès potron-minet"

Celui là il est présidentiel ! Des expressions comme ça même avant-guerre c'était vieux ! 🙂

@Le Bourbonnais

Respect pour les anciens, cette expression est sûrement moins utilisée aujourd'hui mais elle a un avantage énorme sur tout les anglicismes actuels, elle est bien française.

  • Pianto
    32541 points
  • il y a 1 mois
@Le Bourbonnais

Fariboles que cela, je l'emploie régulièrement potron-minet, dans mes discussions avec mon pote Manu mais il n'a plus le temps désormais. Il est très pris par son nouveau travail même s'il n'y est pas très bon. En même temps, il débute.

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
Vidéos
News
News
News
News
Vidéos
News