Que pense la presse étrangère du quart de finale Pays de Galles/France ?
La France réussit bien au Pays de Galles depuis plusieurs années.
Ce dimanche, le XV de France affronte le Pays de Galles en quart de finale de la Coupe du monde. Les Gallois sont favoris mais ils se méfient.

Les Bleus, rois du jeu au pied ? 

Quelles seront les clés du quart de finale entre le Pays de Galles et la France ? Dans les rangs gallois on se méfie du jeu au pied tricolore. Via Rugbydump, la légende des Diables rouges Neil Jenkins, en charge du pied au pied gallois, ne tarit pas d'éloges envers Camille Lopez qui selon lui excelle dans le jeu au pied d'attaque tout en étant exceptionnel joueur de rugby. La tendance avant ce match veut cependant que Romain Ntamack débute la rencontre. Le Toulousain est loin d'avoir les pieds carrés, mais le Clermontois, comme face à l'Argentine ou bien face aux USA, pourraient faire la différence avec ses inspirations du crampon. Pour Jenkins, les Bleus ont trouvé un bon équilibre dans leur "kicking game". Aussi, les Gallois se sont particulièrement focalisés dans ce domaine afin d'être performants dans les airs. Ils n'ont certainement pas manqué de voir que Damian Penaud était très à son aise sous les ballons hauts à l'instar d'un Liam Williams. Ce qui promet de beaux duels.La Coupe du monde 2019 est-elle vraiment celle du jeu au pied ?!La Coupe du monde 2019 est-elle vraiment celle du jeu au pied ?!

Un match totalement différent

Si Jenkins avance que c'est un tout autre match qui se présente à eux dimanche, le revers de 2011 en demi-finale est dans tous les esprits. Un de leur défi consistera à ne pas trop penser à la défaite mais à la manière dont ils ont bataillé à 14 contre 15. "Il s'agit d'un groupe de joueurs différents, certains étaient impliqués ce jour-là mais la grande majorité ne l'étaient pas", rappelle l'ancien capitaine gallois Sam Warburton à la BBC. L'histoire récente entre les deux nations est d'ailleurs plus que favorable aux siens avec sept victoires en huit matchs. On ne s'inquiète également pas du fait que les Bleus auront eu une semaine de repos supplémentaire pour préparer ce match couperet. Le centre Jonathan Davies, le demi d'ouverture Dan Biggar et l'ailier George North ont tous été blessés lors de la victoire de mercredi sur les Fidji, mais ils sont tous trois revenus à l'entraînement et seront prêts à affronter la France.FLASHBACK 2011 : le jour où le XV de France a battu le Pays de Galles en 1/2 finale ! [VIDÉO]FLASHBACK 2011 : le jour où le XV de France a battu le Pays de Galles en 1/2 finale ! [VIDÉO]

La France, cet adversaire toujours imprévisible

 "Il est essentiel que tout le monde soit en forme et en bonne santé", lance l'entraîneur des arrières Stephen Jones. Car en face, les Bleus ont eu le temps de panser les bobos et surtout de préparer ce match aussi bien physiquement que tactiquement. "Ils ont un bon groupe de joueurs parmi lesquels choisir, ce sont de grands athlètes, très imprévisibles, qui aiment jouer dans le désordre. Si nous ne sommes pas assez agressifs et que nous rendons des ballons, ils seront dans leur élément et seront très dangereux." The Guardian fait notamment d'Antoine Dupont le jouer qui peut être au centre d'un coup d'éclat tricolore. Mais le journal anglais place quand même une pièce sur les Gallois. "Ils peuvent être injouables (comme le Pays de Galles ne le sait que trop bien en référence à la première période du match d'ouverture des Six Nations de cette année) comme ils peuvent vous servir la victoire sur un plateau (comme lors de la deuxième période)." Quel sera le visage des Bleus dimanche ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Un quart de finale n'est jamais joué d'avance. Si l'EDF ne renoue pas avec ses cagagnes (cadeaux à l'adversaire), tout est possible.

Derniers articles

News
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
News
News
News
News