Ecrit par vous !
DÉCRYPTAGE. Pourquoi David Havili est-il un centre moderne par excellence ?
David Havili régale au centre de l'attaque de la Nouvelle-Zélande.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

David Havili s'est imposé au centre de l'attaque des All Blacks grâce à un excellent bagage technique qui fait de lui l'un des meilleurs à son poste. Décryptage.

RUGBY - Et si les All Blacks avaient (enfin) trouvé leur numéro 12 en la personne de David Havili ?RUGBY - Et si les All Blacks avaient (enfin) trouvé leur numéro 12 en la personne de David Havili ?Personne ne l’a vu arriver. Pourtant, c’est bien lui le joueur à suivre chez les All Blacks en ce moment. En effet, David Havili a commencé dans le Super Rugby en 2015. Un trois-quarts polyvalent, mais très régulièrement positionné au poste de d’arrière par son entraineur. Il glane trois titres en 2017, 2018 et 2019 avec les Crusaders puis est convoqué à la suite de performances intéressantes par Steve Hansen. Le sélectionneur de l’époque lui offre sa première cape en 2017. Suivront trois autres rencontres avec les Blacks, mais il ne sera plus rappelé avec la Nouvelle-Zélande jusqu’en 2021. Entre temps, il sera repositionné au poste de centre par son entraineur chez les Crusaders. Son retour en sélection n’est pas anodin : il est un des centres les plus complets de la planète. En s’appuyant sur les quatre derniers matchs des hommes en noir, nous allons décrypter son style de jeu, et ce qui fait de lui un numéro 12 moderne.

Avec six essais pour autant de matchs comme titulaire depuis son retour en sélection, on peut dire que David Havili est très efficace. Avant de parler de son aisance technique, il faut rappeler qu'il possède un physique assez massif (1m84 pour 96kg), mais il reste pour autant très explosif. Il nous a d'ailleurs montré une belle pointe de vitesse sur son interception contre l’Australie. Il est très souvent positionné en premier centre, ce poste demandant de grosses qualités physiques pour pouvoir attaquer la défense frontalement et créer des points de fixation. C’est un registre où il excelle. Son physique lui permet ainsi d’attaquer fort la ligne, dans les espaces, ce qui le rend très difficile à arrêter. En témoignent les 8 défenseurs battus sur les trois matchs contre les Wallabies. Sa capacité à avancer joue un rôle important dans le plan de jeu des All Blacks. Il intervient très souvent en premier attaquant, après un maul qui n’a pas avancé, ou bien des mêlées près des lignes qu’elles soient offensives ou défensives. Le but étant de créer un point de fixation avec le plus de joueurs de l’équipe adverse possible. Ce qu’il parvient très bien à faire. Comme il nous l’a démontré lors de son essai marqué lors du premier test face aux Wallabies, ses crochets ne restent pas moins efficaces. Le dernier défenseur australien s’en souvient encore.

Un centre complet à la main comme au pied

Son physique n’est pas sa seule qualité, loin de là. Lui qui jouait auparavant au poste d’arrièr possède un panel technique assez élevé. Ce qui lui permet d’être à l’aise dans n’importe quelle situation balle en main. Il l’a montré à plusieurs reprises quand les temps de jeu s’enchainent et commencent à être désorganisés, il n’a aucun souci pour prendre la balle en position de demi d’ouverture pour faire jouer après lui et organiser le jeu. Il a notamment fait 18 passes sur ses 4 derniers matchs en sélection. Bien-sûr, ce dernier possède une parfaite vision du jeu. Il sait faire les bons choix dans un bon timing. Le fait de pouvoir alterner entre prise d’intervalle et jeu devant la défense, lui permet d’être imprévisible et de devenir très dur à lire pour ses adversaires. Avec 2 franchissements réels, 172 mètres parcourus ballons en main, 4 essais et 3 « passes décisives », on peut dire que David Havili est un vrai danger pour les défenses.
Le jeu au pied vient compléter son bagage technique et les statistiques parlent pour lui. Il a effectué 10 jeux au pied lors de ses 4 dernières rencontres sous le maillot noir. Ses options sont variées, car il possède une grosse longueur, ce qui lui permet de pouvoir dégager son camp de manière efficace. Il utilise son pied aussi en attaque, en plaçant des rasants ou des par-dessus dans le camp adverse pour faire courir le 3ᵉ rideau. Son jeu au pied offensif sera d’autant plus important avec la nouvelle règle du 50/22. Il sait aussi être décisif avec son pied comme en avril 2021 où il avait offert la victoire aux Crusaders face aux Hurricanes sur un drop, en prolongation lors du « golden point ».

En plus d’être un attaquant hors pair, Havili est un très gros défenseur. Autant sur l’homme que sur la défense collective. Il fait très rarement de mauvais choix en défense et son anticipation lui permet de ne se faire prendre que peu souvent sur les leurres adverses. Il défend très fort sur l’homme et ne loupe que peu de plaquages. Il totalise ainsi 33 plaquages sur les 3 rencontres face à l’Australie. Et plus précisément 17 sur le deuxième match !

Très souvent le poste de numéro 12 a été découpé en deux styles très distincts. Soit un premier attaquant très puissant qui sera là pour monopoliser les défenseurs et mettre son équipe dans l’avancé. Soit un 5/8ᵉ, sorte de deuxième ouvreur capable suppléer le numéro 10 à tout moment. Havili vient un peu réinventer le poste. Son style de jeu qui allie puissance et technique irréprochable, fait de lui un centre très moderne. Sa manière de jouer colle parfaitement avec les nouvelles règles de World Rugby qui vont amener un jeu plus offensif avec plus d’espaces, et surtout une grande importance au jeu au pied. On le retrouvera très certainement au centre de l’attaque pour le match d’ouverture de la Coupe du Monde 2023. Mais avant ça on lui donne rendez-vous au Stade de France le 20 novembre prochain pour le test match face aux Bleus.

Jules Bertry
Jules Bertry
Cet article est rédigé par Jules Bertry, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Je viens de parler à Philippe Candeloro, il me dit que c'est surtout sa coupe de cheveux qui lui donne ce côté moderne...

Argument numéro 1 : il joue centre.
Argument numéro 2 : il joue à l'époque moderne.
Synthèse : c'est un centre moderne.

  • O'Livey
    7787 points
  • il y a 1 mois

Article que je trouve un peu dithyrambique. Il est très bon, pas de doutes, c'est un AB. Par contre, d'ores et déjà le consacrer comme un des meilleurs centres du monde, quand il n'a joué que contre les Tonga, les Fiji et des Australiens qui ne sont plus la force qu'ils étaient malgré un récent renouveau, ça manque encore un peu de preuve à ce niveau. Idem, le coup du "réinventer le poste", c'est un peu gros quand on a un centre en France qui a déjà à peu près les mêmes qualités et qui est prouvé au niveau international (Fickou). D'autant que chez les Blacks, y'a aussi Anton Lienert-Brown, et avant lui Crotty qui sont dans un profil sensiblement similaire.

@O'Livey

Ngatai est aussi dans le meme style. C'est d'ailleurs fou de se dire qu'ils peuvent se priver de joueurs comme ngatai crotty laumape ou akhi sans que ce soit un probleme

  • RNP
    5726 points
  • il y a 1 mois
@Yionel ma star

Plus Goodue blessé

@RNP

C'est different, lui ils l'ont pas laisse partir

@O'Livey

De toute façon vouloir consacrer un joueur "meilleur centre du monde" est absurde dès lors qu'on ne parle pas de Jauzion.

Parce qu'il joue avec les All Black ?
Plaisanterie mise à part, merci pour cet article !

Bon article, merci.

Derniers articles

News
News
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Sponsorisé News
News
Vidéos
News
News