FÉDÉRALE 2. 15 matchs, 15 victoires ! Sarlat Rugby détruit tout sur son passage
Avec 15 victoires en 15 matchs, le club de rugby de Sarlat fait office de favori à la montée. ©Sarlat Rugby

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Retour sur le club de Sarlat Rugby et sur la suite de son épopée folle vers le très haut niveau !

Vers la Fédérale 1 et au-delà ! L’ambitieux projet de l’ovalie Sarladaise fait son petit bout de chemin. Un sentier visiblement dessiné en mode rouleau compresseur. En 15 matchs, le club compte autant de victoires. Dominique Einhorn, le président du club, est plus que satisfait de cette bonne dynamique. Durant un entretien réalisé avec ce dernier, il nous affirme : “Les ambitions restent les mêmes. Le but est de monter le plus haut possible. Le projet est ambitieux, voire agressif, mais on veut progresser vite. Il ne faut pas végéter à notre niveau.” Des performances explosives qui suivent des investissements humains et financiers conséquents. Au sujet de son travail réalisé tout autour du club, il ajoute avec humour : “Malgré le Covid, je serre beaucoup de main”.Fédérale 2. Sarlat vise le rugby pro à court terme sous l'impulsion d'un homme, Dominique EinhornFédérale 2. Sarlat vise le rugby pro à court terme sous l'impulsion d'un homme, Dominique Einhorn

Car si le projet est avant tout sportif, Dominique Einhorn souhaitait également créer une structure saine. L’homme d'affaires strasbourgeois ayant fait fortune aux USA a donc mis en avant la pluriactivité au sein de son club. Le projet du Sarlat Rugby coïncide ainsi avec les autres ambitions de son chef d’orchestre. Il détaille : “On effectue un gros travail sur la reconversion professionnelle. Par exemple, homme fort du groupe sportif, Lucas Caneda est devenu le bras droit de notre incubateur à start-up : Uniqorn. Il est performant sur le terrain et sur le domaine professionnel. On a eu des réussites inverses aussi. Des joueurs se sont mis à fond dans le rugby et sont devenus joueurs-éducateurs.” L’alsacien d’origine nous parle de Dato Okriashvili. Ce pilier géorgien est devenu la “mascotte du club” en plus d’avoir intégré la structure en tant que Chargé des relations locales sponsors.

Le club a également réalisé un travail important tout autour de sa communication. L’investisseur nous confirme cela : “On savait qu’on pouvait avoir un impact médiatique important. Les résultats ont suivi. C’est un projet original, novateur et clivant.” Il avait notamment établi des contrats de diffusion à l’étranger. Le président nous fait un point sur cette situation : “Ça ne rapporte rien directement, mais ça développe la marque à l’extérieur. Le projet avance bien et notre chaîne de streaming s’étoffe. Par exemple, l’un de nos matchs en octobre avait attiré plusieurs milliers de personnes en direct.”Dominique Einhorn et Christophe Urios à l'occasion d'un match de Sarlat Rugby ©Sarlat Rugby

VIDEO. AMATEUR. Immersion au cœur du vestiaire bouillant de l'ASSMIDA lors d'un derby de Fédérale 3VIDEO. AMATEUR. Immersion au cœur du vestiaire bouillant de l'ASSMIDA lors d'un derby de Fédérale 3

Il explique une stratégie originale pour installer l’image du rugby à l’étranger. Aux États-Unis par exemple, l’homme d'affaires explique que “seulement 20% des Américains connaissent un minimum le rugby”. Comment faire alors pour intéresser des gens qui ne connaissent pas le sport ? Dominique Einhorn répond :

Il faut pitcher le rugby aux Américains. On le fait via des partenariats avec des télévisions locales et des tutos. Le club diffuse les moments forts de ses matchs à l’étranger aussi. On offre un nouveau pas pour le rugby aux USA. On ne peut pas rivaliser niveau jeu avec les grosses écuries du Top 14, du coup, on fait autrement. Et à ce niveau-là, on est plus compétitif que quiconque !”

La Pro D2 en ligne de mire et une campagne en Fédérale 2 qui se passe sous les meilleurs auspices possibles, telle est la dynamique du club. Pour accompagner ce rêve, il faut une enceinte à la hauteur. Installé dans une ville de 8 000 habitants, le président déclare qu’il est “difficile de créer juste avec le fan sarladais”. Cependant, il déclare être attaché à cette image de “petit club de clocher”. Il souhaite donc voir le club prendre une place plus importante au sein de cette commune. Il espère que des investissements seront faits de manière significative en direction du club de rugby. Il déclare : “Je n’ai jamais été politique et je ne veux pas en faire. Je suis entrepreneur et je souhaite régler les problèmes.”

Le stade municipal Christian-Goumondie durant un jour de match ©Sarlat Rugby

Rugby Amateur. Philippe Marguin sur les règles du plaquage : ''il n’y aura pas d’assouplissement''Rugby Amateur. Philippe Marguin sur les règles du plaquage : ''il n’y aura pas d’assouplissement''Contacté, le service des sports de la Mairie de Sarlat nous affirme que des investissements sont faits en “direction de tous les habitants de la commune.” Une vision que la municipalité détaille : “Le but n’est de favoriser personne. Le stade sera multi-sport. Il sera subventionné par le département et la région, financé à 20% par la collectivité et servira à la pratique du sport de tous les habitants. Une association ne sera pas mise plus en avant qu’une autre. C’est un projet auquel les élus réfléchissent depuis longtemps.” Il précise ensuite les aménagements favorables au rugby : “Nous allons remettre en état la pelouse. Des éclairages seront également installés pour jouer des matchs en nocturne. Le terrain sera conforme aux normes nécessaires pour jouer en Nationale.”

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • sha1966
    68111 points
  • il y a 3 mois

A surveiller qu'il n'y ait pas de magouilles derrière et que le club ne se retrouve pas en 4e série pares rétrogradation

Derniers articles

Transferts
News
News
News
News
Arbitrage
News
Amateur
Transferts
Ecrit par vous !
Transferts