Ecrit par vous !
Championnats d'Europe des Nations 2017-2018 : les enjeux
Géorgie vs Roumanie, un classique dans le Rugby Europe Championship.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Le Rugby Europe Championship débute en février prochain et s'étale sur deux saisons. Voici quatre bonnes raisons de s'intéresser à cette compétition. C'est la chronique mensuelle de Doc Géopolitik.
  1. Billets pour la Coupe du Monde 2019 en jeu !

    La Géorgie est déjà qualifiée et ne sera pas concernée, mais les cinq autres équipes vont batailler dur afin d'obtenir le précieux sésame. Celle qui finira première aura droit à un voyage au Pays du Soleil Levant. La deuxième aura le redoutable privilège d'affronter la dernière équipe de la zone Océanie (Fidji, Samoa et Tonga). En cas de (probable) défaite, elle sera reversée dans la phase des repêchages. Pour la qualif' directe, la Roumanie est logiquement favorite mais la Russie, l'Espagne voire l'Allemagne peuvent surprendre. Promue cette année, la Belgique apparaît comme la plus faible du lot.

  2. Fin d'invincibilité pour les Lelos ?

    La Géorgie n'a pas perdu un match en REC depuis...2010 face à la Roumanie, son principal rival. Or, les Chênes ont eu d'excellents résultats lors des tests de novembre : victoires face aux USA, au Canada et à l'Uruguay. La dynamique est bonne et le jeu des Roumains - autrefois basé sur les avants - est plus diversifié que naguère. Du côté de Bucarest, on rêve en secret de faire chuter la Géorgie. Mais pour Milton Haig, coach des Lelos, il est hors de question de se reposer sur ses lauriers : "la série de tests de novembre (défaite face au Japon et l’Écosse ; victoire contre les Samoa, ndlr) a été difficile et nos résultats ont prouvé que nous devons travailler des détails techniques pour progresser. La défaite face aux Écossais nous a montré la différence avec les équipes du Tier 1 et ce que nous devons faire pour les concurrencer." Quant aux objectifs pour sa formation, ils sont clairs : "nous voulons gagner tous nos matchs du REC. Ce sera aussi l'occasion de faire jouer de jeunes joueurs pour qu'ils s’aguerrissent." Rendez-vous donc le 21 mars à Bucarest pour ce Roumanie-Géorgie qui sent la poudre !

  3. Espagne-Russie-Allemagne, le match à trois.

    Sur un effectif de 30 joueurs, le XV ibérique compte une majorité de joueurs évoluant en France et affiche une progression constante. En novembre, l’Espagne a battu l'Uruguay (33-16) après avoir fait bonne figure face au Tonga (13-28). D'ailleurs, leur coach Santiago Santos annonce d'emblée la couleur : "notre objectif, c'est la qualification. La tâche s'annonce ardue car toutes les équipes ont travaillé dur pour être compétitive. La Roumanie est favorite et nous jouons chez eux en 2017, ça s’annonce compliqué mais nous savons ce que nous devons faire. La Russie a une bonne équipe avec des gros avants et des arrières très rapides. Nous le jouons à Madrid et je pense que ça sera un match serré. L'Allemagne a fait des progrès et je suis sûr qu'ils peuvent battre n'importe quelle équipe de la compétition. Quant à la Belgique, il faudra s'en méfier."Championnat Européen des Nations 2017 : le groupe de l'Espagne avec 18 "Français"La Russie est aussi sur une bonne dynamique avec trois succès de rang dans la Coupe des Nations 2016 en novembre dernier (succès face au Zimbabwe, la Papouasie et Hong Kong, ndlr) et un championnat qui prouve sa qualité croissante (bon parcours de Enisey-STM en Challenge Cup cette année et Krasny-Yar Krasnoyarsk toujours en course pour se qualifier en 2018).

    Quant à l'Allemagne, elle aussi a réussi un beau parcours en novembre avec deux succès face au Brésil et surtout un victoire face à l'Uruguay. Le XV de la Mannschaft affiche de réelles ambitions.

    Même si elles sont capables d'un exploit, ces trois formations apparaissent un ton en dessous de la Roumanie. L'Espagne, la Russie et l'Allemagne seront alors au coude-à-coude pour décrocher le voyage en repêchage où l'équipe européenne aura une belle carte à jouer. Deux rencontres s'annoncent très excitantes pour cette phase aller : Espagne-Russie (7/02 à Madrid) et Allemagne-Espagne (le 11/03. L'an passé, les deux équipes firent match nul 17-17 à Cologne).

  4. Voir la Belgique !

    Le Petit Poucet aura du mal à ne pas faire l'ascenseur. Les Belges semblent être le maillot faible comme l'atteste leur défaite (26-21) en novembre contre le Portugal, équipe qui évolue à l'échelon inférieur. La descente leur est promise. Mais les cousins de Vinent Debaty ont du ressort et les voir décrocher une victoire serait un véritable plaisir. Pourquoi pas face à la Russie qui se déplace à Bruxelles, le 18 février ?

Doc Geopolitik
Doc Geopolitik
Cet article est rédigé par Doc Geopolitik, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Merci beaucoup!

Dire que le match Espagne-Russie se jouera le 11/02, jour où commence tout le tournoi. La situation de la Géorgie est très étrange car elle présentera une équipe pleine de jeunes joueurs pour les faire évoluer, mais en même temps les autres cinq équipes n'ont aucun intérêt à faire jouer leurs cadres contre les Lelos car les matchs ne comptent pas pour la CDM.

Et au cas où quelqu'un se demande où est le Portugal, rélégués l'années dernière, ils ont encore une chance de se qualifier pour la CDM via barrages européens. Ils doivent gagner le Rugby Europe Trophy (6 Nations C) puis jouer l'année prochaine contre la deuxième équipe hors Géorgie. Tampon! a publié un article très intéressant sur le Portugal et ses problèmes (qui sont extrêmement proches de ceux de l'Espagne) qui a été partagé para la féderation portugaise: http://fpr.pt/wp-content/uploads/2017/01/TA03-Portugal.pdf

  • mazuno
    711 points
  • il y a 3 ans

intéressant comme article merci.
pour info "Mannschaft" veut dire "équipe" en allemand. Donc parler du "XV de la Mannschaft" c'est un peu étrange

  • tom4995
    16780 points
  • il y a 3 ans

Il faudrait plus d'articles sur les "petites" équipes. Je trouve ça vraiment intéressant, d'autant plus qu'un jour, elles deviendront vraiment fortes.

Derniers articles

News
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News