Le XV des joueurs passés sous le maillot du CS Bourgoin-Jallieu

Le XV des joueurs passés sous le maillot du CS Bourgoin-Jallieu
CSBJ : Morgan Parra a été formé à Bourgoin-Jallieu.
Découvrez le XV-Type des joueurs ayant porté le maillot du CS Bourgoin-Jallieu, qui va retrouver la Fédérale.

Dans quelle division le CSBJ évoluera-t-il la saison prochaine ? Une chose est sûr, le club berjallien va quitter (à nouveau) le monde professionnel après une saison ratée sur le plan sportif. Si les problèmes en coulisses - menace de dépôt de bilan, retrait de points - n'y ont pas été étrangés, la réalité est là : Bourgoin-Jallieu compte seulement quatre victoires cette saison, accusant un retard de 34 points sur Narbonne, premier non relégable.

Un club historique va donc retrouver le niveau fédéral, et c'est là un symbole du rugby français actuel : il n'y a pas si longtemps, le CSBJ était encore demi-finaliste du championnat de France, avec de nombreux internationaux dans ses rangs. Bourgoin a également formé de grands noms du rugby tricolore. La preuve, avec ce XV-Type des joueurs ayant porté le maillot ciel et grenat depuis les années 2000s, ce qui exclut d'autres grands noms comme Jacques Bouquet, Marc Cécillon ou Laurent Leflamand.

De quoi soulever le Brennus les yeux fermés...

15 : Alexandre Péclier

L’arrière / buteur par excellence. De 1996 à 2006, il sera le patron des Ciel et Grenat face aux perches et portera deux fois le maillot du XV de France, avant de revenir aider le club de 2011 en 2013 comme joueur, puis comme entraîneur. La relève se nomme Gaëtan Germain, qui fait aujourd’hui le bonheur de Brive.

14 : David Venditti

Quatorze sélections, six essais… Le ratio est pas mal pour celui qui souleva la coupe d’Europe avec Brive en 1997, réalisant le Grand Chelem la même année. Berjallien de 1992 à 1996, il revient au club de 2002 à 2006. Un vrai soldat. Mention également pour les historiques Jeff Coux et Anthony Forest et un (peut-être) futur très grand, Xavier Mignot.

13 : Stéphane Glas

Un historique du CSBJ, qui compte près de 40 sélections chez les Bleus mais surtout… vingt-deux saisons au club, avant de rejoindre le Stade Français et de devenir entraîneur. Il sera à Grenoble la saison prochaine.

12 : Florian Fritz

Entre lui et Yann David, notre coeur balance, mais pour l’ensemble de son oeuvre et son nombre de sélections plus élevés, c’est Fritz qui figure dans cette équipe. Les deux ont été formés au CSBJ, avant de rejoindre le Stade Toulousain et de réaliser les carrières que l’on sait. Au centre, des joueurs comme Alexandre Dumoulin ou Guillaume Boussès méritent d’être cités.

11 : Nemani Nadolo

Peu s’en souviennent, mais le géant fidjien a débuté en France sous le maillot du CSBJ, en 2010-2011. Une saison cauchemar pour le club - celle de la descente - qui n’empêchera pas le joueur d’inscrire cinq essais. La suite, pour le futur international ? Exeter, le Japon, les Crusaders et Montpellier, où il brille depuis le début de saison.

10 : Benjamin Boyet

S’il a joué trois saisons à l’Aviron Bayonnais à la fin de sa carrière, Benjamin Boyet fut l’ouvreur n°1 du club dans les années 2000. Demi-finaliste du championnat en 1999 et 2004 et international à cinq reprises.

9 : Morgan Parra

Si Mickael Forest a fait le boulot pendant des années, Morgan Parra est une évidence. "Le merdeux" a été lancé dans le grand bain à Rajon, de 2006 à 2009, débutant au passage chez les Bleus sous l’ère Lièvremont. La suite ? Un Grand Chelem en 2010, un Brennus avec l’ASM, un titre de vice-champion du monde en 2011… Et une carrière loin d’être terminée.

8 : Pierre Raschi

De 1996 à 2005, il aura porté fièrement le maillot ciel et grenat. Pas le plus connu des joueurs berjalliens, mais probablement le plus respecté dans le vestiaire, le n°8 ne pouvait pas être absent de cette équipe et devance donc Alex Tulou, révélé à Bourgoin en 2010-2011 et Marco Tauleigne, qui commence à se faire un nom dans le rugby français.

7 : Julien Bonnaire

Le futur retraité n’est pas l’un des joueurs les plus médiatiques, mais il n’en reste pas moins un monument du rugby tricolore. Vice-champion du monde en 2011, il participe également à la Coupe du monde 2007 organisée en France. Champion de France avec Clermont en 2010 et troisième-ligne très complet, sa place dans le XV-Type était réservée d’avance. Julien Frier n’a pas eu la même carrière mais mérite d’être mentionné, à l’instar de Sylvain Nicolas.

6 : Sébastien Chabal

Aurait-il eu cette carrière et cette reconnaissance médiatique s’il était resté à Bourgoin ? Pas sûr. Devenu Caveman en Angleterre avec Sale, revenu en équipe de France, Sébastien Chabal fut l’une des grandes stars du rugby français moderne. Titularisé exceptionnellement en n°6.

5 : Pascal Papé

Celui qui fut un temps capitaine du XV de France a également été formé à Bourgoin. Vice-champion du monde en 2011, Papé qui portera également les maillots de Castres et du Stade Français raccrochera cet été. Saluons également la très belle carrière de Julien Pierre, ou celles plus anonymes mais non moins méritantes de Camille Levast et Coenie Basson.

4 : Lionel Nallet

Lui aussi fut capitaine du XV de France, et lui aussi fut vice-champion du monde en 2011. Passé par l’US Bressane chez les jeunes, Lionel Nallet portera le maillot berjallien de 1997 à 2003. Si vous trouvez quelqu’un pour dire du mal de lui, prévenez-nous, mais la tâche s’annonce impossible.

3 : Olivier Milloud

Difficile de ne pas inclure Pascal Peyron (dix ans au club, devenu entraîneur par la suite) dans la composition, voire Karena Wihongi. Mais Olivier Milloud reste le patron à gauche, avec 50 sélections chez les Bleus et deux Coupes du monde. En 1997, il débute au CSBJ et remporte la Conférence européenne et jouera au club jusqu’en 2011.

2 : Benoît Cabello

De 2003 à 2008, le talonneur se révèle au plus haut niveau, jusqu’à accrocher des sélections avec France A. Egalement appelé chez les Barbarians, il devient champion de France en 2010 avec Clermont et terminera sa belle carrière sous le maillot de l’USAP.

1 : Arnauld Tchougong

De 2007 à 2011, il a consolidé la mêlée du CSBJ, véritable point fort de l’équipe avec l’apport de Wihongi à droite. Depuis, le gaucher a porté les couleurs du LOU et de Mâcon, en Fédérale.

Et aussi : 

Le XV des joueurs passés sous le maillot du FC Auch Gers