Championnat des nations - Ces questions qui restent encore en suspens

Championnat des nations - Ces questions qui restent encore en suspens
Le championnats des nations va-t-il voir le jour ?
Le projet de Championnat des nations proposé par World Rugby a fait naître de nombreuses questions.

World Rugby dévoile officiellement les contours de la future Ligue Mondiale, le 6 Nations révolutionné !La nouvelle a fait l'effet d'une bombe. Après les spéculations et les réactions de colère, place aux explications. World Rugby a dévoilé les contours de sa Ligue mondiale ou Championnat des nations en précisant que les discussions étaient toujours en cours en vue d'un coup d'envoi en 2022. En dépit de cette mise au point de l'organe suprême, des questions demeurent encore, notamment autour du calendrier, de la mise en disposition des internationaux et surtout de la faisabilité du système de promotion/relégation. Rugby World rappelle que la société qui gère le Tournoi des 6 Nations a toujours été contre ce principe. Laissant la Géorgie de côté malgré ses bons résultats. "À moins que les Six Nations soient disposées à faire des compromis, le plan ne fonctionne pas ; le rugby ne peut devenir un magasin fermé pour les meilleures équipes du monde." Crédit image : World Rugby

Selon le site australien The Roar, l'Ecosse et l'Italie, candidats potentiels à la relégation (d'aucuns pourraient ajouter la France), s'opposeraient à ce système. Lequel présente d'autres problèmes comme l'explique CNN. Si une nation venait à être reléguée en 2022, elle ne jouerait pas en première division avant 2024. Ce qui pose de gros problèmes en termes de compétitivité, d'intérêt et donc de droits télés. Pour World Rugby, un diffuseur ne paiera plus que pour un produit que les fans veulent voir. Vous imaginez France Télévisions sortir le chéquier pour diffuser Russie vs France en prime time sur la pelouse de Sotchi ? The Roar estime que "le diffuseur qui fait la promotion de cette compétition ne voudrait pas d'un système de promotion-relégation, car le Japon et les États-Unis, deux marchés potentiellement énormes, sont aussi ceux qui sont les plus vulnérables à la relégation.Crédit image : World Rugby

Rugby World s'inquiète également pour le bien-être des joueurs. Alors que la plupart des nations joueraient moins de matchs (World Rugby annonce 11 rencontres), les finalistes en disputeraient cinq à la fin de l’automne. Sans oublier, qu'il y aura plus de déplacements avec autant d'équipes différentes à affronter. Si on prend le cas de la France, elle a pour habitude de cibler une nation de l'hémisphère sud en juin (Afrique du sud, Australie, Nouvelle-Zélande ou Argentine) et de l'affronter à plusieurs reprises. Limitant ainsi les déplacements. Après avoir défié les nations du nord durant le  6 Nations, c'est vraisemblablement durant l'été que les Bleus seront opposés aux sélections du Rugby Championship auxquelles viendront se greffer les Fidji et le Japon (selon le classement actuel).

Moins de matchs, plus de déplacements ?

Où ces matchs auront-ils lieu ? La France devra-t-elle aller de pays en pays pour défier la sélection locale ? Quid de la mise à disposition des joueurs ? World Rugby souhaite donner de l'enjeu aux test-matchs disputés hors du Coupe du monde. Aussi devront-ils être préparés dans de bonnes conditions. Ce qui sous-entend une plus grande disponibilité des internationaux. Les clubs de Top 14 ont fait des efforts dans ce sens mais on peut déjà imaginer de longues négociations avec les instances pour parvenir à un accord. Se dirige-t-on enfin vers les contrats fédéraux à XV comme c'est le cas avec l'équipe de France à 7 afin d'avoir une base de joueurs disponibles toute l'année ? "Le changement est toujours difficile et personne ne s'attend à ce que des discussions multipartites complexes soient simples. Cependant, pour qu'un sport se développe et prospère, il doit explorer des moyens d'innover et d'évoluer", indique World Rugby dans son communiqué. Il est légitime de penser que les contours du projet vont encore évoluer.