VIDÉO. Face à l'arrêt des compétitions amateurs, le club d'Urrugne s'interroge
Les joueurs d'Urrugne vont désormais préparer la saison prochaine.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Les compétitions amateurs ne reprendront pas cette saison. Comme beaucoup de clubs, l'AS Urrunarrak se pose de nombreuses questions sur l'avenir du rugby amateur.

Le 26 février dernier, la FFR annonçait une saison blanche pour l'ensemble des compétitions amateurs. Une décision attendue, tant l'espoir était devenu infime, voire nul quant à une possible reprise. Alors dans cette situation quid des clubs amateurs ? France 2 s'est intéressé au problème de plus près. Par le biais de son émission dominicale Rencontres à XV, la chaîne publique est allée à la rencontre d'Urrugne, club basque pensionnaire de Fédérale 3 depuis 2019 après un titre de champion de France Honneur acquis la saison précédente. À l'instar de certains clubs amateurs, ces derniers ont décidé de s'entraîner les samedis, afin de maintenir un lien social. Pour eux à l'annonce de la décision, c'est surtout un sentiment de soulagement qui prédomine comme le précisait l'un des membres du staff de l'équipe : ''Je dis ouf. Cela faisait quelque temps que l'on attendait une réponse. On a essayé d'être le plus ludique possible, mais l'entraînement Stade 3 ça devient vite la garderie. Puis les joueurs ce qu'ils veulent, c'est le contact humain, social et physique. Donc c'est vrai qu'au bout d'un moment, on a commencé à s'épuiser.'' 

L'histoire d'un club comme l'on en dénombre par centaines aujourd'hui. Un soulagement d'être enfin fixé sur leur sort qui n'atténue pas le manque ressenti de ne plus pouvoir jouer au rugby et se retrouver les dimanches. Un manque également pour tous les bénévoles et acteurs du club comme le précise Brigitte Semper, gérante du siège du club : ''Le rugby ce sont nos petits, nos enfants presque, notre famille. C'est un manque. Un manque de vie, de sentiments, d'amour, de ''Goxotasuna'' comme on dit en Basque. C'est-à-dire, qu'il nous manque cette chaleur, la chaleur des amis.'' Le rugby amateur est donc plus que jamais dans l'expectative. Tomber pour mieux se relever ? C'est en tout cas ce que l'on espère. 

Interrogations autour de la saison prochaine 

Sauf énième cataclysme, la situation devrait être revenue quasiment à la normale, d'ici septembre. Dans ces conditions, ce nouveau départ suscite bon nombre d'interrogations, et les avis divergent entre inquiétudes et optimisme. Si certains craignent une baisse des licenciés notamment chez les jeunes, le président délégué de l'AS Urrunarrak Daniel Irazoqui, n'est pas plus angoissé que ça concernant son club. C'est l'ensemble du rugby amateur selon lui qui est dans la panade : ''Je suis aujourd'hui assez confiant concernant notre club en tout cas, puisqu'on a des engagements de la très grande majorité de nos licenciés de rester au club. Je suis beaucoup moins confiant sur l'avenir du rugby en général et du rugby amateur.'' Le club basque peut également compter sur ses nombreux sponsors qui souhaitent continuer à soutenir le club afin que ce dernier perdure. Tout cela incite à l'optimisme également pour le président du club Patrick Duchochoy ''Tous les dirigeants de tous les clubs amateurs de France savent que ça va être un vrai combat dans les mois à venir. Il faut qu'on reste optimiste. Si nous on n'est pas optimiste je ne vois pas qui peut l'être. Si on se donne la peine, on peut sortir grandit de cette histoire''. Non le rugby amateur n'est pas oublié. Et s'il traverse actuellement l'une de ses pages les plus obscures, la suite n'en sera que plus belle, à n'en pas douter. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • etutabe
    20933 points
  • il y a 7 mois

Ce qui fait plaisir, au delà de laisser la parole au rugby de village, c'est ces gamines et ces gamins qui rêvent de jouer au contact, de vivre le rugby. Gora euskadi

Derniers articles

News
News
News
Ecrit par vous !
News
Transferts
News
News
News
News
News
News