Les Ecossais survoltés... mais bredouilles
Les Ecossais ont eu beau franchir à de nombreuses occasions le rideau défensif anglais, ils n'ont pas su franchir la ligne d'en-but le ballon en main et se sont finalement inclinés.
La question qui a dû se poser lors du débriefing écossais est simple : « Comment avons-nous pu perdre ce match ? » Et la réponse semble l’être tout autant : « Problème de finition, coach ! » Les hommes d’Andy Robinson ont en effet manqué cruellement d’efficacité dans le dernier geste, alors que les constructions et les franchissements multiples auraient dû connaître un bien meilleur sort à de nombreuses reprises.

Dans le sillage de Sean Lamont, Richie Gray ou encore Ross Rennie, le XV du chardon a eu pléthore d’occasions, mais aucune n’a pu se convertir en essai. C’est d’ailleurs le troisième ligne aile, Rennie, qui a été le plus en vue, mais qui a surtout vendangé la plus belle occasion, après avoir percé le premier rideau anglais, il tarde à faire la passe et se fait prendre par Ben Foden, remarquable dans son rôle de dernier rempart pour le XV de la rose.

Des problèmes qu’il faudra vite résoudre avant d’affronter le Pays de Galles, qui plus est à Cardiff. Car si la défaite face aux Anglais n’est pas méritée (6-13), elle est bien réelle, et plonge les Ecossais déjà dans de mauvais draps. Andy Robinson, pour ce déplacement, a procédé à deux changements, puisque Laidlaw remplace Parks, parti à la retraite, à l’ouverture, et Cross prend la pile à la place de Murray.


Jap
Jap
Cet article est rédigé par Jap, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Ouais ils ont de bons joueurs, à fort potentiel, qui pourraient être meilleurs encore s'ils avaient une préparation digne des grands clubs européens.

Ford, Gray, Hamilton, Kellock, Strokoch, Rennie, Denton, Johnnie Beatie quand il sera revenu à son plus haut niveau, Lamont-Evans comme paire de centres, Ansbro et Visser aux ailes, Hogg derrière... ça fait pas tant rire que ça. Laidlaw est aussi un sacré bon filou, même si c'est aussi un sacré midget. Trouvez leur un bon 9 et ils peuvent faire mal.

  • la pistache
  • il y a 7 ans

Meme si l'Ecosse a encore des soucis de finitions, elle a un jeu de plus en construit et qui commence a mettre a mal plusieurs équipes. Si elle arrive encore à augmenter petit à petit son niveau et à résoudre ses problèmes de finitions on retrouvera enfin un grande équipe d'Ecosse! Et ca ne sera que du plaisir pour nos petits yeux (imaginez un PdG-Ecosse!)

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News