Il y a 28 ans, Toulon privait Blanco du Brennus malgré sa pénalité monumentale [VIDÉO]
Delaigue et Toulon ont gâché la fête de Blanco et du BO.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
La dernière finale du championnat de France de Serge Blanco avec le BO s'est soldée par une défaite face à Toulon malgré un beau match de sa part.

Le 6 juin 1992 est un jour que les supporters du Biarritz olympique connaissent bien. Il y a 28 ans jour pour jour, Serge Blanco jouait son dernier match avec la formation basque. Fidèle au BO depuis 1975, l'arrière a longtemps été l'un des meilleurs joueurs du monde. Malgré un palmarès impressionnant au niveau international, avec notamment une finale mondiale en 87, il n'a jamais soulevé le bouclier de Brennus. L'histoire aurait pu être superbe pour Blanco sur la pelouse du Parc des Princes. Le BO avait dominé son sujet lors des phases finales. Tandis que son adversaire, le Rugby club toulonnais avait joué un match de barrage pour éviter la relégation.

Les compositions 

RCT : Teisseire ; Jehl, Trémouille (cap.), Repon, Jaubert ; Delaigue (o), Hueber (m) ; Melville, Louvet, Loppy ; Motteroz, Orsoni ; Braendlin, Dasalmartini, Périé (puis de Rougemont, 65e).

Biarritz : Blanco (cap.) ; Corrihons, Feuillade, Daguerre, Hontas ; Arriéta (o), Lecuona (m) ; Gouloumet, Pool-Jones, Irigaray (puis Tarat, 60e) ; Condom, Sanoko ; Ondarts, Boulé, Mondéla.

Pourtant, les Varois étaient bien présents ce 6 juin en finale. Eux qui en avaient joué trois depuis 1985, remportant celle de 87 face au Racing club de France et s'inclinant deux fois contre Toulouse. Ce match avait d'ailleurs très mal démarré pour eux. Suite à la pénalité lointaine de Patrice Teisseire à la 5e, Blanco récupérait un ballon haut et mettait le feu à la défense toulonnaise. Après un superbe relais d'Arriéta, auteur d'une magnifique passe dans le dos, le premier essai du match était marqué par Biarritz. Toulon allait réagir par le biais du pied de Pascal Jehl. Une fois de plus à longue distance. Mais à la 19e, Blanco, l'homme à tout faire, claquait une pénalité de 60m monumentale (6-7).

Le numéro 15 tricolore aurait pu être l'homme du match. Mais c'était sans compter sur un jeune ouvreur de 19 ans nommé Yann Delaigue. Déjà auteur de plusieurs drops lors des précédents matchs, le numéro 10 toulonnais avait passé deux coups pied déterminant avant la pause et après l'heure de jeu. Entre temps, une percée de Trémouille avait permis à Repon de marquer le premier essai du RCT. Avec neuf points d'avance, Toulon pouvait voir venir. Arriéta allait bien réduire la marque avant un deuxième essai du BO, un nouveau drop d'Huerber avait scellé le score du match, 19 à 14. Blanco fera un tour d'honneur pour saluer les supporters, mais sans le bouclier de Brennus.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

J'ai regarde beaucoup de finales en n'ayant pas vraiment de favori mais j'avais été tres triste pour Blanco qu'il ne gagne pas cette finale

Vidéo sur le premier essai !!! 😀

  • ced
    100060 points
  • il y a 1 mois

Aujourd'hui tu passes 15 min d'analyse vidéo sur l'essai, le centre Biarrot prend un rouge sous la chandelle, on refait 21 fois la mêlée, Blanco prend un rouge car les jambes du porteur de balle passe au-dessus des épaules
En attendant on jouait rugby, des pénalités de 60 m, des "offloads" (oui désolé pour ceux qui croient que les NéoZ ont tout inventé),des prises d'intervalles et on est en 1992

@ced

Aujourd'hui tu aurais surtout du mal à faire courir Blanco...

Derniers articles

News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
Ecrit par vous !
Chroniques
Vidéos
News
News
Transferts
Transferts