XV de France, liste des 42, argent, qu'en pensent les clubs du Top 14 ?
Didier Lacroix s'est exprimé au sujet de ce nouveau XV de France
XV de France, FFR, Ligue, clubs, président, argent et intérêt commun. Didier Lacroix a établi un bilan au micro d'RMC dans l'émission Entre les potos.

Dans 49 jours, le nouveau staff du XV de France entrera dans les débats par un match à la saveur particulière : l’Angleterre. Fabien Galthié et Raphaël Ibanez ont déclaré vouloir établir une liste de 42 joueurs afin de préparer au mieux les échéances internationales. Mais le problème reste les clubs, vont-ils accepter de lâcher leurs joueurs ? La querelle entre la Ligue et les clubs est encore là, 11 joueurs de plus dans la liste n’arrangent pas la chose. Petit retour sur les relations entre la FFR et la LNR. La Fédération délègue à la Ligue l’organisation des compétitions professionnelles et cette dernière garde pour elle l’intégralité des droits télés (soit plus de 100 millions d’euros). En contrepartie, la FFR perçoit de l’argent avec la mise à disposition des joueurs pour préparer les tournois. Aujourd’hui, ce sont 31 joueurs mis à disposition et 42 ce sont 11 joueurs de plus, qui coûtent de l'argent, c’est-à-dire 1700 euros par jour et par joueur supplémentaires selon RMC. La Fédération devra donc sortir de l’argent et ne pas demander à la Ligue. Bernard Laporte a eu l’idée d’intéresser les clubs au XV de France dans le Tournoi. Au lieu de donner de l’argent supplémentaire aux clubs avant le tournoi, il leur demande d’attendre le résultat du tournoi des 6 Nations : si la France gagne c’est jackpot, si elle perd...

XV de France - Présentation du staff et première piste dévoilée par Fabien GalthiéXV de France - Présentation du staff et première piste dévoilée par Fabien Galthié

Pour revenir aux principaux intéressés, quand on a des joueurs qui partent en équipe de France, ils ont le sourire, ils ont la banane, ils ont envie d’y aller et je vois pas comment on pourrait s’opposer à ce bonheur-là.

Les clubs vont donc se sacrifier pour l’effort national. Didier Lacroix, président du Stade Toulousain, s’est exprimé sur le podcast Entre les potos de RMC puisque son club est plus que concerné par cette liste de 42 joueurs et comme il le déclare à propos des futurs appelés : "qu’il y en ait le plus possible et on sera content pour eux, nous, on s’organisera en interne". Le président champion de France 2019 tenait surtout à replacer l’église au milieu du village :

Je voudrais repositionner les débats au-delà de tout ce qu’on peut dire de part et d’autre, l’important, c’est qu’on réussisse cette Coupe du monde 2023. Je le pense sincèrement et pas que politiquement.

Mais pour cela, les clubs devront faire un certain nombre de sacrifices, le Stade Toulousain et les autres. Comme il le souligne fortement, l’intérêt sportif est primordial et "l’argent, qui est le sujet du jour, viendra que derrière" : "je voudrais qu’on repositionne sportivement l’intérêt de cette Coupe du monde, l’intérêt d’avoir une équipe de France forte pour le développement du rugby, y compris le rugby des clubs". Mais ces sacrifices ont un prix pour les clubs et sûrement une limite :

Défendre bec et ongles Fabien Galthié est une révolution dans le monde du rugby quand tu t’appelles Didier Lacroix et que tu as été élevé à la mamelle Stade Toulousain comme lui a été élevé à la mamelle columérine. Pour autant, l’intérêt de pouvoir donner les moyens à Fabien de préparer son équipe, c’est de ne lui donner aucune contrainte. Et nous, les présidents, au contraire, on a des budgets à respecter, des substitutions à faire, des accords à passer pour que notre propre coach puisse avoir les mêmes objectifs d’être performants. À partir du moment où on est sur ce principe-là, moi la logique est claire : la proportionnalité.

Le principe de proportionnalité 

Le président rouge et noir est clair : le XV de France peut convoquer autant de joueurs qu’il le souhaite tant que le principe de proportionnalité est respecté. Mais c’est quoi, le principe de proportionnalité ? Il y a un accord pour 31 joueurs aujourd’hui, bientôt 42. Les clubs qui vont être ponctionnés dans leur effectif doivent avoir des moyens donnés par la FFR pour s’organiser : "la liste peut amener plusieurs joueurs aux mêmes postes. Donc pour pouvoir continuer à jouer avec 1/3 des matchs en doublons (les vacances qu’il faut donner aux joueurs à leurs retours, les journées de préparation, etc.), soit presque 1/3 de la saison, il faut pouvoir prévoir des joueurs qui vont pouvoir se substituer à ceux qui partent en équipe de France. Ça me paraît être une logique de proportionnalité et bien sûr, il faut réfléchir derrière à l’ensemble de l’incidence économique de la Fédération et pour le rugby global".

Certains présidents ont voulu à un moment, de façon un peu plus individuel, et je ne cite personne de façon étriquée, être capable d’être performant et de faire performer son club et seulement son club.

Et l’argent ?

Toujours dans cette idée de proportionnalité, Didier Lacroix estime que ce principe doit également être appliqué à l’idée de Bernard Laporte (actuellement vice-président du Tournoi des 6 Nations) de reverser l’argent que touche la FFR - en fonction du classement au Tournoi - aux clubs représentés dans le XV de France : "la méritocratie de dire si les clubs forment des joueurs et ces joueurs permettent des résultats en équipe de France. Remettons-nous dans un contexte qu’on connaît au quotidien, on parle de quoi ? D’un fixe et d’un intéressement. La méritocratie m’intéresse tant qu’on sait de quelle base on part".

Alors après on va parler d’anticipation, c’est de l’investissement pour l’avenir. Alors peut être qu’aujourd’hui la Fédération n’a pas l’argent nécessaire, mais il y a une visée de rentrée (NDLR d’argent) en 2023. Attention, ce ne sera pas la poule aux oeufs d’or et on ne doit pas tous s’attendre à vivre là-dessus, mais ils a la proportionnalité à l’instant T et une réflexion jusqu’à cette Coupe du monde 2023. Il ne faut pas regarder que le tournoi 2020, mais un petit peu plus loin.

Tournoi des 6 Nations : Bernard Laporte élu vice-président du comité !Tournoi des 6 Nations : Bernard Laporte élu vice-président du comité !

Et les autres clubs ?

Sur les autres clubs, le président toulousain estime que tout le monde a compris "l’intérêt général d’avoir une équipe de France performante. Mais au final, tu te rends compte que globalement le championnat peut en pâtir, que globalement la Coupe d’Europe aussi, mais au final c’est l’ensemble du gâteau qu’il faut faire grandir". Les présidents ont donc cette nouvelle prise de conscience, mais pas que. Les managers également, ainsi que les médias et les problématiques de diffuseurs. "Canal + fait énormément de bien au rugby français depuis des années, comment on prévoit l’ensemble des diffusions, comment être performants prochainement ? Et bien on s‘aperçoit que le Top 14 est attractif quand l’équipe de France fonctionne".

Didier Lacroix garde toute sa malice en se méfiant d’un intervenant bien connu qu’il doit rencontrer le lendemain de l’émission, Serge Simon : "il n'y a pas votre principal accompagnateur Serge Simon dans l’émission aujourd’hui ? Je suis sûr qu’il écoute de toute façon ! (Rires)"

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

On tourne une fois de plus autour du vrai problème sans jamais l'aborder : le calendrier. On parle tout le temps de compenser les doublons, de limiter le nombre de sélectionnés pendant les doublons, mais on ne parle pas de supprimer les doublons alors que ça réglerait tous ces problèmes en même temps.

Au passage si je comprends que les clubs ne veulent pas perdre deux voir trois joueurs à un même poste pendant les doublons parce que c'est sacrément handicapant, c'est une hérésie de se dire qu'on va en tenir compte lors de l'élaboration de la liste. La sélection est constituée des joueurs qui la rendent la plus forte possible, pas des joueurs qui arrangent tel ou tel club.
Si pour rendre le XV de France performant il faut prendre tous les Français du Stade pendant 6 semaines Galthié a ma bénédiction, et si mon club se casse la gueule pendant ce temps-là j'irai gueuler contre tous les connards qui maintiennent les doublons (FFR, LNR, présidents de clubs, Canal+, etc.) mais pas contre Galthié.

@Team Viscères

C'est tout à fait ça.

Je suis tout à fait d'accord pour une EDF plus forte et performante.

Je suis tout à fait d'accord pour que les clubs "fournisseurs" soient flattés de leurs sélectionnés et maintiennent cette dynamique. Mais on ne peut que convenir que cette politique a un coût élevé qui ne saurait être dépendant des performances de l'EDF.

Nous avons tous vu l'impact de la Coupe du Monde sur les clubs qui fournissent le plus d'internationaux. Je ne pense pas que le niveau du rugby national et international y gagne en qualité.

Je crois aussi que ces aberrations des calendriers nationaux et internationaux ne servent pas l'attrait des supporters. Il n'y a qu'à voir la désaffection du public et des media pour le Top 14 pendant la CDM ou pendant le T6N. Pourtant tous les amoureux du rugby aiment la CDM et le T6N mais ce sont aussi, et avant tout, des supporters de leurs clubs et souvent, on le constate sur les sites spécialisés, ils regrettent ces chevauchements de calendriers.

Enfin le plus gros handicap ce sont les relations du rugby avec le monde des "financeurs" de tous poils, surtout celui des media (publications et diffuseurs). Le rugby, culturellement, n'est pas prêt à passer du "rugby de clocher" (que je défends) à celui de la "Ligue1", caricature du sport qui fabrique des "Laporte puissance 10".

C'est un évolution culturelle. Est-elle souhaitable ? Inexorable ? Comme beaucoup d'entre nous je garde dans mon cœur le rugby de ma jeunesse qui était aux antipodes de celui que l'on nous vend aujourd'hui. Je ne crois pas être le seul dans ce cas.

La vraie question, aujourd'hui, est de savoir pourquoi on tourne autour de la question du calendrier sans jamais l'aborder. La réponse me paraît simple : la pression des diffuseurs sur les instances responsables du rugby en France, professionnel (et même déjà amateur). FFR et LNR sont totalement dépendantes de ces diffuseurs.

Je ne suis qu'un pithécanthrope, presque fossilisé, qui peut encore râler sur ces dérives. Que deviendra ce sport ?

Au cours de ma circumnavigation j'ai rencontré, au Sud de l'Argentine, un garçon d'une trentaine d'années dont l'oreille droite portait les stigmates cicatriciels d'une pratique sportive que nous connaissons bien. Malgré nos difficultés linguistiques et la différence d'âge (j'avais plus de deux fois son âge) nous avons parlé le même langage en quelques minutes et abordé la pratique de notre sport sur le même plan passionnel. Pour que cela reste possible il est indispensable de garder au rugby cet esprit particulier, celui que cultive le club local. Et ce n'est pas incompatible avec l'amour de l'équipe nationale. Les clubs sont tout aussi importants que l'équipe de France, voire même plus, car sans clubs il n'y a pas d'EDF.

@duodumat

Pour le calendrier quasiment tout le monde est contre. La LNR parce que plus il y a de matchs plus elle fait raquer le diffuseur télé, le diffuseur parce qu'il veut le plus de matchs possibles à diffuser, les présidents de clubs parce que plus de matchs égal plus de recettes de match et par crainte d'être dans le mauvais wagon en cas de réduction du nombre de clubs de l'élite.

Le calcul est pourtant con, parce qu'à long terme tout change. Un calendrier plus aéré et plus cohérent permettrait d'avoir plus de spectacle sur le pré, donc de vendre aussi bien les droits de diffusion et d'attirer autant voir plus de monde devant son poste et dans les stades. De la même façon la suppression des doublons permettrait de réduire les effectifs et donc les dépenses en salaires, tout en permettant de se focaliser sur la formation locale (plus de nécessité de prendre des doublures sudistes pour être sûr de ne pas les voir partir pendant le Tournoi).

Tournoi des 6N : une équipe fournit 13 sélectionnés (ou 10 ou 12 ...)... elle se plante en championnat car l'effectif restant n'est pas suffisamment à la hauteur. Telle autre qui n'a que 1 ou 2 sélectionnés gagne tout. Le public de la première déserte le stade ... perte sèche en abonnement et en licenciés ...
Que croyez-vous qu'il arriva ?
Le président de cette équipe, qui touche la proportionnalité des performances de l'EDF, mais perd financièrement dans la fréquentation de son stade et perd au niveau de son image, est-il heureux de ce "contrat" ?
Que dire si l'EDF n'a pas les résultats attendus ?
L'année suivante sera-t-elle la même ?
Merci Bernard et Serge, quelle idée lumineuse !
Ou alors je ne comprends rien à tout ça...

@duodumat

Il arrivera ce qui arrive depuis 15 ans en Top 14. Un pack georgien et une ligne de 3/4 fidjienne encadres par quelques ex-star NZ/AU/SA. Et les jeunes JIFF seront envoyes à l'abattoir lors d'une belle impasse pour remplir le quota JIFF. Tant qu'on sera incapable de jouer une saison sans doublon aucun club ne prendra le risque de n'avoir que des joueurs majeurs selectionables, quelquesoit la compensation financière. Comme dit plus bas, aucun chèque ne pourrait compenser un risque de relegation ou une absence de coupe d'Europe pour certains clubs.

Moi j'aimerais bien que les presidents de la FFR et de la LNR négocie ces histoires d'argent derrière une porte fermée et pas par des déclarations piquantes dans les médias. Ces deux personnes sont aussi responsables de l'image du rugby et je ne crois pas que leur guéguerre permanente les servent au mieux. Les regarder jouer à qui a la plus longue est assez fatiguant à la fin, on sait quil y a des sujet d'argent mais ce genre de problème n'est jamais insurmontable, ils les règlent c'est leur job et en silence.

Il y a une faute dans le titre de votre article. On aurait du lire "XV de France, liste des 42, argent, qu'en pense Didier Lacroix president du Stade Toulousain?".
Cela va sans doute en choquer certains, mais le ST n'est pas le seul club de rugby de l'Univers (si si je vous jure, verifiez).

@Silkerin

C est totalement vrai mais son club est criblé par le nombre le plus important d internationnaux. On a vu l incidence au classement apres 8 journees puis la place du stade apres le retour des inter. Il n y a pas non plus d actionnaire majoritaire proprietaire du club qui le renfloue regulierement ou en tire un beneficie personnel (image par exemple) contrairement a plusieurs equipes du top 14. Il est donc normal qu on lui demande son avis. J espere que les autres s exprimeront avec beaucoup de franchise.

@passelaballe

Meme si ce que tu dis est correct, cela ne change absolument rien au fait que le titre de l'article est tout simplement faux.

@Silkerin

Complotiste... quelles sont tes sources ?

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
Transferts
News