Ecrit par vous !
Rugby Championship - Les Springboks peuvent-ils battre les All Blacks ?
Rugby Championship - En 2017, les Springboks avaient été humiliés par les All Blacks.
Les Boks ont-ils une chance de remporter plus d’un match dans ce Rugby Championship ? Ils défient les All Blacks ce samedi.

Alors que nous vous en parlions plus tôt cette semaine, la tête du coach Erasmus étant bientôt ‘Wanted’ chez nos amis du sud de l’Afrique, de sérieuses questions se posent au sein du staff vert et or sur la stratégie à adopter face aux champions du monde en titre. Ainsi que sur la place que certains joueurs doivent avoir – ou pas justement, dans le XV de départ. Un début d'analyse s’impose donc afin d’évaluer quelles sont les chances et les besoins que les Boks ont pour battre les Blacks. SPRINGBOKS : et si ça sentait déjà le sapin pour Rassie Erasmus ?

D’abord, niveau plan de jeu, il semble essentiel de noter que la toute-puissance des avants, marque de fabrique reconnue des compatriotes de notre ami Mr Bakkies Botha semble être LA qualité sur laquelle il faudra s’appuyer, tant le jeu long au pied rime avec punition lorsque les compagnons de Ben Smith ont le ballon entre les mains et du champ devant eux. Donc chandelle : oui, et il faudra que les ‘grands’ Sud-afs’ s’y filent à la réception. Mais grand coup de pantoufle : NON.

Aussi, ça peut paraître bête à dire, mais il faudra être irréprochable en mêlée et ne pas oublier qu’un seul ballon perdu ou gagné en touche peut faire la différence, pas nécessairement au niveau de la relance, mais surtout pour faire en sorte de n’encaisser qu’un nombre limité de points lorsqu’on est en manque de possession. Les Kiwis font mal à leurs adversaires lorsqu’ils relancent depuis leurs 22 mètres, certes, mais si en plus vous leur donnez des ballons sur vos phases de jeu arrêtées, c’est la sanction immédiate. Ne passez pas par la case départ, ne recevez pas 20,000 Rands.RÉSUMÉ VIDÉO. Rugby Championship. Les All Blacks calment les ardeurs des Pumas

Dernier point : il faudra trouver un véritable second souffle. Tous les opposants des Blacks le paient cash, de ne pas avoir de poumon en seconde période, à l’approche du dernier quart d’heure : les Pumas, pourtant bien partis, en ont une nouvelle fois fait les frais la semaine passée.RÉSUMÉ VIDÉO. Rugby Championship. Les Wallabies relancent la machine, les Boks à l'arrêt


Au niveau de la feuille de match, Handré Pollard, jusque-là très moyen dans ce tournoi, prend la place de titu puisque Jantjies, auteur d’un bon dernier match contre les Australiens selon son entraineur, n’a pas la réputation de tenir le choc dans les clashs du plus haut niveau, en témoigne son non-match en finale de Super Rugby contre les Crusaders il y a deux mois de cela.

À vrai dire, personne n’est rassuré quant à la problématique actuelle du poste de demi d’ouverture, et l’on se pose progressivement la question de savoir à quel moment on doit vraiment donner une chance au petit nouveau, le Mbappé de l’hémisphère sud (tous deux nés en 98), tant le talentueux numéro 10 des Stormers, Damian Willemse paraît être au-dessus du lot d’un point de vue technique individuelle. Toutefois, ce dernier est mis de côté ce week-end, afin de le garder au frais jusqu’au retour au pays, pour les deux dernières confrontations : le match retour contre l’Australie, au Nelson Mandela Stadium de Port Elizabeth, et le dernier, contre la Nouvelle-Zélande au Loftus Versfeld de Pretoria. Reste à voir qui de Jantjies ou Pollard, possiblement abîmé après le match à Wellington, subsistera à ses côtés.

Enfin, le sélectionneur Erasmus a tranché entre Bongi Mbonambi et Malcolm Marx au poste de talonneur : c’est le dernier qui sera aligné dès l’engagement, après la mini-polémique du dernier match, qui a vu le malheureux Mbonambi se faire sortir avant la mi-temps, suite à une touche conduisant à un essai casquette des Wallabies. Le coach a depuis précisé qu’il l’avait remplacé pour la simple et bonne raison qu’il avait "vidé son réservoir" d’énergie et a également mis en cause le capitaine Siya Kolisi pour l’essai concédé. Les remplacements dans le huit de devant seront cruciaux au cours de la rencontre, tant d’un point de vue de physionomie de match, notamment sur les temps de jeu arrêtés, que sur l’aspect ‘jugeomètre’ de la relation entre l’équipe et l’entraineur.

Les compositions :

All Blacks :

15. Jordie Barrett, 14. Ben Smith, 13. Anton Lienert-Brown, 12. Ryan Crotty, 11. Rieko Ioane, 10. Beauden Barrett, 9. Aaron Smith, 8. Kieran Read (captain), 7. Sam Cane, 6. Liam Squire, 5. Scott Barrett, 4. Sam Whitelock, 3. Owen Franks, 2. Codie Taylor, 1. Karl Tu'inukuafe

Remplaçants : 16. Liam Coltman, 17. Tim Perry, 18. Ofa Tu'ungafasi, 19. Patrick Tuipulotu, 20. Ardie Savea, 21. TJ Perenara, 22. Jack Goodhue, 23. Damian McKenzie

Springboks :

15. Willie le Roux, 14. Jesse Kriel, 13. Lukhanyo Am, 12. Damian de Allende, 11. Aphiwe Dyantyi, 10. Handré Pollard, 9. Faf de Klerk, 8. Warren Whiteley, 7. Pieter-Steph du Toit, 6. Siya Kolisi (captain), 5. Franco Mostert, 4. Eben Etzebeth, 3. Frans Malherbe, 2. Malcolm Marx, 1. Steven Kitshoff

Remplaçants : 16. Bongi Mbonambi, 17. Beast Mtawarira, 18. Wilco Louw, 19. RG Snyman, 20. Francois Louw, 21. Ross Cronjé, 22. Elton Jantjies, 23. Cheslin Kolbe

Merci à Manfred Levesque pour cet article ! Vous pouvez vous aussi nous soumettre des textes, pour ce faire, contactez-nous !

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Ha ha la glorieuse incertitude du sport !
Et ne jamais sous-estimer l’influence du mental....

Derniers articles

News
News
Transferts
News
Transferts
News
News
News
Transferts
Transferts
Transferts