RUGBY. Suspicion d'agression sur un arbitre en Fédérale 1, ce que l'on sait de l'affaire qui secoue le rugby amateur
Le match entre Pamiers et le FCTT s'est soldé par un nul après l'arrêt du match de l'arbitre.
Ce ne sont pas forcément des images que nous aimons voir, mais lors du match de la poule 3 de Fédérale 1, opposant les Toulousains du FCTT aux Ariégeois de Pamiers, le ton est monté bien trop haut.

Les faits du match 

Alors que Pamiers, club historique de l'Ariège recevait le FCTT, pour le compte de la 15ème journée de la Fédérale 1, les choses ne sont pas passées comme prévu durant le match. Après 50 bonnes minutes de jeu, les deux formations étaient à égalité (6-6) au tableau d'affichage, se rendant la pareille dans de bonnes séquences de jeu. Mais alors, que s'est-il réellement passé pour que le match soit subitement arrêté suite à une échauffourée ? De ce que nous avons pu voir, suite à une percée au milieu du terrain de la part des Toulousains, les esprits se sont chauffés rapidement, alors que l'arbitre avait accordé une pénalité en face de poteaux à ces derniers. Suite à cela, une bagarre est survenue, mêlant bons nombres de joueurs des deux camps, et donnant lieu à une scène que nous n'aimons pas voir sur un terrain de rugby. Ensuite, une fois les esprits apaisés, l'arbitre principal de la rencontre prit la décision de stopper le match, en stipulant aux capitaines qu'un des arbitres de touche avait été pris pour cible. Un rapport d'après-match a été alors effectué par le corps arbitral, en attendant que la commission de discipline voit le jour. Olivier Bertro, joueur de Pamiers, et principal accusé dans cette rixe, sera convoqué. Si résultat de ce match reste pour le moment une égalité, nul doute que cette affaire n'en restera pas là. 

Une suspicion de coup de poing envers un arbitre

Peu après le match, dans la soirée de ce dimanche, le joueur concerné par cet acte a témoigné auprès de Rugbyrama, notamment pour réfuter cette accusation de supposée agression. Ce dernier s'est alors expliqué de la manière suivante : L'arbitre en question s'est approché de moi avant de se jeter au sol en disant que je lui avais mis un coup de tête. L'arbitre principal m'a alors dit : "Toi, tu vas passer la fin de saison sur le canapé". C'est scandaleux." Olivier Bertro, arrière de Pamiers et âgé de 36 ans, sera alors convoqué en commission de discipline pour se faire entendre, et compte bien se défendre sur les accusations dont il est l'auteur présumé. Pour les joueurs et le staff du FCTT, cette fin de match est totalement regrettable : "Sur le banc de touche, nous n'avons pas vu arriver les choses, nous étions venus dans un objectif de qualification et le match se déroulait sans animosité, il y avait de belles intentions, nous raconte Sylvain Gomez, entraineur des trois-quarts, "lors de la bagarre, avec le staff, nous sommes directement intervenus pour faire redescendre l'atmosphère, nous nous sommes regroupés de notre côté et je ne pensais pas que la rencontre soit arrêtée, bien au contraire, on avait une pénalité en cours et on sentait qu'on pouvait gagner ce match !"  Néanmoins, un carton rouge plus tard envers l'arrière appaméen, et ce sont les deux équipes qui sont rentrées au vestiaire. En ce qui concerne l'arbitre touché, Enzo Petracco, jeune troisième ligne du FCTT, cite "je n'ai pas vu de coup porté à l'arbitre, seulement des joueurs de Pamiers autour d'un arbitre de touche qui était au sol." Cependant, c'est bien avec la lèvre tuméfiée que cet officiel sortira de la pelouse, montrant aux staffs des deux équipes la blessure qu'il a subie. L'association des arbitres du Tarn a relayé sur ses réseaux sociaux un message de soutien à l'arbitre victime de cette présumée agression. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Après franchement il faut regarder le passif. Ce club de Pamiers est une horreur.
Et ça des les -14, nous à la fin on y allait même plus. Quand tu vois systématiquement, des gestes d antijeu, un public hystérique en train d insulter des gamins toute la journée, tu n oses pas t imaginer l'équipe une. C est tout le temps, chaque année, y a toujours des problème de violence dans ce club. C'est la honte de notre sport. J'ai vu des gosses se faire littéralement marcher sur le visage avec des parents en train d haranguer leur gosses pour faire ça. Du coup cette histoire ne m'étonnes pas du tout.

Derniers articles

Amateur
Amateur
Amateur
Amateur
Amateur
News
News
News
News
News
Amateur