WTF - Que font les Springboks pendant leur temps libre à Paris ?
Les Boks ne s'attendaient pas à découvrir Paris de cette manière. Crédit : Twitter @Springboks

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
La vie d'un joueur de rugby est aussi faite de temps libre. Chacun s'occupe comme il peut et comme il veut. Découvrez le" Chill" à la sauce Springboks.

Les joueurs sud-africains affrontent le XV de France samedi soir au Stade de France pour un tes-match important. Durant la préparation, on a découvert qu'ils avaient un peu de temps libre.

  • Willie le Roux se prélasse en compagnie d'Handré Pollard (le Yionel© sud-africain, mais en beaucoup moins bon. Logique) sur une terrasse de café et découvre le lifestyle parisien et son charme ! "We are springboks player monsieur voulez-vous couché avec moi" - "No matter, it's sept euros for les deux coffee."
  • Wilco Louw se détend à l'exposition "Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton. Oui, on peut jouer à droite et aimer l'art de la démolition contemporain. Ces tableaux lui rappellent trois choses importantes dans sa vie : les dessins de son enfance, ses fins de soirées et les dessins qu'il fait aujourd'hui.
  • Eben Etzebeth absent pour le choc se la coule douce à la Tour Eiffel. Même s'il trouve que malgré sa structure, elle reste fragile sur ses quatre appuis. Des touristes le prennent encore une fois pour Borat. Il finira sa journée avec 18 porte-clés de la Tour Eiffel et un sentiment de s'être fait avoir. Apparemment, les week-ends se suivent et se ressemblent pour les Springboks !
  • Cheslin Kolbe découvre le musée du louvre. Il estimera plus tard qu'en ayant vu tous les tableaux un par un "16€ l'entrée for 1h de visite, it's expensive !" Sache Kolbe que ce n'est pas parce que tu es supersonique que tes 5 prochaines années à Toulouse passeront plus vite.
  • Pour l'histoire, un ancien Boks déambule dans les rues parisiennes à la recherche de Sylvain Marconnet, alias l'Olivier Puget.
  • Son camarade Aphiwe Dyantyi est lui flashé sur les quais de Seine, poursuivi par des joueurs des Jaguares en trottinettes électriques. Heureusement pour lui, les batteries ne sont pas tout à fait au point. Il fera finalement demi-tour à Rouen, ramené par un supporter qui a acheté sa place à moitié prix cette semaine.
  • Le plus triste de ce séjour parisien est André Estherhuizen. Ramené à l'hôtel en pleurs, il a dû suivre des séances d'agoraphobie toute la semaine. Retrouvé en boule au terminus de la ligne 4, à Porte de Clignancourt, il aurait déclaré aux agents de la RATP : "Je veux rentrer. Tout le monde me bouscule ici et personne ne dit jamais rien."
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Personne n'en a rien a cirer et beaucoup se gosseront mais je suis fan de Basquiat

Les Boks sous pression ? Oui mais qu'à demi !

Sont tellement sûrs de gagner qu'ils ne sont venus qu'à 6.

  • oZbeck
    26149 points
  • il y a 1 an

Et même pas un tour à Pigalle ou au bois voir les brésiliennes??? Tout se perd dans ce rugby moderne...

  • Ahma
    93177 points
  • il y a 1 an

Accroche-toi André. Ce que tu vis aujourd'hui est ma vie quotidienne depuis 20 ans, pourtanr j'ai survécu.

Pas complètement indemne psychologiquement, certes, comme vous avez tous pu le constater.

Dommage pour Goosen le salon du cheval n'ouvre ses portes que dans 2 semaines.

@Silkerin

je croyais qu'il etait interdit de passage a Paris ?

@LaGuiguille

Peut-être il est logé à l'ambassade (comme partout leur personnel défendant les blancs, euh les personnes détenant un passeport idoine - iguane ?), ce sera une retransmission.

Derniers articles

Vidéos
News
News
News
News
News
News
Sponsorisé News
News
Sponsorisé News
News