L'histoire émouvante de ce couvreur tongien sélectionné pour la Coupe du monde
Siua Maile participera à sa premier Coupe du monde.
Siua Maile est un international tongien avec...une cap ! Il est également couvreur tout le reste de l'année. Découvrez la belle histoire de Siua Maile, 22 ans.

C'est une histoire de Coupe du monde peu commune qui se déroulera dans quelques jours au Japon. Celle de Siua Maile, 22 ans et talonneur pour les Tonga. Il fait partie de ces joueurs "non-professionnels", qui joue une Coupe du monde alors que le reste de l'année, ils continuent leur activité professionnelle à côté. 

Coupe du monde 2019 : adversaires de la France, les Tonga dévoilent leur groupe de 31 joueurs !Coupe du monde 2019 : adversaires de la France, les Tonga dévoilent leur groupe de 31 joueurs !

Une première cap tardive

C'est donc face aux All Blacks de Steve Hansen qu'il a gagné sa première cap. Ce n'était pas le meilleur cadeau puisque son équipe s'est inclinée sur un score de basket, mais seulement côté Black : 92 à 7. À la mi-temps, les coéquipiers de Beauden Barrett étaient loin devant au score avec 54 points d'avance et l'ailier Goerge Bridge s'est offert un quadruplé à quelques jours de la Coupe du monde. Pour Maile, c'était la découverte de ce niveau, et même l'entraîneur Toutai Kefu admettait qu'il "n'en sait toujours pas beaucoup sur lui" alors qu'il évolue actuellement pour les Shirley Vikings à Christchurch, en Nouvelle-Zélande. Siua Maile a joué près d'une heure face à Cody Taylor avant d'être remplacé. Il avait pourtant peu de chance de participer à la Pacific Nations Cup, mais les blessures de Paula Ngauamo et Sosefo Sakalia ont accéléré sa convocation.

"Je pense qu'il est toujours un peu choqué, mais il est content. Nous ne pouvons pas faire grand chose avec deux talonneurs, nous avons donc lancé les dés sur ce coup.", a déclaré son sélectionneur Kefu à propos de sa convocation, selon le NZ Herald.

Un métier à temps plein

Mais le rugby n'est pas sa première activité, Siua est toute la journée sur des toits pour son métier de couvreur. Entre deux lancers de rugby, il répare ou réalise des toitures d'immeubles ou de maisons individuelles. Maile a grandi au Tonga avant de déménager en Nouvelle-Zélande pour ses études. Il jongle désormais entre ses engagements rugbystiques et son travail de couvreur à temps plein. Mais cette double vie a fait de lui un travailleur hors-pair, avec une éthique de travail proche de la perfection que ce soit sur et en dehors du terrain. À l'entraînement, il impressionne dans sa combativité : "Je devais lui dire de baisser un peu le ton, ce qui est génial. C’est ce que vous voulez faire avec les joueurs. Vous ne voulez pas dire aux joueurs de "baisser d’intensité", alors je pense qu'il va bien faire", déclare son sélectionneur.

"C'est un bon garçon, il est passionné, mais aussi impatient. Je l'ai vu s'entraîner hier et il était à fond dans ce qu'il faisait", a déclaré Kefu.

Une cagnotte pour l'aider

Son départ pour la Coupe du monde ne lui permet donc pas de continuer son activité de couvreur et pour cela, son club, les Shirley Vikings ont lancé une cagnotte pour aider sa famille à percevoir des revenus durant son absence. Il est devenu jeune papa il y a peu de temps et a arrêté son travail depuis maintenant près de 3 semaines pour encore minimum 4 semaines de plus. Malgré le fait que son employeur lui garde son poste durant la Coupe du monde, Suia ne touchera aucun salaire hormis une allocation hebdomadaire minime. La collecte de fond a déjà permis d'envoyer sa famille en Nouvelle-Zélande pour assister à sa première cap face aux Blacks. Maintenant, elle sera dédiée aux frais journaliers comme le loyer, nourriture, électricité, etc. Nul doute que la famille rugby est encore soudée et permettra au jeune talonneur de vivre une aventure incroyable, bien loin des standards du rugby moderne.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Il a été cap d'avoir sa première capE.

En rugby, souhaitons lui d'éviter la tuile !

Belle histoire et beaucoup de réussite a lui, mais bon avec au même poste des joueurs comme Anga’aelangi, Lea de non sélectionnés, je me pose des questions sur la pertinence de ce choix...

  • cahues
    106869 points
  • il y a 1 mois

Nous aussi nous avons des joueurs photographes, mais amateurs...

  • Ahma
    80859 points
  • il y a 1 mois

Rien de si exceptionnel. Nous avons aussi, en France, des internationaux qui continuent à exercer leur activité de maçons.

@Ahma

Oui, on a des pizzaiolos aussi

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
News
Vidéos
News
Vidéos
Vidéos
News