La longue attente de William Wavrin, touché par le Covid-19 et souffrant d'une myocardite
Le Stade Montois a été durement touché par le Covid-19 à l'automne.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

William Wavrin, troisième ligne de Mont de Marsan, attend le feu vert pour un retour à la compétition, après avoir attrapé une myocardite des suites du Covid.

C'est une histoire rare, et heureusement, la plupart des joueurs comme la grande majorité de la population sortant du Covid sans séquelles. Mais comme toujours, certaines formes graves, ou effets secondaires peuvent se déclencher. C'est la douloureuse mésaventure que traverse William Wavrin, joueur du Stade Montois. Le troisième-ligne de 30 ans, attrape le Covid-19 à l'automne dernier, au retour du match des siens contre Grenoble. Il n'est pas le seul, puisqu'une large partie du contingent landais est touché. Pour le Parisien, il explique : ''Nous nous sommes fait tester juste en rentrant du match. Nous étions une trentaine de gars de l'effectif à être positif. C'est énorme.'' Un virus attrapé selon lui contre les Isérois, ou une semaine auparavant contre Nevers. L'ensemble du club est alors placé en isolement. Mais à l'instar d'une majorité de personnes, Wavrin ne ressent pas forcément les symptômes. Du moins, comme il l'a répété à plusieurs reprises, il ne fut pas le plus touché de l'effectif. Toujours dans Le Parisien, il poursuit : ''J'ai eu un petit rhume et pendant une journée je me suis senti fatigué, mais rien de fou.'' Pendant que certains de ses coéquipiers accusent le coup, perdant entre cinq et six kilos, lui pense avoir traversé le virus sans encombre.

Avant de reprendre l'entraînement, le joueur effectue une batterie de test, comme l'oblige la LNR. C'est au cours de l'électrocardiogramme, que les spécialistes décident de l'envoyer à Bordeaux pour vérifier une ''petite alerte'' selon ses dires. La suite il la raconte : ''Après un test à l'effort et une IRM, on m'a dit que j'avais développé une myocardite durant la contamination. On peut l'avoir avec n'importe quel virus, une mauvaise grippe par exemple.'' 

Retour sur les terrains repoussé 

Une myocardite est une inflammation du myocarde, le muscle permettant au coeur de se contracter et de pomper le sang. Si chez certains, elle peut ne provoquer aucun symptôme et être silencieuse, chez d'autre elle peut engendrer de graves conséquences cardiaques. On parle d'insuffisance cardiaque, de trouble du rythme cardiaque et dans le pire des cas, de mort subite ou d'infarctus. Sans ces examens, William Wavrin ne l'aurait jamais su. Son retour à la compétition est donc logiquement différé. Il devrait pouvoir reprendre les chemins de l'entraînement au début du mois de mars, mais pas au-dessus de 80% de la capacité de sa fréquence cardiaque, et après avoir passé de nouveaux tests, afin de vérifier que sa maladie se soit résorbée. En attendant, Wavrin prend son mal en patience : ''Si l'inflammation est résorbée, je reprendrai ma vie normalement''. S'il se considère comme un privilégié, les rugbymen amateurs n'étant pas obligé de passer toute cette batterie de test, ou certains connaissant des séquelles bien plus graves, il avoue redouter ne pas pouvoir reprendre : ''Si on me dit que l'inflammation s'est aggravée et que je dois arrêter mon sport, cela me fera un choc. Je le redoute mais que pourrai-je y faire ? La vie est plus importante'', conclut-il au Parisien. Nous n'en sommes pas là, et nous espérons bien évidemment revoir le troisième-ligne refouler les près de Pro D2. En attendant et même s'il fait partie d'une minorité, il continue de prévenir contre les risques du virus.  

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

Vidéos
News
Sponsorisé News
Vidéos
Transferts
News
News
News
Transferts
Transferts
News