J'ai rêvé pour vous du 1/4 de finale de Champions Cup Stade Toulousain vs Ulster
Quel rêve !

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Aujourd'hui aurait dû avoir lieu le quart de finale de Champions Cup entre le Stade Toulousain et l'Ulster. Fan de rugby, on s'est imaginé le match.

Des semaines que le public toulousain attendait ce match avec impatience : le quart de finale de Champions Cup face à l'Ulster, et à la maison ! Restez chez vous, ils le savaient depuis la dernière victoire en match de poule face à Gloucester. Dans les rues de Toulouse, les gens parlent de ce match comme de la dernière victoire du TFC. C'est-à-dire pas du tout. Nous avons donc fait une sieste à 9h30 ce matin, avant le dîner du soir, et ce match nous est apparu comme un vieux rêve d'Emmanuelle : nous étions à ce quart de finale tant attendu !

Ambiance 

Dans un précédent article concernant un match du Stade Toulousain, je disais ceci : "Si vous n'êtes jamais allé au stade Ernest-Wallon, évitez ça à tout prix ! Ou en tout cas, prenez un Uber ou la navette qui vous mènera au stade en 2h et 32 minutes si le chauffeur décide de dépasser les 37 km/h. Se garer autour du stade est une purge, il est sûrement plus facile de gagner un match à 12 contre 15 à Jean Dauger que de placer sa voiture entre une Clio III et un vieux figuier." Un rêve étant irréalisable, j'arrive au volant d'une voiture flambant neuve et et le vigil m'autorise à rentrer sur un parking vide. Je m'étonne de ne pas m'être déjà réveillé avec ces premières émotions. À la billetterie, la queue est fluide. Aux buvettes, les gens paient chacun leurs tournées avec des prix défiants toute concurrence. Deuxième alerte qui me confirme que je suis dans un rêve, mais toujours pas de réveil en sursaut. Les supporters sont venus en masse pour assister à un match crucial pour l'équipe d'Ugo Mola. Ils sont surtout venus assister au duel Huget vs Stockdale : l'un est sous côté, l'autre surcôté. 

Dans les tribunes, les gens s'ambiancent avec ce soleil, le Stadium de Toulouse est à guichet fermé alors que le TFC prend une raclée à Geoffroy Guichard. L'hymne officiel est lancée, mais le Toulousain n'est pas du genre à changer ses habitudes. Il a fallu un titre de champions de France pour qu'on modifie "Ô Toulouse" par "Max Médard tu le sais bien", alors ce n'est pas changer l'hymne quelques semaines plus tard par un air de guitare et des paroles qui disent "Allez Allez Allez ! Allez Allez Allez Allez !". C'est l'heure, les gladiateurs rentrent dans l'arène.

Le match

Avant-match

En vérité, les Toulousains ne connaissent rien de cette équipe de l'Ulster qui se situe même en Écosse selon Richard Dourthe, mon voisin durant ce match. Il m'abreuvera de connaissance sur le rugby et de bienveillance envers l'évolution que ce dernier a connu (le ruggby, pas lui) : "on ne va pas critiquer le rugby d'aujourd'hui alors que nous l'avons fait". Je vous rappelle que je suis dans un rêve.

1ère mi-temps

12e : le premier ballon pour Stockdale met le feu à la défense toulousaine ! Comme dans son habitude, Jacob court tout simplement tout droit le long de la touche. 

19e : l'arbitre demande la vidéo sur un geste litigieux de Tekori. Ce dernier ne se baisse pas assez sur le seconde ligne Sam Carter qui fait pourtant deux centimètres de plus que lui. 

24e : le TMO est belge. Cela fait bien 5 minutes qu'il fait des blagues à l'arbitre central en lui préconisant tout et son contraire. 

32e : PREMIER ESSAI DU STADE !! Le Stadium est en feu !! On entend le speaker crier "ET RATTEZ IL EST OÙ ?" jusqu'à ce que je m'aperçoive qu'il s'agit de Yoann Huget qui s'est emparé du micro. Je dors très mal la nuit. 

40e : Mi-temps. Dans mon rêve, un challenge est organisé pour occuper les supporters. Ici, il s'agit de mettre le ballon dans une énorme boisson Mac Donald's. Le thé noir avant de dormir, pas la meilleure idée. 

Mi-temps 

Tout le monde se rue à la buvette pour se désaltérer après avoir crié pendant 40 minutes : "Novès !" Ce dernier apparaît toutes les 5 minutes sur les écrans géants, délivrant un message qui semble envoûter le public toulousain :

Si c'est une rançon qu'il espère, dites-lui bien que je n'ai pas d'argent, par contre ce que j'ai, c'est des boucliers en pagaille, que j'ai acquis au cours d'une longue carrière. Des compétences qui font de moi un véritable cauchemar pour lui. S'il s'excuse maintenant, ça s'arrêtera là. S'il ne le fait pas, je le chercherai, je le trouverai et je le tuerai.

2e mi-temps

42e : le score s'affiche en lettre désormais et il semble que Ntamack soit remplacé par Yaya Sanogo. 

43e : je demande à mon autre voisin, Pascal Dupraz, pour savoir pourquoi il a vendu le meilleur 9 du TFC au Stade. Il me répond : "Le problème c'est pas tant de savoir si je vais passer pour un con, c'est de savoir s'il a la capacité intellectuelle, physique, et technique de le faire ! C'est maintenant qu'il faut le faire, pas demain, ni hier. C'est maintenant. Il n'y a plus qu'à manger : le couvert est dressé."

55e : le message de Guy Novès commence à me rentrer dans la tête. Les gens ne crient plus lorsqu'il passe sur l'écran géant. Je suis seul et personne ne me répond durant son discours.

60e : deuxième essai du Stade transformé par Étienne Didot ! Il faut savoir que je regardais des vieilles vidéos du TFC avant de dormir. 

65e : Richard Dourthe est emballé par ce match, il trouve que l'arbitrage est clair, net et précis. L'outil vidéo reçoit une multitude d'éloges. Mais son discours sans aucune comparaison avec le rugby d'avant commence doucement à agiter mon sommeil. 

71e : l'Ulster revient au score avec une pénalité, mais surtout l'essai de Jacob Stockdale qui évite une interception de Yoann Huget. Derrière, Maxime Médard se fait prendre extérieur alors qu'il avait pourtant un pied sur la touche. Ce rêve devient de plus en plus réaliste, il faut que je vérifie quelque chose.

Pause rêve

Beaucoup de détails me font croire que je suis dans la réalité. Et seule une chose peut me confirmer que je vis bien un rêve : vérifier si j'ai le numéro de la Marquise dans Élite. Je descends lentement dans mon répertoire jsuqu'à la lettre M, en passant par la lettre C et Christian Jean-Pierre, la E et le numéro d'Emily Ratajowski. Ces premiers numéros me laissent des doutes sur mon rêve. Mais mes pressentiments sont bons : je n'ai pas le numéro de la Marquise, mais bien celui de Madonna. 

Reprise du match 

79e : l'Ulster est à 2 points du Stade Toulousain. Julien Marchand fait une faute dans un ruck, on ne voit pas bien mais il semblerait que Yoann Huget le fasse trébucher dans le camp adverse autour d'un ruck. Pénalité pour l'Ulster... La dernière du match !

80e : Le dernier message de Guy Novès fait lever tout le Stadium. Je pensais que la pénalité était ratée mais je me réveille avec une voix qui résonne encore : "ET VOILÀ ! Cet en** d'arbitre ! Je le savais p*** ! Je le savais ! Ça fait 80 minute,s que j'essaye de le défendre à ce c**** !" 

Réveil 

La toupie bayblade continue de tourner sur la table de mon salon. Je ne sais toujours pas si je suis dans un rêve ou la réalité. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • tété
    2191 points
  • il y a 1 mois

+1 pour l'intervention de Dupraz " Le couvert est dressé"
Je me suis refait la vidéo sur le maintien, pfffff Dupraz ce génie mystique
"Je sais pas pourquoi, j'ai Bodiger en tête, avec sa patte gauche..." on connaît la suite

+1 pour la référence à Inception et +1 bonus pour avoir utiliser le mot Bayblade

Ils sont TAKE(i)N les toulousains à la mi-temps... Toujours en train de crier ''on t'as ken'' à l'adversaire!

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
News