De l'eau dans le gaz entre Bernard Goutta et Jacques Delmas
USAP : du rififi dans l'air entre Goutta et Delmas

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Bernard Goutta et Jacques Delmas règlent leurs comptes dans les colonnes de Midi-Olympique et les reproches fusent de part et d'autre.
Entre Bernard Goutta, icône de tout le peuple catalan désormais entraîneur de l'US Colomiers, et Jacques Delmas, ancien coach du BO, du Stade-Français et de Perpignan, le torchon brûle.


Lundi, dans les colonnes de Midi Olympique, l’entraîneur double champions de France en 2005 et 2006 s’en prenait ouvertement au fonctionnement du club de l’USAP et plus précisément à Bernard Goutta : « A Perpignan, je n’avais pas les coudées franches. J’ai très vite su que mes jours étaient comptés. Au bout de quelques semaines, Paul (Goze, ndlr) a dû choisir entre moi et lui (Bernard Goutta). Je n’avais aucun pouvoir. Ils (Goutta et Manas) ont tout fait pour me mettre à l’écart. Paul m’a longtemps répété : il faut que tu apprennes à avaler des couleuvres si tu veux rester. » Limogé en novembre 2011, le Spécialiste made in Canal +, a semble-t-il gardé quelques rancœurs bien tenaces.

C'est via le même média que l’ancien capitaine des « Sang et Or » a tenu à répondre à ces attaques. Ce vendredi il livre tout son ressenti sur cette histoire et dément les propos de Delmas : « Si une personne doit être déçu, c’est bien moi, parce que j’avais appuyé le choix de l’homme lorsque l’USAP cherchait un successeur à Jacques Brunel. […] Je regrette que Jacques Delmas soit venu à Perpignan sans projet de jeu et qu’il n’ait jamais voulu entraîner, même lors des séances collectives, et ce, malgré les demandes répétées des joueurs eux-mêmes. […] Je veux bien être la cause de son départ de l’USAP. Mais alors pourquoi demande-t-il 300 000 euros aux prud’hommes, pour trois mois passés au club ? Il devrait refuser cet argent pour montrer ses valeurs auprès d’autres présidents de club. Je m’aperçois qu’à Biarritz c’était la faute à Lagisquet. À Paris c’était la faute aux joueurs étrangers. À Perpignan, c’était la faute à Manas et Goutta. […] Au lieu de goûter aux paillettes, au maquillage et à tout ce qui brille, il devrait enfiler le bleu de chauffe et aller sur le terrain, soit auprès des jeunes, soit en Fédérale 1. Mais certes, ça brille moins. »

Si les deux hommes ne passeront pas leurs vacances ensemble, Bernard Goutta préfère tout de même conclure sur un esprit un peu plus rugby : « Je souhaite à Jacques Delmas de trouver un club car moi je respecte les hommes ». On préfère quand même ça...
Arthur Bourdeau
Arthur Bourdeau
Cet article est rédigé par Arthur Bourdeau, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • MSALVA041
  • il y a 8 ans

Réponse a blob, plutôt que d’insinuer que GOUTTA n'est pas très cultivé, il faut savoir qu'en communication pour appuyer sur ce que l'on veut transmettre on répète les même mots voir la même phrase dans un même paragraphe, exemple un certain Mr HOLLANDE qui a répété "moi Président de la République" a tout bout de champ, ce n'est pas pour autant que ça fait un bon président de lui, mais sa stratégie a fonctionné puisqu'il a été entendu et élu, donc pour en revenir a Monsieur Bernard GOUTTA car l'homme est respecté en catalogne pour ce qu'il a donné a l'usap, j'aurais simplement résumé le cas de DELMAS par cette phrase de SOCRATE "les excuses sont les armes des faibles" a bon entendeur!!

  • Jayguevara
  • il y a 8 ans

Je suis tombé par terre,
C'est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau,
C'est la faute à Rousseau
Je ne suis pas notaire,
C'est la faute à Voltaire
Je suis petit oiseau,
C'est la faute à Rousseau

  • blob
  • il y a 8 ans

"Je m’aperçois qu’à Biarritz c’était la faute à Lagisquet. A Paris c’était la faute aux joueurs étrangers. A Perpignan, c’était la faute à Manas et Goutta. "

J'ai rien contre les deux hommes...mais la Faute "À" trois fois en trois phrases, j'ai du mal.
C'est surement la faute À la maitresse 🙂

Derniers articles

News
Vidéos
Vidéos
Transferts
Vidéos
News
News
News
News
News
News