Coupe du monde 2015. Un Français dans l'équipe canadienne : Caribou Inside #4
Canada - Coupe du monde 2015, Caribou Insode, épisode 4.
Coupe du monde : le XV de France s'apprête à affronter le Canada. Retour sur cette rencontre avec le talonneur des Canucks, Benoît Piffero.
La nouvelle est tombée ce mardi : Benoît Piffero ne jouera pas face au XV de France. Né à Montréal, ce talonneur nous raconte depuis quelques semaines son aventure au sein des Canucks, placé dans la Poule D de la Coupe du monde. Car non, jouer en Fédérale 1 – à Castanet – n'est pas un frein pour disputer la compétition la plus prestigieuse de la planète ovale. Surtout pas lorsqu'on possède une histoire aussi forte que le talonneur, auquel Kieran Crowley a donc préféré Carpenter et Barkwill.

Lorsque l'entretien a été réalisé, Benoît ne savait pas encore s'il figurerait face aux Bleus mais nous avouait : « si on me fait jouer, j'espère que c'est parce que je suis un bon joueur de rugby, et pas parce que je suis français. » Finalement, « l'émotion intense » sera vécue des tribunes. On est déçus pour lui, mais on continue de lui donner la parole.

Le match contre le XV de France se profile... Le Canada peut-il le remporter ?

L'ambition, c'est d'arriver à jouer notre meilleur rugby. On sait très bien que si les deux équipes sont à 100%, les Français vont gagner mais on peut arriver à les faire déjouer, ne serait-ce que par rapport à la Coupe du monde (46-19 pour des Bleus poussifs avec trois essais inscrits dans le dernier ¼ d'heure, ndlr). Le XV de France se fait taper dessus dans la presse depuis le match face à la Roumanie mais il ne faut pas oublier qu'en face, il y a une belle équipe roumaine qui lâche rien. On va essayer de faire la même chose en tenant au maximum le ballon.

Justement, vous avez ciblé certains points faibles côté tricolore ?

Non, et même si c'était le cas, je ne sais pas si je le dirais (Rires) ! Honnêtement, on est vraiment focalisés sur notre performance. Plus le rencontre se rapproche, plus on se focalise sur l'adversaire, mais avec tous les matchs et les turnovers, on pense aussi à la récupération.

Et tes coéquipiers chez les Canucks, tes proches, ils te chambrent avant ce match forcément particulier ?

Non, ce n'est pas du chambrage ! Ce sont plutôt des encouragements. Mes amis et ma famille sont les témoins du travail que toute cette aventure représente. Contre l'Irlande, je ne pensais pas jouer mais quand la feuille de match est tombée, on s'est débrouillés pour que ma femme vienne. Le fait de pouvoir partager ça avec les gens qu'on aime, qui subissent un peu tout ça car ce n'est pas tout le temps facile, c'est vraiment énorme. Jusqu'à présent, l'aventure canadienne était surtout individuelle et personnelle. Ma famille ne m'avait jamais vu jouer avec le Canada !

Qu'as-tu à dire à ceux qui pourraient être étonnés par ton histoire ?

Oui, c'est extraordinaire d'être là, mais ça ne servirait à rien si je n'étais pas capable de performer. Si je me concentre trop sur le côté affectif et émotionnel, je vais en perdre mon rugby et ce serait le meilleur moyen pour passer pour une pipe. Jouer, c'est bien. Être bon sur le terrain, c'est encore mieux. Je comprends que les gens puissent être étonnés de ma présence à ce niveau-là, par contre, je n'ai pas envie de passer à côté.

Coupe du monde 2015. Un Français dans l'équipe canadienne : Caribou Inside #4

Revenons un peu sur le fonctionnement interne du groupe. Une Coupe du monde, c'est long... En France, le camp de base de Croydon a été plus ou moins décrié. Et vous, vous en avez un ?

Oui et non (Rires) ! On a pas mal bougé, entre notre première semaine à Swansea, puis Cardiff pendant deux jours avant d'atterrir à Leeds pour une semaine. On joue à Milton Keynes contre la France mais en attendant, on est à Leicester, où on restera jusqu'au dernier match face à la Roumanie.

J'imagine que vous n'êtes pas 24h/24 aux entraînements. Qu'est-ce que vous faites de vos temps libres ?

Au final, on a quand même pas mal d'entraînements ! Même sur les « day off », on a la possibilité de faire une séance de muscu. On aime bien aller se balader en ville pour en profiter, boire des cafés. Penser à autre chose que le rugby ! Mercredi dernier, notre entraîneur de la mêlée, qui vient de Leeds, nous avait demandé d'aller à l'entraînement des petits de son club. Ils se régalent en voyant des joueurs internationaux, et nous on se rappelle qu'on était comme eux. Certains ont visité York, mais en comptant les soins, les emplois du temps sont assez chargés. Toutes les occasions sont bonnes pour prendre un ordi et répéter les gammes. A Leicester, on est assez excentrés mais on s'organise des tournois de ping pong.

Et le groupe, comment il est organisé ?

En fait, il y a un groupe de leaders qui a été nommé il y a plus d'un an pour préparer la stratégie de la Coupe du monde. Notre entraîneur fait beaucoup appel aux joueurs. Sinon, l'équipe est composée de plusieurs comités, comme le comité « information » dont je fais partie. Tous les matins, pendant cinq minutes, on doit faire une information sur la ville, un joueur, ou quelque chose d'un peu plus marrant, des adresses pour bien manger... Moi qui suis Français, je suis un peu le préposé à la bouffe ! Il y a aussi le comité « ticket » pour que les billets de match restent en majorité à l'intérieur du groupe, le comité « entertainment » qui choisit la musique et les films dans le bus. Il y en a même un qui s'occupe du linge !

En attendant de retrouver l'épisode 5 de votre saga de l'automne, petit replay des sessions précédentes !Coupe du monde 2015. Un Français dans l'équipe canadienne : Caribou Inside #4Coupe du monde 2015. Un Français dans l'équipe canadienne : Caribou Inside #1Coupe du monde 2015. Un Français dans l'équipe canadienne : Caribou Inside #4Coupe du monde 2015. Un Français dans l'équipe canadienne : Caribou Inside #2Coupe du monde 2015. Un Français dans l'équipe canadienne : Caribou Inside #4Coupe du monde 2015. Un Français dans l'équipe canadienne : Caribou Inside #3
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Cela doit faire réver beaucoup de joueurs car être en fédérale 1 et prendre part au plus grand tournois de rugby il y en a un paquet qui attendent entre le TOP14 et la fed 1 !!

Qu'il profite bien de ce moment particulier et qui sait Setonaikai une caméra risque de nous le montrer pendant les hymnes 🙂 !!!

Dommage qu'il soit dans les tribunes, j'aurais voulu le voir chanter les deux hymnes!

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News