AMATEUR. Ce club du Sud-Ouest va-t-il entrer dans l'histoire de la Nationale en enchaînant 2 montées d'affilée ?
Langon avait pourtant terminé 4ème de sa poule. Screenshot : Stade Langonnais
Langon, champion de France et promu de Fédérale 1, va jouer une finale de Nationale 2 ce dimanche contre Marcq-en-Barœul. L'occasion de boucler une saison historique.
Mais où s’arrêtera le Stade Langonnais ? Champion de France de Fédérale 1 l’an dernier et donc promu en Nationale 2, le club girondin a surfé sur sa dynamique exceptionnelle pour se qualifier pour les phases finales de la 4ème division, d’emblée. 
Et ce grâce à son "état d'esprit irréprochable" et son "groupe ambitieux" (malgré un petit budget d'un peu plus de 950 000 euros), qui lui confèrent non seulement une conquête très forte et une défense agressive, mais aussi une attaque saignante, avec 63 essais marqués (record national). "Cette équipe, portée par la ferveur locale, se bat avec ses armes et me fait penser un peu au Hagetmau des années 80 (2 saisons dans l'élite après un titre de champion de France de Groupe B), sourit son entraîneur Christophe Hamacek.
Mieux, alors que l’on pensait des formations comme Rennes (2ème de poule et relégué de Nationale 1) ou Salles être favorites au titre, il n’en sera finalement rien. Car les Gascons ont d’abord écrasé Fleurance en barrage, avant de se défaire du leader de la poule 2, le Stade Métropolitain (6 à 8), en quart, puis de terrasser le REC en demie, à la surprise générale (25 à 8). 
Un parcours qui n’est pas sans rappeler celui du CS Vienne l’an dernier, vice-champion de France de Nationale 2 à l’issue de phases finales tonitruantes. Une formation iséroise, 13ème de Nationale 1, que Langon pourrait d’ailleurs retrouver en barrage d’accession à la 3ème division, en cas de défaite en finale. 
Ce dimanche au stade Jules-Ladoumègue de Massy, le Stade Langonnais affrontera en effet l'OMR (Marcq-en-Barœul), 5ème de la poule 1, pour une affiche 100% inattendue entre deux équipes réputées offensives. "Je trouve que c'est bien pour le rugby d'avoir 2 équipes en finale capable de pratiquer du beau rugby", abonde le coach langonnais. 
Et avec la ferme intention de décrocher un nouveau titre de champion de France, après celui glané contre Valence d'Agen l'an dernier. Mais en face, les Nordistes marchent eux aussi sur l’eau et ont également réalisé des phases finales exceptionnelles, en faisant exploser Rumilly en barrage (26 à 52), puis en battant Salles et Mâcon, pour se hisser jusqu’en finale. 
Une équipe surprenante, qui compte bien valider son projet en l'emportant face au petit poucet qu'est le promu. Alors, que le meilleur gagne !

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Transferts