La proposition insolite du président de l'USAP François Rivière pour le Top 14 [AUDIO]

La proposition insolite du président de l'USAP François Rivière pour le Top 14 [AUDIO]
François Rivière estime que son équipe n'a pas la maturité sportive nécessaire pour le Top 14.
Le président de l'USAP François Rivière évoque le début de saison catastrophique de son équipe et parle de protéger les promus en Top 14.

14 matchs, 14 défaites, la saison 2018-2019 de l'USAP est un cauchemar jusqu'à présent. Elle devrait rester dans les annales comme l'une des pires, si ce n'est la pire, qu'ait vécu un club professionnel. La formation catalane court désespérément après sa première victoire depuis août dernier. Et ce n'est pas sur la pelouse de Jean-Bouin qu'elle l'a décrochée (27-8). La victoire en finale de la Pro D2 devant tout un peuple à Toulouse au dépens de Grenoble avait fait naître de grands espoirs pour ce bastion historique du rugby français. Mais force est de constater que l'USAP n'y arrive pas avec seulement quatre points au compteur.

Pour son président François Rivière, l'une des explications se trouve dans le fait que le club n'a pas su et pu faire un bon recrutement. Interrogé sur RMC lors de l'émission "Entre les Potos" ce lundi, il a aussi mis en cause la formule d'accession au Top 14 et les quotas de JIFF. Et s'est fendu d'une proposition pour le moins insolite pour protéger les promus et les empêcher de faire l'ascenseur.

S'il est vrai que les promus ont souvent la vie dure lors de la première saison de la remontée, la victoire n'est pas pour autant impossible. Battu en finale de Pro D2 puis vainqueur de l'Access Match contre Oyonnax, Grenoble a accompagné Perpignan en Top 14. Après la 14e journée, le FCG n'est pas en position de relégation après avoir gagné trois matchs, décroché deux nuls et quatre bonus défensifs. Certes, les Isérois (20 pts) ne comptent que trois longueurs d'avance sur Agen, 13e et donc barragiste comme l'avait été Oyonnax l'an passé. Mais ils ont su répondre au défi proposé par les équipes de la première division. François Rivière le reconnaît, le FCG s'est mieux adapté alors qu'il a eu encore moins de temps pour recruter.

C’est vrai, mais ils ont fait l’aller retour en Top 14. Il ne faut pas l'oublier. Mais honnêtement, ils se sont mieux adaptés que nous, oui. Peut-être le fait de ne pas avoir suffisamment de joueurs de maturité de Top 14 comme (Jacques-Louis) Potgieter et Brice Mach, peut-être que ça nous manque un petit peu. [...] Je pense que, de notre part, il y a effectivement une maturité sportive qui ne correspondait pas à celle du Top 14.

Le témoignage émouvant de la femme de Brice Mach après sa retraite forcée