VIDEO. L'ancien talonneur du RCT Philip Fitzgerald parle de la reconversion du rugbyman et s'inquiète
Philip Fitzgerald parle de la reconversion du rugbyman et s'inquiète.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

L'ancien talonneur du RCT Philip Fitzgerald parle de la reconversion du rugbyman et s'inquiète pour l'avenir de ceux qui n'ont pas anticipé l'après-rugby.
C'est sans doute ce qui hante le plus les joueurs de rugby professionnels à l'heure actuelle, l'après-rugby. Ce moment où il faut dire non seulement au revoir à ce qui a été ton métier pendant des années, mais aussi à une certaine forme de routine, sans oublier l'environnement si caractéristique de ce sport et surtout les coéquipiers. Après avoir été privilégiés, car les pros gagnent tout de même assez bien leur vie, même si c'est sur une courte période, mais aussi choyés, avec des personnes à l'écoute de vos besoins, il faut savoir se prendre en main. Pour éviter une rupture trop brutale, et parce qu'ils ne peuvent pas couper le cordon, certains restent dans le milieu du rugby en devenant entraîneur, ambassadeur de leur club ou bien commentateurs sportifs. D'autres, généralement ceux qui ont anticipé, ouvrent un restaurant ou un bar pour y recevoir leurs anciens coéquipiers et parler du bon vieux temps.

Car ce qui est finalement le plus dur, c'est de ne plus être avec « ses potes ». Cette situation, l'ancien talonneur du RCT Philip Fitzgerald l'a vécue. « On ne sent à sa place nulle part. Cela donne une sensation d'immense solitude et engendre de la dépression ». Devenu avocat, l’Écossais a tenu lui-aussi a faire part de son vécu, comme a pu le faire l'ancien joueur du Stade Français Raphaël Poulain dans son livre, lors d'une conférence où il évoque notamment la responsabilité des clubs.


Crédit : TEDx Talks
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

13'56
"On n'a pas trop envie d'en parler, on n'a pas envie d'entendre ces aveux de faiblesse parce que ça ne fait pas rêver"

Supporters d'un club de rugby, on ne voit souvent que ceux qui réussissent.
Par exemple, le Rugbynistère a retrouvé 17 des 30 champions de France cadets du Stade Toulousain en 2000. Seuls deux joueurs de cette promo ont signé des contrats pros en Top 14. C'est dire que pour les 500 joueurs pros du Championnat de France il y a plusieurs milliers de prétendants qui ne percent pas dans l'élite. Sans compter ceux qui mettent un terme à leurs carrières suite à des pépins physiques.
Au dela, donc, de ceux dont parle Philip Fitzgerald qui finissent et aboutissent leurs carrières, il est important que les clubs de tous les niveaux accompagnent les joueurs dans leurs "compétences civiles".

Brel résumait la situation par cette sentence:
"Il faut bien être après avoir été"

Derniers articles

Vidéos
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
Vidéos