XV de France - Le jeu au pied des Bleus peut-il leur faire défaut ?
Les Bleus n"ont pas été assez précis au pied face à l'Argentine.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Nous avons analysé le jeu au pied des Bleus lors de la victoire face à l'Argentine. Tout n'est pas à jeter, mais tout n'est pas parfait.

On le sait tous, le XV de France a remporté son premier match face à l'Argentine. De quoi lancer une Coupe du monde dans une poule compliquée. Après une première mi-temps compliquée, les Bleus ont perdu le sens du jeu. Ils avaient pourtant dominé les Argentins sur la plupart des secteurs de jeu : touches, mêlées, impact, etc. Mais le jeu au pied s'est dégradé en deuxième mi-temps. Pourquoi ?

Dupont et les box kick

Le demi de mêlée du Stade Toulousain a usé des box kick en seconde mi-temps. Malheureusement, cette forme de jeu n'était pas la plus efficace dans la configuration du match. Dominés face à des Argentins remontés, Antoine Dupont a dû remettre de l'avancée avec cette forme de jeu. Mais ses box kick n'ont pas permis aux Français de récupérer les ballons. Soit trop long, soit pas assez proche des touches. Il avait pourtant montrer une bonne progression lors des tests matchs du mois d'août. 

Sur ce box kick d'Antoine Dupont en début de seconde période, les Bleus se trouvent à 15m de la retombée de balle.

Ntamack, peu précis

Choisir Romain Ntamack pour affronter l'Argentine a été une bonne chose. Dans le jeu courant, il a su animer le jeu français tout en étant très propre en défense. Mais son jeu au pied n'a pas été le plus précis face à des Argentins très bons dans les airs. Comme son coéquipier du Stade Toulousain, il n'a pas su mettre sous pression l'arrière-garde des Pumas. Comparé à Camille Lopez, le jeune joueur manque de longueur et de précision dans son jeu au pied. Cependant, face aux buts, il a été impressionnant et n'a pas tremblé hormis lors de la pénalité qui pouvait mettre le XV de France un peu plus à l'abri.

Sur ce bon jeu au pied de Romain Ntamack, Damian Penaud et Charles Ollivon s'emparent du ballon. Derrière, les Français vont enchaîner les temps de jeu dans l'avancée pour 3 points du jeune toulousain.

La réception

C'est le gros hic côté français. La récéption du jeu au pied n'a pas été bonne face à l'Argentine. Plusieurs fois, les Français ont cafouillé le ballon ou commis des en-avants, la faute à un manque de communication entre les joueurs. Que ce soit en attaque, ou en défense, les Argentins ont été plus propre sous les chandelles. Romain Ntamack a lui été très propre en s'imposant plusieurs fois dans les airs, tout comme Maxime Médard. Ce sont plutôt les avants français et notamment la troisième ligne aile qui n'a pas assumé ce rôle. 

On peut voir ici que sur un jeu au pied offensif, les Bleus se retrouvent à 5 joueurs contre 2 Argentins. Le ballon sera récupéré suite à un en-avant des Pumas.

Ici, Romain Ntamack et Charles Ollivon se gênent à la réception donnant un ballon d'attaque aux Argentins.

Encore ici, les Bleus se gênent alors qu'il semble qu'ils soient en position de récupérer le ballon.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • spir
    17561 points
  • il y a 7 mois

Enfin un article rugby rugby ! Merci 😉

  • Jak3192
    55952 points
  • il y a 7 mois

On s'en fout !
B.L. l'a dit l'an dernier, ou l'année d'avant:
"on y va pour être champion du monde"
et il m'a précisé: avec ou sans les coups de pieds

De toutes façons,
le coup de pied et sa réception a un but (offensif, défensif)
ça se travaille à l'entrainement.
Donc, si on n'est pas bon dans ce domaine,
c'est que les coaches n'ont pas fait leur boulot.

  • Delair
    2462 points
  • il y a 7 mois

On ne peut pas titulariser le talonneur Géorgien ? 🙂

L'article met bien en valeurs nos lacunes principales sur le jeu au pied (et qui pourraient être désignées de la même façon pour beaucoup d'autres phases de jeu) :
- on n'est pas organisé collectivement lorsqu'on l'applique,
- on l'applique mécaniquement et non pas parce que c'est la meilleure solution.
Or ces deux points se travaillent lors de la mise en place du projet de jeu, le responsable principal (même si pas le seul) c'est le staff.

L'organisation collective autour des points de chute (qu'ils soient offensifs ou défensifs) c'est pourtant le B.A.-BA, cela ne sert à rien de vouloir se servir du pied si tu n'as pas bossé avant la façon de gérer cette phase de jeu. Est-ce qu'on va disputer les duels aériens ou est-ce qu'on attend au point de chute? Est-ce qu'on veut éloigner un peu plus l'adversaire (mais diminuer les chances d'être en situation dominante au point de chute) ou jouer juste derrière le premier rideau (plus facile de mettre une grosse pression mais peu de gain de terrain)? Bref ce qu'on veut faire, que ce soit de façon permanente (plus simple avec une équipe qui se construit) ou sur un match en particulier (pour répondre à une problématique tactique particulière).
Au moins dans la phase "contrôlée" où tu rencontres la phase de jeu avec tous tes joueurs à la bonne position, où tu peux attribuer à chaque joueur un rôle adapté à ses qualités (qui chasse pour mettre la pression, qui est en soutien pour assurer le plaquage si le chasseur croque sa cible, qui dispute le duel aérien, qui assure le rideau défensif en cas d'échec ou point de chute). C'est la partie la plus facile à mettre en place, parce que c'est juste du tableau noir. La consigne "en situation normale c'est Machin qui presse et Bidule qui gratte" n'est pas trop compliquée à faire comprendre aux joueurs, à moins d'avoir la plus belle bande de gogoles jamais vue dans l'équipe. Mais on ne retrouve même pas cette partie, et ce n'est pas nouveau. Quand Machenaud était titulaire en sélection ses coups de pieds de pression étaient d'une précision incroyable (pour moi le domaine où il est le plus fort), et pourtant ils ne nous servaient à rien justement parce que le reste de la phase de jeu n'est pas bossée. Ou pas assez bossée. Ou mal bossée.
Le niveau supérieur, c'est de définir les mêmes actions non plus en fonction des qualités des joueurs et de leur positionnement théorique mais en fonction de la situation de jeu. Là ça demande des joueurs avec une grande intelligence de jeu, une grande capacité d'adaptation et une excellente communication. Sinon tu te retrouves avec 4 joueurs qui chassent et personne en soutien, ou 2 joueurs qui vont au contest aérien et se gênent comme on voit dans l'article. C'est ce qui fait la force des Blacks dans toutes les phases de jeu, le fait d'être dans le "désordre" ne les perturbe pas. Quand on voit d'où vient le XV de France, à la rigueur qu'on ne maîtrise pas cela n'est pas si choquant que ça. Mais le fait de ne pas le maîtriser indique malgré tout qu'on ne fait pas bosser les joueurs pour comprendre le jeu.

Ce qui amène à l'autre lacune : on fait des choses parce que le coach a dit qu'il fallait les faire et non pas parce que le jeu impose de les faire. Les coups de pieds inutiles de Dupont en seconde période c'est un grand classique du jeu du XV de France quand on perd le fil et le combat devant. On le retrouve peu importe le joueur aligné en 9, ce n'est donc pas juste l'initiative d'un joueur. On peut donc supposer que la consigne c'est de jouer au pied pour se donner de l'air quand on est dominé. La consigne est loin d'être conne (c'est ce que font beaucoup d'équipes dominées), ce qui est con c'est de le faire systématiquement : il n'y a plus aucun élément de surprise, l'adversaire finit forcément par s'adapter tactiquement et surtout tu t'empêches d'exploiter des situations qui étaient bonnes pour faire autre chose. Les joueurs sont incapables de dépasser les fonctions que leur ont donné les coachs et se contentent de réciter mécaniquement. Ils sont fautifs, mais les coachs le sont tout autant car c'est à eux d'éveiller l'intelligence de jeu chez les joueurs (surtout quand on voit les mêmes joueurs être capables de le faire en club).
Il y a peu je lisais l'interview d'un entraineur de foot qui résumait parfaitement cela : "Pour changer cela, vous avez besoin d'installer une nouvelle méthode de travail, pour remplacer les vieilles habitudes, les routines, par de nouvelles choses. Cela peut prendre trois, quatre ou cinq ans. Mais ce n'est pas si simple, car certains joueurs ont des difficultés à formater leur ordinateur. Pourquoi ? Parce qu'ils ne sont pas habitués à penser et analyser. Ceux qui y parviennent sont des personnes proactives. Ils attendent plus que ce qu'il se passe à l'entraînement. Ils ont besoin de comprendre le pourquoi, et dès que c'est clair pour eux, ils se préparent en conséquence pour les matchs. C'est pour cela que certains joueurs apprennent plus rapidement que d'autres. [...] Vous devez créer des exercices qui, grâce à leur régularité, vont donner aux joueurs les capacités d'analyser ce qu'il se passe pour prendre des décisions et exécuter en même temps, parce qu'ils ont déjà acquis grâce à la répétition. Mais pas une répétition mécanique. La mécanique, ce n'est pas apprendre, c'est répéter sans comprendre."

Le dernier point mentionné dans l'article sur les "faiblesses" de certains joueurs dans le jeu au pied (manque de précision, manque de puissance, etc.) est juste mais pour moi bien moins important. Parce que si tu maîtrises la façon de jouer cette phase de jeu et le moment où la jouer, le fait d'avoir un coup de pied qui fait 5 m de moins que ce que font les meilleurs ou qui tombe à 1m de l'endroit où tu visais n'est pas si handicapant que cela. Il vaut mieux faire 5m de moins mais mettre la pression efficacement que de taper un coup de pied de mammouth sans pression derrière, sinon tu offres juste 5m de plus à l'adversaire pour lancer sa contre-attaque. Et de la même façon il vaut mieux un ballon qui ne tombe pas parfaitement à l'endroit visé mais où tu peux présenter pression + rideau défensif correct plutôt qu'un coup de pied parfait mais où tu es tellement désorganisé que l'adversaire va te déchirer sans effort.

PS: désolé pour le pavé, mais cela faisait trop longtemps que je n'en avais pas pondu un je commençais à me sentir en manque.

  • spir
    17561 points
  • il y a 7 mois
@Team Viscères

Excellent! Merci...
J'ai particulièrement aimé la distinction entre méthode ou tactique prédéfinie et adaptée à la dynamique présente du jeu (je redis avec mes mots), ça fait mille ans que j'essaie d'expliquer ça et tu le fais très bien. D'autant mieux avec la citation de l'entraineur de foot.

 [C'est trop rare de lire une étude à la fois factuelle et réfléchie : des faits réels et du bon sens. Comme savent le faire si bien... les gosses ! (celleux qu'on a pas encore abruti'es) ; les rares scientifique dignes de ce nom, càd pas abrutis (cf + haut) ni formatés par nos idéologies.]

@Team Viscères

Alors oui, mais je ne vois pas où tu as lu ça dans l'article... Seul le sujet est intéressant, il n y'a aucune forme d'analyse dedans.
La seule analyse que j'y trouve elle est de toi, et elle de bonne qualité.

J'ajouterai cependant une chose : le simple fait d'avoir une chasse organisée n'existe pas en Top 14 !

@Vae Victis Brennos

En effet l'article ne fait pas l'analyse, c'est juste un constat factuel mais on y retrouve les 3 axes : le jeu systématique sans réflexion (dans la première partie sur Dupont), le chaos tactique sur le jeu au pied (dans la dernière partie) et les faiblesses individuelles dans le jeu au pied (la deuxième partie). J'ai juste poursuivi ce qu'avait amorcé Oussama.

Et oui clairement on retrouve les mêmes carences en Top 14.

@Team Viscères

"ces deux points se travaillent lors de la mise en place du projet de jeu,"
Certes, mais quand on n'a pas de projet de jeu...

@lelinzhou

J'ai longtemps pensé qu'on n'avait pas de projet de jeu. Maintenant je pense que je faisais fausse route et qu'on en a un... c'est juste qu'il est incompréhensible, inadapté et qu'il change toutes les semaines (voir tous les jours).

@Team Viscères

© Villepreux (entre autres), 1980. 40 ans plus tard, où est passée "l'école française"? Ne restera-t-il bientôt plus que des vieux cons pour s'en rappeler?

@Team Viscères

Tout cela me fait penser à la fameuse "intelligence situationnelle" qui faisait rigoler B Laprte en son temps mais qui est tellement évidente dans votre description du jeu au pied français...

  • spir
    17561 points
  • il y a 7 mois
@pascalbulroland

Oui, et si on veut vraiment comprendre et progresser, il vaut mieux dire "intelligence dynamique" voire codynamique (car c'est tous les joueurs qui peuvent bouger en même temps, chacun à sa façon). Une phase de jeu de rugby, c'est du mouvement collectif, donc tout sauf une situation (figée, statique).

@pascalbulroland

La phase où tu arrives à mettre en place tes séquences de jeu même dans le désordre et à l'initiative des joueurs et non plus du staff, c'est clairement l'intelligence situationnelle chère à Villepreux.

@pascalbulroland

Ça le faisait rire ? T'as des trucs dessus ? ça m'intéresse !

@Vae Victis Brennos

à l'époque de B Laporte ,on l'avait interrogé sur Villepreux qui critiquait le jeu de Laporte chez les Bleus après une grosse défaite face aux Blacks et ce dernier s'était emporté en vilipendant Villepreux et sa fameuse "intelligence situationnelle" disant qu'il avait de meilleurs résultats face aux nations du sud que quand Villepreux entrainait l'EDF
Laporte s'était excusé après coup...

  • Ranor
    20650 points
  • il y a 7 mois
@Team Viscères

Belle analyse!

@Team Viscères

Encore du grand Team Viscères, tout est dit 👏

@Team Viscères

pas besoin de s'excuser quand ce qu'on dit est intelligent

@Team Viscères

C'est long, mais tu es pardonné parceque c'est intéressant ce que tu dis 😉

  • FRLab
    45615 points
  • il y a 7 mois

On a jamais été dangereux au pied et ça fait des décennies que ça dure. Le kick and run c'est clairement pas pour nous. C'est souvent trop long et c'est ballon rendu sans pression, c'est parfois trop court avec les aléas à la retombée, et cerise sur le gateau on prend un rouge avec Fall l'année dernière quand il arrive trop tard. Et on est pas plus fort dans le jeu au pied d'occupation. Alors qu'on tremble à chaque fois qu'un anglo-saxon allume une chandelle. Bref on peut vraiment dire que c'est notre point faible. Compensé à une époque par des relanceurs incroyables (Blanco, Sadourny, N'Tamack père) et un jeu de ligne efficace qui pouvaient faire hésiter l'adversaire à nous rendre la balle, mais ça c'était avant...

  • spir
    17561 points
  • il y a 7 mois
@FRLab

Oui, mais pourquoi les mêmes joueurs en clubs usent de ce geste, souvent bien, ou du moins bien mieux que l'EdF ?

Cela fait des années que le jeu au pied est mauvais en EdF, au moins en ce qui concerne les chandelles offensives. C'est rare de voir un bleu se battre sur la récupération, la plupart du temps ils sont loin de l'action, ou ils cafouillent sur la réception. Quand on voit l'Angleterre, l'Irlande, le Pays de Galles et même l'Ecosse, on est à des années lumières d'eux sur ce point, et ça ne date pas d'hier. Alors autant arrêter ces coups de pieds, et jouer à la main, même si la tendance pour passer les défenses sont les petits coups de pied par dessus, mais on maîtrise trop mal pour s'y risquer.

Tant qu'à faire, prendre son pied en faisant du jeu, c'est pas plus mal !

@Amis à Laporte

Mais leur jeu à la main, c'est pas le pied non plus.

  • Delair
    2462 points
  • il y a 7 mois
@lelinzhou

C'est notre talon d'Achille... Ok je sors

@Delair

Mais comme disait Achille, nous tendons vers l'excellence.

  • Delair
    2462 points
  • il y a 7 mois
@lelinzhou

Ligamentaire mon cher Watson !

  • dusqual
    31795 points
  • il y a 7 mois

clairement que le jeu au pied peut nous faire défaut. romain n'tamack a pas été transcendant, mais il est capable de mieux. dupont également, mais le mieux entrevu lors des tests est retombé très vite. là dessus, il est largement moins intéressant que ses deux collègues à la mélée, plus expérimentés, plus précis.
on verra ce que donnera ce match contre les usa. on a raka qui risque d'être ciblé à mort, c'est clairement notre point faible dans le jeu aérien. pour notre part, ça devrait être mieux, machenaud est régulier, lopez aussi, même si le jeu au pied long n'est pas sa tasse de thé.

@dusqual

Lopez a été mauvais au pied lors de la finale du Top14. On va dire qu'il a eu le temps de se remettre en forme depuis, et qu'il devrait sortir un bon match.
Machenaud est a un très bon jeu au pied, ça fait partie de ses armes.
A noter que la charnière lorsque nous avons battu les anglais en 2018 était Machenaud-Lopez.
Sinon, Fickou et le jeu au pied, c'est comme l'huile et l'eau. Dommage.

Concernant les réceptions, on n'a pas été mauvais contre l'Argentine. Contre les USA, il faut juste espérer que Raka à gauche n'aura pas plus de coups de pied à récupérer que Huget n'en a eu contre l'Argentine (0).

@Cote rotie

Justement, tu soulèves un point hyper intéressant : la réputation d'un joueur et l'effet psychologique qu'il engendre. Et au delà de la simple confiance en soi...
Huget a une réputation d'être bon sous les ballons hauts donc on ne le vise et le 'chasseur' aura plutôt tendance à l'attendre en bas, pas donc moins de probabilité de faire une erreur dans le jeu aérien.
Raka a une mauvaise réputation, il est plus visé, plus mis en difficulté et donc fera statiquement plus de fautes dans ce domaine.

Et c'est valable pour tout les postes !

Je crois que l'exemple le plus concret concerne les gardiens : sur un gardien réputé excellent, un joueur va viser le ras du poteau. Donc plus de chances de mettre la balle sur le poteau ou en dehors. Évident ça n'est pas objectivable mais il n'en demeure pas moins que la simple réputation d'un gardien te limitera le nombre butes encaissés.

Derniers articles

News
Page facebook
News
News
News
News
News
News
News
News
News