Tournoi des 6 Nations. Ecosse - XV de France : les joueurs qui peuvent faire (très) mal aux Bleus
Tournoi des 6 Nations : l'Ecosse analysée avant le match face à la France.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
A l'aube de la rencontre du 6 Nations opposant le XV de France à l'Ecosse, découvrez les joueurs clés du XV du Chardon et les statistiques de cette équipe.
Ce dimanche, le XV de France disputera face à l'Ecosse son 4ème match dans ce Tournoi des 6 Nations 2016. Après deux victoires (Italie, Irlande) et une défaite (Pays de Galles), les Bleus de Guy Novès doivent s'imposer sur la pelouse de Murrayfield pour remporter la compétition et disputer une véritable finale face à l'Angleterre, le week-end suivant. En face, le XV du Chardon reste sur une première victoire, acquise face à l'Italie.Tournoi des 6 Nations. Ecosse - XV de France : les joueurs qui peuvent faire (très) mal aux BleusVIDÉO. VI Nations. L'Écosse et Stuart Hogg régalent contre l'Italie (20-36)Notre consultant Nicolas Crubilé (Ovalie performance) a analysé le système de jeu écossais. Tout au long de la semaine, il nous livre certaines de ses observations et nous décrypte une partie de l’organisation de l’équipe de Vern Cotter. Aujourd'hui, place aux joueurs clés, ainsi qu'aux statistiques liées au prochain adversaire des Tricolores.

Les forces en présence : les joueurs clés

Depuis le quart de finale de Coupe du monde contre l’Australie, Vern Cotter s’appuie essentiellement sur la même épine dorsale (2-8-9-10-15) : Ross Ford (32 ans/97 sélections), David Denton (26 ans/32 sélections), Greig Laidlaw (31 ans/46 sélections), Finn Russell (24 ans/15 sélections), Stuart Hogg (24 ans/38 sélections). Le réservoir de joueurs écossais ne lui permet pas une grande rotation à ces postes là, mais à l'image de ce qu’il faisait à Clermont avec Ledesma-Vermeulen-Mignoni puis Parra et James, il donne beaucoup de confiance à ces garçons là, qui ont tous un rôle bien spécifique dans le système de jeu.

  • Greig Laidlaw
  • C’est LE BOSS. Il est le capitaine, le maître à jouer et le stratège de cette équipe. Il pèse sur le jeu : c’est lui qui gère les temps forts et les temps faibles, il prend souvent le jeu au pied à son compte pour soulager Finn Russell. Il aime bien animer sa zone autour des rucks, c’est simple, quand il a le ballon dans les mains, tous les joueurs autour de lui se mettent à son service. Et surtout c’est un redoutable butteur autour de 95% jusqu’à 30m des poteaux adverses.
  • John Hardie
  • Ce troisième ligne néo-zélandais d’origine, naturalisé avant la Coupe du monde, est vraiment complet, capable de porter le ballon, passer, plaquer, contester et même défier malgré un profil plutôt atypique (1m83, 103kg) à ce poste sur le circuit international. Sa grande activité aide l’Ecosse à trouver plus facilement de la continuité dans son jeu.
  • Stuart Hogg
  • LA pépite de cette équipe dès qu’il touche le ballon, il peut se passer quelque chose. Lui aussi a une très grande activité, il gagne très souvent ses duels, s’intercale dans la ligne, vient se proposer rapidement sur les turn-over. Il fait souvent avancer son équipe, c’est une des références européennes à son poste.
  • Willem Nel
  • On en parle beaucoup : ce droitier sud-africain, sélectionné après 3 ans dans le championnat écossais, est pour beaucoup dans la stabilité de cette mêlée mais on ne peut pas le dissocier de Ford et Dickinson. En effet, ces trois joueurs jouent ensemble à Edimbourg depuis plusieurs saisons. On a déjà vu dans d’autres articles la complexité des repères en mêlées. Au-delà de leurs qualités, le temps gagné et l’importance des repères communs ne sont pas négligeables...

Les statistiques

L’Ecosse est une équipe :
- qui encaisse beaucoup d’essais : 7 depuis le début du tournoi (12 si on compte le quart de finale face à l’Australie).
- qui a gagné le moins de mètre avec le ballon : 954m, contre 1047 pour la France = un déficit de puissance.
- qui fait le moins de passes du tournoi : 294 contre 512 pour la France = peu de possession, mais ce chiffre correspond aussi à certaines spécificités de leur projet de jeu.

Par contre c’est l’équipe la plus disciplinée avec seulement 23 pénalités concédées. Clairement, elle ne donne pas de point facile à l’adversaire..

La suite, c'est ce jeudi avec une analyse complète de la conquête écossaise, vidéos à l'appui. Vous pouvez contacter Nicolas aux adresses suivantes : sur la Page Facebook Ovalie Performance ou [email protected]

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

"En face, ils ont 15 bras et 15 jambes, comme nous !" (cf. Les Rugbymen Tome 8).

@Le Concombre Masqué

et après ça, on s'étonne qu'ils n'aient qu'un côté pour les passes

@Le Concombre Masqué

Cf. Les Rugbymen, Tome 8.

Parmi les dangers potentiels, on peut ajouter Visser qui est dangereux en attaque car tres puissant (un peu comme North mais pas aussi bon) mais qui est aussi pas terrible en defense.
Sinon la France est beaucoup plus puissante que l'Ecosse dans beaucoup de compartiment et meilleure en defense.
Si on est structure et patient, en defense mais surtout en attaque, on les fera craque car ils n'ont ni la densite physique ni la profondeur de banc que l'EDF a. Il faudra faire attention a rendre le moins de ballons possibles, si on joue au pied, ce sera loin de Hogg pour ne pas s'exposer a ses relances d'un autre monde.

La différence risque de se faire sur des maladresses ou des contres. Il y a des beaux joueurs des 2 côtés, Novès et Cotter se connaissent très bien, donc difficile de se surprendre.
En tout cas souhaitons un superbe match aux deux équipes et que la meilleur gagne.
Si c'est la France, ce sera encore mieux....

On évoque relativement peu Bennett mais s'il retrouve son véritable niveau, il peut franchement devenir redoutable au même titre que Hogg. Passé brièvement par Clermont à 18-19 ans, il s'était fait les croisés avant de rentrer au pays et de briller avec Glasgow et L'Ecosse. Des qualités athlétiques et techniques indéniables.

En espérant qu'en Écosse, Chouly ne joue pas les fantômes mais fasse pâlir le monstre du Loch Ness par la qualité de son match !!!

@chienchic

Le Choulybashing est lassant à la longue, mais je mets quand même un pouce vert parce que j'ai rigolé.
C'est dit redit répété rerépété, Chouly est un 7 qui peut dépanner en 8. Ca lui arrive de jouer dans l'axe à Clermont, mais clairement, le titulaire du poste est Fritz Lee chez nous. De même, Picamoles est le titulaire en EdF et Chouly assure l'intérim. Il va ptet même pas faire d'intérim contre l'Ecosse, parce que Goujon est là et il est beaucoup plus 8 que Chouly qui pourrait bien retrouver l'aile.
Wait and see tomorrow.

Et Richie Gray ?
Notre deuxième ligne aura encore de sacrés clients en face, en l'air et dans le jeu courant.

Après, on connaît la qualité de l'adversaire, on veut voir la nôtre maintenant ! On entrevoit du potentiel depuis le premier match, il faut voir une évolution tout au long du tournoi (même si on sait que ca demandera bien plus de temps pour un vrai plan de jeu).

Pour ma part, j'attends plus d'intelligence et d'envie collective en attaque. Contre l'Écosse, le ballon va beaucoup bouger, il y aura des opportunités, il faudra savoir être pragmatiques et concrétiser la domination.

Beau match en perspective !

  • VivaRCF
    17873 points
  • il y a 4 ans
@Bitch Bucannon

Jonny Gray surtout ! Il s'impose encore plus comme le patron, ce qui n'est pas rien vu le niveau de son frère... Plus puissant, solide dans les tâches obscures ! Clairement ils se sont enfin retrouvé un pack digne de ce nom

Ce sera un match très compliqué pour nos Bleus mais aussi très intéressant.
C'est bien qu'il arrive après le match contre le Pays de Galles où on a pu être déçu du rendement de quelques joueurs même si encore une fois il faut laisser le travail sur le plan de jeu se dérouler tranquillement.

Je pense que cela peut être un match où certain joueur vont pouvoir exploiter tout leur potentiel (notamment la ligne de trois-quart !).

J'ai hâte en tout cas !! 🙂

Je pense qu'il ne faudra pas faire n'importe quoi avec le ballon, parce qu'ils sont capables d'exploiter les turnovers. Ils ont de la vitesse surtout (Hogg + Seymour).
Finn Russell peut casser ta ligne d'avantage, il a des supers appuis. Mais il n'est pas tjs régulier. Il a globalement un jeu offensif pour un 10, parmi les Britanniques il est le 10 qui s'appuie le moins sur le jeu au pied. Il ressemble assez à Trinh-Duc.
On devra les regrouper, les enfoncer avec de la puissance et des mauls pénétrants, avant d'espérer les déborder sur les extérieurs. Attention à leur mêlée, que je crois assez rusée. Ils se sont vraiment améliorés, et les Gray sont très très hauts, ils ne ratent aucun ballon en touche. On ne les prendra pas dans ces secteurs. Contentons-nous donc d'être juste physiquement, d'être patients et de multiplier les temps de jeu sans tenter des passes impossibles (cf. passe de Poirot à Lauret contre Galles).
Notre banc sera sûrement meilleur que le leur.
Allez les Bleus !

@artillon

Pour moi ce que tu décris c'est le système de jeu à la PSA (privilegier la puissance; les gros; le jeu minimaliste pour mettre l'adversaire à la faute ) , je dis pas que tu as tort et qu'on va pas jouer comme ça mais j'ai plus envie de voir ce rugby là 4 ans ça fait long .

Et ils ont également le plus bel hymne du monde !
Des frissons en perspectives avec leur magnifique FLOWER OF SCOTLAND.

J'ai l'impression que pas mal d'observateurs/journalistes voient automatiquement les Bleus gagner en Ecosse. A voir les matchs proposés par les joueurs de Cotter, je ne pense pas du tout que ce soit gagné... Ne surtout pas les prendre de haut car ce n'est pas la même équipe qu'il y a 2-3 ans et ça joue bien.

@La Gérasse

Ahahah, c'est pas faux !

  • Kadova
    31045 points
  • il y a 4 ans
@La Gérasse

Arrete de lire les journaux francais. Ca se saurait s'ils s'y connaissaient.

9 victoires françaises sur les 10 derniers matchs du tournoi malgré des équipes décriées .Maintenant qu'on est sur un nouveau cycle plein d'espérance, une large victoire est le minimum.

@Dormeur 15

Rendors toi 😉

@Dormeur 15

Les gens disaient pareil pour l'Italie "Une large victoire". Ils ont surtout largement serré les fesses tout le match 😀

@Dormeur 15

On est encore en reconstruction, et l'Ecosse est plus structurée que nous à l'heure actuelle, une victoire à Murrayfield serait déjà une bonne chose 😊

Toujours beaucoup de plaisir à voir l'Ecosse et surtout sa ligne d'arrière! Une belle équipe malheureusement rarement récompenséeM il leur manque encore un ou deux très grands joueurs devant pour devenir redoutables.
Le match de ce week-edn devrait être intéressant; de ce que je comprends de Novès son projet de jeu s'approche de celui de l'Ecosse actuellement, ça devrait nous permettre de faire un état des lieux de nos capacités offensives cette fois-ci et non plus défensives du moins je l'espère!
En tout cas, ça va sentir bon le rugby dimanche

Il ne faut surtout pas les sous estimer sous peine d'une grosse déconvenue, Cotter apporte sa patte à cette équipe et il y a peut être pour lui un joli coup à faire sur le long terme

J'ai beaucoup de respect pour son équipe, un respect qui ne s'apparente en rien à de la compassion tant cette équipe fait plaisir à voir jouer.

Comme l'a noté PouleJ, j'aurai rajouté Seymour dans cette black liste écossaise : si Laidlaw et Russel la jouent blitzkrieg sur nos lignes arrières, ce joueur va donner du fil à retorde à nos ailiers si on ne gagne pas la bataille des airs !

Sur ce, bon courage à nos Bleus !

  • PouleJ
    6722 points
  • il y a 4 ans

L'Ecosse a retrouvé une belle équipe après un passage à vide ces dernières années! J'aime beaucoup cette équipe et cette nation, et je leur souhaite le meilleur (sauf pour ce week-end)!
J'espère qu'on pourra coincer Hogg! Je crains également Tom Seymour qui fait de l'ombre à nos ailiers!
Ca va être dur! Allez les bleus!

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News