Sans Raka ni Iturria, quelle stratégie pour s'offrir les Gallois en 1/4 de finale ?
Les Fidjiens ont trouvé la solution pour mettre à mal les Gallois.
Nous avons analysé les Fidji qui ont réussi à mettre en difficulté les Gallois et les faire déjouer dans leur plan de jeu si propre.

Le XV de France affronte le Pays de Galles en 1/4 de finale pour ce qui semble être le match le plus accessible d'un côté et le plus compliqué d'un autre. Pourquoi ? Parce que dans l'histoire, les Bleus n'ont jamais été loin de battre cette équipe, mais malheureusement, ils ont souvent échoué. En 2011, ils battent l'équipe au poireau d'un tout petit point. Mais une nation les a mis clairement en échec sur leurs ballons : les Fidji. Comment ont-ils réussi ? Peut-on reproduire le même jeu ? Attention, tout est plus facile à dire qu'à faire. Sans parler des touches et des mêlées qu'il faudra évidemment assurer, nos joueurs sont capables de tout en 1/4 de finale.

Un bon jeu au pied 

Avec la défense, c'est le point sur lequel nos Français ne devront pas se tromper. Le triangle de derrière gallois est sûrement le plus propre sur les ballons hauts, il faudra donc trouver la solution adéquate pour les mettre en échec. Pour cela, nous avons plusieurs possibilités.

La première solution est simplement de jouer à fond ce duel en l'air sur notre jeu au pied offensif. Antoine Dupont a déjà prouvé qu'il pouvait assumer ce rôle. Outre la précision du jeu au pied, c'est le récupérateur à la retombée qui risque de faire défaut. On connaît toutes les qualités de Damian Penaud, mais le jeu aérien n'en est pas une. Même s'il saute au duel, il récupère peu de ballons. Yoann Huget est un peu plus constant dans ce secteur de jeu mais celui qui performe le plus est bien évidemment Maxime Médard. Alors pourquoi ne pas l'envoyer au duel aérien offensif ? Il faudra cependant réorganiser le fond de terrain et le casse-tête arrive : qui mettre ? Sortir Romain Ntamack de la ligne est trop risqué car un ailier ou Antoine Dupont devra combler. Alldritt reste propre sous les ballons haut et puissant à la retombée. 

La deuxième solution est de ne pas jouer ce duel en l'air sur notre jeu au pied et attendre les Gallois à la retombée. Pour cela, il faudra une bonne montée des Bleus, ce qui n'a pas été le cas ces derniers matchs. Soit mettre la pression sur le plaquage en essayant de récupérer la balle avec les 3e lignes, soit faire une bonne ligne et attendre que Gareth Davies ou Dan Biggar nous redonne le ballon. Si la dernière option est utilisée, il faudra une bonne relance du fond de terrain français. 

La dernière solution, et la plus risquée, est le jeu au pied long. Risquée, car nous n'avons jamais été performants dans ce secteur de jeu que ce soit par la précision du coup de pied ou les montées défensives. Derrière, notre triangle 11-14-15 est capable de remonter les ballons, mais les Gallois performe sur les montées après leur jeu au pied au long. Les Fidjiens ont d'ailleurs eu du mal à relancer les ballons et Murimurivalu s'est souvent emplâtré sur le mur gallois.

Le mur rouge

Le Pays de Galles est connu pour sa grosse défense, notamment au centre du terrain et en inversée. Mais sa 3e ligne n'a plus la même saveur qu'il y a quelques années. Il faudra tout de même trouver une solution.

Fixer la 3e ligne : Aie. Les Fidjiens ne se sont pas embêtés avec ce point-là puisqu'ils l'ont déplacée. Affronter les Gallois sur du jeu proche est comme suicidaire et cette défense n'aime pas les équipes joueuses. Lorsque les Fidjiens ont tenté de passer par du jeu au près, ils ont à chaque fois échoué. Lorsqu'ils ont décidé de frapper au centre du terrain ou derrière le second centre, ils ont avancé. 

Rush défense : C'est la marque de fabrique des Gallois, monter fort et ensemble. Pour éviter cette défense, il faudra calmer les ardeurs des joueurs qui te poussent à revenir vers ses centres et sa troisième ligne aile. Le jeu au pied est une solution, mais la meilleure solution est celle adoptée par les Fidjiens. C'est également celle qui nous fait défaut : les sorties de balles rapides. Sortir le ballon rapidement empêche la défense galloise de s'organiser pour monter fort et les intervalles se créeront là. Mais pour cela, il faut bien bien évidemment jouer dans l'avancée. Et c'est là que ça devient compliqué.

Dan Biggar : Se focaliser sur Dan Biggar commotionné pour le sortir n'est pas un plan de jeu des plus aboutis. Il peut marcher, mais le numéro 10 gallois trouvera la solution pour mettre à mal cette stratégie et c'est la France qui se perdra en visant ses côtes. De plus, l'absence d'Iturria en tant que gros plaqueur et joueur de ballon rendra difficile cette stratégie.

Après une bonne touche, les Fidjiens resserrent la défense galloise avant d'écarter. Radradra avec de la vitesse et une passe décale Murimurivalu. Simple.

On voit déjà que les Gallois ne sont pas en bonne position avec un surnombre des Fidjiens. Josh Adams, en souffrance, se retrouve face à un 3 contre 1 avec de la vitesse en face. Radradra fait le bon choix, même si Murimurivalu est à plat. 

Josh Adams a déjà les épaules tourné vers son camp, c'est maintenant la défense en un contre un qui prime et à ce jeu, les Fidjiens gagnent souvent. Essai de Murimurivalu avec un plaquage manqué d'Adams.

Casser les plaquages

C'est ici que le plan de jeu devient compliqué. Les Gallois sont très bons en défense, il faudra donc des joueurs capables d'avancer, car même sur le recul, une défense ne peut pas bien monter. Et malheureusement, nos Bleus n'ont pas de joueurs capables de casser la défense à l'image des Fidjiens. Tuisova a été impressionnant, ainsi que Radradra et la 3e ligne fidjienne. Louis Picamoles n'est plus le Pica qui emportait 3 joueurs sur le dos et Gaël Fickou n'est pas à l'aise dans ce jeu. Les seules capables d'avancer après Gregory Alldritt et Virimi Vakatawa ne débutent pas, Camille Chat sur le banc et l'erreur fatale : ne pas prendre Alivereti Raka. Critiqué, il est capable de casser des plaquages et d'avancer depuis le fond de terrain sur des relances et sur des ballons décalés. Les Gallois adorent le prévisible, et cette compo d'équipe est tout ce qu'on peut faire de mieux en termes de prévisible. 

Ici, la défense galloise monte fort avec le numéro 9 dans la défense.

Les Fidjiens vont donc attaquer le centre du terrain avec Nakarawa capable de passer les bras. L'action continuera 30m plus loin.

La sortie de balle rapide empêche les Gallois de mettre en place leur rush défense. L'action terminera en touche, mais les Fidjiens auront avancé de 40m.

Les Fidjiens ont souvent réussi à passer autour du second centre gallois. Soit intérieur en passant les bras, soit extérieur avec de la vitesse. Pour cela, ils ont déplacé leur 3e ligne aile et Nakarawa sur les points d'impacts. Ce dernier est capable de passer les bras en toute circonstance. Ces passes après contact ont été l'une des solutions pour transpercer le mur rouge. D'autant plus que les Gallois sont des fervents adeptes du plaquage à 2 pour obtenir une pénalité en créant un maul (choke tackle). C'est à double tranchant, mais hormis Virimi Vakatawa, en est-on capables ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Pianto
    32541 points
  • il y a 1 mois

une autre truc qui m'a fait sourire dans l'article, c'est la problématique du plaquage où on serait diminué à cause de l'absence d'Iturria. Euh... par qui est-il remplacé déjà ?
Ne serait-ce pas par Lauret dont la qualité essentielle (voire l'unique) est le plaquage ?

  • AKA
    45813 points
  • il y a 1 mois

Comme disait pépé: "si ma tante en avait......" "yakafokon"!

  • Pianto
    32541 points
  • il y a 1 mois

je trouve l'article intéressant dans son analyse de Galles-Fidji mais peu pertinent dans la comparaison avec l'équipe de France. Nous n'avons pas les joueurs pour faire ce que font les fidjis.

Je crains la comparaison sur les phases statiques. Il faudra sortir vite les ballons des mêlées, quitte à reculer un peu, faire attention à ne pas se faire prendre debout, leur 5 de devant est très supérieur.

Notre 3ème ligne est une bonne partie de la solution, il faut réussir à la servir plus loin qu'au ras des rucks pour qu'ils fassent jouer vite derrière eux, Ollivon et Aldritt peuvent faire des dégâts s'ils sont servis au delà de la zone défendue par les secondes lignes. Fickou et Vakatawa peuvent faire beaucoup de différences s'ils sont servis dans cette dynamique là.

On parle de notre attaque là, mais la grosse difficulté sera de parvenir à ne pas trop reculer sur les charges au près. Si on parvient à limiter l'avancée galloise dans l'axe, on peut les embêter. Ils savent conserver mais ils n'ont pas beaucoup de création pour déstabiliser une défense. S'ils arrosent au pied, c'est une première victoire, ensuite il faudra réussir à gagner des duels en l'air où dans la relance.

Si on recule sur les coups de boutoirs des avants gallois on perdra.
C'est même le scénario le plus probable.

  • Pianto
    32541 points
  • il y a 1 mois
@Pianto

ben tiens... il faut jouer nos ballons d'attaque comme les anglais.
Ils viennent de mettre en pratique ce que j'imaginais. Eux c'était pour éviter Pocock et Hooper au près. Je pense qu'il faut jouer comme ça. servir pour affrontement de la ligne à 15m minimum. En général on ne le fait pas parce qu'on a peur que nos soutiens soient trop loin. C'est juste une question d'organisation et à mon avis, c'est décisif contre les gallois.

  • breiz93
    45362 points
  • il y a 1 mois

Article et commentaires interréssants.
S'offrir les Gallois, c'est peut être les plus dans nos cordes, mais ce n'est tout de même pas un cadeau .

Avec de l'argent ????

Les fondamentaux. Les bleus vont jouer sur l'individu, ils n'ont presque pas de collectif, alors il faut assurer des ballons: mêlée, touche, soutiens au sol, défense engagée, pénalités dans les cordes... ils n'ont pas besoin d'être excellents ou d'avoir une super stratégie, juste assurer les fondamentaux et laisser faire les Vakatawa, Penaud, Dupont, Fickou, Ollivon...

Je reposte une partie de mon commentaire sur la composition galloise qui est plus pertinent sous cet article.

Je pense que la victoire est jouable. Le plan de jeu de la France est adapté à ce que propose le PdG et son mur rouge hyper discipliné. Nous sommes la 2e équipe en terme d'offloads réussis sur cette Coupe du Monde derrière les All Blacks ce qui nous permettra de les mettre sur le reculoir. En effet, le PdG est l'équipe championne quand il s'agit de ralentir les sorties même avec la retraite de Warburton dont c'était la principale qualité. Nos offloads nous permettent donc d'éviter de donner à la défense le temps de se replacer et devrait créer des déséquilibres, pour peu qu'on attrape nos propres passes évidemment.
Également, notre système de jeu vise à concentrer la défense au milieu du terrain pour donner de larges espaces à nos ailiers, en particulier Penaud (notez que lorsqu'on récupère un ballon haut offensif sur la gauche, on cherche à envoyer le ballon en maximum 3 passes sur l'aile droite pour que Penaud l'exploite. On a ce système depuis le dernier VI Nations et bien qu'il soit fondé sur le hasard qu'est notre capacité à récupérer notre propre boxkick, il fonctionne plutôt bien). Adams et North sont de formidables attaquants mais en 1 vs 1 en défense ils sont assez limités et si on parvient à élargir ces couloirs sur les ailes alors on aura de vraies opportunités.

Je rajoute que défensivement, la clef contre les Gallois est d'être très méthodique, comme l'attaque galloise. Les Gallois enchainent les temps de jeu par dizaines d'une aile à l'autre pour manipuler la défense en espérant deux choses: soit une erreur individuelle (plaquage manqué) qui permet de percer la défense, soit une erreur collective (déséquilibre dans la ligne défensive) qui va créer un décalage. Si la défense française est disciplinée et rigoureuse, alors on peut les maitriser.
En particulier, il faudra faire attention à ne pas trop se resserer pour répondre à leurs charges incessantes car, comme souligné dans l'article, leurs ailiers sont des spécialistes des ballons hauts et le PdG guette constamment les opportunités de transversales.

C'est pas gagné du tout, mais c'est peut-être la seule équipe contre laquelle nous avons une chance.

@Imanol votre idole

excellente analyse merci beaucoup!
je me permet de rajouter que dans les quelques moments ou la France a réussi a mettre son jeu en place on a vu pas mal de petits coups de pieds dans le dos du premiers rideau.
Je ne sais pas si c est intentionnel mais c est une arme possible pour contrer la rush défense.

@Imanol votre idole

Entre ça et l’article, on est gâté en analyses! GG

Intéressant, mais encore bien trop de fautes.

@lelinzhou

Kestujact?

  • Kad Deb
    26362 points
  • il y a 1 mois

Je ne comprends pas l'intérêt de la comparaison avec les Fidji. Ils ont des joueurs complètement différents des Bleus. Chaque équipe doit s'appuyer sur ses capacités réelles et non vouloir imiter vainement les autres. Les Japonais l'ont très bien compris et ne cherchent pas à jouer comme des Sud-Afs ou des Anglais.
Pour tenter de vaincre les Gallois, il faut déplacer le ballon rapidement (sans passes longues et lentes !) et jouer dans les espaces. Comme lors de la 1ere mi-temps du tournoi. Ne surtout pas les défier physiquement au milieu du terrain. Leurs centres sont puissants mais peu rapides. Surtout pas de chandelles ni de jeu au pied long dans le terrain : c'est le meilleur moyen de faire briller leur triangle arrière, alors que les Bleus sont limités dans le jeu aérien. Tout faire pour prendre le score dès le début puis tenter de maintenir l'avance. Ce sera le plus délicat en 2ème mi-temps...

  • gjc
    4280 points
  • il y a 1 mois

Oui si on veut jouer à la fidjienne c'est bien d'avoir Raka et Vakatawa, mais il y a d'autres options!

La défense inversée et étroite des Gallois est vulnérable aux coups de pied à suivre et aux transmissions rapides d'une aile à l'autre.
Ntamack est capable d'alterner le jeu pour faire douter l'excellent arrière Williams, et taper à suivre pour Fickou et Vakatawa. Dans la transmission d'une aile à l'autre Médard peut accélérer le jeu de passe comme il l'a très bien fait pour Penaud contre l'Argentine. Bref nous avons nos armes!

@gjc

On veut pas jouer à la fidjienne.
on veut notre propre jeu / identité.
c'est à dire un mélange de La Voulte et Mont de Marsan

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
Vidéos
News
News
News
News
Vidéos
News