Coéquipier de Wilko et Umaga au RCT, Sébastien Fauqué régale encore à 42 ans !
Sébastien Fauqué défend encore les couleurs d'Anglet après une longue carrière.
Il aura marqué l'élite du rugby français pendant presque deux décennies. Retour sur la carrière de Sébastien Fauqué.

Sébastien Fauqué, après une riche carrière professionnelle, joue en Fédérale 1...à 42 ans. Vous avez bien lu 42 ans… et il est titulaire au poste de demi d’ouverture dans une équipe qui joue le haut du tableau et qui postule à la qualification au Challenge Yves du Manoir. Quand il ne joue pas, il tient actuellement un foodtruck sur un site universitaire à Anglet. 

Comment es-tu arrivé à Anglet et pourquoi ce club ?

À l’intersaison 2009/2010 j’avais fait un entraînement Avec anglet et le président qui était déjà Beñat Lataste voulait me faire signer. Je lui ai répondu d’attendre un peu et que quand j’aurai fini m’a carrière professionnelle si je le pouvais, je viendrais jouer à Anglet. Lorsque j’ai terminé ma carrière pro à La Rochelle en 2013, avec ma famille, nous sommes revenu habiter Anglet et comme j’avais encore envie de jouer je l’ai rappelé et je lui ai demandé s'il était toujours d’accord pour que je vienne jouer à l’AORC. Il m’a répondu oui et c’est ma septième année au club. 

L’hommage de Jean-Louis Lahargou (manager d’Anglet)

Sebastien est arrivé à Anglet en 2013. Nous étions en fédérale 2, il arrivait en provenance de La Rochelle où il a effectué sa dernière saison en tant que pro. Il a donc largement contribué à la montée du club et à son installation dans la partie haute de la fédérale une.

Il n'est plus besoin de présenter le buteur d' exception qu'il est (l' Aviron Bayonnais l'a même récupéré comme consultant pour le jeu au pied), mais il est bien plus que ça. Exemplaire sur l'état d'esprit, sur et en dehors du terrain, il tire tous ses coéquipiers vers le haut.

Il est également doté d’un physique naturellement hors normes car il n'est presque jamais blessé malgré un engagement total sur les matchs et les entraînements. Il est toujours un défenseur très rude sur l’homme et certaines équipes qui comptaient attaquer dans sa zone ont dû très vite changer de plan...

Gros compétiteur qui déteste la défaite et à qui on ose plus demander quand il va prendre la retraite. En bon représentant des valeurs traditionnelles du rugby qu’on aime, il faut préciser que s'il ne s'échappe jamais sur le terrain, il répond aussi présent lors des troisièmes mi-temps !

Toi qui a connu tous les niveaux, comment juges-tu celui de la Fédérale 1?

La fédérale 1 est d’un très bon niveau, on y retrouve souvent d’anciens joueurs pros, mais aussi de très bons joueurs méconnus qui n’ont peut être pas eu la chance de jouer plus haut. Les équipes sont de plus en plus solides et le niveau de jeu s’élève tous les ans. 

Anglet est dirait-on un club semi professionnel, avec beaucoup de joueurs qui viennent avec des plans de reconversion et pour le plaisir de jouer. Après toutes ces années sur le terrain ton plaisir est-il encore intact ?

Il est vrai que les joueurs qui sont à Anglet sont quasiment tous pluri-actifs. C’est cher à notre président Beñat Lataste qui se démène pour trouver du travail aux joueurs. Après on s’entraîne trois fois par semaine, le soir. Oui, je prends toujours autant de plaisir à jouer à ce sport que j’aime tant. On a un effectif homogène avec des jeunes , des plus anciens et la plupart du temps on se régale tous sur le terrain. 

Quelles sont tes ambitions pour l'équipe ?

C’est la quatrième année qu’Anglet est en Fédérale 1. La première année c’était un peu compliqué pour ne pas dire très compliqué. On s’est maintenu sur tapis vert. La deuxième année, on fait une très bonne saison et on se maintient sans contestation . À l’issue de la troisième on s’est qualifié mais on se fait éliminer d’un point au total des matchs aller/retour contre nos voisins de Saint Jean de Luz. L’année dernière, on se qualifie, on passe un tour et on échoue de peu en quart de finale contre le futur finaliste l’Union Cognac Saint Jean Angely. Donc cette saison, j’espère déjà que l’on pourra se qualifier et continuer à progresser ; peut-être passer un tour de plus et puis si on en est là, on verra ....

Quels sont tes meilleurs souvenirs de joueur de rugby ?

J’ai eu la chance d’avoir une carrière assez longue qui n’est d’ailleurs pas encore finie, aussi sortir un souvenir en particulier c’est compliqué… Mais je peux quand-même dire que l’année 2005/2006 avec Montauban quand on est champion de France Pro D2,  c’était une saison magique…

Sébastien Fauqué, né le 6 mars 1977 à Tarbes.
Anciens clubs : Lourdes, Pau, Castres, Dax, Montauban, Toulon, Bayonne, La Rochellle, Anglet

Titres: Champion de France de Pro D2 (Montauban, 2006), Finaliste du Challenge Européen (Castres, 2000), meilleur réalisateur de Pro D2 en 2006

Quels sont les joueurs, au cours de ta longue carrière, qui t’ont le plus impressionné ?

Comme vous le savez j’ai fait pas mal de clubs dans ma carrière et j’ai eu la chance de côtoyer beaucoup de bons joueurs… Mais c’est vrai qu’à Toulon il y avait des joueurs comme Tana Umaga , Jerry Collins, Sony Bill Williams, Jonny Wilkinson

Tu sembles inusable. Tu es reparti pour dix ans de terrain ?

Comme je l’ai dit, je prends toujours autant de plaisir. Je ne sais pas encore quand j’arrêterai, je n’ai pas envie de me prononcer, ce sera mon corps qui en décidera. Mais bon ça commence à tirer quand même. La seule chose que je peux vous dire c’est que je ne suis pas reparti pour dix ans et que je suis bien plus proche de la fin que du début. 

Tu as songé à rester dans le rugby après la fin de ta carrière de joueur ? 

Oui j’y pense… D’ailleurs j’interviens depuis le début de saison à l’Aviron Bayonnais comme consultant du jeu au pied et j’espère continuer en ce sens parce que ça me plaît.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Merci pour l ' article, mais belle attaque du fond de terrain contre l ' orthographe 😤

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
Amateur
News
News
News