PREMIERSHIP. Retraité forcé après un KO, un ancien joueur de Sale attaque le club en justice
Cillian Willis a porté plainte contre Sale.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Le problème des commotions cérébrales dans le rugby trouvent à nouveau écho, avec la plainte de Cillian Willis.

"On a joué avec ma santé, avec mon avenir ! On n’aurait jamais dû m’autoriser à revenir sur le terrain. On n’aurait jamais dû, non plus, me laisser jouer la finale". Les mots de Jamie Cudmore, prononcés il y a quelques semaines dans les colonnes du Midi Olympique, résonnent encore. Le 2e-ligne canadien d'Oyonnax y mettait en cause son ancien club, l'ASM Clermont, coupable selon lui d'avoir joué avec sa santé. En cause ? La 1/2 finale de Champions Cup 2015 où Cudmore avait été victime d'une commotion... ce qui ne l'avait pas empêché de rentrer à nouveau en jeu, et d'être aligné en finale deux semaines plus tard.

Jamie Cudmore : "c'est le rugby des années 70, ici !"

Si la sortie du Canuck interpelle, c'est parce qu'elle fait écho à la plainte inédite de Cillian Willis. Victime de plusieurs commotions cérébrales et forcé d'arrêter sa carrière en 2013 à seulement 28 ans, l'Irlandais a décidé d'attaquer le club de Sale en justice. Le joueur reproche sensiblement la même chose que Cudmore : contre les Saracens, il avait subi un choc à la tête avant de revenir sur la pelouse avec l'autorisation du staff médical. Le club de Sale n'a pas souhaité faire de commentaires.

Selon le Daily Mail, c'est le premier joueur à porter plainte contre la Premiership... mais pas le premier à être inquiété et à devoir raccrocher prématurément les crampons.

Un problème déjà bien identifié outre-Atlantique

Quand il s'agit de commotion cérébrale, le parallèle existe entre rugby et football américain, sport largement touché par ce problème. En 2014, la ligue de football nord-américaine - ou NFL pour les intimes - a ainsi passé un accord avec plus de 4000 anciens joueurs professionnels, d'un montant de 870 millions de dollars. Comme Willis, comme Cudmore, ils estimaient ne pas avoir été assez protégés. A terme, les Fédérations et les Ligues vont-elles être obligées de passer un accord de ce genre ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Jak3192
    56911 points
  • il y a 3 ans

Je n'en suis pas sur,
mais il me semble que le staff médical gérant ce problème sur le terrain est celui du club du joueur.
Confirmé ?
Si c'est le cas,
il est sur que le toubib du club peut se poser la question de la perte de son emploi s"il décrète un arrêt immédiat...
Proposition: le staff médical est externe aux équipes sur le terrain. Ce staff sera payé à chaque rencontre par les 2 clubs.
Faisable à tout niveau de pratique (y compris les jeunes et très jeunes lors des tournois...)
Naturellement,
et à n'en pas douter,
les candidats à la FFR ont aussi ds leur carton un projet pour protéger les joueurs...

  • ced
    100128 points
  • il y a 3 ans

tu peux me filer tout le pognon que tu veux, ma santé d'abord.
un jour un joueur portera plainte parce que le staff médical lui aura fait prendre certains produits qui auront engendré une maladie, ce sera pour moi un grand pas mais je n'aime pas cette société qui "s'americanise" en portant plainte pour tout et n'importe quoi.
tu es libre de refuser de jouer le week end suivant ou de prendre des produits, il faut assumer.

La sante des joueurs est totalement negligee.
On les renvoie au charbon comme c' etait deja le cas il y a 20 ou 30 ans sauf qu' on en sait beaucoup plus sur les dangers neurologiques de ce comportement et que les chocs a haut niveau sont beaucoup plus durs qu'ils ne l' etaient a l' epoque.
J'espere que ce joueur va gagner son proces et que ca fera bouger les choses

Ils ont raison de se bouger, de l'ouvrir, et de déposer plainte... Il serait temps que les fédés, les ligues, les clubs, arrêtent de minimiser le problème ou le happent carrément... Idem pour ces anciens joueurs reconvertis dans la consultation télé qui sur-vendent un sport "pas pour les tafioles" et idéalisent le combat au-delà de la préservation de l'intégrité physique des joueurs, et notamment des jeunes... On parle quand même d'ECPT, de troubles neurologiques, mnésiques, de dépôt de protéine Tau (la même que pour Alzheimer), de dégénerescence neuro-fibrillaires, de Parkinson, d'anomalies du cystosquelette... Aux USA, c'est plus de 2 millions de cas par an... On a tous en mémoire des joueurs ko qui reviennent après un protocole et qui, visiblement, n'ont pas récupéré et devraient se trouver entre les mains des médecins... Ce n'est pas le rugby, qui tue, c'est le trop de pognon...

Ca va se terminer par augmentation de la part Assurances sur les Licences Amateur....Tant que la demande populaire va vers un Jeu "Casse-Pipe", les Acteurs du Jeu seront voués à porter Stigmates...La Santé n'a pas de prix...La Gloire, elle, oui apparemment.......

Clément boulette : il avait été subi un choc à la tête. 🙂

Concernant le sujet trés sérieux, il est nécessaire que les médecins soient indépendant du staff des équipes afin de pouvoir fait fit des "intérêts" sportifs.

@virilmaiscorrect

Merci Viril, c'est corrigé 🙂

Il est grand temps que les joueurs s'organisent vraiment pour protéger le rugby. Ce sont les premiers visés par tous les changements et ce sont les seuls qui pourraient être vraiment écoutés.

Au lieu de penser à négocier individuellement et égoïstement leurs salaires, à quand de vraies revendications concernant la protection de leur santé ? Les nouvelles règles de l'IRB ? Les calendriers nationaux et internationaux ? La formation et la reconversion ?

Est-ce que dans ce cas là, la responsabilité n'est pas celle du médecin ? Comment un entraineur ou un président pourraient-ils poser un diagnostic médical. C'est bien le médecin qui donne le feu vert, non ? C'est bien son job de donner un avis médical quel que soit les desiderata du club.

@Grand Sachem aux sages commentaires

sauf que le médecin est salarié par le club et sous pression des dirigeants

@Rchyères

Justement non, un médecin, même salarié d'une entreprise, doit agir dans l'intérêt du salarié et selon la législation. S'il cède à la pression, il ne respecte pas le code de déontologie.

C'est bien pour ça qu'il faut maintenant se retourner vers les médecins et non les clubs. Tant que les médecins de club ne seront pas emmerdés, ils continueront à fermer les yeux. Le jour où l'un d'entre eux se fera sanctionner, tu verras que les autres ouvriront le parapluie.

  • Kadova
    31045 points
  • il y a 3 ans
@Grand Sachem aux sages commentaires

Le joueur se retourne contre son club si le medecin est salarie du club. Au club de se retourner contre le medecin si c'est de la faute du medecin. J'espere aussi que le joueur gagnera son proces.

Derniers articles

Arbitrage
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
News
News
Vidéos
Vidéos