Jamie Cudmore : "c'est le rugby des années 70, ici !"
Pro D2 - USO. Jamie Cudmore en veut à l'ASM.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Le 2e ligne canadien Jamie Cudmore revient sur la manière dont Clermont a géré sa commotion cérébrale subie en 2015. Il n'est pas tendre avec son ancien club.

Il y a quelques semaines, Jamie Cudmore faisait ses adieux aux supporters de Marcel Michelin après 11 années passées à Clermont. Un moment plein d'émotions pour le Canadien, en partance pour Oyonnax en Pro D2. On pensait la page tournée, malgré une fin de saison mouvementée qui l'avait vu sanctionné financièrement après une sortie polémique sur Twitter. Mais il semblerait que le 2e ait encore quelques griefs envers son ancien club.

Dans les colonnes de Midi Olympique ce vendredi, il en veut à Clermont d'avoir "joué avec sa santé, son avenir". Les raisons de sa colère se trouvent dans une commotion subie en demi-finale de Coupe d'Europe face aux Saracens en 2015 et dans sa gestion par la formation auvergnate. Sorti sur saignement suite à un choc à la tête avec Billy Vunipola, il raconte n'avoir pas réussi le protocole commotion mais être à nouveau entré sur le terrain peu après pour remplacer Vahaamahina, blessé. Et ce, alors que le docteur lui avait dit qu'il ne pouvait plus jouer. Mis au repos, il jouera quinze jours plus tard la finale de la Champins Cup face à Toulon. "À l'époque, je ne savais pas qu'il fallait observer au minimum trois semaines de repos après un tel choc."

Cudmore voulait jouer d'après De Cromières

Du côté du club et de son président Eric de Cromières, l'histoire difère. Cudmore aurait réussi le test lors de la demie. Un second protocole effectué après la rencontre aurait laissé "percevoir des petits symptômes". S'il a été autorisé à jouer en finale, c'est uniquement après un examen approfondi au CHU de Clermont. "Cela tombait bien parce que Jamie est plutôt du genre à vouloir jouer [...] Il est du genre insistant". Il aurait ensuite été mis en garde par les médecins du club quant à la suite à donner à sa carrière compte tenu de son âge (37 ans) et des efforts qu'il a consentis durant toutes ces années. Il participera cependant à la Coupe du monde en octobre dernier puis fera tout pour retrouver les terrains après avoir été opéré d’une hernie cervicale début janvier.

"Le mal était déjà fait"

Il estime pour sa part n'avoir pas été assez informé et qu'on n'aurait jamais dû l'autoriser à rejouer aussi bien en demie qu'en finale. Il sortira à nouveau lors de ce match, sonné, et vomira même dans les vestiaires. "Plus tard, j'ai pourtant appris que le vomissement était un signe très alarmant". Il aurait envoyé un courier pour exprimé ses doutes envers le staff médical et aurait été "traité de traître" après une longue réunion. Il ajoute que Clermont a cependant pris les choses en main en l'amenant chez un neurochirurgien. "Ils m'ont plutôt bien encadré. Mais le mal était fait".

Il aimerait que le staff médicale ait le dernier mot dans ce genre de situation, et ce, malgré l'énorme pression autour des rencontres et l'insistance des joueurs à vouloir jouer malgré tout. Il
 voudrait que le rugby français prenne exemple sur ce qui se fait dans hémisphère sud où les joueurs sont arrêtés trois semaines après un coup. "En France, on te dit plutôt : "C'est bon, tu es costaud, continue", mets de l'eau et repars au combat !" C'est le rugby des années 70, ici !" Il n'exclut d'ailleurs pas un recours judiciaire contre l'ASM.


Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

A propos du KO de Fritz, les propos de Guitou était révélateur de l'état d'esprit du milieu du rugby:
"on a vu qu'il était suffisamment sonné pour le sortir"
Pas "on a vu qu'il était suffisamment clair pour le garder", pas "on a vu qu'il était trop sonné pour le garder", mais bien "on a vu qu'il était suffisamment sonné pour le sortir".

Auparavant, il se défendait derrière un problème de règlement:
"S'il ne rentrait pas comme je l'ai fait rentrer, il aurait été éliminé et comme la mi-temps arrivait, j'ai demandé à ce qu'il rentre rapidement en attendant de faire un point à la pause."

S'il est peut-être nécessaire de modifier le règlement il faut aussi que des médecins indépendants, payés par l'instance organisatrice (LNR, FFR, ERCC, RBS6Nations, WorldRugby...), soient tirés au sort pour être répartis lors des rencontres.

plusieurs choses
sur le fond Cudmore a raison, ce qu'il raconte si c'est vrai est implacable
ensuite j'imagine que Clermont aura son droit de réponse dans le jaune parce que les accusations vont très très loin
outre le fait que ça fait règlement de compte ...il n'a pas de figure ce type lorsqu'il parle de rugby des années 70, de santé des joueurs avec tous les gestes pourris qu'il s'est permis... là la santé du joueur adverse il s'en branle (https://www.youtube.com/watch?v=40xVbojZCmY)

enfin ma dernière réflexion cest quelles sont les solutions???
se pencher sur le sujet c'est une chose mais comment protéger le joueur??? parce qu'il suffit d'une seule commotion pour partir en sucette
au bout de 3 commotions le joueur arrete sa carriere??? bref à part interdire le sport je ne vois pas de solutions
bonsoir clara

  • ced
    100168 points
  • il y a 4 ans

il a un avocat qui est de très bon conseil, y a moyen de prendre pas mal de pognon sur un truc comme ça
avec un peu de chance ça fera jurisprudence et là on va voir des mecs qui n'ont jamais eu un choc à la tête commencer à avoir des migraines
c'est bien le rugby progresse, ne changeons rien

  • m73
    10463 points
  • il y a 4 ans

Et des supporters des années 70 aussi 😛

#chercherlamerde #détendstoicestvendredi #menfouyaplusdepoucesrouges

@m73

#toutefaçonlerugbycetaitmieuxavant #ouimaiscacetaitavant #hastagbeaucouptroplong

C'est que dans la manière ca ressemble encore a du règlement de compte qui me gêne... Jamie, tu en fais trop maintenant... Quand je vois la fin de l'article et l'évocation d'un possible recours en justice... Ptin c'est la saison 2014-2015... Donc deux saisons plus tard ca crache dans la soupe parce que tu changes de club ? Bro, tu as jamais eu ta langue dans ta poche, et afficher les merdes du club sur Twitter ne t'as pas gêné (ce que je ne reproche pas forcément) ... Je pense que tu pouvais le faire plus tôt pour ça aussi...

Donc sur le fond, tant mieux si ca améliore les choses dans le futur, mais pour la manière ça fait pas très sérieux...

  • vevere
    50966 points
  • il y a 4 ans
@Le Bourbonnais

Sauf que la fin du"vrai" article du Midol est la suivante :

"Qu’avez-vous prévu, de votre côté ?
Je viens de monter une fondation (Rugby Safety Network)
avec mon épouse. Le but, à court terme, est de faire le tour
des écoles et des centres de formation pour sensibiliser
les jeunes au problème des commotions cérébrales. Les
enfants doivent comprendre qu’ils ne sont pas faibles s’ils
quittent le terrain parce que leur tête tourne…"

  • vevere
    50966 points
  • il y a 4 ans

Plus des joueurs (encore) en activité ouvriront leur grande bouche sur le sujet...plus vite les mentalités évoluerons au sein des clubs et des instances dirigeantes...sinon on va tout droit au désastre actuel rencontré dans le football américain. 🙁 🙁 🙁

  • mounjet
    23178 points
  • il y a 4 ans

Je l'ai toujours trouvé un peu chochotte ce mec. Et pis son look hipster, hein...
Florian, LUI, il s'est pas plaint...

je suis déjà sorti.

sur le thème des commotions lire l'interview de Boris Cyrulnik dans le dernier Midol

  • ciolito
    18312 points
  • il y a 4 ans
@yandelug

Tiens j vais aller voir ça, je connaissais ses travaux sur la résilience mais je ne savais pas qu'il avait planché sur les commotions.

  • vevere
    50966 points
  • il y a 4 ans
@yandelug

Dans celui de lundi 😉

@yandelug

Lire le Midol ? Tu veux nous faire faire une commotion ?

@Marc Lièvre Entremont

j'apprécie votre humour,mais , rebaptisez votre "page jaune" comme vous voudrez, mais l'article lui ne donne pas dans l'humour,hélas!!! on pourrait même en faire un fil de discussion sur ce site....mais la traumatologie dans les sports de contact on évite d'en parler...

C'est bien bro continue comme ca

M'étonne pas. On est pas encore au point là dessus. Mais l'argent a tendance à corrompre tout, comme c'est le cas au foot US.
Par contre, si je suis certain que ça aidera à faire bouger les choses (au moins à Clermont), je suis moins sûr que ce soit la bonne manière d'agir.

@Marc Lièvre Entremont

Je suis d'accord avec vous sur la façon d'agir, on continue de s'enfoncer dans le rugby "règlement de comptes". Les clubs crachent sur les joueurs sur le départ, les joueurs sur le départ crachent sur l'ancien club mais seulement une fois qu'ils sont assurés de partir. Cela ne grandit pas vraiment le rugby.

Maintenant toute publicité sur les commotions est bonne à prendre même mauvaise, et tant pis pour le cynisme de cette pensée. Puisque trop peu de personnes semblent vraiment vouloir s'attaquer à ce problème, il faudra passer par du remuage de merde pour faire évoluer les choses. C'est sale certes, mais la santé et la vie des joueurs est dans la balance.

Espérons qu'un jour instances, clubs, staffs médicaux, joueurs et supporters prendrons enfin la mesure de ce danger.

Enfin pardon mais "il assure avoir mal été informé"... Je sais pas, tu joues à ce niveau-là, si tu ne fais pas l'effort de t'informer toi-même un petit peu sur "oh mais qu'est-ce donc exactement qu'une commotion cérébrale", c'est ballot ! Le mec a appris plus tard que le vomissement était un signe alarmant ?!
Enfin, s'il estime que c'est le rugby des années 70, pourquoi il re-signe en France alors ?!

@Mannick

C'est à l'employeur de former et informer l'employé sur les risques encourus propre à sa profession. En l'occurrence, le staff médical du club. Les joueurs ne sont pas censés avoir fait médecine, et consulter une page wikipédia chez soi n'est pas une formation aux risques. Quand vous êtes malade, je suppose que vous allez chez votre médecin non, puis vous suivez son diagnostic et le traitement qu'il vous a prescrit? Et si demain vous appreniez qu'en fait il s'est complètement planté en minimisant les risques et que vous auriez pu être gravement impacté par son erreur, quelle sera votre réaction? Je doute que ce soit "Ce n'est pas de sa faute, j'aurais dû mieux m'informer".

Et il a raison sur son constat du retard pris par le rugby à propos des commotions. Il ne faut pas chercher bien loin pour trouver des joueurs sortis KO et revenant sur le terrain après le fameux "protocole commotion" (comme Fritz). Pourtant s'il y a eu perte de connaissance, il ne devrait pas y avoir de retour. Le milieu du rugby a longtemps nié ce phénomène (alors même que le scandale éclatait aux US à ce sujet), puis traine les pieds pour prendre de réelles mesures alors que l'on connait aujourd'hui la gravité des conséquences. On a pourtant de nombreux joueurs/joueuses qui ont dû arrêter prématurément leur carrière à cause de cela, mais visiblement tant qu'il n'y a pas de drame les instances et les clubs s'en foutent.

@Mannick

Son boulot c'est joueur, pas médecin.
Si les spécialistes te permettent de jouer, tu joues. Ou alors t'as pas confiance en ton staff.

@Marc Lièvre Entremont

Je suis d'accord. Un médecin peut importe la personne qu'il a en face de lui ewt censé informer sur les risques et tout le tralala, on a pas tous un pied dans le médical. Maintenant a t-il été informé correctement iu non je sais pas.
Il est vrai aussi que parfois certains joueurs que le staff fait sortir pour commotion font tout pour pas sortir je pense à certains de Castres.

@Marc Lièvre Entremont

Suis bien d'accord, et je bondis un certain nombre de fois lorsque le mec est clairement dans le coaltar et que non seulement il n'y a pas de protocole commotion et en plus il ne sort pas et/ou entre à nouveau plus tard dans la partie. Cela dit, je crois que c'est le côté "règlement de comptes", dont Cudmore est coutumier, qui me pousse à dire qu'il y a peut-être un peu de mauvaise foi dans tout ça.
Enfin comme tu dis @Team Viscères, si ça peut faire parler des commotions et de leurs conséquences, c'est sans doute toujours bon à prendre.
Et @Marc Lièvre Entremont, avoir confiance en son staff, c'est indispensable, mais se connaître soi-même, c'est bien aussi ! Remarque, je ne sais pas quelle marge de manoeuvre ont les gars (et les filles) quand ils se sentent pas de retourner jouer de suite ? Est-ce que le staff peut les "forcer" ??

@Mannick

Je ne sais pis si des staffs forcent ouvertement les joueurs. Mais il y a la pression indirecte, les types ont peur de perdre leur place de titulaire s'ils font trop de vagues, sachant en plus au moment de la décision les gars sont à moitié dans les vapes. Il y a aussi ce mythe de l'homme fort présent dans les sports de contact. Il faut l'avouer, un joueur qui joue avec les cotes en vrac comme Elissalde en finale du Top14, Imanol et son casque de gladiateur, Betsen Dusautoir ou Fritz qui veulent rester sur le terrain alors qu'ils ne tiennent plus debout ça a de la gueule, c'est l'image du guerrier prêt à mourir pour ses équipiers et ça en jette. Sauf que pour les commotions "mourir" n'est plus une image mais un risque réel que les sportifs commencent seulement à identifier. Mais à leur décharge, c'est dur de s'informer sur un sujet qui a longtemps été tabou.

Sinon je suis d'accord avec vous, le côté règlement de compte à retardement n'est pas très sain encore plus quand c'est le énième rebondissement entre Jamie et la direction de l'ASM. Disons que si je suis d'accord avec le fond de son message, la forme n'est pas belle et risque de donner des armes à ceux qui voudraient étouffer le fond de la polémique.

@Team Viscères

Tout juste !
Faut voir ce que ce mettent les mecs dans la tête/le sang avant les matches aussi... À tout prendre, je préférais sans doute le vrai rugby des années 70, quand les mecs n'étaient pas encore des machines déconnectées de leurs nerfs "pour la beauté du sport".
J'avais un article de socio sur le sujet (comment enseigner la sociologie de la déviance dans le Sud-Ouest ? Avec le rugby pardi !), j'essayerai de remettre la main dessus.

  • Iyhel
    22982 points
  • il y a 4 ans
@Mannick

Le rugby des années 70, celui avec les amphéts dans le vestiaire ? Celui où la notion de commotion cérébrale était inconnue - certes avec des chocs autrement moins violents ?

Les amis :
- 2e ligne
- diffère
- staff médical
- l'hémisphère sud

Gros bisous

  • tico74
    25343 points
  • il y a 4 ans

Je veux bien croire ce bon vieux Jamie mais le fait qu'il ai décidé de continuer sa carrière à Oyo plutot que de raccrocher les crampons n'est-il pas en contradiction avec son discours?

  • epa
    36704 points
  • il y a 4 ans
@tico74

Donc si tu décides de jouer tu dois tout accepter..... Vouloir et jouer et vouloir que le protocole commotion soit suivi à la lettre toi tu vois une contradiction????

Quoi d'étonnant au pays de l'éponge magique.....

  • ankou
    32056 points
  • il y a 4 ans

Une vie décente peut être courte, même si les enjeux des clubs sont grands, je trouve qu'ils ne devraient pas jouer avec la santé de leurs employer, et a la moindre suspicion les mettre au repos. J'aime bien ce mec, son sourire, ses taquineries, un sale gosse toujours.

  • martix
    8406 points
  • il y a 4 ans

Je ne suis pas surpris par rapport à la gestion des commotions cérébrales dans les différents clubs. Encore que dans ce cas il est pro avec un staff médical derrière mais il faut voir chez les amateurs ou les jeunes pour gagner le bouclier local.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
Vidéos
Vidéos