Ecrit par vous !
Les finales européennes 2018 à San Mamés, Bilbao a-t-elle raison d’y croire ?
San Mamés a été rénové en 2014 et compte 53 000 places.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Retour sur la candidature de Bilbao pour recevoir les finales 2018 des Coupes d'Europe, avec l'interview de José María Epalza, membre espagnol de l'EPCR.

Alors que le tableau des matchs à élimination directe commencent lentement à se dessiner pour l’édition 2017, en coulisse, c’est bien la prochaine saison que l’EPCR se charge de préparer. Notamment le lieu de la finale des deux compétitions que sont la Champions Cup et la Challenge Cup. Et comme nous l’apprenions il y a environ un mois, un candidat original pousse et pourrait bien obtenir le gros lot. Si les candidatures de Cardiff ou de Newcastle sont ce qu’on pourrait qualifier de "classiques", Bilbao a également postulé pour accueillir cet évènement printanier. Son stade, San Mamés, a entièrement été rénové en 2014 pour compter aujourd’hui un peu plus de 53.000 places.Crédit vidéoIdom

Et on ne sait pas si c’est la présence dans les rangs de l’Athletic Bilbao du jeune français Aymeric Laporte, passé par l’Aviron Bayonnais (oui, oui, section football), qui a donné des idées, mais le maire de la plus grande agglomération du Pays basque, Juan Maria Aburto, a annoncé "vouloir travailler sur le rugby, et voir où cela mènera". À l’occasion d’une émission de radio espagnole consacrée au rugby, El Tercer Tiempo (comprenez la troisième mi-temps), José María Epalza, ancien joueur de Saint-Jean de Luz et désormais membre de l’EPCR, en a dévoilé un peu plus sur les raisons et les ambitions de cette candidature.

Développer le rugby en Espagne

On y apprend que l’idée est venue d’une autre ville basque, Saint-Sébastien, où le stade d’Anoeta a déjà été par le passé le théâtre de rencontres rugbystiques. Mais surtout déjà de phases finales européennes, entre Biarritz et le Munster, les Ospreys ou Northampton. On aurait même pu souffler au représentant de l’instance européenne qu’il y avait également eu un quart de finale catalan à Montjuic entre l’USAP et le RC Toulon. Il cite bien entendu la dernière finale du championnat de France à Barcelone en juin dernier à plusieurs reprises. Dans sa volonté de développer le rugby en Espagne, l’idée première de José María Epalza était ainsi d’organiser un match à San Sebastian entre le vainqueur du Super Rugby et celui de la Champions Cup. La seconde était de recevoir les finales européennes. 

Cependant, les critères de sélection indiquent que l’enceinte de la finale se doit d’avoir un minimum de 50.000 places, ce dont ne dispose pas actuellement Anoeta (avec une rénovation prévue en 2019). C’est alors que la candidature de San Mamés est apparue comme une évidence, fort de sa récente rénovation. "Il est très important pour nous de recevoir cet évènement pour continuer à développer le rugby. Il y a quelques années, le match entre le BO et le Munster fut un succès total, tout comme l’an dernier la finale du Top 14 au Camp Nou, qui a vu un record d’affluence avec plus de 90.000 spectateurs", confie Epalza au micro d’El Tercero Tiempo. "Il y a, à Barcelone comme à Bilbao, un fort attrait pour le rugby international, poursuit-il. Je pense également que la FFR a envie de sortir des habitudes instaurées par les 6 Nations".

Newcastle comme principal adversaire

Concernant les retombées économiques d’un tel évènement, qui se chiffraient à plus de 20 millions d’euros la saison dernière à Lyon, le représentant se montre une nouvelle fois optimiste et ambitieux : "ce type d’évènement dure un week-end entier. L’an dernier, la finale de la Champions Cup était le samedi, et celle de la Challenge Cup le vendredi. Cela crée une vraie activité pour la ville, c’est certain. Au Camp Nou, pour la finale du Top 14, c’est 200.000 personnes qui se sont déplacées, présentes dans Barcelone. Les gens en profitent pour venir sur plusieurs jours, et consomment en ville." La décision de l’attribution des finales européenne sera prise au cours du mois de mars. Concernant les autres candidatures, selon Epalza, "Newcastle est notre concurrent majeur. Ils ont bien sûr le soutien de la fédération et la ligue anglaise, et le stade a été rénové pour la Coupe du Monde 2015. Mais objectivement, je pense que Bilbao est celui qui présente le plus d’avantages". 

Il explique ensuite qu’il est en contact régulier avec la FFR sur ce dossier, et que le ressenti est très positif jusqu’à présent. L’EPCR devrait très prochainement visiter les infrastructures de San Mamés afin d’examiner plus en détails la candidature espagnole avant de donner son verdict. "Malgré la concurrence de Cardiff, on devrait se diriger vers un duel Newcastle-Bilbao. Mais le fait que San Mamés soit refait à neuf, et se trouve en plein Bilbao, contrairement l’an dernier au stade de Lyon, certes magnifique, mais loin du centre-ville … Vraiment, San Mamés offre énormément d’avantages", rajoute-t-il. L’ancien joueur de Saint-Jean de Luz semble vraiment croire aux chances de la ville basque pour cette organisation en 2018, citant les différents soutiens qui, selon lui pourraient faire la différence au moment de la décision. Après le Camp Nou en 2016, ce serait un nouveau gros coup de projecteur pour le rugby en terre espagnole.

Merci à Narciso pour l'information

François Valverde
François Valverde
Cet article est rédigé par François Valverde, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • spir
    17561 points
  • il y a 2 ans

Je suis tout-à-fait pour. Les arguments du gars, le maire de Bilbao sont du vrai et du concret. Effectvement le fric va sans doute prendre le dessus pour attribuer la finale ailleurs... connerie stratégique évidente. J'aime bcp le principe des délocalisation de matchs de prestige, et parmi les prochaines finales, il faudrait viser Bruxelles (l'équipe nationale est 21e au classement IRB et 11e nation européenne, dixit wikipedia), puis une ville d'Allemagne avec une bonne équipe locale.

Pourquoi pas, après on parle beaucoup de délocalisation pour la promotion du rugby en Espagne et ailleurs, mais à mon sens ça passe surtout par l'accès gratuit à la télé. Sinon c'est du "one shot", c'est efficace sur le coup, mais pas dans la durée.

Le pays basque est festif, c'est une réalité, ce n'est pas que du folklore. Un grand match de rugby à Bilbao, ça pourrait être top. Ils sont très "sport", là bas. Et pour finir, San Mames est magnifique (mais n' a pas du tout été rénové, l'ancien a été détruit, on a construit celui-ci à la place, CQFD!)

J' espère que ça se fera . Le pays basque ( français ou espagnol ) c'est magique

  • MILIOUZ
    10906 points
  • il y a 3 ans

Par contre qu'il y ai 4 amateurs de rugby dans tout le pays basque espagnol, ca ne derange personne... les anglo saxons et les français apprécieront!

Bah, ils l'ont leur Grand Stade les Basques ! Y'a plus qu'à valider la Fusion....

  • mimi12
    79414 points
  • il y a 3 ans

Ce serait sympa mais je pense que les intérêts financiers vont reprendre le dessus !

  • AKA
    50437 points
  • il y a 3 ans

Perso je suis assez dubitatif sur l' effet promotionnel pour le rugby en Espagne...

@AKA

T'as le droit à l'être, mais les choses ne vont plutôt pas mal pour le rugby espagnol dans ces derniers temps. Le nombre de licences a augmenté de 50% en cinq ans malgré une crise spectaculaire de la fédération nationale (1,5M€ de dette en 2013) et il y a eu au moins six matchs avec plus de 10000 spectateurs en 2016. Et surtout le Pays Basque, même au sud des Pyrénées, est une région avec un énorme nombre de clubs. Ils veulent même organiser un match de l'Équipe de France à moyen terme.

D'ailleurs maintenant le problème en Espagne se pose autour des installations pour amateurs: les terrains de rugby existants dans l'actualité ne sont pas suffisants pour permettre à tous les intéressés de jouer et les dégâts sur les pelouses sont de plus en plus habituels. À Valence par exemple il y a cinq ou six clubs jouant tous au même terrain tous les weekends. Organiser de grandes rencontres internationales permet de faire visibles ces problèmes auprès des municipalités.

Je sais pas si c'est bien de promouvoir le rugby en espagne avec un saracens toulon

  • cahues
    125474 points
  • il y a 3 ans

A Anoeta pour les dernières rencontres Européennes cela avait été un joli succès......surtout pour la fourrière de la ville.A part ça l'idée est bonne de vouloir a travers de telles affiches développer le rugby en Espagne.

  • Jak3192
    58540 points
  • il y a 3 ans
@cahues

"... surtout pour la fourrière de la ville..."
c'est du vécu ?
🙂

  • cahues
    125474 points
  • il y a 3 ans
@Jak3192

Oui, cela avait un peu plomber la fin d'après-midi, mais la redécouverte des bars à tapas en suivant était parfaite.

  • Jak3192
    58540 points
  • il y a 3 ans
@cahues

Journée riche en souvenir...
Que demander de plus ?

  • tom4995
    16788 points
  • il y a 3 ans

Ce serait bien que ce match se joue en Espagne pour le développement du rugby. Cela amènerait indubitablement de nouveaux inscrits dans les écoles de rugby en Espagne, ce qui serait très positif pour eux. Il faut absolument que les pays du 6 Nations B (Géorgie, Espagne, Russie, Roumanie, Allemagne, Portugal) progressent, pour à terme, mettre en place un système de montée-descente avec le tournoi des 6 Nations.

  • spir
    17561 points
  • il y a 2 ans
@tom4995

Et aux 6 "pays du 6 Nations B", tu peux ajouter l'Italie et la France, telle qu'est l'EdF actuelle, non ?

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
Vidéos
News
News
Ecrit par vous !
News
Ecrit par vous !
News