Les 5 points à retenir du match entre l'Italie et l'Ecosse
Les 5 points à retenir du match entre l’Italie et l’Ecosse - 6 nations.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
L'Écosse a surpris l'Italie sur sa pelouse ce samedi grâce à un drop à la dernière minute de Duncan Weir. Découvrez ce qu'il faut retenir de cette rencontre.
Italie - Ecosse (20-21) du 22/02/2014

N'oubliez-pas de noter les joueurs de cette rencontre.

Une deuxième mi-temps ratée pour l'Italie

Avec dix points d'avance à la pause, les Italiens semblaient avoir fait le plus dur devant leur public alors que les Écossais peinaient à trouver la faille dans une très bonne défense transalpine. En l'espace de vingt minutes dans le second acte, ils ont vu revenir leurs adversaires grâce à deux fulgurances du centre Alex Dunbar. 18 points encaissés en deuxième mi-temps contre seulement 7 inscrits après l'essai de Furno en fin de rencontre qui laissent entrevoir une nouvelle dernière place dans le Tournoi. Rageant après les belles prestations face au Pays de Galles et au XV France.

Tommaso Allan, l'avenir à l'ouverture de la Squadra ?

Timide jusqu'à présent, le jeune ouvreur de l'USAP Tommaso Allan a montré dans le premier acte de cette rencontre décisive pour l'avenir de ces deux nations dans le Tournoi, que l'on pouvait compter sur lui. Titulaire à trois reprises en Top 14, celui qui a failli être international écossais, commence à prendre de la bouteille. À seulement 20 ans, il se place aujourd'hui comme une valeur sûre au poste d'ouvreur au sein de la sélection italienne. Bien sûr, il lui faut encore travailler son jeu au pied et gagner en maturité dans l'animation offensive, mais face à l'Écosse, il n'a pas hésité à attaquer la ligne d'avantage avec un essai à la clé pour un total de 12 points.

L'Italie se dirige vers la cuillère de bois

Avec cette nouvelle défaite, la troisième en autant de rencontres dans le Tournoi des 6 nations, l'Italie se dirige vers la dernière place de la compétition sans victoire, synonyme de cuillère de bois. Une place qu'elle n'a pas connue depuis 2009. Troisièmes l'an passé avec deux victoires au compteur, les hommes de Jacques Brunel semblaient sur la pente ascendante. On craint pour l'avenir de cette équipe alors que les cadres comme Parisse et Castrogiovanni ont dépassé les 100 sélections.

Une Écosse chanceuse ?

À l'inverse, l'Écosse évitera cette année la fameuse wooden spoon. Les Écossais reviennent de loin et doivent leur salut dans cette rencontre tantôt animée tantôt brouillonne, au pied sûr de l'ouvreur Duncan Weir, qui jusqu'à présent n'avait pas été un gage de sécurité, avec un drop à la toute dernière seconde. Enormément sanctionnés dans le premier acte (10 pénalités contre 2 pour l'Italie), les visiteurs ont logiquement subi face à des Italiens agressifs en défense qui les ont poussés à jouer dans la latéralité. C'est finalement grâce à deux exploits personnels de Dunbar bien construits en amont que l'Écosse est revenue dans le match. Si la victoire est là, et elle fera certainement du bien à la tête, la forme, elle, est loin de l'être.

L'Écosse, un adversaire dangereux pour le XV de France

Après le match contre l'Angleterre et au vu des prestations françaises lors de ses deux premiers matchs, on pensait que les Bleus allaient monter en puissance et ne faire qu'une bouchée des hommes du Chardon. Après le revers concédé face au Pays de Galles et la belle réaction écossaise en deuxième mi-temps, c'est avec fébrilité que l'on attend le quatrième match du XV de France. Nul doute que ce match sera décisif pour les Français, eux qui avaient peiné l'an passé pour battre l'Écosse au Stade de France (23-16).

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Glas.Wegian
  • il y a 6 ans

C'est Warren Gatland il me semble qui avait eu l'idée de Hogg en 10 avec les Lions, et ça avait plutot bien fonctionné.
Hogg est sûrement bien meilleur en 15, le problème (comme pour Chris Paterson) c'est qu'à ce poste quand l'Ecosse est dominée il peut ne toucher aucun ballon et ne pas peser sur le jeu.

En 15 il me semble que Peter Murchie, Greig Tonks et Jack Cuthbert, bien que peu expérimentés, n'avaient pas spécialement déçu.

En tout cas Cusiter ça fait plaisir de le revoir, les Ecossais disaient que la franchise d'Edinburgh s'est écroulée dans le jeu l'année ou Mike Blair est parti, et il est vrai qu'entre ces 2 là (et Rory Lawson) il y avait de l'intelligence en 9 à défaut de 10 vraiment bon.

Laidlaw c'est quand même un cran en dessous. M'enfin c'est surtout en terme de jeu d'avant qu'il vont avoir besoin de travailler, les rucks et la melée surtout. Leur ligne de 3/4 quand elle est au complet peut faire très mal.

Erratum, Weir est effectivement droitier. Concernant Hogg, il est vrai qu'il serait plus sage de laisser à l'arrière. Il a plus de champ pour faire des différences et de toute façon, c'est très dur de s'improviser demi d'ouverture au niveau international.

  • Lisox
    676 points
  • il y a 6 ans

Maitland peut tout à fait jouer à l'arrière, il l'a fait pendant la tournée des Lions, c'était pas mal. Après Hogg à l'ouverture, c'est selon moi la fausse bonne idée par excellence. On l'a vu pendant les matchs de semaine de la tournée des Lions, c'était très peu concluant. Un peu comme O'Connor finalement : d'excellentes jambes lancés, une capacité certaine à jouer après contact, mais tout cela disparaît quelque peu dans des situations placées, sur le premier, deuxième, troisième temps de jeu. Je pense qu'il a plus sa place à l'arrière.
Quant à Weir, il est pas droitier ?

Le repositionnement de Stuart Hogg à l'ouverture était dans l'air mais il est finalement resté à l'arrière. Après, si Hogg devenait 10, qui le remplacerait en 15? Les blessures de Sean Maitland et Tim Visser obligent quelque part Scott Johnson à ne pas changer ses plans pour le moment. Duncan Weir n'est peut-être pas un génie dans l'animation offensive mais il compense ce léger déficit par un bon pied gauche. Il faut quand même reconnaître que ça aurait de la gueule de voir Hogg à l'ouverture. Ce gars-là a de l'or dans les mains et dans les jambes. Plus il touche de ballons, plus son équipe va de l'avant.

  • Lisox
    676 points
  • il y a 6 ans

Merci de la correction dans l'article 🙂. Manque juste un -s à "bien construit" !
Sinon, Isaak, je ne suis pas sûr que Weir devienne un élément moteur, mais après tout, est-il moins talentueux qu'un Priestland ? Et n'oublions pas en outre les absences de deux excellents joueurs, assez jeunes aussi, aux ailes (Maitland et Visser). Avec cette ligne d'arrières (Laidlaw - Weir - Visser - Dunbar - Scott - Maitland - Hogg), je pense que les Ecossais sont bien pourvus. Devant, ça pose plus de problème, notamment au poste de pilier. Mais avec l'immense match (sur 80' en plus !) de Lawson en talonneur (qui renvoie Ford au pire sur le banc, au mieux chez lui au profit de MacArthur), la première ligne peut repartir sur de nouvelles bases un peu plus saines.

Attention, un drop n'est jamais facile à passer à ce niveau, qui plus est à la dernière minute. Concernant le jeu au pied, il faut noter que Duncan Weir et Stuart Hogg soulageaient énormément leur équipe grâce à des dégagements "mammouthesques" très précis. Les Ecossais peuvent légitimement faire confiance à cette épine dorsale jeune et talentueuse 10,12,15.

  • Lisox
    676 points
  • il y a 6 ans

Le drop n'était pas très difficile, mais Weir a eu le bon sens de ne pas craquer face à la pression et aux trois joueurs italiens qui lui fonçaient dessus. Pour les deux essais, je veux bien que le premier relève de l'exploit, mais j'aurais bien aimé une petite vidéo du second, qui est vraiment collectif (3 passes après contact très bien senties).

  • TPhib
    49918 points
  • il y a 6 ans

Tout à fait, match plaisant. Le chanceux, faisait référence au drop, même si pour être en bonne position de frapper un drop, il faut s'y filer. En ce qui concerne Dunbar, certes il y a du boulot en amont, mais il ne s'agit pas de courses de 10 mètres avant l'en-but. Il lui a quand même fallu mettre les cannes pour aller marquer. Pour moi, ce sont deux exploits personnels, et cela n'a rien de péjoratif.

  • Coq
    9439 points
  • il y a 6 ans

Je lis dans l'article « la dernière place de la compétition synonyme de cuillère de bois » : rectification, la cuiller de bois c'est l'opposé du Grand Chelem, à savoir 5 défaites en autant de match. L'an dernier bien que derniers du tournoi nous n'avons pas hérité de cet ustensile que l'on se garde bien d'accrocher en vue dans sa cuisine quand on est rugbyman européen 😉

Merci, agréablement surpris par le résultat. les deux essais écossais sont marqué par Dunbar après la création d'espace par ses coéquipiers. Ce ne sont certainement pas des essais personels, même Dunbar a su les concrétiser!

Aussi je suis heureux de voir Cusiter performant. Il est quand même beaucoup plus naturel et fluide que Laidlaw. Beattie, Gray et lawson nous on montré pourquoi ils étaient important. Il y a beaucoup a corrigé, mais ça a du postitives

  • Lisox
    676 points
  • il y a 6 ans

Chanceuse, l'Ecosse ? On a vu le même match ? Quand je vois vos commentaires, difficile d'en être sûr. Le deuxième essai écossais est juste magnifique, trois passes après contact, et vous osez appeler ça un "exploit personnel" ? La touche écossaise a complètement dominé l'italienne, les Ecossais ont plus franchi (voir les stats sur le site des 6 nations), ils ont limité la casse en mêlée, ont enfin trouvé une bonne paire de centres...

Franchement, je trouve cent fois plus pertinent comme analyse dans les commentaires rugbyrama que cet article et ces réactions.

Et j'ai trouvé le match de bon niveau, vraiment agréable à suivre, en tout cas bien plus que le "choc" entre PdG et France hier. Evidemment, il a été suivi d'une rencontre exceptionnelle, mais en aucun cas je n'ai vu un "match affligeant".

Merci au suspense final qui sauve ce match plutôt affligeant, surtout quand on repense au passé du rugby écossais ...
Par contre, lequel des grands limiers du Rugbynistère pourra me dire qui était le phénoménal moustachu assis juste au-dessus de Brunel dans la tribune ? Il y avait longtemps que je ne m'étais pas autant marré rien qu'en voyant la courge et la dégaine d'un type !
Heureux en tout cas de voir Lamont revenu à son niveau et à son style.

Très chanceux oui, dommage pour les Italiens qui méritaient légèrement mieux..

  • Higelm
    15583 points
  • il y a 6 ans

Un beau match en effet.

Allan doit améliorer sa défense, il est fautif sur le deuxième essai écossais.

Très impressionné par l'ancien Narbonnais, et actuel biarrot Furno ! Son duel avec Gray fut superbe.

Dommage pour les Italiens, ils semblaient pourtant plus forts devant.

L’Écosse qui s'impose en Italie et l'Irlande qui mène actuellement contre l'Angleterre, il ne va pas falloir qu'on joue comme hier contre ces deux équipes. Le titre est encore (très) loin.

  • Lxdu13
    779 points
  • il y a 6 ans

les écossais ont bien joué et le drop a le fin est chanceux mais mérité match agréable a voir !

Chanceux écossais, mais match très agréable !

Fin si les italiens perdent le match, c'est pas à cause des écossais, c'est à cause de leur défense étonnante....

Va pas falloir leur laisser d'espace à ces écossais, entre dunbar hogg et lamont, ils ont des cannes derrière....

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News