Le Top 10 des anciens treizistes qui ont cartonné au Rugby à XV
Jason Robinson, star du XIII... et du XV.
Du XIII au XV, il n’y a qu’un pas… qu’ont franchi bons nombres de joueurs, devenus des vedettes dans leur nouvelle discipline.

Le Flop 10 des treizistes passés au Rugby à XV

De Willie Mason à Benji Marshall en passant par Ben Barba, les déceptions ont été nombreuses. Mais si les clubs de XV s’entêtent à recruter des joueurs venus d’un autre sport, c’est parce que certains paris se sont transformés en véritables réussites.

Voici le Top 10, avec un classement ne prenant en compte que les joueurs ayant joué au moins une fois chez les pros, à XIII comme à XV, depuis l’année 2000 ce qui exclut notamment le Gallois Scott Quinnell ou l’ancien talonneur du Stade Toulousain, Gary Botha.

  • 1/ Jason Robinson

On a envie de vous dire, qui d’autre ? Si Jonny Wilkinson et Martin Johnson ont souvent reçu les louanges liées aux résultats du XV de la Rose dans le début des années 2000, un troisième joueur de l’effectif avait permis à l’équipe de s’affirmer comme la puissance n°1 de la planète Rugby. Star du XIII avec Wigan et la Grande-Bretagne, Jason Robinson passe à XV pour le nouveau millénaire. Sous le maillot de Sale, il remporte la Premiership et deux fois le Challenge Européen. Avec l’équipe nationale, une Coupe du monde et deux Tournois des 6 Nations, sans oublier cette défaite en finale du Mondial 2007… Cinquième meilleur marqueur d’essais de l’histoire du XV de la Rose, il porte le maillot des Lions britanniques et irlandais lors de deux tournées. Capable d’évoluer en 15, au centre et à l’aile, Robinson fut tout simplement l’un des meilleurs de sa génération.

  • 2/ Brad Thorn

Le saviez-vous ? Le nom de Brad Thorn est associée au mot “machine” dans le dictionnaire. Joueur de NRL avec les Broncos et international australien, il passe à XV et représente… les All Blacks lors de la Coupe du monde 2003. Adaptation express, donc ! Problème : il est ensuite boudé par le sélectionneur, et retourne à XIII, toujours sous le maillot des Broncos (2005-2007). Mais pour le 2e-ligne, pas question de vivre une fin de carrière pépère. Son but ? Devenir champion du monde à XV, ce qu’il fit en 2011 (à 36 ans) après un retour sous le maillot des Crusaders. Accessoirement, il remporte trois Tri-Nations, un Super Rugby et une Coupe d’Europe avec le Leinster, avant de raccrocher les crampons à l’âge de 40 ans.

  • 3/ Sonny Bill Williams

Pas la peine de rentrer dans les détails, on connaît tous l’histoire de Sonny Bill Williams. Sa venue à Toulon - avec la réussite que l’on sait - a totalement relancé le marché des treizistes dans le rugby à XV. Double champion du monde depuis son aventure sur la Rade, repassé un temps par le XIII mais aussi la boxe, le Néo-Zélandais évolue toujours avec les All Blacks, et vient d’affronter les Lions britanniques et irlandais. Ira-t-il jusqu'au Mondial 2019 ?

  • 4/ Israel Folau

Pauvre Israel Folau, qui semble parfois un peu seul au sein de l’équipe des Wallabies. Passé à XV en 2013, directement sélectionné pour affronter les Lions, Folau enchaîne les essais (31) comme les sélections (60 en quatre ans !). Pas de chance pour lui : si l’Australie a atteint la finale du dernier Mondial, la génération actuelle ne brille pas autant que la précédente. Mais qu’il soit positionné à l’arrière, au centre ou à l’aile (comme Robinson), Folau continue de performer. Ses statistiques sous le maillot des Waratahs sont également affolantes.

  • 5/ Chris Ashton

On ne peut pas devenir le meilleur marqueur de l’histoire en coupe d’Europe (devant Vincent Clerc) et être considéré comme un flop. Si l’histoire de Chris Ashton avec le XV d’Angleterre a connu quelques turbulences, l’ailier anglais est une machine à marquer depuis son passage chez les quinzistes. Ancien joueur de Wigan, il marche dans les pas d’Andy Farrell ou de Jason Robinson et rejoint la Premiership. Avec Northampton et les Saracens, il gagne un Challenge Européen, deux titres de champion d’Angleterre et deux titres de champion d’Europe. Pas mal pour le néo-Toulonnais, qui a également joué le Mondial 2011.

  • 6/ Lote Tuqiri, Mat Rogers & Wendell Sailor

Difficile de départager ces trois joueurs, tous vice-champions du monde en 2003. Sur les ailes, Lote Tuqiri et Wendell Sailor faisaient alors la loi au sein d’une équipe menée par la légendaire charnière Gregan - Larkham. Mat Rogers brillait lui par sa polyvalence et porta durant quatre ans le maillot des Waratahs et de la sélection. Tous les trois sont ensuite revenus à XIII, Tuqiri effectuant quelques piges en Europe au Leinster et à Leicester. L’ailier est sans doute le membre du trio qui a le plus réussi son passage chez les quinzistes.

  • 7/ Stephen Myler

On l’oublie, mais Stephen Myler vient également du XIII. S’il possède le profil du “très bon joueur de club mais trop juste pour l’équipe nationale”, le n°10 de Northampton a tout de même été récompensé par une sélection (en 2013, contre l’Argentine). Mais l’éclosion de Ford et de Farrell l’a empêché de percer sous le maillot du XV de la Rose. Myler, c’est tout de même dix ans au plus haut niveau, un Challenge Européen, un titre en Premiership et une finale de la H Cup, en 2011. Issu d’une famille de treiziste, son cousin Richie jouait cette saison aux Dragons Catalans.

  • 8/ Karmichael Hunt

Qui se souvient de son passage réussi à Biarritz, en 2009-2010 ? A cette époque, Hunt est un inconnu en France mais pas en Australie, où il évolue en NRL sous le maillot des Broncos. Au Pays Basque, il se fera remarquer par ses solides prestations mais quittera le XV au bout d’une année pour… l’Australian Rules ! Finalement revenu à XV en 2015, il est depuis devenu international wallaby, et joue toujours sous le maillot des Reds. Lui aussi brille par sa polyvalence.

  • 9/ Maurie Fa’asavalu

Sacré parcours que celui de Maurie Fa’asavalu. Âgé de 37 ans, le Samoan joue toujours chez les pros, sous le maillot d’Oyonnax (un match de Top 14 cette saison). Un club qu’il représente depuis la saison 2014 en provenance des Harlequins. Mais avant ça, le n°8 né à Apia était une terreur sous le mythique maillot de Saint-Helens. Pendant sept ans, il cumulera trois Cup et un titre de Super League, mais aussi des sélections sous le maillot… anglais et celui de la Grande-Bretagne.

  • 10/ Fabrice Estebanez

Cocorico ! Puisqu’il fallait bien un Français dans ce classement, citons Fabrice Estebanez, international tricolore dans les deux disciplines. Joueur de Limoux, puis de Toulouse, il passe à XV en 2006 du côté de Gaillac, fraîchement promu en Pro D2. Il n’y restera qu’un an et son parcours le mènera jusqu’au Mondial 2011 et au XV de France, au terme de quatre saisons à Brive. Aujourd’hui sans club, il portera ensuite les maillots du Racing, du LOU et de Grenoble.


Et aussi : Denny Solomona, Joshua Charnley, Kyle Eastmond, Luke Rooney, Shontayne Hape, Cooper Vuna, Joel Tomkins, Craig Gower

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Estebanez la plus grande escroquerie du XV de France, merci encore à M. Lièvremont d'avoir sacrifié Jauzion en 2011 pour lui 🙁

  • Kad Deb
    26888 points
  • il y a 2 ans

On pourrait aussi rappeler que Jonah Lomu a été formé à XIII jusqu'à 14 ans, même si c'était avant 2000...

Estebanez dans un top 10, fallait oser 🙂...
Vous êtes certain que David Marty n'a jamais fait de 13 ?

@Dhomochevsky

Héhéhé !!..

Lote Tuqiri a quand même fini international à 7 pour le Japon.
Comme quoi tout est possible !

@quentin2dakar

Non, c'est pas le même Lote Tuqiri, c'est un homonyme.

J'allais dire "putain les gars mais comment on peut oublier Scott gibbs / bentos / et les autres treizistes qui ont fait la tournée des lions en 97. Puis j'ai vu que c'est après 2000.
Mais jurez moi que vous ne les auriez pas oubliés!

  • AKA
    46253 points
  • il y a 2 ans

Estebanez! MDR! 😀

Charnley, Vuna, Tomkins, Naiyaravoro, Rona, Koroibete, c'est bon mais c'est pas non plus extraordinaire...
En revanche, parmi les "et aussi" j'aurais bien vu Rocky Elsom, Berrick Barnes, Ben Te'o, Iestyn Harris, Nene Milner-Skudder ou encore Ngani Laumape.
De toute manière, les treizistes sont plus beaux et ils sentent le monoï et le sable chaud.

@Hooligan

Aucun treiziste n'arrivera jamais à la cheville de Gavin Henson sur ce point là (oui, il parait que Henson a joué au XV mais je cherche encore les preuves).

Lote Tuqiri, Mat Rogers et Wendell Sailor sont des réussites pour vous ? Ah bon.
Encore Tuqiri passons, même s'il n'a jamais été génial et a terminé sa carrière internationale de façon regrettable. Mais les deux autres, je ne sais franchement pas ce qu'ils ont apportés, à part des énormes salaires, des performances quelconques et des problèmes extra-sportifs. Au contraire, je m'interrogeais sur leur absences du top 10 des flops tout à l'heure.

  • Iyhel
    22790 points
  • il y a 2 ans
@Ali-Papé Ratini

Tuqiri, quand même...
Rogers, joueur moyen mais capable d’éclairs.

Sailor effectivement, quand je pense qu’on a classé Vainikolo dans les bides...

@Ali-Papé Ratini

C'est quoi être génial?

@Team Viscères

Être capable de faire autre chose que courir tout droit

@Ali-Papé Ratini

Genre faire des compil Youtube?
Perso ce que j'attends des joueurs avant d'être spectaculaires, c'est de faire leur taf. Un talon qui pose un cadrage-débordement c'est beau, mais s'il ne tient pas la route en conquête alors c'est juste génialement inutile. Un ailier est là pour finir le taf de son équipe, le mec qui fait du tout droit mais marque un essai tous les deux matchs est plus utile qu'un mec qui fait des gestes spectaculaires mais ne marque pas et ne fait pas marquer.
Par exemple je trouve Conrad Smith génial, mais il a juste besoin de faire des gestes simples pour l'être. Pas de raffut de l'espace, pas de triple changement d'appuis, de quadruple sautée. Juste des passes justes, des courses intelligentes, un placement impeccable.

@Team Viscères

J'en ai rien à faire des tribute sur Youtube, ce n'est pas comme ça que je définis si un joueur est bon. Evidemment qu'il n'y a pas besoin d'en faire trop. Mais pour moi, un très bon joueur de rugby, c'est un joueur avec la plus large palette technique possible pour son poste. Et ça commence évidement par une excellente vision du jeu. C'est pour ça que moi aussi j'ai aimé les Conrad Smith, Giteau, Michalak et autres Larkham. Bien plus qu'un Tuqiri ou un Sailor.

@Ali-Papé Ratini

J'essaie juste de cerner. Par exemple les joueurs comme Cipriani ou Henson capables de gestes extraordinaires mais qui peuvent plomber leur équipe sur un seul geste ou être invisibles pendant tout un match (voir une saison), tu les classes comment? Parce qu'ils ont longtemps été qualifiés de géniaux, mais je n'ai toujours pas compris.

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans
@Ali-Papé Ratini

Je ne connais pas les salaires ni les problèmes extrasportifs de ces joueurs, mais ce sont bien les derniers dont on puisse prétendre que leurs performances sur le terrain étaient quelconques !
Rogers était une espèce de génie, qui est devenu un des joueurs les plus brillants du monde à plusieurs postes dès ses premiers matchs à 15, une capacité d'adaptation dont je ne connais pas d'autre exemple. Les deux autres faisaient systématiquement de gros dégâts, il arrivait à Tuqiri de battre plus de défenseurs sur une prise de balle que toute une équipe en 80 minutes.

@Ahma

J'ai peut être été dur avec Rogers, qui avait il est vrai, un certain talent et une belle polyvalence. En plus je me suis trompé avec les problèmes extra-sportifs (c'est Tuqiri et Sailor qui en ont eu). Même s'il n'a jamais vraiment trouvé sa place avec les Wallabies (grosse concurrence à l'époque) et qu'il n'a jamais justifié l'investissement colossal de la fédération australienne à XV pour le faire changer de code. Un goût d’inachevé en somme.

En revanche les deux autres, je ne changerais pas d'avis. D'accord c'est puissant et ça fait du beaucoup de bruit quand ça rencontre une ligne de défense. Mais c'était des joueurs unidimensionnels, courant tout droit, pas de crochet, pas de cadrage débordement, pas de passes et pas de coups de pieds. Il sont issus d'une époque où toute les nations se cherchait un Jonah Lomu, comme en France avec Rougerie ou Sarramea (lol).

De plus, on peut ajouter à ses défauts leur prix et leurs incartades : 2 ans de suspension pour Sailor après avoir mis le nez dans la poudre blanche, et une rupture brutale de contrat pour Tuqiri après que, entre autre, il ai ramené une jeune fille dans sa chambre d'hôtel pendant un rassemblement des Wallabies.

En Australie, passer de Campese à eux c'est dur. A la même époque, j'aimais beaucoup plus Joe Roff ou Ben Tune, qui avaient aussi un profil assez physique, mais en bien plus complet.

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans
@Ali-Papé Ratini

J'ai revu aussi des vidéos de Sailor : pareil. On ne peut évidemment pas se prononcer sur l'ensemble de ses qualités techniques et sa lecture du jeu au vu de telles vidéos, du moins peut-on affirmer qu'il ne pratiquait pas le style " tout droit dans la tronche du défenseur pour l'exploser au lieu de faire le détour ".

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans
@Ali-Papé Ratini

Tu m'as fait douter de ma mémoire, du coup j'ai revu des vidéos de Tuqiri ( je ne l'ai pas fait pour Sailor, sur lequel mes souvenirs sont plus flous, et au sujet duquel il se peut que tu aies raison ). On peut peut-être lui reprocher d'avoir essentiellement été un pur soliste, mais ballon en main il était exactement à l'opposé du portrait que tu en traces (" courant tout droit, pas de crochet "). Il éliminait en fait une quantité incroyable de défenseurs en jouant toujours sur l'évitement, jamais sur le rentre-dedans. Je te rappelle d'ailleurs que Lomu lui-même, à qui tu fais référence, n'allait jamais au contact d'un défenseur s'il lui était possible de l'éliminer autrement ( et sa vitesse et la qualité de ses courses le lui permettaient très souvent ).
Ceci dit, si tu compares à Campese, pratiquement n'importe quel joueur est un lourdaud sans inspiration. Et bien sûr, Joe Roff était un joueur magnifique, bien plus complet que Tuqiri, chaque profil a son utilité.

@Ahma

Oui enfin de genre de vidéo, c'est un recueil des meilleurs moments. On peut y voir le peu de fois où ces deux là essayaient un peu d'éviter l'adversaire. Mais pour un crochet, il y a eu combien de "tout droit" ?

D'ailleurs en Australie, Il y eu d'abord un jeu de mouvement, en avance sur leur temps, qui leur avait permis de remporter les CDM 91 et 99. Ensuite, il se sont essayé à un jeu plus direct, plus en puissance et surtout plus stéréotypé, avec des treizistes payés à prix d'or. Cela leur a surement coûté "leur" CDM 2003, ainsi que celle de 2007 (avec la mêlée en carton aussi). Impossible pour eux de rivaliser à cette époque avec des équipes comme l'Angleterre ou l'Afrique du Sud, beaucoup plus rodé et efficace dans le rugby de tranché (pack-défense-pénalités). Echec complet de stratégie pour moi. Ils ont perdu cette étincelle qui faisait leur marque de fabrique, et ont laissé les Blacks prendre une avance considérable niveau qualité de rugby, ce qui n'était pas du tout le cas lors des années 90.

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans
@Ali-Papé Ratini

C'est vrai, on a l'impression que les Blacks dominent depuis toujours, on oublie qu'ils ont parfois été un peu en retrait. Toujours proches des meilleurs, certes, mais pas forcément dominateurs.
Par contre pour l'Australie, si j'ai gardé le souvenir d'une équipe de 91 dont le jeu était effectivement en avance sur les autres et dont le titre mondial était attendu et logique, celle de 99 m'a laissé une toute autre impression, d'un rugby très programmé et répétitif, extrêmement efficace mais plutôt barbant.

@Ali-Papé Ratini

Bon, le "nez dans la poudre blanche", t'as pas dû faire beaucoup de 3ème mi-temps ces derniers temps !... Grosse valeur ajoutée du produit : tu peux continuer à tiser même pouilledé de chez torché... Pour le reste, assez dakodak...

Jo Maso, Pierrot Lacans ...

@Dormeur 15

L'article ne prend les joueurs qu'après 2000. Jo Maso n'était plus joueur mais... euh... c'était quoi son rôle exactement?

Philippe Sella ou Umaga n'ont pas cartonné au rugby à XV ?

@rafifou

"depuis l'année 2000". Du coup c'est un peu compliqué d'y mettre Sella ou Umaga.

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans

Estebanez a-t-il vraiment été meilleur à 15 que certains des anciens treizistes cités dans l'article Les 10 plus gros flops ? On pourrait certes arguer que son statut à XIII n'était pas le même et que donc l'attente était moindre, mais tout de même...

@Ahma

Pour sa défense et sans s'attarder sur son niveau, il a tout de même été international et vice champion du monde... putain de bordel de merde, dire qu'on a écarté Jauzion pour emmener Estebanez au Mondial 2011 🙁

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Justement, quelques-uns des flops ont aussi été internationaux, donc si ça n'a pas suffi à les écarter de la liste, je suis perplexe pour Estebanez.

@Ahma

En plus c'est une [censuré] par derrière.

@Team Viscères

C'était pas lui qui a pris un rouge dès le premier match et plus aucune sélection derrière ??

  • oZbeck
    26125 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Oui mais il joue de la guitare lui...

@oZbeck

Du coup cela aurait été plus cohérent d'emmener Jauzion au Mondial et de mettre Estebanez en GO au club med.

  • Olmo
    12930 points
  • il y a 2 ans

Vous pourriez au moins citer Jonah Lomu quand même !!

@Olmo

"depuis l'année 2000".

  • Olmo
    12930 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Oui bon mais Lomu quand même. Il était au dessus des conventions.

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Si je cite encore quelques noms plus anciens, tu peux continuer à l'écrire ou tu as une limite ?

@Ahma

Moi, une limite?

@Team Viscères

Ta limite c'est Ahma, un peu comme la cryptonique pour Clarc.
C'est drahmatique.

@Marc Lièvre Entremont

Il y a une saine émulation entre nous qui nous aide à repousser nos limites toujours plus loin.

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans
@Team Viscères

Entre l'un qui m'entraîne au fond et l'autre qui me pousse vers mes limites, je me sens écartelé. Comme Hamadache et Descartes.

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans
@Marc Lièvre Entremont

Vincent Clarc ? Sa limite c'est pas la kryptonite, ce sont les croisés.

@Ahma

Cryptonique... On dirait une boisson énergisante. J’étais fatigué.

  • Ahma
    84767 points
  • il y a 2 ans
@Marc Lièvre Entremont

Une boisson énergisante pour les acteurs pornos fatigués des années 70 ( Serge, si tu nous entends ).

Derniers articles

Vidéos
News
News
Transferts
Vidéos
Transferts
News
News
Transferts
News
News