L'ancien conseiller médical de World Rugby conseille à George North d'arrêter le rugby

L'ancien conseiller médical de World Rugby conseille à George North d'arrêter le rugby
George North vers la retraite forcée ?
Un ancien membre du comité médical de World Rugby à un avis sans équivoque en ce qui concerne les commotions.

Le Dr Barry O’Driscoll n'est pas du genre à tourner autour du pot. Selon lui, l'ailier gallois George North (24 ans) doit désormais faire un choix alors qu'il a subi un choc à la tête à 5 reprises en moins de deux saisons. "Quiconque a eu trois commotions cérébrales devrait envisager de prendre sa retraite, confie le spécialiste sur le site de therugbypaper. George est talentueux, mais il doit faire face aux faits." Le neurologue avait tenu les mêmes propos envers son neveu, l'international irlandais Brian O’Driscoll, lui aussi victime de choc à la tête. C'est également lui qui était monté au créneau lors de l'impressionnante blessure de Florian Fritz en Top 14.
K-O de Florian Fritz - Le Stade Toulousain non sanctionné « car le règlement ne le prévoit pas »
North choisira-t-il de poursuivre sa carrière à l'instar de BOD ? Le neurologue semble plus inquiet pour le Gallois, qui perd conscience de plus en plus rapidement. "Tout ce que je peux lui dire, c'est de faire une longue pause. D'écouter les experts. D'envisager les conséquences à moyen et long terme". S'il convient de respecter la décision que prendra la star du Poireau, le Dr Barry O’Driscoll ne peut s'empêcher d'être agacé par la manière dont le rugby gère les commotions. Il y a dix jours, North avait été autorisé à rejouer alors qu'il avait visiblement perdu connaissance. Un nouvel échec de la politique conduite actuellement dans le rugby.
VIDÉO. Premiership - L'impressionnant KO de George North qui fait polémique en Angleterre
Depuis qu'il a quitté World Rugby il y a trois ans, en raison de son désaccord sur ce sujet, il n'a cessé de tenter de faire évoluer les choses pour protéger les joueurs. "George a passé un test qui n'a pas de sens". Le moindre soupçon de commotion devrait conduire le club à laisser le joueur au repos. "À partir du moment où il faut faire passer un protocole commotion à un joueur, il doit rester dehors". Les règles évoluent pour protéger la santé des joueurs, avec notamment des sanctions plus sévères pour les gestes dangereux au niveau de la tête, "mais à l'heure actuelle, aucun test fait en 10 ou 13 minutes ne peut déceler une commotion. On vit dans le monde de Disney. C'est un peu au petit bonheur la chance." O’Driscoll se dit désolé pour les médecins des clubs qui, à l'instar des joueurs, subissent d'énormes pressions. Une enquête officielle sur le retour au jeu de North face à Leicester doit rendre ses conclusions cette semaine.

Derniers articles

News
News
News
Transferts
Transferts
News
Transferts
News
News
News