Fédérale 1. Un an de prison ferme requis à l'encontre d'un ancien joueur du CA Périgueux après un accident de voiture
Fédérale 1. CA Périgueux. Laijasa Bolenaivalu à la sortie du tribunal.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Le parquet d'Auch a requis 2 ans de prison dont un ferme à l'encontre de Laijasa Bolenaivalu (21 ans), ancien rugbyman du club de Périgueux (Fédérale 1).
France 3 Midi-Pyrénées nous apprend que le parquet d'Auch a requis 2 ans de prison dont un ferme à l'encontre de Laijasa Bolenaivalu (21 ans), ancien rugbyman du club de Périgueux (Fédérale 1). Une peine assortie de 5 ans d'interdiction du permis de conduire et 600 euros d'amende. Le jugement a été mis en délibéré au 27 janvier. En octobre dernier, le joueur fidjien, sous l'emprise de l'alcool après avoir participé à la fête de la Colombelle, le vin primeur gersois, avait fauché deux piétons en pleine nuit sur un trottoir de la rue du Pouy à Auch à bord d'une voiture ne lui appartenant pas, et qui plus est sans assurance et sans permis, ni aux Fidji, ni en France. L'un des blessés, âgé de 23 ans, avait eu la jambe arrachée. Il a depuis dû être amputé et est actuellement en rééducation. L'autre (36 ans) souffrait de multiples fractures. Au moment de son interpellation, les premiers tests avaient révélé qu'il avait 0,68 gramme d'alcool par litre de sang. Des faits pour lesquels il risque jusqu'à 7 ans de prison ferme.


Crédit vidéo : France 3 Midi-Pyrénées

Lors de l'audience, ce lundi matin, Laijasa Bolenaivalu a reconnu les faits, tout en s'excusant auprès des familles. France 3 précise que « les parties civiles ont regretté que le propriétaire du véhicule qui n'était pas en état de conduire ce jour-là, laissant le volant à son ami, ne soit pas également poursuivi. » À l'époque, le CA Périgueux avait immédiatement licencié Bolenaivalu, ainsi que ce dernier et un troisième joueur qui avait refusé de monter dans le véhicule.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Décision rendue ce matin par le tribunal d'Auch: 1 an de prison ferme, plus un an avec sursis pour le conducteur de la voiture. Il a également été condamné a 500 euros d'amende, 800 euros de dommages et intérêts pour la victime ayant perdu sa jambe, et 400 euros de dommages et intérêts pour les deux autres victimes.
@Harry: les victimes ne peuvent en aucun cas faire appel de la sanction pénale, elles peuvent en revanche déposer un appel sur le volet civil de l'affaire si elles jugent que les montants des dommages et intérêts sont trop faibles. Mais il n'est pas question de déposer une autre plainte pour les mêmes faits sous une autre appellation, ça restera un procès en appel.
Comme je disais dans mon post précédent, l'assurance du propriétaire du véhicule va faire une proposition d'indemnisation aux différentes victimes (acceptée ou non, ça peut prendre un moment pour trouver un accord) et va dans le même temps saisir la justice pour être remboursée par le conducteur : celui-ci conduisait sans permis et ne peut donc pas bénéficier de la couverture "responsabilité civile" de l'assureur, il reste redevable de l'ensemble des frais médicaux, pensions, etc...
Donc même si les dommages et intérêts sont minimes, le responsable de l'accident va devoir régler une facture extrêmement salée aux victimes (probablement avec un montant a sept chiffres).

  • Harry
  • il y a 6 ans

Je ne suis pas spécialiste mais je crois que depuis qqs années le pénal ne tient plus le civil en l'état;si les victimes ne sont pas satisfaites des dommages intérêts alloués par le juge du parquet et qui sont généralement dérisoires,elles seront contraires d'engager des procédures (pénales + civiles) spécifiques contre l' (ou les)auteur (s) et responsable (s) des faits délictuels

@Harry: la victime ayant perdu sa jambe était partie civile lors du procès pénal, ce qui veut dire que déjà son avocat a pu s'exprimer (sinon les voix des victimes n'auraient pas été entendues, le procureur aurait été le seul a exposer les faits), et que des dommages et intérêts seront probablement versés par le conducteur. Mais il me semble que le juge décide seul de leurs montants et que le procureur n'a pas a requérir la-dessus, on aura la réponse lundi prochain.
Mais le but de ce procès est uniquement de juger un délit routier, il y aura ensuite le volet civil de l'affaire qui sera traité; a ce moment-la, l'assurance du propriétaire de la voiture réclamera le remboursement de tous les frais, c'est la que la facture va être très salée... d’où ma remarque précédente, généralement ça débouche sur des retenues sur salaires/traitements a vie, ce qui fonctionne a condition bien sur que la personne concernée reste dans le pays!

  • Harry
  • il y a 6 ans

@bluib: les indemnisations légales sont bien sur automatiques mais tu es sur que pour obtenir des dommages-intérêts correspondant à leurs préjudices les victimes ne sont pas obliger de l'assiner à leur tour en justice pour le faire condamner ( à moins qu'il le fasse de lui même !!)
Car là je crois comprendre que l'assignation judiciaire émanait du ministère public et que les victimes n'étaient que parties civiles mais je peux me tromper

600 euros c'est uniquement le montant de l'amende, il devra de toutes façons rembourser tous les frais medicaux/ITT/pensions d’invalidité éventuelles des victimes (pour l'instant payés par le fond de garantie des assurances), plus éventuellement leur verser des dommages et intérêts. Donc il va effectivement payer toute sa vie l'erreur qu'il a commise. A condition de rester en France bien sur...

  • Harry
  • il y a 6 ans

600 euro! c'est une mauvaise blague !c'est au portefeuille qu'il fallait frapper (d'autant qu'il n'ira jamais en prison puisque la peine requise de moins de 2 ans ne sera pas exécutée)et le condamner à une lourde indemnité afin qu'il paye tous les mois pendant toute sa vie pour l'amputation et les blessures qu'il a infligées a 2 malheureux innocents

  • ToToNe
    4001 points
  • il y a 6 ans

Mince pour lui, je pense qu'il mérite une lourde sanction en effet, cependant le plus compliqué sera sa reconversion à la sortie de prison, je ne pense pas qu'un club pro ou semi-pro veuille de lui...
Et pour les victimes on pourra faire tout ce que l'ont veut ça ne rendra pas la jambe et ne diminuera pas le ou les handicap.
En tout je leurs souhaite un bon rétablissement et surtout beaucoup de courage pendant les phases de rééducation.

Malheureusement, il y a une certaine culture de la conduite en etat d'ivresse apres la troisieme mi-temps, surtout en milieu rural et a tous les niveaux.
Pour une raison que j'ignore, ca semble etre tolere, et meme l'objet d'anecdotes qui sont considerees comme amusante...

Quelle horreur...

En revanche, n’y a-t-il pas une erreur dans votre article : 0,68 g/L c’est plus que le maximum autorisé (0,5) mais à 0,68 on n’est pas complètement rôti. En France jusqu’en 1995 et encore actuellement en Angleterre on peut conduire avec cette alcoolémie là.
Certains sites parlent plutôt de 1,36 g/L.

Bien triste fait divers qui malheureusement se passe toutes les semaines aux 4 coins de la planète...
Une pensée à toutes les victimes.

Tout ça n'est qu'un triste fait divers avant d'être une info rugby... sauf parce que l'auteur est un (ex) joueur 🙁

Conduire alcoolisé sans permis ni assurance une voiture qui n'est pas à soi... même en n'ayant pas les idées claires, ce n'est pas mettre toutes les chances de son côté !

Bilan : deux vie brisées, une personne amputée et pour l'auteur une peine de prison et des dommages à rembourser à vis (cf pas d'assurance)...

N'est pas Marc Cécillon qui veut ! (désolé pour la vanne pourrie) 😊

Un troisieme joueur qui a refuse de monter dans le vehicule a ete licencie? Pourquoi donc, s'il a refuse de monter?

Derniers articles

News
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
News